Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lu et vu sur le Net

  • A l'enterrement des trente glorieuses

    Imprimer Pin it!

    johnny hallyday, société, trente glorieuses, politique, musique, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    On pouvait croire que les « trente glorieuses » étaient éternelles, qu'elles ne s'arrêteraient jamais complètement. A la télévision, cela faisait des décennies que l'on voyait toujours les mêmes vedettes, les mêmes journalistes, les mêmes éditorialistes, les mêmes présentateurs. Bien sûr ils vieillissaient, grisonnaient des tempes, voire perdaient leurs cheveux, mais ils étaient encore et toujours là ainsi que les chanteuses, les chanteurs, les acteurs, les actrices. Mieux encore, grâce au net, les enfants des « trente glorieuses » pouvaient toujours regarder les feuilletons et spectacles de leur enfance voire même choisir d'y rester coincés.

     

    Ils évoquent le second degré, mais c'est juste le désir de régresser vers la période de leur vie où il n'y avait aucune responsabilité grave, où tout semblait facile.

     

    Il n'y avait que trois chaînes à la télévision. Les artistes que l'on y voyait, les acteurs que l'on regardait dans toujours le même genres de films, faisaient tous partie de la famille. Chacun dans son emploi. Le « baby boomer » avait l'impression de tous les connaître intimement et mieux encore qu'ils se souciaient de lui. Il rigolait de l'accent de Jane Birkin, Gainsbourg était le vieil oncle alcoolo qui faisait des blagues mal élevées mais tellement drôle, Eddy Mitchell ressemblait aux copains de régiment de son père. Et Alain Duhamel s'exprimait déjà comme l'oncle cultivé, un peu ennuyeux, que l'on invitait au réveillon car il avait quand même du pognon...

    Lire la suite

  • Les deux France irréconciliables et Johnny

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    La mort de Johnny, idole au sens concret du terme visiblement depuis deux ou trois jours, met en valeur l'existence de deux France, deux pays totalement irréconciliables :

     

    Johnny Hallyday, société, musique, politique, amaury watremezCelle très minoritaire dite « de Paris » en province, de ces baudruches de parigots suffisants qui font la leçon à tout le monde, où l'on aime se cultiver, où on lit, où on s'intéresse au théâtre, aux arts, à la culture en général. Rien que des prétentieux, des vaniteux atroces. J'ironise bien entendu, mais je ne dis pas que parmi ces personnes il n'y ait pas de cuistres du tout, mais il n'y a pas que cela. Loin de là.

     

    Et à côté on trouve l'autre France qui englobe tout le tout le reste de la population sans distinction de milieux ou d'opinions.

     

    On n'y lit plus beaucoup, on n'y va plus tellement au concert ou au musée. La culture, on s'en fiche un peu même si on ressent pour cela un peu de culpabilité néanmoins...

    Lire la suite

  • Une nécrologie vraiment rock and roll

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    ou le crépuscule des vieux rockers

     

    Johnny-cest-la-France.jpgJohnny Hallyday est mort aujourd'hui des suites d'un cancer contre lequel il luttait depuis longtemps, le lendemain du décès de cette grande coquette de Jean d'Ormesson qui au moins avait défendu Yourcenar. On va lire un peu partout sur les réseaux dits sociaux des « Salut l'artiste » des « RIP' » des hommages hagiographiques des « ahlala il nous manque déjà ». Si la plupart n'avait sans doute pas lu Jean d'Ormesson, tout le monde a entendu au moins une fois une chanson de Johnny, volontairement ou contre son gré...

     

    Johnny c'était le rock adapté pour les émissions des « Carpentier ». Il a été de toutes les modes : à la Elvis, hippie, « cuir » et même il eût sa période « glam ». Je me souviens de l'époque où Johnny à la télé avait les yeux très soulignés de noir comme une vraie petite allumeuse et il était tout en lamé comme Dalida. Il reprenait le plus souvent des titres de chanteurs américains pas encore arrivés jusque chez nous, comme Claude François et la plupart des « yéyés ». Il fit même son « Mad Max » dans un film de Pierre-William Glenn avec « Terminus ». A l'éclosion des « yéyés » et des « copains » les britanniques inventaient entre autres le « northern Soul ».

     

    Johnny ne cassait pas les guitares sur scène, ne pourrissaient pas ses chambres d’hôtel. Il faisait son service, adorait ça. On ne l'aurait pas vu à l'île de Wight, un rassemblement de « tarlouzes »...

    Lire la suite

  • Des esclaves modernes en Libye

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    voir ma source sur les nouveaux marchés aux esclaves à ce lien

     

    esclavage, Libye, société, politique, révolution arabe, amaury watremezOn a pu voir à la télévision sur FranceTV et sur le net une vidéo montrant des nouveaux marchés aux esclaves. Ce sont des images crues, froides et révoltantes, c'est le réel de la situation libyenne. Ce sont des images révoltantes pour toute personne dotée d'une conscience. Il s'en trouvera certainement pour les excuser ou les minimiser abjectement en invoquant la situation de certains salariés en Europe, celle-ci il est vrai n'étant pas très éloignée de l'esclavagisme. Mais cela ne change rien au problème.

     

    Il y a un moment dans ces vidéos qui me révolte particulièrement, qui me fait douter de la nature humaine un peu plus et de sa capacité à réfléchir, à réagir. Ce sont ces prisonniers qui lisent pieusement le Coran alors que c'est le prétexte même de leurs bourreaux, de leurs geôliers pour les réduire à un tel sort. L'être humain a besoin de se rassurer, de se conforter...

    Lire la suite

  • Jupiter chez les racailles

    Imprimer Pin it!

    macron, banlieue, société, politique, france, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Le président Emmanuel Macron est descendu de son Olympe personnelle que même ses laquais de la première heure remettent en question (contestation du culte de sa personnalité, de l'absence de démocratie au sein du mouvement etc... voir à ce lien ici). Pour entre autres se refaire une virginité, s'ôter cette image de président des riches ce qu'il est, après avoir lâché des ballons de baudruche pastels pour lutter contre le terrorisme (!) il est allé dans les banlieues présenter un plan pour les aider, du moins c'est ce qu'il affirme. Il a déjà laissé entendre ce qu'ils pensent des « gens de peu »...

     

    Encore un (voir à ce lien par là) après quelques dizaines d'autres.

     

    Ce n'est pas le premier plan du genre, ce ne sera sans doute pas le dernier. La motivation de ces bonnes intentions est que ça ne recommence pas comme en 2005, des émeutes extrêmement violentes. Bien entendu, tout le monde sait que les jeunes des cités remettront le couvert, ils brûlent de le faire avec leurs grands frères, la seule question c'est de savoir quand ça arrivera. Ces « pauvres de service » ont un avantage, c'est un alibi à portée de main, une bonne conscience que l'on s'achète pour pas cher.

    Lire la suite

  • Faux-pas littéraires et vraie censure

    Imprimer Pin it!

    littérature, censure, hypocrisie, inculture, faux pas littéraires, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Les américains ont inventé dernièrement les détecteurs de « faux pas littéraires », des groupes de lecteurs chargés d'expurger les bibliothèques publiques et scolaires de toute trace de supposés sexisme, racisme, homophobie, transphobie et autres phobies que les auteurs pourraient mettre dans leurs écrits (voir à ce lien). C'est pour le bien de tous comme ils disent, pour la protection des enfants comme ils disent, pour leur éducation citoyenne. Cela implique l'idée d'une littérature qui n'aurait que pour seul rôle d'inciter les lecteurs à une sorte de « positive attitude » permanente, mièvre et superficielle, l'encourageant à accepter le système tel qu'il est sans se poser plus de questions.

     

    Dostoïevski sera ainsi à l'index très vite, ou tous les tragédiens qui présentent tous des personnages d'une endogamie sociale déplorable il faut bien dire...

    Lire la suite

  • Au bon beurre en plus grand

    Imprimer Pin it!

    politique, société, alimentation, agriculture, beurre, pénurie de beurre, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    J'ai découvert qui sont les responsables de la pénurie de beurre effarante dans un pays comme la France qui a lieu depuis quelques temps. C'est la faute des petits enfants et arrière petits enfants des Poissonnard, dont l'histoire fut racontée avec verve par Jean Dutourd (voir ici), on se souvient aussi du film d’Édouard Molinaro avec Roger Hanin et Andréa Ferreol (voir extrait ci-dessous). Tout est bon pour s'enrichir, y compris les pires abjections, la spéculation la plus amorale, la filouterie la plus vile, les mesquineries de tous les instants.

     

    Et tout ceci sur le dos des paysans et des petits consommateurs.

     

    Car je doute que dans toutes les officines alimentaire bourgeoises l'on manque de ces produits auparavant accessibles à tout le monde et maintenant réservés à ceux qui peuvent se les payer.

     

    Ainsi pour le pain, la viande, le poisson, les fromages...

    Lire la suite

  • Desproges par Desproges

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    aux éditions du Courroux (coucou, là c'est moi qui rajoute, les desprogiens (gesques ? Giens ? ) comprendront l'allusion)

     

    Pierre Desproges, pied de nez, Perrine Desproges, éditions du courroux, politique, société, amaury watremezJe suis tombé dans Desproges quand j'étais petit, j'ai commencé avec les bons conseils du professeur Corbiniou, puis plus tard « le Tribunal des flagrants délires » et les « Chroniques de la haine ordinaire ». Je me reconnais sur de nombreux points en lui, dont sa causticité, le doute qu'il nourrissait à l'égard de ces congénères lui compris.

     

    Avant d'acheter ce beau livre, merci à Perrine Desproges qui a fait tout ce travail de fourmi pour rassembler tout ces textes, j'ai quand même un peu réfléchi voire légèrement hésité. Il vaut deux bonnnes bouteilles de vin et depuis quelques temps les ouvrages sur Desproges avaient tendance à faire dans le raclage forcené de fonds de tiroir.

     

    Ce n'est pas moi qui m'en plaindrait forcément, un ratage, un reste dudit auteur étant toujours bien meilleur que les textes habituels de nombreux écriveurs et pseudo-humoristes actuels.

    Lire la suite

  • Les pieds nickelés de l'ultra-droite

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

    Ah la belle anecdote tombant à pic que voici !

    politique, société, ultra droite, amaury watremezQuelques pieds nickelés et gamins paumés issus de la « France périphérique », cette France rurale abandonnée par les arbitres des élégances politiques, ont joué les types dangereux sur les réseaux dits sociaux. Multipliant les provocations maladroites et violemment exprimées ils se sont pris pour les défenseurs virtuels de l'Occident. Comme tous les groupuscules de droite de la droite ils sont noyautés au dernier degré par la police et sont inoffensifs. Et les voilà accusés d'être des boutures de terroristes par la police...

     

    L'occasion est trop belle. Et là curieusement les journalistes, les bourgeois pédagogues, les donneurs de leçons de morale ne se privent pas de pratiquer l'amalgame à haute dose et le stigmatisation, comme ils disent (voir à ce lien). Là, curieusement, c'est permis. Personne ne parle de malades psy, de « loups solitaires », encore moins de « déséquilibrés » qui s'est radicalisé tout seul dans son coin. Non, dans ce cas précis, cela rappelle bien les heures les plus sombres de notre histoire, les ordres noirs et Vichy.

    Lire la suite

  • Des premiers de cordée

    Imprimer Pin it!

    politique, macron, intervention télévisée macron, société, télévision, Amaury WatremezAussi sur Agoravox

     

    Dimanche soir, monsieur Emmanuel Macron, notre président de la République a parlé des riches et de toute personne ayant réussie qui seraient des « premiers de cordée ». Il s'agirait de ne pas les jalouser, et ceux-ci seraient chargés d'entraîner tous les autres à leur suite. Les plus précaires, les plus faibles, les plus pauvres seraient donc inspirés de faire comme eux pour réussir. Chaque SDF se devrait en gros de fonder sa « start up » pour sortir de la rue en résumé. C'est le fantasme du « self made man » à l'américaine parti de rien pour arriver au pinacle de la société.

     

    La méritocratie serait donc encore efficiente ?...

     

    Monsieur Macron oublie ou feint d'oublier, on ne sait pas trop, que si les riches et les enfants de riches réussissent, c'est principalement pour deux raison : l'argent de leur famille, les réseaux dont elle dispose, sa capacité à les mettre en œuvre. Le reste est de la bonne blague : « Aide toi le ciel t'aidera ! » et toutes ces belles formules ne sont que des fables. Ne fonctionne dans notre société que le clientélisme le plus amoral, le plus abject, et ce à tous les niveaux et dans tous les camps politiques. Personne n'en a l'exclusive.

    Lire la suite

  • Puérilité sociale

    Imprimer Pin it!

    martine.jpg

    Aussi sur Agoravox

     

    Des enfants qui se chamaillent comme des chiffonniers et qui vont ensuite rapporter soit à la maîtresse, soit à leurs "Papamaman", c'est normal. Qu'il y ait à l'école les fayots, les cancres, les chahuteurs, les enfants sages, les turbulents, rien d'étonnant. Des gosses qui se moquent d'eux et qui font pleurer parfois les autres, c'est la (pas si ) douce cruauté de l'enfance. Des minots qui se font des câlins et des papouilles pour dire et montrer combien ils s'aiment, rien de plus évident. Des gamins qui lorsqu'on les prend en photo aiment bien faire des grimaces, pourquoi pas ?

     

    Que des enfants soient parfois puérils, on ne peut le leur reprocher. Auparavant, on réclamait d'eux d'être des adultes en miniature, des petits hommes et des petites femmes avant l'heure. Passé cinq ans, on les habillait ainsi.

    Lire la suite

  • La-le dernie-ère lubi-e bien-pensant-e

    Imprimer Pin it!

    littérature, société, politique, écriture inclusive, orthographe, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    L'écriture inclusive est la dernière lubie à la mode parmi les bourgeois pédagogues, ce genre de bien-pensant-e-s qui aiment bien donner des leçons de morale au reste du monde, et plus particulièrement aux petites gens. C'est d'ailleurs une lubie contradictoire car à les entendre l'orthographe serait une vieille manie de réacs fini-e-s, quelque chose d'insupportablement paternaliste, sauf quand cela les arrange (ou les dérange). A les entendre, l'écriture inclusive deviendrait obligatoire, indispensable pour développer l'égalité entre hommes et femmes.

     

    Notons que quand celle-ci est battue en brèche par des personnes 'issues de la diversité" se basant sur leur foi religieuse, alors ce ne sera pas pareil. Ils évoqueront le respect des cultures différentes, j'en passe et des pires, méprisant au fond ces minorités qu'ils perçoivent comme incapables de réfléchir par elles-mêmes et évoluer en abandonnant des coutumes parfois problématiques avec nos valeurs.

    Lire la suite

  • Loin de la foule en pleurs

    Imprimer Pin it!

    handicap, philippe croizon, société, politique, amaury watremezDans un train, un contrôleur a demandé sa carte d'handicapé à Philippe Croizon, amputé des quatre membres rappelons le. Certes on pourrait dire que cet employé de la SNCF ne faisait que son travail, qu'il obéissait aux ordres. Mais il me semble que le handicap de monsieur Croizon est suffisamment visible pour qu'il ait à le prouver. Tant d'aveuglement buté frappe l'esprit. Tant de sottise satisfaite aussi. C'est aussi le genre d'épisodes montrant ce qui peut se passer sous un régime totalitaire, ils sont alors nombreux celles et ceux ne faisant que leur travail.

     

    L'anecdote a provoquée de nombreuses réactions courroucées et, ou émotionnelles sur le net. De la colère et des larmes d'indignation très éloignées de la réalité de la perception quotidienne des handicapés loin des statuts "facebook" ou "twitter" ronflants et "pleurnichogènes", loin de la pseudo communion humanitariste du "Téléthon", prétexte "festiviste", alibi pleins de bons sentiments. Il y a un côté aussi très hypocrite à toutes ces saintes colères naissant aussi et surtout de la célébrité médiatique de Philippe Croizon.

    Lire la suite

  • Réécrire l'histoire

    Imprimer Pin it!

    weil.jpgL'histoire n'est pas une science exacte, elle n'a rien d'objectif contrairement tout ce que les historiens des Annales, entre autres, ont pu dire. On ne peut pas réduire les êtres humains en poudre et conduire dessus des expériences scientifiques. Quand j'étais étudiant dans la matière c'était une grande discussion avec un ami pour qui la matière historique aurait dû devenir une science dite « dure ». Il n'était pas le seul. C'était même la raison pour laquelle la plupart des thèses étaient à l'époque écrites dans un français le moins littéraire possible, pour montrer que l'histoire pouvait être aussi ennuyeuse que la physique en quelque sorte.

     

    Nota Bene : Je conçois que certains trouvent la physique passionnante et excitante, à commencer par les poseurs de bombes, mais ils doivent être relativement rares.

     

    Cependant, rappeler les faits, tous les faits y compris ceux qui gênent suffirait à faire de l'histoire au moins une science humaine au moins « honnête ».

    Lire la suite

  • Le meilleur ennemi de Macron

    Imprimer Pin it!

    politique, mélenchon, société, la france insoumise, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Lors d'une rencontre chez Pierre Mauroy dans les années 70 son épouse avait lancé à mon grand-père qui s'étonnait du luxe déployé chez cet homme prétendument de gauche que « la politique est une comédie et qu'il s'agit de bien la jouer ». Chacun a son emploi de comédie. On y trouve des Géronte ridicules, des petits marquis, des séductrices, des matamores, des larbins rusés. Et ainsi la farce que l'on joue sous nos yeux perdure, et la bourgeoisie arrivée au pouvoir il y a un peu plus de deux-cent ans en conserve les rênes.

     

    Depuis le début de la Vème République en 1958, les présidents de la République, les politiques se prétendant plus républicains que les autres ont leur « meilleur ennemi » qui les met en valeur, leur « Goldstein », du nom de l'adversaire politique imaginaire du système dans « 1984 ». A partir de Mitterrand deuxième époque, c'était le Jean-Marie Pen et le FN. Sa fille Marine lui a succédé ensuite dans le rôle d'épouvantail utile, les repoussoirs des hommes et femmes de progrès se partageant le pouvoir.

    Lire la suite

  • Après Saint Martin la métropole?

    Imprimer Pin it!

    politique, saint martin, société, sous préfète de saint martin, amaury watremez, politique

    Aussi sur Agoravox

     

    Un ouragan terrifiant s'est abattu sur les Antilles mettant des milliers de personnes à la rue, celles-ci ayant tout perdu en quelques heures. Face à cette catastrophe abominable, le gouvernement tarde abominablement à réagir.

    J'ose espérer que les responsables ne seront surtout pas recasés quelque part à pantoufler telle Agnès Saal...

     

    ...Mais il ne faut pas rêver.

     

    Ces grands serviteurs de l’État pour se disculper se disent en « état de choc ». S'ils sont tellement émotifs, je leur conseillerai plutôt la peinture sur soie (voir à ce lien)...

    Lire la suite

  • Masochisme télévisuel de droite

    Imprimer Pin it!

    télévision, ruquier, société, on n'est pas couché, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Chaque lundi depuis quelques années, c'est la même sérénade, sur les sites dits de droite, et, ou "réacs" on commente à qui mieux mieux "On n'est pas couché" de Laurent Ruquier. Comme si finalement il était urgent et indispensable de lui faire de la publicité. Je ne comprends pas ces réactions. Il y a quelque chose de beaucoup plus simple à faire. Il suffirait de ne pas regarder voire d'éteindre carrément sa télévision pour, je ne sais pas, lire par exemple, ou discuter en famille. Je ne saisis pas non plus l'intérêt de regarder cette purge très bien-pensante un peu plus intéressante cependant quand il y avait Zemmour et Naulleau.

     

    Les invités à l'époque ne pouvaient se contenter de faire simplement leur promo la bouche en cœur. Ils devaient faire un effort d'argumentation supplémentaire, ils leurs arrivaient même de souffrir un peu. Et les politiques comme les éditorialistes dans les rails avaient à aller plus loin que leurs éléments de langage tout préparés. C'était déjà ça. En dehors de ça, c'était quand même une émission de télévision standardisée. Et avant d'entendre Zemmour ou Naulleau il fallait quand même se payer les blagues de Ruquier ou les saintes colères de l'un ou l'autre gardien du temple.

    Lire la suite

  • Des sauvageons à la Mouffe

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

    Lire le récit de l'algarade à ce lien

     

    politique, société, démocratie, élections, LREM, sauvageons, violence, M'jid el guerah, amaury watremezJ'ai travaillé de 1992 à 2014 en zone sensible avec des élèves dits « difficiles ». Je n'en suis pas mort, bien loin de là, bien au contraire, en conservant des souvenirs inoubliables. J'y ai rencontré des jeunes avides d'infini, d'idéaux que personne ne songe à leur transmettre. Nous essayions toujours de faire en sorte pour leur bien que la violence ne soit pas le seul moyen d'échange des jeunes. Je peux parfaitement imaginer la scène qui s'est déroulé rue Broca :

     

    « M »sieur c'est lui qu'a commencé, j'voulais pas être violent la vie de ma daronne mais y m'a traité, j'étais bien obligé ».

     

    Donc le député de « La République en marche » M'Jid El Guerrab élu des français de l'étranger dans la circonscription des Français d'Afrique du Nord rencontre Boris Faure, directeur de campagne de son adversaire, devant un restaurant. La discussion s'envenime et les témoins voient alors M'jid se mettre à frapper à coups de casque son interlocuteur. L'excuse de ses proches est que Boris Faure l'avait agressé verbalement en le traitant, je cite, de « sale arabe ». Comme si cela justifiait que le député macroniste le frappe jusqu'au au sang.

    Lire la suite

  • Les nouveaux rosiers de madame Husson

    Imprimer Pin it!

    politique, société, réacs, amaury watremezCe petit texte est dédié à « ffff ». « ffff » était un commentateur quotidien de mon blog durant quelques années, surtout quand il était jumelé avec celui des « Moissonneuses », ces pestes fort séduisantes. Il s'est avéré que « ffff' » est un jeune historien « politiquement incorrect » qui nous explique doctement dans deux ouvrages que certains évènements comme la Vendée Militaire ne sont pas abordés par l'histoire officielle afin de ne pas contredire certains mythes éculés construisant la psyché républicaine : quelle découverte en effet...

     

    Dans les nouvelles et romans de Guy de Maupassant, il y a toute l'humanité, parfois il en a une vision vraiment noire, mais il est toujours lucide. Dans « le Rosier de madame Husson », il raconte l'histoire de ce pauvre garçon sage et bien gentil de Gisors qui récompensé pour son apparente vertu s'empresse de filer à la capitale, ébloui par ses plaisirs, pour faire la fête. Les auteurs du net ou d'ailleurs se voulant politiquement incorrects, indépendants, voire antisystème sont pour beaucoup de ces nouveaux rosiers de madame Husson.

    Lire la suite

  • La lucidité face au terrorisme

    Imprimer Pin it!

    attentat levallois, islam, politique, société, emmanuel macron, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Encore un attentat commis sur le sol français, à Levallois-Perret (voir à ce lien), ayant blessé des militaires cette fois-ci, les attendant alors que quittant leur casernement. Encore les mêmes déclarations de fermeté et de solidarité avec l'armée des ministres. Encore les mêmes questions qui suivront sur les moyens alloués à l'armée et à la gendarmerie. Encore le même questionnement sur la nécessité de mettre en place un « Islam de France ». Encore les mêmes interrogations sur le parcours de ou des individus responsables.

     

    Les mêmes envolées martiales, les mêmes coups de menton. Et puis ?

     

    Et puis les vraies questions ne seront encore une fois pas posées, les mesures concrètes devant être prises ne le seront pas et ce sera ainsi jusqu'à la prochaine tuerie.

    Lire la suite

  • La dette ! La dette !

    Imprimer Pin it!

    dette.jpegAussi sur Agoravox

     

    Il s'agitent tous sur leur siège, ils gesticulent ridiculement, faisant de petits sauts de cabri, levant le petit doigt pour faire la leçon en criant « La dette ! La dette ! » pour paraphraser quelqu'un (voir vidéo ci-dessous). Il faut la rembourser, nous rappellent-ils, il faut diminuer absolument les dépenses publiques clament-ils. Pour d'autres il conviendrait de l'aggraver un peu plus, ce que la plupart des gouvernements de droite comme de gauche font depuis des décennies. Ils dilapident pourtant tous l'argent public. Ils récompensent les copains, et les copines. Ils remercient leurs militants, leurs électeurs en subventionnant l'un ou l'autre.

     

    Ils pratiquent le clientélisme à très haute dose, à tous les niveaux. Ils offrent un travail à tous ceux qui sont prêts à ployer l'échine devant eux. Au bout d'un moment, cela a fini par se voir, comme le nez au milieu de la figure et les bureaux des administrations locales n'étant pas extensibles, leur surpeuplement devenait trop flagrant...

     

    Et ensuite ils osent encore pleurnicher sur le budget et les finances publiques, leur déficit, plastronner comme raisonnables et réalistes, eux (voir à ce lien se voulant sans doute pédagogique)....

    Lire la suite

  • La culture du narcissisme

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    à propos de « la culture du narcissisme » de Christpher Lasch, précédé d'une préface de Jean-Claude Michéa chez Flammarion dans la collection « Champs » (à ce lien)

     

    société, politique, Christopher lasch, narcissime, égo, hypocrisie, festivisme, amaury watremezJe ne pense pas comme d'autres que le « moi » soit forcément haïssable. Il était important que cette idée apparaisse vers la fin du XVIIème siècle et que l'individu se libère de contraintes collectives pour se réaliser. Mais le « moi » a fini par prendre une importance démesurée, presque insupportable et envahir tout le reste. Cela amène le résultat suivant : nous devenons de plus en plus incapables de supporter la contradiction, d'apprécier le débat et de fréquenter des personnes autres que des reflets même déformés de nos aimables personnes.

     

    Je trouve cela des plus ironiques. En un temps où les moyens de communication offrent des possibilités infinies nous sommes de moins en moins capables de le faire, en un temps où ils pourraient permettre plus d'équité sociale nous la désirons de moins en moins...

     

    La littérature politique peut être intéressante mais quand l'analyse d'un auteur peut être pertinente l'ouvrage peut se conclure sur des propositions de solutions totalement hors-sol et dégagées du réel, ou inversement. Aucun livre politique ne donne de point de vue réellement global sur la crise morale grave que traverse notre société. Ce qui fait l'intérêt de « la culture du narcissisme » c'est que Christopher Lasch le donne justement dans les pages de ce travail de réflexion. Il le fait en se basant sur la psychologie sociale individuelle et collective. Son essai a plus de vingt ans mais il est d'une actualité toujours plus brûlante...

    Lire la suite

  • Lire Charles Maurras en 2017

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    à propos du « Petit dictionnaire maurrassien » de Stéphane Blanchonnet paru aux éditions Nouvelle Marge

     

    littérature, société, politique, Maurras, Action Française, amaury watremezLe talon d'Achille de nombreux mouvements, revues et publications se voulant en dehors du discours actuel est d'être encore beaucoup trop sensibles aux oukases idéologiques des arbitres des élégances politiques. Toujours et encore, la plupart en viennent à se justifier maladroitement, à se défendre d'être réactionnaires ou pire aux yeux des donneurs de leçons :

     

    hédoniste ou anar de droite, et catholique, le pire pour eux (Nota Bene : je suis le tout et me fiche bien de l'anathème des bourgeois pédagogues).

    Lire la suite

  • L'oubli crucial des nationalistes

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    ...quand ils parlent de la France.

     

    politique, société, réacs, christianisme, religions, France, amaury watremezA droite, et dans la sphère nationaliste, particulièrement la fameuse « fachosphère » ou « réacosphère » dans laquelle votre serviteur a été très souvent relégué (ce dont je me fiche complètement), on déplore la perte des valeurs, de la morale commune et individuelle, des idéaux. Mais on s'arrête là. Les nationalistes, cette droite bien de droite et non libérale libertaire, ne vont pas plus loin. Ils adoptent dans leur famille, dans leur vie personnelle exactement le même comportement que le reste de la population, à savoir de consommateur des biens et des personnes sans se poser guère plus de questions.

     

    Ils protestent même le plus souvent avec véhémence de leur « non-réactionnariat ». Ce qui ne sert strictement à rien puisque l'expression même très mollassone de leurs convictions les condamne d'avance aux yeux des gardiens de la doxa idéologique actuelle, de la bonne parole bien-pensante selon qui l'histoire de France commence en 1789 ou 93...

     

    Ces pseudo-réacs couchent avec qui ils veulent, ils ne sont pas de droite (ni de droite ni de gauche qu'ils disent), ils ne sont pas réacs non plus, ils s'affirment comme tout le monde d'ailleurs croient-ils bon de rajouter alors ils ont des amis homosexuels, pleins, ce qui prouve bien leur capacité de tolérance. Ils sont catholiques parfois, oui mais attention ils choisissent ce qui les arrange dans la Foi. Un peu de ceci, un peu de cela, pas trop d'obligations morales surtout.

    Lire la suite

  • Les morts-vivants descendus de l'écran

    Imprimer Pin it!

    cinéma, Georges A Romero, société, horreur, épouvante, EC comics, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Georges A. Romero est mort il y a une semaine. Il se peut que de ses zombies soient, sortis de l'écran, qu'il y en a un ou plusieurs qui l'ont mordu et qu'il les a rejoint enfin. Peut-être même était-ce à dessein car au fond les morts-vivants les vrais c'est tous les citoyens-consommateurs de notre société aux appétits très étriqués, de plus en plus restreints, aux cerveaux de plus en plus standardisés. Nous sommes pour beaucoup comme les masses apathiques et parfois violentes du film de Romero « Dawn of the dead », « Zombie » en France dans lesquels les morts revenus à la vie se précipitent au centre commercial mécaniquement. Il y eut deux versions du film, une américaine et une européenne montée par Dario Argento et agrémentée d'une musique du groupe « Goblin »...

     

    Il commença sa carrière en tournant des films commerciaux et d'entreprise à Pittsburgh avec les moyens du bord sans connaissance technique particulière, se cultivant sur l'éclairage, le cadre ou l'étalonnage grâce à sa cinéphilie boulimique depuis l'adolescence. Il préférait le cinéma à la vie banale de « teenager » sous Eisenhower, indifférent aux bals de fin d'année, aux rituels scolaires et sociaux. Comme tous les enfants et les adolescents peu doués pour la vie sociale et ses conformismes il adorait tout ce qui lui permettait d'y échapper.

    Lire la suite

  • Plus jamais de « Vel d'Hiv » ?

    Imprimer Pin it!

    Vel d'hiv, Emmanuel macron, histoire, politique, mémoire, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, deux visions de l'attitude des français durant cette période dominent, une angéliste : les français étaient tous résistants de cœur, une à l'inverse : ils étaient tous collabos. La vérité se situe sans doute entre les deux. Selon Robert Paxton qui écrivit un ouvrage de référence sur Vichy, il semble qu'il n'y ait eu que 100 000 résistants tout au plus et autant de collaborationnistes de conviction. Et quarante millions d'attentistes, quarante millions de personnes songeant surtout à sauver leur peau, quitte pour cela à oublier toutes valeurs morales, toute humanité.

     

    Et parmi eux quelques héros méconnus dont on ne parle jamais. Quand il arrivve que l'un d'eux soit connu, il avoue généralement qu'il ne voit pas d'héroïsme dans ce qu'il a fait, et que cela lui semblait aller de soi. De tels êtres humains sont rares, voire rarissimes...

     

    Il y en eut pendant la rafle du « Vel d'hiv ».

     

    Il y en eut en effet parmi les policiers français pour prévenir les familles juives allant être raflées la veille et leur éviter un sort funeste. Beaucoup ne purent le croire et furent déportées.

    Lire la suite

  • Des chercheurs d'or dans Paris

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    Paris, paris souterrain, société, politique, hypocrisie, invisibles, amaury watremezIl y a ceux qui voient Paris comme dans les photos de Robert Doisneau et qui auraient souhaité que rien ne change depuis les années 40 et un pittoresque évoquant une ville n'ayant en somme jamais existé (NB: je n'aime pas du tout Doisneau). Ce Paris là n'était pas des plus agréables non plus, il sentait la pisse des clochards, les odeurs de choux brûlé. On entendait les gueulements des voisins et les moins fortunés pouvaient s'entasser à sept dans une trentaine de mètres carrés.

     

    Il y avait certes des compensations, les milieux se mélangeaient, les parisiens riches et bourgeois, les précaires et le « populo » se croisaient parfois. Les mêmes ne voient qu'un Paris patrimonial, des « vieilles pierres » qui dans la capitale ne le sont pas tant que ça datant pour leur majorité d'Haussmann et dont le but premier était déjà d'éloigner le petit peuple du centre-ville.

     

    Ce à quoi la « bobolisation » arrive tout aussi bien à faire, elle est dans la stricte continuation de l'haussmanisation censée domestiquer ce Paris si turbulent...

    Lire la suite

  • Se souvenir des belles choses

    Imprimer Pin it!

    politique, société, georges bernanos, religions, foi, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Quand j'étais adolescent, un après-midi notre professeur d'économie nous montra un documentaire sur la malnutrition, chapitre du programme à peine abordé en cours. Ainsi il n'avait pas besoin de se fouler de trop. Je regardai la chose distraitement quand soudain je vis sur l'écran une mère tentant en vain de nourrir son enfant d'une maigreur terrifiante, comme elle. Je fus révolté et ému aux tripes, je regardais mes camarades autour de moi m'attendant à ce que tous ressentent la même chose...

     

    Cela n'était pas possible, tous devait le ressentir...

     

    Mais tout ce que j'entendis tendait au fatalisme, à l'acceptation et en grande majorité relevait de l'indifférence.

     

    Quand dans la rue je vois sur un trottoir un homme, une femme, des enfants en train de crever de sa misère là sous nos yeux, ce sont les mêmes sentiments à chaque fois. S'y rajoutent l'impuissance, la fureur de ne rien pouvoir faire de plus. Là encore, je m'attendrai à ce que tous réagissent ainsi mais les miséreux ne sont surtout que des obstacles ralentissant le rythme, empêchant de se sentir pleinement un rouage enthousiaste de la chaîne économique gardant l'espoir illusoire d'être un jour un de ceux mettant en branle le mécanisme...

     

    La guerre fait rage un peu partout dans ce monde, plus encore et surtout dans les pays les plus pauvres. Tout les jours devant la télévision ou son ordinateur, l'homme moderne favorisé somnole en attendant l'émission « d'infotainement ». Il soupire parfois, « on s'en fout » pense-t-il mais il n'ose pas encore trop le dire. De temps en temps il pousse l'hypocrisie à mettre une bougie sur le rebord de sa fenêtre, à faire une « marche blanche » voire à acheter des produits dits « équitables ». Il « est » le pays ou la ville martyrisée sur les réseaux dits sociaux. Mais qui trompe-t-il ?

     

    Pourquoi tout le monde ou presque s'en satisfait-il ?

    Lire la suite

  • Cette droite traditionnelle en marche avec Macron

    Imprimer Pin it!

    politique, société, Emmanuel Macron, En Marche, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Henri Guano, même si contrairement à ses dires, affirme cela surtout parce qu'il a vécu une lourde défaite dans la circonscription parisienne où il s'est présenté a néanmoins tout à fait raison. L'électorat très bourgeois de l'endroit est à vomir, qu'il soit "bobo" ou "bourgeois pédagogue" ou de cette bourgeoisie plus traditionnelle allant à la messe et mettant ses enfants dans le privé.  Comme il se retire de la vie politique, Guaino peut enfin parler sans filtres. On se demande pourquoi il ne se l'est pas autorisé plus tôt car ce fut réjouissant...

     

    Je n'avais pas besoin de lui, madame Mauroy l'avait avoué il y a déjà quelques décennies à mon grand-père paraphrasant Shakespeare :

     

    "La politique est une comédie dont les électeurs sont spectateurs, encore faut-il bien la jouer"

     

    Après tout le doit être loin d'être le seul, je pense que la plupart de ces collègues sont tout autant méprisants des électeurs prêts il faut dire à élire une potiche sur la base d'un discours très simpliste de renouveau, de pseudo-rajeunissement...

    Lire la suite

  • Désir de respect à tous les étages

    Imprimer Pin it!

     Aussi sur Agoravox

    respect.jpgActuellement, en 2017, tout le monde veut du respect, désire qu'on le respecte tout le temps et pour tout. C'est respectable, c'est le cas de le dire, mais cela a pris des proportions déraisonnables. Je me demande aussi si par respect les gens n'entendent pas l'acceptation de toutes leurs opinions, penchants, tendances même les plus détestables, les plus ignobles...

     

    Chacun veut le respect sur des coutumes mêmes barbares même les plus abjectes.

     

    Chacun veut le respect d'opinions injustifiables, d'idéologies ou de théocraties stupides au nom de la diversité, de la liberté d'expression. Tout le monde le réclame pour des goûts au ras du sol, pour des blagues chaussées de semelles de plomb comme celles que l'info-bouffon Hanouna a coutume de faire dans son émission. Mais il est loin d'être le seul.

     

    Chacun veut le respect pour son apparence, pour son envie de tout montrer, se débrailler au risque de pour le coup manquer de respect envers le reste du genre humain.

     

    Lire la suite