Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

affaire benalla

  • Le seul vrai clivage

    Imprimer Pin it!

    Emmanuel macron, affaire Benalla, privilégiés, société, politique, amaury watremezDans les milieux de nantis des Benalla, il n'y en a pas qu'un. C'est même très courant. Ce sont des opportunistes qui apprennent à maîtriser les codes sociaux des plus aisés, qui les connaissent bien. Ils jouent finement sur les prétentions de ces riches pour s'élever socialement et surtout ne pas avoir à respecter les règles communes régissant auparavant la méritocratie républicaine.

     

    C'est bien entendu beaucoup mieux s'ils viennent des « quartiers », des « cités » comme Alexandre. Personne n'ose évoquer alors leurs vrais diplômes ou compétences réelles car ayant peur de se faire traiter de racistes et, ou d'avoir quelque chose en commun avec ces ploucs « ma chèèère » qui votent FN...

     

    Le nec plus ultra pour conserver un poste sans avoir à faire preuve de ses capacités, c'est bien entendu d'évoquer la Shoah, d'insister sur le masochisme mémoriel. On se gardera ben évidemment de parler de la haine des juifs en 2018, terrain glissant. En plus de flatter les vanités on donnera alors l'illusion aux bourgeois pédagogues d'être des héros à s'opposer au nazisme plus de soixante-dix ans après, ce qui on en convient est des plus risqués. Il y aura aussi tous ceux qui n'oseront rien dire de passer pour des sans cœur...

    Lire la suite

  • Faut pas me chercher...

    Imprimer Pin it!

    Emmanuel Macron, affaire Benalla, société, satire, ironie, presse, En Marche, politique, amaury watremezCe petit texte est inspiré de ce discours bien réel (voir entre autres à ce lien)...

     

    Je précise à l'intention des décodeurs du Monde qu'il contient sans doute des intentions satiriques et ironiques (voir à ce lien un article de « nordpresse » les concernant).

     

    « Moi je suis président, alors si t'es pas content, viens me le dire en face si t'es un homme ! Quoi t'es pas content ? Viens me chercher !

    Quand j'étais petit les autres se moquaient de moi, ils m'aimaient pas !

    Maintenant que je suis le président, ils ont peur, tout le monde devrait avoir peur ! Ils osent rien dire, ils craignent trop !

     

    Tu veux te battre ? D'accord on va se battre !

    Lire la suite