Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"le visage de l'homophobie"

  • L'homophobie parlons en...

    Imprimer Pin it!

     Un acte d'homophobie a été commis sur un jeune homme frappé sauvagement par des voyous d'ailleurs « issus de la diversité » selon le terme « ad hoc », et non par des participants de la « Manif pour tous » ou de méchants catholiques de droite et « de souche ». Gravement blessé, il a décidé de mettre en ligne sa photo sur « Facebook » et de passer à la télévision dans plusieurs émissions complaisantes pour montrer ce qu'il appelle le « visage de l'homophobie ».

    politique, Wilfred, "le visage de l'homophobie", UMP, PS, Frigide Barjot


    Sans remettre en cause la violence de ce qu'il a subi, et que cet acte de haine est en soi inadmissible, on peut légitimement trouver cela un rien exagéré, un poil narcissique de sa part, et très habile au fond car il a su, avec son compagnon, se servir parfaitement des réseaux sociaux pour provoquer l'émotion à son sujet.

     

    Selon lui cet acte est dû au climat de haine des homosexuels qui serait entretenu par les tenants de la « Manif pour tous », les catholiques dans leur ensemble et tous ceux qui s'opposent au « mariage pour tous » et à ses conséquences à savoir la GPA et la PMA généralisé, et donc la marchandisation inévitable et inéluctable du corps des femmes. En 68 les âmes de progrès faisaient dire aux femmes :

     

    « Mon corps m'appartient », en 2013, ce sont les homosexuels qui leur disent :

     

    « Votre corps nous appartient ».

     

    Et ce sont toujours au fond les mêmes procédés pourtant éculés.

     

    On isole un acte extrême, qui marque les esprits, qui fasse le « buzz », qui fait pleurer Margot dans les chaumières, qui provoque de la sur-affectivité censée bloquer toute réflexion sur ce qui arrive. Car c'est le but, bloquer toute réflexion sur un sujet de société souvent polémique, refuser tout débat, toute discussion en jouant sur les pleurnicheries de crocodiles.

     

    Pour paraphraser Gide, on ne fait cependant pas de bonne politique avec de bons sentiments

     

    Ainsi, pour vanter les mérites de l'euthanasie met-on en avant le cas que l'on montre comme exemplaire de Vincent Humbert, ainsi ne montre-t-on à la télévision que des couples homosexuels parfaits, quasiment idéaux, pour mettre en lumière les mérites de l'adoption pour les personnes ayant cette orientation sexuelle.

     

    Parallèlement, l'évolution de société suggérée pour consoler ceux qui ont bien voulu pleurnicher du chagrin causé est assénée comme inéluctable, et forcément positive, car consolatrice de la sur-affectivité provoquée. Bien entendu, personne ne dit pourquoi c'est forcément mieux, ou pourquoi c'est inéluctable. C'est bien parce que c'est bien ou alors parce que les personnes issues de la communauté ayant souffert estiment que c'est bien.

     

    Aucun autre argument supplémentaire n'est jugé nécessaire.

     

    Enfin, beaucoup devraient voir là les limites de vouloir donner absolument au camp d'en face des gages de bonne conduite sur l'homophobie ou la diversité. Il est clair avec le cas du jeune Wilfred monté en épingle comme il convient que pour les promoteurs du « mariage pour tous », que l'on donne ces gages ou pas, l'on sera forcément un réactionnaire infâme.

    "La visage de l'homophobie" pris ici