Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Spiritualité

  • Relire Bernanos en nos temps incertains

    Imprimer Pin it!

    Bernanos.jpgJ'ai fini par comprendre pourquoi les jeunes gens s'affirmant néo-réacs de droite aimaient bien se réclamer de Bernanos. Il est réputé anti-franquiste, certains n'en démordent pas il serait passé à gauche, et il a écrit un livre, "les grands cimetières sous la lune", où il ne s'attaquerait qu'à Franco. Cela lui donne une utilité, avec lui pas besoin de passer son temps à se justifier d'être de droite ce qui est le sport favori de ces petits jeunes gens qui aiment bien conserver bonne réputation (Pour quoi faire ?) et qui aiment à se légitimer auprès des arbitres des élégances politiques (Pour quoi faire là aussi ?). Manifestement ils ne l'ont pas lu car dans l'ouvrage Bernanos en a autant contre les marxistes et toute la gauche dans son ensemble.

    Il est toujours libre, jamais coincé dans un camp ou l'autre, englué dans une coterie, un milieu, des mondanités socialement consanguines. Les "marionnettistes" qui font parler les morts en seront pour leurs frais, tous ces gens qui s'improvisent "héritiers" de tel ou tel auteur.

    Et si Bernanos finit par quitter "l'Action Française" il n'oublie rien des leçons de Maurras sur en particulier le pays légal et le pays réel en particulier, notion plus que jamais actuelle, le pays "légal" étant de plus en plus violent et brutal contre le pays "réel".

     

    Curieusement, "la grande peur des bien-pensants" est moins citée alors que tout aussi intéressante car dédiée à Edouard Drumont, l'auteur très sulfureux de "la France juive". Ce serait d'ailleurs idiot de l'en condamner, à l'époque de la jeunesse de Bernanos Drumont avait une aura très forte surtout car anti-bourgeois, contre cet esprit bourgeois pédagogue qui a tout envahi de nos jours, cette espèce de bonne conscience dégoulinante de bons sentiments qui devrait être la norme pour tous afin de s'auto excuser, s'auto justifier d'être aisé. Bien entendu, dans l'histoire, les précaires, les pauvres, le petit peuple, devraient toujours tenir leur rang, se soumettre et demeurer dociles face aux milieux aisés, face aux puissants. Comme les personnages de paysans dans les pièces de Courteline ou les nouvelles de Maupassant qui triturent leur casquette de coutil quand ils parlent à "not bon maître".

    "Et qu'est-ce que c'est ma chèère que toutes ces revendications tellement terre à terre sur un salaire décent ? Si encore ces gueux parlaient de changer le monde"

     

    On parle encore moins de "la France contre les robots" qui décrit pourtant clairement l'avènement de ce régime technocratique que nous subissons en ce moment, ces "robots" sans âme ayant oublié en cours de route le Bien Commun et leur humanité.

     

    Bernanos serait l'écrivain catholique de droite fréquentable par excellence depuis, sur ce malentendu, un auteur de "romans de curés" et de pamphlets gentillets un peu désuet dans ses emportements et sa colère. C'est oublier qu'il est très différent des autres écrivains catholiques sur un point précis. Il s'incarne. Tout ce qu'il écrit, il l'a vécu ou le vit. Il ne verse pas dans l'intellectualisation à outrance et la théorisation de questions qui n'en ont pas besoin. Et sa vie même en dehors de son œuvre est passionnante et en dit long sur lui. Son cœur brûle de passion pour ses semblables, pour ceux qu'il aime. Il a d'ailleurs le même regard quand on jette un œil sur ses photos d'enfance, que sa mère, Hermance. Quand il évoque les petits villages de France, les paysans, les maquignons, il sait de quoi il parle, il vient de là la rude terre sombre d'Artois. Et là encore chez lui cela s'incarne.

     

    La foi de Bernanos n'est pas une foi de pacotille, n'impliquant aucune obligation morale, une foi étriquée, de petites habitudes. Ce n'est pas non plus une foi de pur esprit, d'illuminé ou de tièdes, tièdes qu'il vomit.

    Et surtout par dessus tout, il est intègre et hors de l'a-moralisme ambiant de son époque, que nous vivons encore il est vrai en 2019. C'est parfois drôle quand on se souvient de certains épisodes de sa vie. Ainsi, partant au Brésil avec sa famille, il oublie avec sa femme les hypothèques qui lui permettront de vivre là-bas sur la plage arrière du taxi qui les amène au paquebot. Vendant en 1948 "le chemin de la croix des âmes", son domaine au Brésil, il s'avère que le nouveau propriétaire trouve du pétrole sous les terres ce que Bernanos ignorait. Mais ayant vendu, s'étant engagé, il n'en a cure et se tient à sa parole malgré les protestations de son acheteur.

     

    Tombant déjà dans l'erreur que beaucoup commettent encore, un journaliste américain demande à Bernanos en 1948 s'il est heureux que la démocratie soit enfin rétablie. Ce qui provoque immédiatement la colère de l'auteur du "Soleil de Satan" qui réaffirme malgré la surprise et l'ébahissement de l'autre son mépris pour la comédie démocratique française avec le ton "jacassier des anciennes cours d'Europe" ainsi que le décrit Roger Nimier qui lui aussi se fait engueuler quand il demande à Bernanos s'il va soutenir De Gaulle enfin, Bernanos qui s'inquiétait de savoir quand les jeunes de France, les plus pauvres allaient se réveiller enfin contre la sottise des bourgeois pédagogues, pédagogues car il aiment bien faire la leçon encore et toujours aux peuples.

    Il suffit de prendre le train de banlieue, ou n'importe quel train d'ailleurs, pour avoir les mêmes doutes sur le bien-fondé de la démocratie rien qu'en observant un peu ses semblables.

     

    Bien entendu, si l'on préfère l'eau tiède et des lectures qui ne font pas de mal, autant ne pas le lire et se plonger -je ne sais pas ?- dans David Foenkinos ?

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • L'autre infini

    Imprimer Pin it!

    à propos de "Psychologie de la connerie" ouvrage collectif sous la direction de Jean-François Marmion, aux éditions Sciences Humaines paru en janvier 2019 (trouver le livre à ce lien)

    psychologie, connerie, société, politique, amaury watremez(Jean-Claude Carrière déjà auteur d'un "dictionnaire de la bêtise" avec Guy Bechtel, Boris Cyrulnik, Howard Gardner, Tobie Nathan, Alison Gopnik et d'autres...)

     

    Albert Einstein disait :

    "Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue". Le génie découvreur de la théorie de la relativité eut lui-même ses instants de grande connerie humaine, ainsi que le rappelle un des chapitres du recueil, en particulier quant à ses considérations sur le physique des femmes...

    La connerie n'a pas de limites, certains esprits taquins le disaient également : "Les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnait".

     

    Cet ouvrage conséquent propose de la définir pour tenter de la combattre, ce qui est un combat perdu d'avance il est vrai. Le con dans nos esprits, c'est toujours l'autre, nous avons beaucoup de mal à reconnaître notre propre sottise, alors qu'à un moment ou un autre malheureusement nous l'avons été un peu ou beaucoup, le tout étant d'en avoir conscience, ce qui nous rend moins cons. D'autres comme Brassens nous rappellent que "le temps ne fait rien à l'affaire".

     

    La connerie est affaire de préjugés. On considère (j'emploie le "on" à dessein car "on" est con n'est-ce pas ?) par exemple qu'une belle femme, une jolie fille est forcément conne, car la nature équilibrerait ainsi les choses alors qu'une laide peut très bien aussi être complètement stupide. Il faudrait se questionner également sur notre définition de la beauté sur laquelle là aussi il a été dit beaucoup de conneries.

     

    C'est un sujet très délicat que la connerie. Il concerne aussi l'intelligence et comment nous la définissons. Beaucoup confondent encore trop souvent intelligence et culture, même si pour se cultiver il en faut un minimum. De même culture et érudition, culture et instruction sont mélangées alors que ce n'est pas du tout pareil. La personne cultivée sait quoi faire de ses connaissances, s'en enrichir, l'érudit les empile, c'est tout. Je ne parlerai même pas ici des excuses que les ignares se donnent pour s'auto-excuser de leur manque d'appétence pour le savoir (différentes formules comme "la culture c'est comme la confiture moins on en a plus on l'étale" etc). Et s'il y a différentes formes d'intelligence, le psychologue Howard Gardner en définissant sept...

     

    ...Il y a aussi une connerie objective.

    (les sept intelligences, voir à ce lien : Intelligence linguistique, Intelligence logico-mathématique, Intelligence spatiale, Intelligence intra-personnelle, l'intelligence interpersonnelle, Intelligence corporelle-kinesthésique, Intelligence musicale, Intelligence naturaliste, Intelligence existentielle (ou spirituelle) )

     

    Auparavant, les auteurs, qu'ils soient spécialistes ou pas, avaient moins peur d'être politiquement incorrects et on évoquait aussi bien la débilité que l'arriération mentale, que les individus retardés voire imbéciles. Depuis, on préfère parler de troubles en "dys" plus satisfaisants, plus rassurants pour les parents et les éducateurs en général et aussi plus hypocrites. La connerie se définit aussi et surtout par l'absence d'empathie, d'altérité et de bienveillance envers l'autre. La connerie ce que confirme de nombreux auteurs de ce livre mène le plus souvent directement à la haine, la violence, le discours binaire, simpliste, sans aucunes nuances.

     

    Bref, les empilages de slogans que d'aucuns sur le net en particulier confondent avec des convictions construites et raisonnées.

     

    Ils commencent d'abord à définir le mot. Qu'est-ce qu'un con ? Selon Jacques Prévert et Edgar Morin, on ne devrait pas parler de "con" pour parler d'un idiot, le vocable désignant en argot le sexe féminin et donc une des plus belles choses de cet univers. Ce en quoi ils se trompent, car "con" vient de "coïon" l'appellation du petit sac que les légionnaires romains portaient à la ceinture, qui signifiait "petite chose", ce qui donna aussi "couillon" ou "couille". On en déduit donc qu'un con est aussi et bel et bien un couillon. Il n'y a pas de privilège à l'un ou l'autre sexe, pas d'exclusive mais une totale égalité en la matière. Il n'y a pas de jaloux.

     

    Sont définies dans une tentative de réflexion les conneries individuelles, les conneries selon le milieu social, car elle a évolué depuis l'avènement de la bourgeoisie triomphante au XIXème siècle. La connerie bourgeoise a fait le bonheur de nombreux écrivains classiques et modernes, de Flaubert et son "dictionnaire des idées reçues" dans "Bouvard et Pécuchet" à Jarry et "Ubu" ou Ionesco et son théâtre de l'absurde. L'ouvrage n'oublie pas les conneries des "très intelligents", comme ces diplômés qui regardent leur horoscope chaque jour, ces polytechniciens qui rejoignent certaines sectes, sans parler bien sûr de ces énarques normaliens qui deviennent présidents de la République et ne réfléchissent pas plus pour autant etc....

     

    Contre la connerie, contre notre propre connerie, les auteurs proposent de toujours garder de la distance sur un sujet, un esprit critique, l'acceptation inconditionnelle de soi et donc de l'autre. La culture préserve aussi de la connerie en montrant la complexité du monde. Et bien entendu l'indépendance d'esprit contre la connerie collective (NB : Je tiens farouchement à la mienne et ne suis pas le seul), la connerie grégaire qui voudrait que l'on hurle avec les loups pour se protéger. Une foule n'a pas raison contre la minorité, l'unanimité tellement à la mode de nos jours ne fait pas la raison et l'équilibre, et l'intelligence. Les nouveaux moyens techniques dont nous disposons donnent hélas à la connerie une ampleur inédite jusque là dans nos sociétés.

     

    Image trouvée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    Merci infiniment à toi qui m'a fait lire ce livre sur lequel je reviendrai car il y a encore beaucoup à dire...

  • La Vérité (sur la sexualité dans l'Église) rend libres

    Imprimer Pin it!

    ozon.jpgL'auteur de ces lignes a vécu deux ans à Jérusalem. J'y ai vu des comportements chez de nombreux religieux ou pèlerins, que ce soit des pèlerins plutôt traditionnels ou des "nouvelles" communautés, m'ayant beaucoup choqué. En particulier des comportements homophiles, homosexuels très clairs. Je me souviens de ce séminariste très "grande folle" avouant en riant son goût pour le travestissement, sans parler de cet autre qui sortait en boîte "gay" toutes les fins de semaine, sans aucune discrétion. Loin de leur paroisse, loin de leur famille ou de leur hiérarchie d'aucuns pouvaient se croire affranchis de toute règle morale et jeter bas leur hypocrisie disons habituelle.

    Je me rappelle aussi de ces prêtres exaltant le célibat à un point tel que cela devenait presque suspect et posait question sur eux, sur leurs motivations réelles. Écoutant certaines conférences sur le mariage lorsque je tenais un stand de l'Œuvre d'Orient à Paray le Monial, j'entendais aussi des propos effarants sur la sexualité. Ce qui ne pouvait signifier qu'une chose, la création divine pour ces croyants était donc maléfique en somme puisque Dieu nous a créé sexués et dotés d'organes pouvant nous mener au plaisir...

    Je pense aussi à ces cathos jeunes ou moins jeunes exaltant de façon un peu trop illuminée les sororités ou fraternités pour que cela ne signifie pas autre chose, sinon leur homosexualité latente non assumée. Je rappellerai aussi de nombreux passages de la correspondance entre Julien Green et Jacques Maritain évoquant déjà ces questions...

     

    Devant ce genre de déballage je ressentais et ressens toujours un mélange de mépris et de pitié. Cela crève tellement les yeux leur mal-être et leur malaise quant à leur sexualité réelle et fort mal intériorisée avec tout un ensemble de frustrations, de ressentiments, de carences évidentes compensées de temps en temps dans un mysticisme extraverti qui cesse dés que ces personnes rencontrent quelqu'un, ce qui est tout le mal que je leur souhaite.

     

    Bien entendu, j'ai rencontré aussi des chrétiens sincères que ce soit en Terre dite Sainte ou en France, cohérents avec l'idéal évangélique, je songe entre autres aux petites sœurs de Foucauld au couvent de sainte Véronique sur la Via Dolorosa.

     

    Sort bientôt en France le livre "Sodoma" (voir à ce lien) de Frédéric Martel déjà auteur de "le Rose et le Noir" ouvrage déjà très intéressant sur en particulier la libération des mœurs. L'auteur parle de ce qui serait selon lui la plus grande communauté homosexuelle dans le monde, le Vatican. A l'écouter, il n'a aucune malveillance, aucune envie de dénoncer tel ou tel personnage se cachant hypocritement derrière sa charge ou son sacerdoce, il veut juste comprendre.

     

    Il me semble d'ailleurs que c'est justement à cause de toute cette abjection bien hypocrite que Benoît XVI a démissionné rebuté par l'ampleur de la tâche et des dégâts.

     

    Demain sur les écrans, on pourra voir également "Grâce à Dieu" (voir à ce lien) de François Ozon qui relate l'affaire Barbarin, montrant, c'est le moins que l'on puisse dire, les "maladresses" de communication des ecclésiastiques dans l'histoire.

    Dans la bande-annonce on peut voir une ancienne victime du père Preynat interpeller Barbarin sur la violence de son "Grâce à Dieu les faits sont prescrits" et j'avoue que je suis entièrement d'accord, les clercs ont été en dessous de tout (des témoignages sur les actes du prêtre en accusation à ce lien). Comment a-t-on pu laisser un salopard pareil, déjà coupable d'actes similaires, en contact avec des enfants, avec des adolescents ? Tout comme monseigneur Gaillot l'avait d'ailleurs fait avec le père Vadeboncoeur dans le diocèse d'Evreux. Il n'y a pas d'excuses valables, pas de défense possible, d'alibis compréhensibles, pas de linge sale à ne laver qu'en famille.

     

    Comment peut-on être à ce point étranger en somme à l'humain ? A la simple humanité ? A la compassion ?

     

    En réponse à ces deux sorties de nombreux catholiques sont dans le déni absolu et le mode de défense maintenant habituel : ça arrive dans les autres grandes religions et on n'en parle pas (ce qui est vrai). Mais ça n'est pas un argument. Je crois savoir que dans l'Évangile un certain Jésus Christ affirme aussi que la Vérité nous rendra libre. Il évoque aussi le sort promis entre autres à ceux qui font du mal aux petits, donc aux enfants, et c'est sans ambigüité aucune ni circonvolution ou verbiage inutile :

    Une pierre de meule de Judée autour du cou et jetés dans la Géhenne (et c'est lourd une meule de cette région, la Géhenne étant la vallée la plus sèche de Jérusalem (car c'est aussi un vrai lieu).

    C'est pourtant clair.

     

    Je ne saurai trop conseiller aux catholiques d'avoir ces deux passages de leur livre saint en mémoire.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration empruntée ici

  • De figure du Mal à icône du Bien

    Imprimer Pin it!

    Alain finkielkraut, antisémitisme, société, politique, amaury watremezAlain Finkielkraut est devenu depuis quelques années la figure du Mal absolu sur les plateaux télévisés, avec Éric Zemmour, une des incarnations de la réaction, de la droite détestée par les bien-pensants, ils aiment le détester, il représente tout ce qu'il rejette. Le philosophe bien entendu s'est  bien garé de franchir la ligne rouge qui lui aurait interdit l'accès aux caméras. Il reste prudent montrant de temps en temps par prudence les mêmes dégoûts que les bourgeois pédagogues, attentif à rester au fond dans les clous.

     

    Ce qui ne sert à rien, pour le camp du Bien, on est étiqueté mauvais on est mauvais, point. Aucune justification n'enlèvera cette étiquette infamante. Les néo-réacs, les LMPT et tous ces jeunes turcs qui passent une bonne partie de leurs interventions à se justifier ne l'ont pas encore compris. Ils sont tous mis dans le même sac, cela est inutile de donner des gages aux moralisateurs. Gare à celui ou celle qui dit parfois des évidences (voir ici)...

     

    Ce week-end, reconnu dans la rue (voir à ce lien), Finkielkraut s'est fait insulté par plusieurs crétins sinistres, des opportunistes ayant revêtu un gilet jaune pour se faire entendre, trois salafistes, trois intégristes musulmans bien identifiés comme tels. Belle aubaine pour le gouvernement et ses sbires, belle aubaine pour Freluquet et ses disciples pour aider leur tentative de nazification du mouvement populaire. Que ce soit Benjamin Griveaux, Christophe Castaner, madame Loiseau se servant abjectement du symbole de l'étoile jaune pour la campagne des européennes, voir ici) ou Freluquet ou Agnès Buzyn, les gilets jaunes rappellent les totalitarismes des années 30, les fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire etc..

     

    Gare à celui qui les contredit et leur met le nez dans leurs contradictions (voir à ce lien).

     

    Et là l'amalgame est permis voire largement encouragé. Les gilets jaunes reçoivent l'injonction de se justifier, ils sont sommés de se dédouaner, de montrer qu'ils ne pensent pas comme  les trois connards (3 sur 50000 personnes, me basant sur les chiffres officiels). Qu'il y ait un pédophile notoire (voir ici) parmi les soutiens de Freluquet n'a pas entrainé de sommations à condamner la pédophilie au sein de son parti.  On attendra vainement les mêmes indignations envers les attaques antichrétiennes beaucoup plus nombreuses depuis quelques temps. Je crains que l'on n'attende longtemps. L'antisémitisme, même chez quatre ou cinq crétins sur une foule, c'est le retour du nazisme, le fait est entendu.

     

    Alain Finkielkraut dans un entretien le lendemain a été honnête sur ce qui s'est passé, précisant bien que ces insulteurs étaient des intégristes musulmans et que leurs injures ne pouvaient être généralisés pour tous les gilets jaunes. On peut le lui reconnaître . Mais ironie du sort, le voilà devenu une icône du Bien. Je n'ai pas d'illusions sur ce qui m'attend après que certains auront lu ces lignes. Je serai suspect d'antisémitisme, voire accusé d'en être un concrètement, d'antisémite. Ce ne serait pas la première fois...

     

    Ce genre de calomnies montre surtout toute la faiblesse intellectuelle des calomniateurs.

    C'est toujours rigolo aussi sachant que mon vrai patronyme prend son origine sans doute dans le choix de juifs espagnols virés d'Espagne en 1492 de porter le nom du village près de Bruxelles où ils avaient émigré.

     

    Image prise ici (site de marianne.fr)

     

    Sic Transit gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • Bellamy a-t-il le droit d'être catholique ?

    Imprimer Pin it!

    politique, société, foi, françois-xavier bellamy, catholicisme, amaury watremezDans ce pays, vous pouvez être d'une identité sexuelle floue, oscillante, et vous présenter à l'Eurovision sans problèmes. Vous pouvez faire venir à l'Elysée des chanteurs et danseurs interlopes en contradiction formelle avec la civilisation qui a fait construire des hôtels particuliers et monuments comme le palais présidentiel. Vous pouvez être aussi islamiste, sans problèmes ou presque, exprimer une haine des juifs qu'un émule des SA n'aurait pas osé. Vous serez excusé, ce sera forcément la faute de la colonisation.

     

    D'ailleurs vous pourrez sans limites accuser la France de génocide quant à votre communauté, c'est largement encouragé et soutenu.

     

    Vous pouvez être aussi un nanti méprisant, parfaitement égoïste socialement, et battre le pavé en gueulant des slogans dédaigneux. Cela ne pose aucune difficulté, tout comme faire la promotion de divers comportements sexuels limites. Vous pouvez aussi exprimer votre névrose en direct à la télévision en se parant d'une identité victimaire. On vous plaindra, on vous écoutera, on laissera faire. Tout comme dire aussi le plus de sottises possibles en direct : Deux ministres féminines d'Emmanuel Macron semblent en compétition sur ce sujet, Marlène Schiappa et Aurore Bergé.

     

    Par contre, vous ne pouvez pas vous affirmer comme chrétien, encore moins comme catholique tel François-Xavier Bellamy. Lui cumule car il rajoute un autre crime de pensée, il est contre l'IVG ce qui en fait aux yeux de tous les bourgeois pédagogues un extrémiste imbuvable bien plus dangereux que les islamistes qui vont bientôt revenir en France (dans les médias "mainstream" on ne compte plus les portraits faux Q criant à chaque ligne sa dangerosité, voir un exemple à ce lien).

     

    On n'a pas le droit d'exprimer cette opinion, c'est une faute majeure. Tout le monde doit être POUR l'IVG; Pas d'alternative possible. Si encore Bellamy était un de ces cathos pratiquant l'auto flagellation, ça passerait, mais même pas.

     

    Il rajoute à tout cela, ce qui est déjà insupportable pour les bien-pensants un éloge de la transmission des valeurs dans un livre où il déplore que la société et les "penseurs" de l'Éducation la rejettent comme paternaliste et arbitraire alors que les enfants en ont besoin plus que jamais (voir à ce lien "les déshérités ou l'urgence de transmettre"). Des adultes ne doivent pas transmettre quoi que ce soit aux enfants dont tous les désirs y compris les plus abscons les plus bas, les plus vils doivent être satisfaits, toutes les carences excusées. Ainsi la paresse est médicalisée, alors qu'un enfant paresseux est dans la plupart des cas juste paresseux.

     

    Cela prépare des générations d'adultes frustrés et immatures qui dés le premier petit nuage à l'horizon de leur vie affective et, ou professionnelle se laisseront aller qui à la colère qui à l'aliénation, des adultes dociles à l'arbitraire économique, à la moindre bêtise idéologique, à la superstition la plus stupide.

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • La pauvreté émancipatrice ?

    Imprimer Pin it!

    pauvreté, christianisme, foi, amaury watremezQuand j'étais gosse, un jour de caprices, je clamais et répétais comme un mantra "j'ai faim !" comme beaucoup d'enfants gourmands. Un des adultes présents, agacé, me répondit que je ne savais pas ce que c'était d'avoir faim, que dire cela avait un sens. J'appris plus tard que chez cette personne, bien souvent on faisait semblant de se mettre à table en remuant les chaises comme il le fallait pour faire croire aux voisins que l'on mangeait à sa faim tous les jours. Souvent l'unique repas consistait en une tartine trempée dans un peu d'huile. Parfois on ne mangeait rien du tout. Et les enfants allaient à l'école le ventre vide.

     

    Mais on faisait comme si tout allait bien. Par amour-propre, par fierté. Une pauvreté qui ne libère pas, n'entraîne aucune émancipation.

     

    La pauvreté aliène, elle enferme, elle isole, elle provoque le repli sur soi. Elle engendre la honte dans notre société, la colère aussi. Elle n'est pas du tout émancipatrice, c'est même plutôt tout l'inverse. Et pourtant de gentils petits "cathos", souvent charismatiques, continuent sur internet ou ailleurs d'en vanter les mérites, de l'idéaliser, dans une vision de l'Évangile un peu desséchée, complètement désincarnée. Quand on y réfléchit, le Christ et ses disciples ne se contentent pas de vivre d'amour et d'eau fraîche, de manger des lézards et déguster des pierres avec peu de sable. Le récit du nouveau testament est plutôt une longue suite de repas où l'on boit et l'on mange bien.

     

    Le dernier moment passé avec les douze apôtres est un repas de fêtes, et pour montrer qu'il est bien le Christ après la Résurrection il fait griller des poissons sur les bords du lac de Tibériade. Et je ne parle même pas de son premier miracle quand le vin vient à manquer aux noces de Cana, un des instants les plus dramatiques de l'Écriture.

     

    pauvreté, christianisme, foi, amaury watremezC'est un regard faussé, biaisé sur la pauvreté dans le réel. Les pauvres sont montrés, sont vus et décrits comme forcément angéliques, en gros étrangers à la nature humaine. Quand on lit entre autres "les Naufragés" de Patrick Declerck (voir à ce lien), sur son expérience avec les clochards de Paris, dans la rue, à Nanterre, dans les hôpitaux, on comprend que rien n'est plus faux, que même plongés au fin fond de la misère, les êtres humains ne sont pas plus solidaires, plus capables d'altérité. Ce serait même plutôt l'inverse. L'abjection est très présente, la violence, la haine et tout un cortège de souffrances psychologiques marquées.

     

    Mais finalement, il n'y a même pas besoin de cet ouvrage, il suffit d'ouvrir les yeux dans la rue, dans les gares où l'on croise souvent, de plus en plus, de ces éclopés de l'existence. On peut les voir tourner en rond, vaguement hébétés, le regard perdu, parfois agressifs, abandonnés à leur sort.

     

    Il y a aussi dans cette idéalisation de la pauvreté finalement un déni de notre humanité, l'incompréhension d'un pan entier de la foi chrétienne qui est l'Incarnation du Christ, Dieu fait homme et non pur esprit. Que si l'être humain est faillible, et très faillible, il est aussi capable de belles choses de temps à autre. Même si c'est rare, il est vrai.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration empruntée ici

  • Parler d'Islam en France

    Imprimer Pin it!

    Zineb el rhazoui, religions, islam, islamisme, terrorisme, politique, société, amaury watremezOn l'a vu avec les réactions sur le fil "Twitter" (TM°) de Zineb El Rhazoui, parler d'Islam en France est quasiment interdit sinon impossible. Elle a été immédiatement victime d'injures abjectes diverses et variées, de menaces de mort (voir à ce lien). Elle, elle a encore de la chance d'un certain point de vue. Elle est une miraculée de la tuerie de "Charlie Hebdo", elle est d'origine maghrébine et de culture musulmane. Elle est protégée 24h sur 24 et mène une vie d'errance. Le prix de son courage. Et de la lâcheté de la majorité des gens envers l'Islam dans ce pays.

     

    Elle ne sera donc pas soupçonnée par les arbitres des élégances politiques de la moindre connivence avec le Rassemblement National ou Marine le Pen, ou de nostalgie des z-heures les plus sombres de notre histoire.

     

    Ils n'osent pas trop encore. Mais elle les emmerde quand même copieusement. Certains le disent déjà un peu en fronçant le nez, "elle est quand même beaucoup applaudie par l'extrême droite". Ils aiment bien l'attaque personnelle allusive, la calomnie par en-dessous. Il est curieux d'ailleurs qu'une femme libre, un modèle de féminisme, je veux dire de vraie féminisme, de véritable émancipation les dérange autant, cela à mes yeux veut tout dire. Et elle elle le dit sans sourciller, sans barguigner. La question de l'islamisme, ce n'est pas que ce soit une entité abstraite posée à côté de la Foi religieuse issue du Coran, le problème c'est l'Islam en soi.

     

    "Fondamentaliste" ou "modéré". Qu'il y ait des musulmans pacifiques, qui ne feraient pas de mal à une mouche c'est aussi un fait mais la cohérence de leur foi avec les hadits, les prescriptions religieuses, leur vie de tout les jours, les pousse naturellement vers une pratique radicale.

     

    Elle l'explique très bien dans ce petit livre, "Détruire le fascisme islamique" (voir à ce lien). Elle connaît le sujet ayant fréquenté les écoles coraniques. Mais encore faut-il être capable de le lire avec attention, et non de répliquer comme il est d'usage en France depuis des décennies qu'il faut être contre tous les intégrismes comme s'il existait en France des "tradis" catholiques ou juifs qui posent des bombes ou égorgent des innocents. Et répéter le mantra "pas d'amalgame" ou "c'est pas ça l'Islam" ne change rien à cette réalité de fait inscrite dés l'origine de cette religion qui refuse toute sécularisation, celle-ci étant dans les gènes du Judaïsme ou du Christianisme avec le statut des laïcs, l'exégèse, interdite pour le Coran.

     

    Dire tout cela c'est être comme Zemmour suspect de vouloir répandre la haine, de monter les français les uns contre les autres. Comme si évoquer la réalité c'était mal. Comme si se mettre la tête dans le sable, cela évitera de subir la violence terroriste qui ne sera pas résolu avec de jolies peluches et des petites bougies ou des fleurs.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration prise ici

  • Intégristes contre intégristes

    Imprimer Pin it!

    religions, islam, catholicisme, politique, société, amaury watremez, intégrismesA chaque fois que l'on tente d'évoquer sérieusement l'Islam fondamentaliste en France, un des deux fléaux déchirant nos banlieues avec la multiplication des "incivilités" pour reprendre le terme pudique des médias et nous amenant doucement à une guerre civile, on leur oppose les catholiques "tradis" ou dits "tradis" comme si c'était la même chose. Moi qui ai fréquenté ce milieu catho tradi et qui les connait bien, je trouve ça rigolo. Cela me rappelle cette descente en voiture avec quatre d'entre eux dans la Midi de la France. Comme nous étions vendredis de Carême les "dangereux" "tradis" suggérèrent de ne pas manger et boire, ou un quignon de pain et un verre d'eau. Ce que nous fîmes sur un parking d'aire d'autoroute.

     

    Notre chauffeur en profita pour faire le plein et désœuvrés nous errions dans les rayons du magasin collé aux pompes les yeux comme ceux du loup de Tex Avery dés que nous croisions quelqu'un avec un sandwich. Deux d'entre nous "fanatiques" que nous étions s'achetèrent quelque chose de plus consistant et de quoi se désaltérer. Voilà pour le fanatisme de ces dangereux catholiques qui de temps en temps participaient à des manifestations d'une violence indicible (récitation du chapelet dans la rue, procession avec des cierges aussi dangereux que des mitraillettes c'est bien connu).

     

    Je ne les renie pas, je n'ai aucun ressentiment à leur encontre. Avec le recul l'épisode est même plutôt amusant. Tellement de "non dits" au fond tout comme dans cet épisode de "Strip Tease" où l'on voyait de jeunes charismatiques affirmer s'être "guéri de la masturbation" et se regarder les uns les autres pour surveiller lequel aurait l'air le plus coupable...

     

    Je les quittai au moment de "la dernière tentation du Christ" quand les adultes manipulant ce mouvement de jeunes abandonnèrent à leur sort les exaltés qui ont mis le feu au cinéma saint Michel, exaltés qu'ils avaient embrigadés et dans le cerveau desquels ils avaient martelé la nécessité de commettre quelque action stupide. Et puis brûler un cinéma c'est comme brûler des livres, c'est pour moi strictement inconcevable quelles que soient les œuvres considérées. Je ne brûlerai même pas les romans de Christine Angot ou ceux de Marc Lévy c'est dire. La censure est encore bien réelle dans ce pays, de plus en plus insidieuse au nom d'une idée frelatée du respect.

     

    Quant au rôle des femmes chez les catholiques "tradis", si évidemment dans le discours il est perçu sous un angle très réactionnaire, dans les faits il en est tout autrement. Et je me rappelle plus d'une fine mouche, d'une maline qui contournait les cadres moraux très stricts sans aucune difficulté.

     

    La difficulté avec l'Islam radical est bien différente. C'est un contre-projet de société s'opposant à la nôtre, à notre histoire, à nos valeurs, à l'éducation que les  occidentaux prodiguent encore à leurs enfants pour certains d'entre eux, certes ils sont de moins en moins nombreux il est vrai. Ce contre-projet se manifeste à travers des signes concrets dont les voiles ne sont pas des moindres. Je parlais des femmes, mais si on évoque "le" voile mais il y en a en fait de différentes sortes, de celui couvrant un peu à celui couvrant beaucoup voire tout. Ces femmes le portent ou sont poussées à le faire pour cette seule et unique raison militante. Dans la plupart des cas elles finissent toutes par porter l'intégral.

     

    Quand ils jeûnent non seulement les croyants musulmans jeûnent avec ostentation pour la majorité d'entre eux mais ils incitent les autres à le faire voire suggèrent aux autres de faire pareil quand ils s'y adonnent Personne ne mange du tout y compris les non musulmans qui dans la presque totalité des cuisines scolaires françaises n'ont quasiment plus le droit de manger du porc. Si d'aventure il y en a au menu c'est indiqué par des signaux dramatiques ou bien marqués, écrit en rouge ou en caractères bien gras comme la "junk food". C'est celui qui mange ou qui consomme du cochon le coupable, l'enquiquineur dans de nombreux collèges et lycées de banlieue, et non le religieux imposant sa manière de voir par des intimidations diverses et variées.

     

    Celle ou celui dénonçant la violence bien réelle dans les établissements scolaires et ses quartiers est également de ce genre d'emmerdeurs. Il ne faut surtout pas rappeler le réel, c'est mal en soi, c'est mauvais, c'est interdit. Cela contredit tous les bons principes des uns et des autres, la vision rose bonbon qu'ils ont de notre société violente. Il faut dire que la plupart des bons apôtres n'est pas touché par le problème; ils n'habitent pas les quartiers dangereux à l'exception d'un ou deux illuminés pour lesquels c'est encore plus incompréhensible.

     

    Quand la déflagration sociale aura lieu, que diront-ils ? Est-ce que les bonnes intentions servent à quelque chose à ces moments là ? Ou deviendront-ils sans doute des adeptes d'une politique de collaboration...

     

    J'attend aussi la marche blanche pour soutenir Asia Bibi acquitté pour son "crime", avoir bu de l'eau dans un puits réservé aux musulmans...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration prise ici

  • Les fameuses valeurs chrétiennes

    Imprimer Pin it!

    Foi, valeurs chrétiennes, société, amour, bonheur, amaury watremezBien entendu, il existe des chrétiens qui vivent véritablement en cohérence avec  l’Évangile et leur foi au moins un tout petit peu. Ceux-là n'ont pas besoin d'évoquer les fameuses valeurs chrétiennes à tire-larigot, n'ont pas besoin d'en parler puisqu'ils les vivent. Elles vont de soi pour eux ainsi que pour beaucoup de personnes non-croyantes pour qui l'altérité n'est pas un vain mot, la véritable altérité, celle qui partage sans contrepartie, qui donne sans demander de reconnaissance de dettes, qui accepte l'autre tel qu'il est et non tel que l'on voudrait qu'il soit, celle qui ne consiste pas à modeler son prochain selon ses vœux, selon un arbitraire revenant finalement à faire entrer un coin carré dans un trou rond. A la fin on finit toujours par donner des coups de marteau pour que ça rentre...

     

    ...Et cela revient à ne pas aimer son prochain du tout au fond, en se parant de bonnes intentions.

     

    Parfois même c'est beaucoup plus simple les frustrations, la rancœur bien mal camouflée recuite, le ressentiment contre le monde entier enjoint certains pharisiens à déployer beaucoup d'efforts afin que ceux qui ont le malheur d'apporter quelque importance à leurs laïus soient aussi frustrés et malheureux qu'ils le sont eux.

     

    Je les plains malgré tout ces personnes.

    Lire la suite

  • La spiritualité comme un S.A.V

    Imprimer Pin it!

    argentine-une-femme-demande-lapostasie.jpgAttention, je ne veux pas ici dire que l'on n'a pas le droit d'être incroyant ou de vivre une spiritualité en dehors de l'Église. Parfois il est des chrétiens, des catholiques qui feraient mieux de s'inspirer du comportement d'athées ou d'agnostiques beaucoup plus capables de charité qu'ils ne le sont, l'oubliant une fois passé le parvis de l'église après la messe du dimanche. Contemplant le scandale du Mal qui dans ce monde touche d'abord les plus petits, les plus faibles, les plus pauvres, contemplant la souffrance je comprends parfaitement que l'on puisse se dire que si un dieu existe il a un drôle de sens de l'humour.

     

    Un chrétien ne se posant pas cette question de la Croix oublie deux ou trois éléments fondamentaux...

     

    Cependant, je trouve que ces personnes ayant décidé de se faire débaptiser après les déclarations du Pape sur l'homosexualité confondent la Foi et la spiritualité avec un S.A.V. ou une association comme une autre. Elles sont tellement libres qu'elles suivent le discours ambiant actuel ans un bel ensemble grégaire assez contradictoire. Elles voient Dieu et, ou le Pape comme une sorte de "chairman manager", comme un chef d'entreprise dont on peut démissionner quand on ne s'y retrouve plus, un président de syndicat. On voudrait choisir ce qui arrange, ce qui n'implique aucune responsabilité vis à vis du voisin, du prochain.

    Lire la suite

  • Les cathos victimes consentantes ?

    Imprimer Pin it!

    religion, pédophilie église, société, politique, sexe, amaury watremezA chaque affaire de pédophilie dans l’Église (voir à ce lien), c'est le même « storytelling » qui ressort même si le Pape condamne sans ambiguïté (voir ici) :

     

    Suspicion sur l'ensemble du clergé et des catholiques, leçons de sexualité de divers « spécialistes », cathos en rupture de ban évoquant le mariage des prêtres, c'est haro sur les cathos ! Des « spécialistes » distribuent les bons et mauvais points (voir ici) et on reparle encore de « la manif pour tous », on insiste bien sur tous ces cathos tellement coincés, si possible on interroge des paroissiens de saint Nicolas du Chardonnet, des militants de « Civitas » qui sont pour beaucoup des idiots utiles, des charismatiques dans la dénégation fébrile d'être réac et de droite, ce qui ne sert à rien car ils sont déjà catalogués de toutes façons etc...

     

    Il faut dire que la communication des responsables est toujours plus qu'hasardeuse et hésitante, on sent leur malaise palpable. Il y a une constante, les pires sont souvent les plus progressistes, tel monseigneur Gaillot couvrant des années le père Vadeboncoeur dans son diocèse d’Évreux.

    Lire la suite

  • Y'aura-t-il encore des Blanche de la Force ?

    Imprimer Pin it!

    carmélites de compiègne, blanche de la force, religions, christianisme, société, politique, bernanos, amaury watremezLe 17 juillet 1794 les carmélites de Compiègne ont été exécutées à la barrière de Vincennes, et parmi elle la petite Blanche de la Force (voir à ce lien). Cet événement est rappelé par des affreux « réacs » comme moi, mais la plupart semble ignorer qui était cette jeune fille ? Dans la pièce de Georges Bernanos et du père Bruckberger alors qu'elle aurait pu échapper à la mort, elle s'avance d'elle-même en chantant d'une voix claire à la fin vers l'échafaud plutôt que de survivre à genoux. Et juste survivre. Notre époque ne peut absolument pas comprendre son acte tout comme elle ne comprend rien à la foi en elle-même perçue comme une maladie mentale, de l'hystérie...

     

    ...Et quand un chrétien vit sa foi en vérité. Ce qui l'oblige à le manifester dans sa vie publique. Il est forcément « traditionaliste » ou pire encore, un intégriste. Celle-ci devrait être vécue comme une sorte d'hygiène de vie, un auto-coaching pour être gentil avec tout le monde, bien se comporter sans que cela ait de réelles incidences plus profondes. Quant à pratiquer les sacrements là c'est le « pompon » ! On est nostalgique des « ordres noirs », les fameux...

    Lire la suite

  • T'es pas dehors à klaxonner ami pauvre ?

    Imprimer Pin it!

    politique, société, foot, demie finale, mondialisation, bleus, macron, amaury watremezParait que les maghrébins chantaient la marseillaise plus fort que les autres dans les cafés à Paris dans les quartiers où ils n'auront pas leur haine, paraît même que celles qui avaient des voiles elles étaient super patriotes, elles avaient des drapeaux dans les turbans toussa, c'est génial la diversité toussa, tu 'ois, c'est la fête, Paris est une fête, et la culture française c'est une soirée festive avec de la mixité toussa, black blanc beur, tous tellement sympathoches, qu'est-ce que c'est sympa !
     
     
    Enfin la diversité, attends, t'emballe pas, les pauvres, les pue la sueur on les aime bien exotiques mais faut pas croire qu'ils peuvent habiter la ville qu'est une fête, c'est plus pour eux, ça, ils votent mal, ils écoutent des musiques qui sont mal vues, non n'en demande pas trop hein ?
     
     
    La culture française ça se réduit à boire une binouze avec des potes et entre deux on s'en fout en gros ...
     
    Faut pas gâcher la fête !
     
    T'as pas envie de faire la fête ? T'as pas de coeur on te dira, ça justifie tout, t'es un méchant, et si ça se trouve même tu es un sale réac, salaud va !
     
    Les salariés qui ont à peine de quoi vivre, on s'en fout !
     
    Les retraites ? On s'en fout !
     
    Les SDF sans espoir de jamais s'en sortir on s'en fout !
     
    C'est la fête, merde, la fête au foot, arrête de rêver que tu puisses faire quoi que ce soit pour nous empêcher d'imposer ça à tout le monde !
     
    Le plan pauvreté reporté aux calendes grecques ? On s'en branle ! Puisqu'on te dit que c'est la fête et que la France diverse c'est génial et tellement sympa !
    T'es pas dehors à klaxonner, t'attends quoi ?
     
    C'est génial la mondialisation ! T'auras encore plein de moments de fête comme ça !
    Mais surtout pas de gourance tu fermes ta gueule en cas de réforme des retraites, de ton statut et tout ! Le CDI tu crois vraiment que ça va encore durer comme ça des lustres ? Le CDI c'est pas pour les pauvres, pas pour le peuple, c'est pour les possédants, ceux qui sont loin, très loin de la diversité qu'on t'impose, des coutumes médiévales (une autre culture tu comprends c'est pas grave hein ?).
     
    Cela ça te regarde pas et puis tu peux pas comprendre, toi on te demande juste de revoter encore et encore pour nous, sans te poser de questions sur la déconstruction du peuple, de la nation, de ses idéaux, de ce qui la liait auparavant. On s'en fout, on est en finale et il y a encore baballe avec nous dimanche, c'est dingue comme c'est sympa, t'es pas d'accord ?
     
    T'es pas content que les belges ils aient perdus ?
     
    Ils sont cons les belges ! Ils sont bons qu'à faire des bonnes blagues en fin de banquet tu crois pas ? Mais on les aime bien quand même...
     
     
    Et surtout, surtout ta conscience hein tu la laisses au vestiaire demain aussi...
     
    Demain on a plein de réformes à faire, tu verras, elles sont super sympas aussi...
     
     
    Sic Transit Gloria Mundi, Amen
     
    Amaury - Grandgil

  • La France pré-insurrectionnelle à Nantes

    Imprimer Pin it!

    politique, société, émeutes, nantes, policier, jeune tué, amaury wattremezA Nantes des émeutes selon le vocable employé par les médias ont lieu chaque nuit depuis quelques jours (voir à ce lien). Enfin des émeutes...

     

    Le mot me paraît mal choisi et bien prudent, on pourrait parler de situation largement pré-insurrectionnelle. Quant à la photo de la marche « blanche » pour le jeune et pauvre innocent tué par le policier elle rappelle une « libanisation » rapide de ce pays...

     

    A l'origine de ce bazar complet, de cet échec patent de l'autorité de l'état on trouve comme prétexte la mort de cce gosse d'une cité impliqué dans différents trafics tué par un l'agent des forces de l'ordre. Rien ne justifie la mort d'un jeune, quel qu'il soit, quels que soient ses actes mais cela devait bien finir par arriver dans des zones de non-droit où seule la force, la violence, la brutalité sont comprises. Dans ces zones, ce ne sont pas seulement les policiers, les gendarmes, les pompiers, les services d'urgence qui ne peuvent plus y aller mais aussi l'EDF, les services de distribution d'eau qui ne se risquent que très rarement à envoyer des lettres de réclamation dans ces coins là. On les comprend très bien évidement.

    Lire la suite

  • Des travelos flamboyants aux personnes trans

    Imprimer Pin it!

    politique, sexualité, personnes trans, homosexualité, politique, amaury watremezL'auteur de ces lignes, mézigue, ne croit pas que la normalité soit quelque chose d'absolument intangible. Je pense même qu'elle n'existe pas, il y a une infinité de cas particuliers parmi les êtres humains. Mais comme le souligne un père de l’Église avec raison, « tout m'est permis mais tout ne m'est pas profitable ». Il y a un nécessaire équilibre certes très rare, à atteindre ou chercher à atteindre...

     

    Un de mes proches a travaillé au début de sa carrière à Montmartre. Il avait pour clientèle les travestis de Pigalle. Il les croisait également le matin au café mal rasés. Il m'a dit combien ces personnes étaient d'une tristesse rare à cause de leur mal être, bien loin de l'image des travestis flamboyants et extravertis de la « Cage aux folles », de « chez Michou » ou ailleurs au comportement que beaucoup, y compris parmi les bien-pensants, attendent encore des homosexuels qui se doivent d'être le « pédé de service », qui ne sont définis par les autres que par leurs penchants sexuels...

    Lire la suite

  • Ce que deviennent les cathos

    Imprimer Pin it!

    religions, société, christianisme, politique, catholicisme, versailles, amaury watremezJe défendrai toujours la foi catholique et l'Evangile contre vents et marées. Elles me sont chevillées au corps et à l'âme bien que ma foi est sans doute loin d'être aussi grande qu'un grain de moutarde. Et c'est petit un grain de moutarde. Tout comme je défendrai malgré eux les catholiques qui sont pour la plupart pourtant indéfendables.

     

    Mais j'ai du mal, de plus en plus.

     

    J'ai vécu trois ans à Versailles qui est le cœur de ce qui reste du catholicisme en France, enfin celui dont on parle le plus, celui qui va à l'Emmanuel en été et à saint Cast, La Baule ensuite. Je m'étais dit naïvement que de par ma proximité apparente d'idées avec la plupart, de ma par mes croyances, cela serait facile. Je pensais que c'était à moi de faire des efforts pour m'intégrer et rencontrer du monde. Il y avait aussi ce désir de ne plus être l'électron libre, le trublion, le caillou dans la chaussure...

    Lire la suite

  • Exodus remake

    Imprimer Pin it!

    politique, aquarius, société, migrants, storytelling, europe, amaury watremezQue l'on ne se méprenne pas (certains se méprendront quand même mais on s'en fout) :

     

    Le but de cet article n'est pas de condamner et accuser de tous les maux des migrants qui en somme sont pour la plupart de pauvres hères manipulés pensant trouver leur compte dans un départ pour l'Europe. Depuis des décennies de décolonisation lumineuse et teeellement heureuse ils sont tiraillés entre des théocrates haineux et violents et des dictateurs sans scrupules. ils meurent de faim et de privations de liberté, souffrent mille morts alors qu'on leur avait promis le rêve, la fin de leurs malheurs sans se poser la question une seconde de leur bien-être, de leur intégration dans les pays occidentaux.

     

    De plus, il ne faudra surtout pas se poser la question de notre capacité à les accueillir, de nos facultés d'intégrations alors que déjà de nombreuses personnes sont en voie de paupérisation en France en nos temps de casse sociale.

    Lire la suite

  • Pour le petit Alfie

    Imprimer Pin it!

    euthanasie, société, politique, santé, alfie evans, amaury watremezLe petit Alfie Evans atteint d'une affection neurologique n'ayant pas été identifié est mort avant-hier, littéralement euthanasié par l’hôpital auquel ses parents l'avaient confié (voir à ce lien). Il est mort parce qu'il coûtait cher à la collectivité, il est mort car dorénavant notre société ne veut plus protéger les plus faibles, ne souhaite plus le faire, ce qui est le début de la barbarie et montre où en est réellement notre civilisation où ce qu'il en reste.

     

    Et il n'en reste que peu de choses...

     

    Dans un monde où l'individu se doit d'être un rouage dynamique, performant, productif et docile, bien entendu oubliant son individualité au profit du reste, il ne peut plus y avoir de place pour le souci des pauvres, des petits, des précaires, des malades, des personnages âgées n'étant plus « utiles » pour le tout-économique, les crédits leur étant consacrés diminuant constamment au nom de la sacro-saint rentabilité.

    Lire la suite

  • Ces chrétiens dont vous n'avez rien à faire

    Imprimer Pin it!

    Encore moins que les autres, c'est dire....

    chrétiens d'orient, islam, politique, société, religions, islamisme, société, amaury watremez 

    Ce sont les chrétiens orientaux, ces chrétiens qui célèbrent en grec, en syriaque, en copte, en araméen, an arménien, en arabe, ces chrétiens qui parlent d'ailleurs arabe pour la plupart d'entre eux. Minoritaires, toujours suspects aux yeux des maîtres s'étant succèdés sur ces terres depuis des siècles ils formaient souvent l'élite de leurs nations, et un pont avec l'Occident (voir à ce lien un article sur le massacre de ces minorités qui continuent).

     

    Cependant, l'ignorance des catholiques est telle à leur sujet en 2018qu'elle peut être illustrée par ce monsieur me demandant candidement à un stand de l'Oeuvre d'Orient à quelles dates étaient arrivés au Proche Orient les missionnaires ayant convertis ces croyants. Dans son esprit, un arabe était automatiquement musulman, pas un disciple de l’Évangile.

    Lire la suite

  • Pour un héros combien de salauds ?

    Imprimer Pin it!

    islam, terrorisme, radouane lakdim, fiché S, société, politique, incompétence, amaury watremezPour un Arnaud Beltrame mort en donnant sa vie, combien de salauds ? Combien de cloportes ? Combien de collabos en puissance s'accommodant du pire pensant ainsi se protéger ? La colère monte avec la rage au cœur face à tous ces renoncements, face à la sottise de certaines déclarations, face à tous ces aveux d'impuissance. Comment ne pas être furieux quand on lit ou que l'on écoute les déclarations du ministre de l'Intérieur affirmant qu'ils étaient persuadés que Lakdim qui était fiché "S", tout comme sa compagne, ne passerait pas à l'action .

     

    Radouane Lakdim, un autre taré fanatisé, un autre "loup solitaire" sans doute, a donc pris en otage des clients du "Super U" de Trèbes dans l'Aude. Tenant un discours à peine intelligible, violent, haineux, il a égorgé -pardon "poignardé au cou" (voir à ce lien un "pudique" article parmi d'autres sur le sujet)- le gendarme de 45 ans qui avait pris la place d'une otage.

     

    La très grande majorité des croyants musulmans de France ne prendra jamais un couteau ou une kalachnikov pour assassiner. Mais la très grand majorité des croyants musulmans de France ne dénoncera pas les actes terroristes commis au nom du Coran. Pour quelle raison ? Parce que la plupart des musulmans excusent ces actes ou les justifient par le racisme qui sévirait durement dans notre pays à leur encontre, quand ce n'est pas à cause de la mainmise du lobby jui...sioniste pour ceux qui s'enhardissent à avouer ce qu'ils pensent vraiment.

    Lire la suite

  • Les recycleurs de mémoire

    Imprimer Pin it!

    politique, nazisme, histoire, société, hypocrisie, bien pensants, amaury watremezL'auteur de ces lignes, à savoir mézigue, ne nie pas l'importance de connaître son histoire, ne nie pas non plus une seconde le tragique de la Shoah. Mais celle-ci devient le prétexte un peu facile pour faire taire toute remise en cause ne serait-ce qu'embryonnaire du système et de sa doxa. Sans peur du point godwin, elles est assimilée avec beaucoup de mauvaise foi à une réactualisation du nazisme, une resucée des ordres noirs. C'est systématique et cela sans aucune peur du ridicule qui fort heureusement ne tue pas sinon ce serait une hécatombe sans nom...

     

    Il y a des salisseurs de mémoire évoqués par maître Folace dans "les Tontons flingueurs" et il y a les recycleurs de mémoire. Depuis le 8 mai 1945 le nazisme est sans cesse ressassé, recyclé, réutilisé pour faire taire toute tentative de contradiction de l'époque. Toute personne qui s'essaie à la critique de la bonne parole risque l'assimilation aux nazis, à Hitler. Les négationnistes eux-mêmes ainsi que les "antisionistes" participent de la blague permettant à cette dynamique somme toute mortifère de s'entretenir. Ils autorisent en effet les recycleurs à continuer d'y aller franco, ils peuvent ainsi dire :

     

    "Vous voyez bien que le devoir de mémoire est indispensable  certains nostalgiques (des fameuses "z-heures les plus sombres..." le remettant en question".

    Lire la suite

  • Les blasphèmes des fanatiques

    Imprimer Pin it!

    religions, société, laïcité, politique, amaury watremezOn notera qu'à dessein je ne cite aucun dieu particulier, aucune religion définie, aucune doctrine, je me contente de faire quelques remarques me semblant de bon sens. Ce petit avertissement liminaire ne servira strictement à rien je le sais, on me soupçonnera très vite des pires intentions mais je n'en ai cure...

     

    Je m'étonne que personne ne s'en soit jamais fait réellement la réflexion alors qu'elle est toute simple. Les prescriptions alimentaires obligatoires tout comme celles obligeant au port de tel ou tel vêtement et ou accessoire sont en eux-mêmes des blasphèmes. Ils incitent à cacher le corps des femmes, à refuser d'ingérer tel ou tel fruit, légume, animal. Ils suggèrent donc par essence que la création divine est mauvaise en elle-même, que leur dieu a raté quelque chose puisqu'il faut soit le cacher soit l'éviter.

     

    C'est donc que le corps des femmes, création divine, tout comme le cochon, entre autres, sont maléfiques et que donc c'est un dieu mauvais en lui-même.

    Lire la suite

  • Une certaine petite bergère...

    Imprimer Pin it!

    politique, sociéte, jeanne d'arc, orléans, catholiqkues, amaury watremezA Orléans pour célébrer sainte Jeanne d'Arc cette année, l'organisme chargé d'organiser les fêtes en son honneur a choisi cette année une jeune femme métisse, bonne catholique et méritante, capable d'altérité : Mathilde Edey Gamassou. Que je sois bien claire, sa couleur de peau n'a aucune espèce d'importance dans ce que je vais écrire, et elle n'est responsable en rien des confusions des uns ou des autres autour de son choix. Mais que l'on ne nous fasse pas croire qu'elle n'a pas été choisie car métisse alors que c'est précisément pour cela qu'elle est censée incarner Jeanne cette année...

     

    C'est une célébration de ce que beaucoup, dont l'auteur de cet article (voir à ce lien), nomment les valeurs que Jeanne représente : le sens de l'autre, le sens du service, le courage, le dévouement...

     

    C'est une Jeanne très intellectualisée que voilà, une Jeanne schématique coupée de sa réalité historique, une Jeanne ripolinée, aseptisée. Alors oui, pour représenter cette Jeanne, cette jeune femme est somme toute parfaite comme symbole, seulement voilà :

    Lire la suite

  • Témoigner de sa foi catholique en 2018

    Imprimer Pin it!

    Foi, catholiques, église catholique, société, politique, religions, amaury watremezLorsque l'on évoque la Foi chrétienne, en particulier catholique, en 2018, la plupart du temps votre interlocuteur soit condescendant soit carrément hostile vous répond que la Foi n'est pas un concept rationnel et que toute croyance relève de la superstition. Cette réponse est stupide puisque la Foi, par définition, ne relève pas de la rationnalité, sinon cela ne s'appellerait pas ainsi Notre société se croit beaucoup plus raisonnable. Elle a inventé le Smartphone, cet outil censé développer les communications et utilisé pour surtout les éviter, et l'on n'a jamais autant vu de pseudo-coachs de vie mélanger tout et son contraire dans ce qui reste des spiritualités, sans parler des horoscopes dans la plupart des journaux.

     

    Je dis bien, lorsque l'on évoque la Foi chrétienne car lorsqu'un musulman ou un juif, ou un bouddhiste, évoque ce en quoi il croit, cela devient soudainement beaucoup plus respectable. Étonnant, non ?

     

    Dans le meilleur des cas, l'interlocuteur répliquera qu'il respecte les croyants mais pas les dogmes et pas toutes leurs croyances et qu'il refuse qu'on lui impose des valeurs ou quoi que ce soit. Notons que le simple fait d'en parler est vécu comme totalement arbitraire et insupportable, comme l'obliger à y croire. Il faut dire que la Foi, comme tout idéal de vie, implique des devoirs envers les autres, une morale. Pour couper court à toute argumentation mesurée, on n'oubliera pas de renvoyer le chrétien à l'Inquisition, aux cathares, aux "dragonnades" comme si tous les catholiques, y compris ceux de maintenant devaient encore et toujours porter la faute de leurs ancêtres.

    Lire la suite

  • Un homme debout

    Imprimer Pin it!

    à propos de « une très légère oscillation » de Sylvain Tesson aux éditions des équateurs (voir à ce lien)

     

    littérature, société, livre, journal, amaury watremezIl y a des hommes qui n'ont plus goût à l'être vraiment. Ils se contentent de ce qu'ils sont, de ce qu'ils font. Tout ce qu'ils désirent, c'est continuer à consommer et vivre chichement sur le plan spirituel et intellectuel. Ils demeurent dans l'allégeance aux conformismes. Ils sont satisfaits, ce qu'ils pensent être de la sagesse. Et puis il existe encore quelques êtres humains comme Sylvain Tesson. Perpétuels insatisfaits devant la médiocrité assumée de cette société, la haine, la sottise, ils ne se résignent pas à leur domination, à leur joug. Pire encore aux yeux de notre monde, ils recherchent continuellement le dépassement personnel de leurs limites.

     

    Quitte pour cela à prendre des risques fous...

     

    Ces êtres d'une autre pâte que les autres se souviennent que Dieu vomit les tièdes ainsi que le rappelle souvent Bernanos, auteur souvent cité par Sylvain Tesson ce qui me le rend d'autant plus sympathique. J'ai cru trouver en lui un « compagnon d'armes » en quelque sorte, de ce que le « Grand d'Espagne » évoqué ci-dessus appelle la « communion des saints ».

     

    Quand je parle de dépassement, il ne s'agit pas seulement de l'exploit sportif qui fera du bruit médiatique quelques temps et puis sera oublié mais de celui poussant à sublimer ses souffrances, ses handicaps pour atteindre un autre palier dans l'humanité. Cela fait longtemps déjà qu'il écrit, s'indigne, se passionne pour ses frères humains mais le 20 août 2014 lui est arrivé un accident qui lui a fait prendre conscience de l'urgence de faire quelque chose de son existence. Comme nous tous, il lui a fallu une catastrophe pour ne plus vivre sur le fil, dans une irresponsabilité d'adolescent légèrement suicidaire.

    Lire la suite

  • La fin des chrétiens d'Orient

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    Un film très intéressant sur Arte replay à ce lien sur le sujet

     

    chrétiens d'orient, société, eglise de France, indifférencce, islamisme, politiqueDieu écrit droit avec des lignes courbes écrivait le père le Guillou, grand exégète et aumônier des bénédictines du Sacré Cœur de Montmartre. Et il a de l'humour. A l'exception de quelques paroisses et d'un ou deux diocèses, essentiellement du Sud, étant autant de particularités, on ne parle dans aucun lieu notable des souffrances des minorités chrétiennes en pays musulman. Sauf à l'institut du Monde arabe dirigé par l'ineffable Jack Lang, endroit où sévit aussi Houria Bouteldja. On peut y voir une exposition très bien faite sur le sujet même si celle-ci ressemble aussi à un inventaire avant décès (elle a lieu encore quelques jours, voir à ce lien)...

     

    Il existe une vingtaine d'églises parmi ces croyants. Ils sont pour 60% orthodoxes et 40% catholiques. Ce sont les églises originelles du christianisme, ce sont eux qui ont préservé jusqu'en 2018 l'histoire du Christ, les lieux de son parcours sur cette terre, et des traditions remontant aux origines de la foi chrétienne. Ils célèbrent en arabe, en syriaque, en copte, en éthiopien, en grec, en latin. Ils sont persécutés depuis des siècles mais ont su pourtant vivre très longtemps en pays musulman en préservant leur foi.

    Lire la suite

  • Le Pape, les migrants, l'expiation de l'homme blanc

    Imprimer Pin it!

    Christianisme, société, politique, religions migrants, amaury watremez enseignementLe Pape François a comparé dans son homélie de Noël (voir à ce lien) les parents du Christ et des migrants ce qui est parfaitement inexact sur un point : Joseph et Marie venaient se faire recenser. Ils n'émigraient pas le moins du monde. Mais le Pape est de ceux pour qui l'homme blanc, le mâle et la femme occidentaux parfois chrétiens doivent absolument expier encore et encore et encore des fautes commises durant la colonisation. Celle-ci devient l'excuse suprême de tous les fanatiques, les dictateurs africains ou asiatiques, de tous ceux haïssant l'Occident et ses valeurs.

     

    Cette haine très enracinée, mesurable, naît d'abord et avant tout à cause du rôle des femmes dans nos pays et d'un art de vivre libéré de contraintes d'un autre âge. Cette haine est profondément enfouie dans le cœur et l'esprit de tous ceux qui viennent en Europe non pour participer à notre société, voire s'y intégrer mais pour profiter au maximum de ce qu'ils considèrent comme un El Dorado décadent.

     

    Je n'ai jamais compris entre parenthèse leur obsession à couvrir, à cacher le corps féminin pour éviter aux hommes de sombrer dans la concupiscence. Car c'est un blasphème objectif, cela signifie que la création divine est mauvaise puisque provoquant le mal...

    Lire la suite

  • Joyeuses fêtes et surtout la santé

    Imprimer Pin it!

    société, politique, noèl, religions, christianisme amaury watremezIl y a aura toujours des petits, et grands, censeurs de joie. Les censeurs de joie ne supportent pas les plaisirs pouvant exister en dehors de leur idéologie à la noix, des plaisirs contredisant leurs certitudes absconses. Devant une œuvre d'art, un paysage de rêve, un film, en lisant un livre ils ne recherchent que ce qui leur permet de persévérer dans leur sottise. Ils ne goûtent pas la vie, ils la refusent, la détestent et profitent de la moindre once de pouvoir qu'ils ont pour communiquer leur rancœur, leurs frustrations aux autres...

     

    Les donneurs de leçons habituels s'en prennent maintenant à Noël. Noël est une fête chrétienne même si elle a perdu beaucoup de son sens depuis quelques décennies. Et c'est la signification de cette fête chrétienne (je répète pour bien agacer les moralisateurs laïcards ou communautaristes) qui implique cette convivialité et ce temps de paix que tous croient bon de vivre le 24 et le 25 décembre. Que Noël soit une fête chrétienne même encore un peu les embête un maximum alors que les droits de l'homme qu'ils invoquent tant ne sont que la laïcisation de celles issues de l’Évangile.

     

    Ce qui tient encore un peu dans notre société : le souci minimal de l'autre, de protéger un peu les plus fragiles, en vient encore...

    Lire la suite

  • Noël j'oublie tout

    Imprimer Pin it!

    société, politique, religions, christianisme, noel, amaury watremezC'est Noël on oublie tout

    C'est Noël les criminels embrassent les flics. Ils rendent l'argent, ils sont tout doux.

    C'est Noël les violeurs font un gentil bisou sur le front aux jeunes femmes et leur offrent un thé. Ils devisent ensuite gentiment sur la pluie et le beau temps.

    C'est Noël dans la train de banlieue, tout le monde il est beau tout le monde il est gentil. On ne sait pas trop pourquoi mais c'est comme ça.

    C'est Noël et même les plus à gauche des communautaristes, des hérauts de la laïcité prennent des vacances et décorent un sapin...

     

    C'est Noël il n'y a plus de sans-abri dans les rues, plus de vieilles femmes crevant seules de froid dans leur taudis.

    Lire la suite

  • L'ascenseur social en panne aussi dans l’Église

    Imprimer Pin it!

    Eglise, société, politique, terre sainte, jérusalem, volontariat, amaury watremez, hypocrisieAussi sur Agoravox

     

    Je suis parti en tant que volontaire civil à Jérusalem pendant deux ans grâce à la Délégation Catholique à la Coopération sur un poste financé en grande partie par l’œuvre d' Orient. Cela a été un séjour inoubliable. Il m'a laissé une empreinte comme au fer rouge. J'y ai rencontré des personnes extraordinaires et je n'oublierai jamais ce que j'ai vécu là-bas et leurs visages. Je n'ai de cesse depuis d'essayer de faire connaître entre autres choses qui m'ont marqué la spiritualité des chrétiens d'Orient et leur sort tragique qui laisse indifférent la majeure partie des occidentaux.

     

    Cependant, je n'y étais pas parti pour la seule beauté du geste...

     

    J'étais en effet convaincu que ce genre de séjour à l'étranger permettait de nouer des contacts, se construire un réseau actif en montrant ses compétences pour plus tard lors du retour se donner les moyens de mes ambitions. Il nous était souvent dit également que partir en volontariat était un excellent point sur un CV ce qui est vrai à condition de faire déjà partie du milieu social qui convient. Cela n'était pas mon cas et je n'étais pas le seul.

     

    On le voit j'étais encore très naïf.

    Lire la suite