Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Etats Unis

  • Donald a dit chatte

    Imprimer Pin it!

    Donald Trump, Hillary Clinton, société, Etats Unis, politique, amaury watremez, AmériqueJe ne suis pas un fervent supporter de Donald Trump. Tout ce fric étalé pendant la campagne des primaires et des présidentielles américaines que ce soit de son côté ou il est vrai du côté démocrate donne à la fois le tournis et la nausée. Je pense aussi qu'en tant que français, nous ne connaissons pas vraiment la société américaine, sa culture, ses us et coutumes. Nous pensons la comprendre car regardant depuis des décennies des films, des feuilletons et séries américaines, celles-ci ayant maintenant « la carte » des cultureux chic depuis quelques temps. Mais au fond, notre point de vue est toujours très superficiel et marqué par nos références qui ne sont pas pertinentes lorsque est évoqué cet état-continent.

     

    Donald Trump est comparé par nos arbitres des élégances politiques, nos éditorialistes distingués à nos politiques dits populistes français. Il est de bon ton d'appuyer sur son côté « plouc », ses défauts qui font « populo », des observations condescendantes qui je trouve sentent d'ailleurs le mépris de classe petit-bourgeois. Donald Trump traîne plusieurs « casseroles » en plus de n'être ni un diplômé ni un politique se comportant de la manière convenable selon les dogmes de nos élites. Pire encore, abomination de la désolation, dans une conversation rapportée par toute la presse américaine, Donald a dit « chatte » pour désigner de manière peu élégante l'appareil reproducteur féminin.

     

    « Mais vraiment où a-t-il été éduqué ma chèère » ?

     

    La société américaine étant encore très marquée par le puritanisme des « Pères fondateurs », et Trump prétendant à la magistrature suprême, c'est très mal aux yeux des américains. Il dit d'ailleurs avoir essayé de séduire des femmes qui n'étaient pas la sienne ce qui là-bas équivaut à une mort politique. A ce puritanisme traditionnel se rajoute celui du « politically correct », des féministes et des amateur-e-s de « Gender Studies », celui-ci étant encore plus radical que l'ancien. Et les commentateurs d'embrayer sur le même registre en France où il est de bon ton de donner des leçons de démocratie aux américains beaucoup moins intelligents que nos oligarques bien entendu à quelques exceptions près dont Hillary Clinton.

    Lire la suite

  • The Messie ize back ! - Obama notre sauveur arrive

    Imprimer Pin it!

    obama-savior.jpgHalleluyah mes frères, le sauveur est de retour !

    Et il s'appelle Obama mes frères !

    Il va apporter la paix dans le monde et faire règner l'ordre et la justice !

    Les gens l'aiment pour sa peau sombre !

    Il leur donne bonne conscience, Halleluyah !

    Plus jamais de libéralisme effréné mes frères, tout ça maintenant c'est disparu puisque Obama arrive et qu'il est le sauveur mes frères !

    Halleluyah, Hosannah, The saviour comes !

    Il va aller porter la lumière de la paix et de son intelligence en Afghanistan !

    Il va leur donner la punition qu'ils méritent s'ils le rejettent !

    Ce n'est pas grave car c'est le messie de l'époque !

    Il va remettre au goût du jour le style "pimp" c'est sûr, il vient du peuple et pas de la bonne bourgeoisie, Obama, avec lui ce sera "Enjoy Your Funk" tous les jours mon frère ! Halleluyah !

    Chantons le au plus haut des cieux, le sauveur est de retour et il va tous nous sauver !

    Il s'intéresse beaucoup à la France ! Ce petit pays moyen de l'Europe !

    Il va lui apporter la connaissance de l'amour aux français, ces grenouilles qui ne le méritent pas !

    Et si ils n'en veulent pas ! Il les balaiera de son grand livre de comptes ! Halleluyah !

    Car elles n'étaient même pas en Irak ! Testify Brothers !

    Obama It's God wonderful love, brothers ! Testify !

    Et quand le peuple se réveillera de son rêve ! Quand il verra qu'il y a autant de pauvres !

    Obama retournera au paradis des légendes funky !

  • Rupture ou continuité de la politique US ?

    Imprimer Pin it!

    obama_super_obama.jpgCe livre, d'un auteur parfois controversé, attaque la politique du futur ancien locataire de Pennsylvania Avenue à Washington (la Maison Blanche) tout en la situant cependant par rapport aux anciens présidents dans la continuité des gouvernements depuis la Seconde Guerre mondiale. Il montre que Bush n'est pas en rupture avec ses prédécesseurs qui n'ont fait qu'assurer la mainmise progressive de leur pays sur le reste du monde, encourager son impérialisme et multiplier ses "actions de police", ou des interventions imposant une politique dont les présidents sont toujours persuadés qu'elle est motivée par leur conception du bien. On pourrait remonter à Wilson en 1919 qui a commis bévues sur bévues en faisant appliquer ce "bien".

    Ce qui change est peut-être, selon l'auteur, la militarisation croissante du domaine public (on n'ose dire sa fascisation rampante), où l'intimité se ringardise et disparaît peu à peu comme notion, où la délation, toujours pour de bonnes intentions, est encouragée. Cela conduit donc Noam Chomsky à rendre plus ou ou moins naïvement hommage aux artisans du Forum Social. Car il serait naïf de penser que ce livre sera lu dans l'Amérique profonde. Mais c'est un avertissement qui a le mérite de poser les bonnes question, et non seulement dans le domaine diplomatique mais aussi quant à l'écologie. On notera sur ce sujet que les dernières décisions de Bush concernent la vente de domaines forestiers d'état dont le sous-sol recèle du pétrole à des investisseurs privés.

    Ce que ce livre montre également par le menu c'est que Obama restera dans cette ligne, en allant par exemple intensifier la guerre en Afghanistan, et qu'il n'y aura guère que quelques aménagements cosmétiques de la politique américaine.
    Titre : Dominer le monde ou sauver la planète ? L'Amérique en quête d'hégémonie mondiale | Auteur : Noam Chomsky, Paul Chemla | Editeur : Fayard

  • Hillary prend ses électeurs pour des cons

    Imprimer Pin it!

    505143180.JPGDans un discours de campagne, la candidate américaine préférée des français a prétendu être allée à Sarajevo sous les tirs de snipers, les balles qui sifflaient et les combats qui faisaient rage. Il n'y avait pas eu de cérémonie, elle n'en voulait pas par modestie et elle et sa fille étaient ensuite allées nourrir des chtits n'enfants affamés dans un orphelinat. On en pleurerait presque, Sainte Hillary et Sainte Chelsea, deux grandes femmes à l'égal de Mère Thérésa. Et puis, voila qu'un petit malin a ressorti les vidéos du voyage, où l'on voit qu'il y a eu une belle cérémonie avec chtits n'enfants, chtites filles avec des jolies fleurs, des beaux discours, et pas une balle ou un obus. N'est-ce pas que tout cela est "bô" , tirerait les larmes à un mercernaire en Irak ? Mais c'était faux.

    en illustration une caricature avatar d'Hillary sur "Second Life" 

    Une vidéo ici 

  • La bombe "gay" du Pentagone - information de l'AFP

    Imprimer Pin it!
    Photo
    le Pentagone
    Y-a-t-il des tapettes au Pentagone ?

     Voilà une information essentielle et exquise qui montre qu'il:n'y a pas de pédédukus dans l'armée américaine...

    WASHINGTON (AFP) - Une bombe "gay" transformant des soldats ennemis en homosexuels préférant faire l'amour à la guerre, l'idée saugrenue avait été proposée en 1994 par un laboratoire militaire au Pentagone, qui n'a pas donné suite.

    Le laboratoire Wright de l'armée de l'air à Dayton (Ohio) réclamait 7,5 millions de dollars pour développer cette bombe contenant un produit chimique au puissant effet aphrodisiaque qui entraînerait "un comportement homosexuel" censé affecter "le moral et la discipline des unités ennemies".

    Le document, déniché en décembre 2004 par le Sunshine Project, une association basée au Texas (sud) et en Allemagne qui milite contre les armes biologiques, agite depuis quelques jours la blogosphère et des médias américains.

    Lire la suite ici