Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre

  • La défaite de la littérature

    Imprimer Pin it!

    rentrée littéraire, société, politique, littérature, société, amaury watremezIl est ancien le reproche d'égocentrisme adressé aux littérateurs prétendant en couchant des mots sur le papier récréer qui des univers, qui un passé révolu ou un futur rêvé ou cauchemardé. Écrire c'est aussi emmener le lecteur vers sa liberté, vers plus d indépendance. Les dictateurs fous du XXème siècle, les théocrates, les idéologues radicaux ne s'y trompent pas, tout comme nos bien-pensants, ils commencent d'abord et à chaque fois par censurer ou brûler en autodafés les œuvres littéraires qui dérangent les certitudes qu'ils voudraient imposer.

    Ils font mine de dédaigner de mépriser ces livres qui forcément ne sont pas très sérieux, ces historiettes contredisant les plans qu'ils ont pour le reste du genre humain, pour faire son bonheur, qu'ils disent, même si les autres êtres humains ne sont pas d'accord.

     

    L'arbitraire commence toujours par un bon gros décervelage intensif...

     

    Tout écrivain écrit pourtant en partant d'un matériau qui est lui-même, ce n'est pas une découverte :

     

    Dans « l’Éducation sentimentale » Flaubert évoque son amour pour madame Schlesinger, Madame Bovary c'est lui ainsi qu'il le dit, Baudelaire met tout de lui dans ses quatrains, Racine livre sa vision du monde dans ses tragédies, Molière aussi dans ses comédies, Chateaubriand raconte ses tribulations, Yourcenar esquisse des personnages qui sont toujours son propre « moi » idéalisé etc...

    Et ce depuis longtemps.

    Cependant, les auteurs faisaient en sorte et pour certains font toujours de le transformer, d'en faire quelque chose qui atteigne à l'universel et intéresse la plupart des lecteurs qui pourront s'y retrouver. Rappelons que la majorité des « classiques » du XIXème siècle étudiés maintenant avec componction parfois à l'école étaient publiés d'abord en feuilletons dans des journaux populaires à deux sous, qu'ils n'étaient en rien réservés à une pseudo élite...

     

    L'auteur de ces lignes fait d'ailleurs son « mea culpa », il a lui-même écrit un roman où l'on retrouve beaucoup de lui dedans, de ses compulsions littéraires et politiques, de ses amours et ses emmerdes mais il essaya à sa décharge de faire œuvre littéraire.

     

    Et puis fut inventé l'« autofiction ». Non seulement la plupart des auteurs qui se vendent bien, qui sont à la mode, partent d'eux-mêmes mais ils considèrent leurs livres comme des rapports psy sur leurs petites névroses, leurs problèmes d'enfance, leurs désirs clandestins mis à la portée de tous les passants soulevant des polémiques ignobles encore cette année dés le début de la « rentrée littéraire », réglant leur complexe d’œdipe ou d'électre au vu et au su de tout le monde, excitant la curiosité abjecte du grand public achetant leurs bouquins comme pour regarder dans un trou de serrure.

     

    Le grand public se répand pour le défendre ou l'incendier sur les réseaux dits sociaux, l'injurie, le conchie, veut le réhabiliter parfois, mais au fond c'est toujours de la promotion à son bénéfice.

     

    Je ne donne pas de nom exprès, ils ont déjà bien assez de pub un peu partout, et pour des pervers narcissiques dans leur genre parler d'eux même mal c'est quand même encore et toujours parler d'eux. Et ils adorent. Il y a celui qui crache sur ses parents et sa famille, dont le passé obscur a été révélé pour le lui opposer et qui en est à la troisième réédition de son torche cul grâce à tout cet étalage sordide.

     

    Sans doute le sait-il et il s'en fout clairement.

     

    Il y gagne sur tous les tableaux. Il le sait très bien, et il sera invité encore longtemps à la télévision et dans les journaux pour se répandre sur lui-même et son nombril.

    Il y a cette « héritière » qui a clairement bénéficié des réseaux de son père dont elle est la fille illégitime, qui profite cyniquement de tous les avantages y étant liés. Dans ses livres elle fait toujours allusion à sa pauvre vie, on en est persuadés, de pauvre petite fille riche et bien névrosée.

     

    Et la littérature en est blessée, elle y perd...

     

    Jusqu'à sa défaite...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury – Grandgil

     

    illustration prise ici

  • Dessine moi un "réac"

    Imprimer Pin it!

    illustrations : photos de ma bibliothèque de « réac »

     

    littérature, politique, société, réac, progressistes, amaury watremezComment définir ce qu'est un « réac » selon l'étiquette en vogue ? L'épithète vient de la gauche, un réac est celui, ou celle d'ailleurs, refusant la marche heureuse de l'humanité vers le progrès, un réac est donc méchant, mauvais. L'adjectif est péjoratif mais pourtant revendiqué par tous les individus de bonne volonté -mais ça ne suffit pas- qui ne comprennent pas pourquoi ils devraient accepter sans barguigner des dogmes modernistes à l'arbitraire d'une violence rare.

     

    Les « réacs » actuels passent leur temps à se justifier de l'être, c'est excessivement pénible, on l'a souvent dit sur ce blog mais la pédagogie n'est-elle pas de répéter, et attention ils affirment qu'ils ne le sont pas sur tout. Combien j'ai pu en lire qui se revendiquent tels mais finalement tout aussi libertaires que les autres quant à la morale individuelle et collective, qui prétendent toujours avoir des « amis de gauche » ce qui montrerait leur grande ouverture d'esprit « a contrario ». Les « réacs » contemporains se définissent donc selon la perception qu'a d'eux le camp adverse, déjà à partir de là je tique fortement...

     

    On croirait qu'ils ont peur d'être des électrons libres hors du troupeau, peur d'être lucides et une grande terreur de la nuance, de la rationalité. Qui ne pense pas tout à fait comme eux est contre eux ainsi qu'en sont persuadés la majorité des gens en 2019. En notre époque de farouche simplisme de l'expression politique où celle-ci se réduit à balancer des slogans sans cesse répétés.

     

    Un bon réac en 2019 est un réac qui accepte sans protester de se faire sermonner de temps en temps et de jouer sa partition d'ancien enfant de chœur quand il passe à la télé ou qu'il écrit dans les journaux...

    Il se plaint aussi « qu'on peut plus rien dire » mais ne le dit pas ou parle de ce qu'il croit en empruntant de nombreux détours et circonvolutions...

     

    Les réacs d'antan, les anars de droite « à l'ancienne », ont par contre la belle vie. Ils sont souvent bien vus des bien-pensants qui passent leur temps à les réhabiliter, qui en font des figures acceptables à leurs yeux en détricotant les véritables convictions des anciens réacs. Ceux-ci ont un avantage, ayant avalé leur bulletin de naissance depuis longtemps, ils ne peuvent protester face à des récupérations parfois abusives et une édulcoration massive de leurs écrits et opinions.

    Les bourgeois pédagogues regimbent un peu à la dédicace de « La Grande peur des bien-pensants » à Édouard Drumont dont la postérité ne retient que l'antisémitisme alors que c'est quand même très réducteur. Ils froncent du nez quand ils parlent du sketch de Desproges sur « des juifs qui se sont glissés dans la salle »...

     

    Une de leurs erreurs plus répandues, puisqu'il est question de cet auteur, est par exemple de faire de Georges Bernanos un compagnon de route des anti-franquistes, des Brigades Internationales qui aurait soudain complètement retourné sa veste à cause de ce qu'il avait vu durant la Guerre d'Espagne. Ils oublient qu'en 48, ainsi qu'il l'affirme avec force dans une conférence de presse à des journalistes américains, Bernanos était toujours anti-démocrate, farouchement, et monarchiste, et fidèle aux idéaux de sa jeunesse.

     

    Forcément, un réac mort est inoffensif, on ne risque plus grand chose, on n'a pas à craindre sa colère. Et l'évoquer c'est apporter une légère odeur de soufre à son discours, se coller des frissons, du traczir à peu de frais, jouer les « voyous », les « affranchis », les esprits libres. Bien entendu, ils ne sont pas complètement fous et se hâteront de recommander d'expurger les bibliothèques publiques de tous ces auteurs un peu trop transgressifs si mis à la portée de tout le monde. Finalement comme tous les fanatiques, comme tous les idéologues ils ont une peur bleue de la littérature.

     

    Je me suis parfois fait traiter de « réac » voire de fâââchiiste, de tout ce qu'on veut, généralement ça me donne envie de rajouter des grosses caisses et d'appuyer encore plus là où ça gène Opposer l'injure à un contradicteur montre aussi le plus souvent que les convictions que l'on affiche sont des plus fragiles et peu étayées intellectuellement.

    littérature, politique, société, réac, progressistes, amaury watremezIl ne faut pas non plus pousser grand-mère dans les orties raison pour laquelle je suis parti d'Agoravox à force de subir menaces, injures et calomnies diverses et variées à longueur de commentaires de mes articles...

    Dans les époques troublées je me demande parfois finalement si la meilleure solution pour un « réac », un électron libre, ne serait pas de partir « au désert » avec sa bibliothèque si possible, celles et ceux que l'on aime non loin, loin d'une société qui part à vau-l'eau, qui n'écoute plus les voix de la raison.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • De bons présages

    Imprimer Pin it!

    De Neil Gaiman et Terry Pratchett chez « J'ai lu »

     

    Série en six épisodes sur Amazon prime

     

    goodomens.jpgLe démon tentateur du jardin d’Éden, un diablotin secondaire du nom d'abord de Rampant puis Rampa, il préfère, et l'ange gardien d'un des portails du Paradis, Aziraphale, développent au fur et à mesure que les siècles passent une amitié dangereuse aux yeux de leurs « supérieurs » et inattendue. Ils ont en commun leur affection pour le genre humain. Ils habitent tous deux Londres. L'ange avait donné en douce son épée de feu à Adam et Eve quand ceux-ci sont chassés du paradis originel et le démon était un peu déçu que ses actes aient menés à la disgrâce des deux premiers êtres humains.

     

    L'un, l'ange, apprécie les livres,, il devient bouquiniste, et la gastronomie, l'autre, le démon, ne jure que par la musique et les voitures de collection des années 30. Tous deux ont en horreur le XIVème siècle, on ne sait trop pourquoi, ou plutôt si, mais je ne vais pas le dire ici il faut lire l'histoire...

     

    Et ils aiment bien la Terre telle qu'elle est même s'ils sont sans illusion sur les primates se tenant debout sur leurs pattes arrière la peuplant. Ils finissent au cours des siècles par passer entre eux un arrangement d'entraide mutuelle : quand l'un est occupé à autre chose l'autre le remplace.

     

    Les voilà bien embêtés et décontenancés quand leurs « autorités » leurs demandent de mettre en route la fin du Monde. Rampa est chargé de convoyer l'antéchrist et de procéder à l'échange avec un bébé normal, Aziraphale doit préparer la guerre ultime contre les légions infernales. Rampa confie l'enfant à des nonnes diaboliques pas très douées qui se trompent et le confient à un couple humain tout ce qu'il y a de plus banal et non aux diplomates prévus au départ (comme dans « la Malédiction » le film millénariste des années 70).

     

    Onze ans passent...

     

    Le soit-disant Antéchrist ne montre que peu de dispositions pour le Mal, enfin pas plus que n'importe quel adolescent de son âge. Et bientôt une des anciennes nonnes avouent aux deux compères l'erreur qu'elles ont commises. Ceux-ci se sont rapprochés de leur but véritable, dans l'idée d'empêcher la fin du monde, à la lecture de prophéties d'une voyante du XVIIème siècle, Agnès Barge. Pendant ce temps, une des descendantes d'Agnès et un petit petit enfant d'un inquisiteur se sont mis également en chasse du gosse maléfique.

     

    Ceci c'est juste le tout début du livre, ne croyez pas que j'allais raconter le reste...

     

    ...J'ai d'ailleurs omis volontairement plusieurs détails que vous découvrirez bien par vous mêmes.

     

    J'aime beaucoup Neil Gaiman, auteur entre autres de l'excellent « Neverwhere » et des scenarii du comic book « Sandman », plus original que les autres. Le livre est truffé de petites remarques et notations caustiques sur l'être humain, et sa capacité de faire le mal sans que finalement Rampa n'ait beaucoup de choses à faire pour les y amener ainsi qu'il le fait remarquer plusieurs fois à Aziraphale. Si on a lu le livre avant de regarder la série, on ne découvrira pas grand chose, Neil Gaiman également scénariste s'étant contenté de rajouter quelques détails et précisions. Cependant l'interprétation de Rampa par David Tennant et Aziraphale par Michael Sheen est tout bonnement exceptionnelle.

     

    Aux États-Unis, il paraît que l'histoire a provoqué quelques réactions de personnages n'ayant pas lu le livre et évoquant un livre sataniste. Neil Gaiman a trouvé ça inespéré, mieux que certaines protagonistes de son histoire. Concernant la bêtise humaine il n'invente donc rien, ce livre étant surtout une fable, à la manière de Swift...

     

    Amaury – Grandgil

     

    illustration empruntée ici

  • La France d'Audiard et la nôtre

    Imprimer Pin it!

    Audiard, Littérature, cinéma, société, politique, amaury watremez"Valeurs Actuelles" a sorti un "hors série" sur Michel Audiard, sa vie, son œuvre, ses films et tout le toutim. L'acheter c'est commettre un acte doublement politiquement incorrect.

    C'est bien entendu du commerce, le moyen de faire du bénéfice à peu de frais.

     Et pourtant je me suis laissé avoir. Il faut avouer...

    J'ai mes compulsions littéraires : Bernanos, Marcel Aymé, Philip K. Dick, et Audiard et d'autres. Je m'attendais à des articles torchés à la va-vite, et ô surprise tout est bien écrit. C'est tellement bien écrit que les textes mettent à nu le mystère Audiard mieux que d'autres livres hagiographiques écrits sur le "petit cycliste" qui en rajoutent dans la nostalgie à deux centimes, celle des photos de Doisneau entre autres.

     

    Ceux-ci me font horreur, et je pense lui auraient fait horreur aussi. Comme tous ces livres où l'auteur se place en disciple, en héritier de...

     

    On suit son parcours, du journalisme au cinéma, en passant par le "Vel d'Hiv" et sa passion pour la littérature, ses amitiés, les auteurs et acteurs avec lesquels il entretient des liens, un genre de "communion des saints" en somme.  Curieusement alors qu'il écrivait pour tout le monde, Audiard est devenu un genre d'icône élitiste pour petits enfants sages qui n'osaient pas être insolents ou indociles et qui trouvent dans son cinéma et son sens de la jactance une compensation bienvenue à leur servilité intrinsèque.

     

    A l'époque un gamin des rues comme lui pouvait avoir de l'ambition sans pour autant cirer les bottes des uns ou des autres, sans avoir des réseaux, ni de nom. En 2019 les grossiums et leur progéniture se sont arrangés pour que seuls leurs rejetons et leurs obligés puissent avoir accès au cinéma ou à l'édition. De temps en temps on monte en épingle un cas parmi des milliers d'autres pour bien montrer que l'ascenseur social fonctionne encore alors qu'il est au point mort depuis des décennies.

     

    Audiard a son moment fondateur comme chacun d'entre nous, et lui il le vit à la Libération quand il passe devant le corps supplicié d'une jeune fille brutalisée par des résistants de la dernière heure (car elle cachait un allemand). Les abrutis l'avaient dénudée, puis s'étaient amusés à lui balancer des pavés jusqu'à ce que la mort s'ensuive. Le futur scénariste découvre à ce moment là que la très grande majorité des gens ne vaut rien, pas un fifrelin. Ce qui rend les amitiés et les amours avec des personnes de qualité d'autant plus précieuses qu'elles sont rares.

    Et avec elles les moments de convivialité, de partage, qui ne sont pas juste de la bouffe pour la bouffe sans souci de l'hygiène de vie, concept inédit en ces temps là. Le plaisir de bien manger, nos hygiénistes l'oublient. il faudrait s'auto flageller tout le temps.

     

    Les personnages d'Audiard parlent mieux que les vrais truands, les petits voyous et les gens du peuple de la "vraie" vie, lui-même l'avouait, ses gangsters ont plus d'esprit, plus de cervelle et de classe. Il invente une langue qui est plus littéraire que réelle, excepté peut-être le sens de la formule que l'on trouve, ou plutôt que l'on trouvait partout dans le vieux pays de France. Si on savait vivre dans le temps d'avant, on savait aussi parler et pas pour ne rien dire. On savait lire aussi, sans pour autant se laisser prendre à l'esprit de sérieux qui maintenant envahit tout.

     

    Et Audiard a beaucoup lu, les "classiques", les "modernes", en particulier les "Hussards", et les "infréquentables" aux yeux des beaux esprits. Dans les articles on retient surtout Céline, de par son aura de diable des bibliothèques, mais Audiard aimait aussi beaucoup Marcel Aymé et Antoine Blondin, le "jardinier" de la rue Mazarine (un soir après une bonne cuite au bar Bac, Blondin et ses copains sont allés acheter des fleurs au quai aux fleurs non loin et ont fleuri toute une rue).

     

    Quand on fait le compte des différences entre cette France et la nôtre on a un peu le tournis. Pour beaucoup la France d'Audiard, c'est la "France rance", une France où l'on n'avait pas peur de dire clairement les choses, et en particulier aux cons. Forcément, on comprend qu'ils n'aiment pas. Quand on traite quelqu'un de con ce n'est d'ailleurs pas une injure, juste un diagnostic, et un sévère. Les trois quarts et demie des propos qu'Audiard tenait, ce qu'il écrivait, tomberait sous le coup de la loi de la députée "mordeuse" qui en est l'auteur-e (Laetitia Avia).

     

    Elle comme d'autres de son parti, de son idéologie, ne peut pas aimer la France d'Audiard, elle sait très bien qu'elle n'en fait pas partie, qu'elle n'en sera jamais. Elle et ses semblables préfèrent donc essayer, vainement, d'en effacer toute trace dans les mentalités et d'en interdire l'évocation, sous des prétextes divers.

    Mais quelle importance ? On va se gêner...

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • Actualité de "1984" d'Orwell

    Imprimer Pin it!

    1984, société, politique, internet, livre, littérature, amaury watremezJ'ai lu "1984" en 1984 justement. Je l'ai lu en le prenant au départ comme un simple roman de Science-Fiction, une dystopie (anti-utopie) pour se faire peur. Mais comme tous les bons livres de Science-Fiction justement, "1984" est une fable sur nous, une fable lucide, d'un auteur clairvoyant  qui dans cet ouvrage est visionnaire.

    J'ai eu envie d'évoquer ce livre de nouveau après en avoir lu une "critique" de lycéens, critique à la fois très drôle et effarante dont les auteurs retenaient qu'Orwell avait forcément écrit "1984" pour rechercher la célébrité et se faire connaître, se faire remarquer, tout le contenu prophétique ayant été consciencieusement oublié.

     

    Quand Orwell écrit "1984" il ne fait pas œuvre d'anticipation, il choisit l'année 1984 en inversant les chiffres de son année de rédaction, 1948. Ayant sans doute confiance dans la nature humaine, Orwell pensait qu'il était nécessaire que se déroule une guerre interminable afin de faire accepter le cauchemar totalitaire qu'il décrit. Dans le monde de "1984" Océania et Eurasia sont sans cesse en conflit donc, imposant un régime policier et dictatorial, une surveillance consentie des esprits grâce aux "télécrans" présents dans chaque domicile, et qu'il est interdit d'éteindre.

     

    Afin de maintenir le pouvoir en place, la langue officielle est appauvrie progressivement jusqu'à devenir une "novlangue" simpliste ne permettant aucune nuance d'expression. Sous prétexte d'amener la culture à tous, sous prétexte de combattre l'élitisme. l'histoire et l'actualité sont sans cesse transformées, la vérité est mouvante selon les désidératas des dirigeants. D'ailleurs sur le fronton des principaux ministères régissant la société sous la férule sévère de "Big Brother" la couleur est vite annoncée :

     

    "La guerre, c’est la paix".

    "La liberté, c’est l’esclavage".

    "L’ignorance, c’est la force.".

     

    Les relations hommes-femmes sont strictement surveillées également. S'aimer est interdit, car l'amour, appelé "crimesexe", va contre la logique du groupe, la logique implacable de la société standardisée. Une ligue de jeunes filles et jeunes gens embrigadés permet de maintenir ces règles absurdes. Ceux-ci sont éduqués à refuser tout lien autre que leur soumission collective à "Big Brother", dictateur omnipotent que personne n'a jamais vu. On ne sait même pas s'il existe. Tout comme Goldstein, l'ennemi "officiel" du régime qui aurait écrit un livre circulant parmi les "dissidents".

     

    Tous les jours, ceci afin de servir de soupape en quelque sorte, sont organisées les deux minutes de la haine. On projette le visage de Goldstein qui est hué par le public qui décharge alors aussi toute son aliénation et se défoule de ses frustrations.

     

    Le personnage principal du livre, Winston Smith (Winston car extraordinaire par son indocilité, Smith car c'est un homme du peuple, un homme comme les autres), se rebelle contre cette horreur mais finit par se soumettre. Winston commence à se rebeller par la lecture. A la fin lui aussi aime "Big Brother". Et on apprend entre temps de la bouche de son tortionnaire O'Brien que Goldstein n'existe pas, qu'ils n'y a pas de sédition, que c'est juste un moyen d'identifier les individus qui voudraient se rebeller...

     

    En 2019, il y a des "télécrans" partout, des "télécrans" acceptés par tous et que très peu de personnes songe à éteindre de temps à autres. La vérité est mouvante, elle évolue au gré des caprices des vrais maîtres de ce monde. Contester leur vérité est de plus en plus puni et judiciarisé sévèrement. Et pour faire aimer "Big Brother" nul besoin de torturer les nouveaux Winston Smith, la majorité des populations se soumettant toute seule. Les "deux minutes de la haine " (ou "la journée de...") sont constantes, ce sont les réseaux sociaux, un défouloir que le pouvoir tolère à condition que cela ne débouche sur rien de concret.

     

    La société n'a pas qu'un seul Goldstein mais plusieurs afin de parquer les mécontents en ridiculisant leur colère et leur révolte. Marine le Pen est un de ces Goldstein fort pratique. Ne parlons pas de l'inversion des valeurs, acceptée par la grande majorité des gens qui obéissent par peur de perdre ce qu'on leur laisse encore. Que la majorité de la société aime "Big Brother" est évident, nos ancêtres quand ils voulaient contester des décisions du pouvoir utilisaient différents moyens d'action radicaux et efficaces pour se faire comprendre, nous, nous râlons sur "Facebook" ou "Twitter" ou des considérations pertinentes peuvent se perdre dans un océan de sottises anodines...

     

    ...L'indocilité se dilue dans un océan de guimauve.

     

    Et nous aimons "Big Brother"

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration prise ici

  • Transgresser l'universelle imbécillité

    Imprimer Pin it!

    Brett Easton Ellis, White, amaury watremez littérature, livre, sociétéà propos de « White » de Brett Easton Ellis chez Robert Laffont

    (photo de la couverture par votre serviteur)

     

    Dans les romans de Brett Easton Ellis les personnages transgressent systématiquement les comportements et clichés imposés par la majorité. Ils le font de manière radicale. Le rapport à la transgression de certains lecteurs de ces livres est étrange comme on le constate souvent car ils prennent les délires du psychopathe d'« American Psycho » ou ceux du « héros » de « Glamorama » pour des faits réels voire pour la perception de l'auteur du livre, alors que ce sont sûrement des fantasmes des personnages.

    Brett Easton Ellis ne pourrait plus publier ces deux livres en 2019, il aurait sur le dos des dizaines d'associations, des plaintes à n'en plus finir de « communautés » diverses et variées le lisant sans aucun sens de la nuance.

     

    Kubrick avec « Orange Mécanique » que de nombreux imbéciles prenaient pour une apologie de la violence eut les mêmes critiques...

     

    Dans « White » Brett Easton Ellis commet une transgression beaucoup plus forte que toutes les autres, finalement inspirées à l'époque par sa connaissance encyclopédique des films d'horreur des années 70 (sang rouge vif jaillissant à gros bouillons, découpage de barbaque etc...) . Il s'oppose à toutes les communautés, au décervelage intensif, au triomphe du plus grand nombre et des communautés...

     

    Dans ce livre l'auteur raconte qu'il a essayé d'écrire un roman mais que la forme d'un essai lui a semblé plus radical, lui permettant d'aborder clairement tout ce qui lui déplaît dans la société contemporaine, cette incapacité à communiquer réellement avec l'autre dans un monde où les techniques permettent pourtant l'envoi de messages instantanés, de textes, de vidéos, d'images, d'infos et la mise en ligne de textes sans délai. N'importe « génie méconnu » et ce souvent à juste titre (sic) peut se croire ainsi soudain célèbre et son opinion pertinente et intéressante parce que en théorie le monde entier peut le lire. Sa connerie fait 36000 kilomètres dans l'espace et est distribuée partout dans le monde grâce à un système sophistiqué de satellites.

     

    Il y en a beaucoup qui pensent redécouvrir l'eau tiède, qui déterrent des « complots » éculés dont il était déjà question au XIXème siècle et finalement l'ignorance progresse, une ignorance crasse, atroce, et satisfaite d'elle-même, doublée le plus souvent d'une sottise à « front de taureau » où l'expression politique consiste d'abord à balancer des slogans simplistes ou vanter les mérites de théories globalisantes coupées forcément de la réalité.

    Et surtout les affects dominent tout, une sorte de gentillesse « über alles » et une définition pervertie de celle-ci, la vraie bienveillance étant assimilée à de l’imbécillité ou de la débilité mentale, un respect de toutes les imbécillités, les pseudo traditions et coutumes, le sentiment d'être différent des uns ou des autres alors qu'ils ne vivent qu'un énorme mal-être.

     

    Comme l'auteur de « White » on remarque que sur le net, on n'a plus le droit d'avoir un point de vue complexe ou nuancé sur une personne ou un sujet. On est pour ou contre, il n'y a pas d'entre deux. On ne peut être de droite et trouver intéressant un auteur de gauche, et inversement, on ne peut être hétérosexuel et apprécier des créateurs homosexuels sans être soupçonnés de l'être, et inversement là aussi, on ne peut dire que l'on aime bien les films de Polanski et Woody Allen sans être suspect d'appétence pour la pédophilie. Faire la part des choses en somme. Il est strictement interdit de lire Céline ou d'autres sans être désigné immédiatement comme forcément antisémites.

     

    Alors que l'on peut très bien considérer que Céline était un immonde bonhomme ET un immense écrivain.

     

    Je suis considéré comme réac, catho tradi, moralisateur, d'estrème drouate et pourtant ici je fais l'éloge d'un écrivain notoirement bisexuel, certains de mes lecteurs eux aussi emplis de bienveillance j'en suis certain ne vont rien y comprendre...

     

    Et c'est ainsi qu'Allah est grand...

     

    Amaury - Grandgil

  • Les quatre-vingt ans de Desproges

    Imprimer Pin it!

    416x277_gettyimages-110145177.jpgCertains ont écrit que Desproges aurait eu 80 ans ces derniers jours mais c'est faux, par son œuvre Desproges a bel et bien près de deux tiers d'un siècle, il a 80 ans. Peut-être serait-il entré à l'Académie, inaugurant des médiathèques à son nom, bavotant au dessus de son verre de mousseux un discours soporifique ? Quoi que j'ai un peu de mal à me l'imaginer en "papy vert" ou en "bon client" des émissions politiques des chaînes d'info en ligne.

     

    Quand j'avais onze douze ans, comme beaucoup de gamins de mon âge, je me dépêchais de rentrer vite chez moi pour écouter le réquisitoire de Pierre Desproges dans "les flagrants délires", c'était plus important que le repas de midi presque. Les textes avaient un petit parfum d'interdit, celui de la dérision tous azimuts ou presque. La plupart des célébrités dans le box des accusés en prenait pour leur grade à un degré inimaginable maintenant. Le procureur que Desproges incarnait et son juge, Claude Villers, en serait à plusieurs procès par mois :

     

    Pour irrévérence principalement.

     

    Je l'ai redécouvert un peu plus tard quand il est revenu avec les "Chroniques de la haine ordinaire". Depuis cette période, je continue à vénérer les textes de Desproges qui ont cette qualité rare en 2019 quand on considère la majorité des humoristes de pacotille d'être très écrits, travaillés fouillés. Il adorait Vialatte et Marcel Aymé, l'absurde du quotidien, les "clichés" de langage, la bêtise banale. Il aurait sans doute détesté notre époque qui le lui aurait bien rendu. Il aurait adoré ça également, lui tout seul contre la meute des cons et des pontifiants imbéciles.

     

    Les bons apôtres n'osent pas trop encore s'attaquer à lui mais on commence à trouver par ci par là des articles de l'un ou de l'autre pour chipoter ou faire la fine bouche, froncer un peu le nez. Raison de plus pour continuer à le lire ou l'écouter l'INA ayant eu l'excellente idée de mettre en ligne ses fameux réquisitoires et des "minutes de monsieur Cyclopède" (voir à ce lien). Pour l'enterrer un peu plus ils essaient tant bien que mal de le statufier, en répétant "ad nauseam" le dorénavant classique :

    " Ahlala il nous manque" qui est aussi un "ahlala" de soulagement finalement. L'imbécile croit en ses certitudes absconses, ça l'embêterait que quelqu'un les raille. Et en plus en lui rappelant son inculture car Desproges avait des lettres. Boulonner un peu plus la statue de l'idole c'est se protéger de ses saillies.

     

    Aujourd'hui les cons préfèrent le "standeupe"...

     

    Même lui a eu ses petits moments de moralisation. Son réquisitoire contre le Pen durant "les flagrants délires" de 1982, celui où il rappelle cette phrase depuis mis à toutes les sauces et qui n'est pas de lui au départ, "on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui",  est très chrétien de gauche auditeur de France Inter, très "Télérama". En gros "Acaca" le Pen, "a pas bien le Front National" (à ce lien). La pseudo plaidoirie de Luis Régo ensuite ("la journée d'un fasciste" est pour cette fois autrement plus drôle, et pertinente, elle se prend aussi beaucoup moins au sérieux, (voir ici).

     

    portrait en Cyclopède emprunté à ce lien

     

    Et c'est ainsi qu'Allah est grand...

     

    Amaury - Grandgil

  • Relire Bernanos en nos temps incertains

    Imprimer Pin it!

    Bernanos.jpgJ'ai fini par comprendre pourquoi les jeunes gens s'affirmant néo-réacs de droite aimaient bien se réclamer de Bernanos. Il est réputé anti-franquiste, certains n'en démordent pas il serait passé à gauche, et il a écrit un livre, "les grands cimetières sous la lune", où il ne s'attaquerait qu'à Franco. Cela lui donne une utilité, avec lui pas besoin de passer son temps à se justifier d'être de droite ce qui est le sport favori de ces petits jeunes gens qui aiment bien conserver bonne réputation (Pour quoi faire ?) et qui aiment à se légitimer auprès des arbitres des élégances politiques (Pour quoi faire là aussi ?). Manifestement ils ne l'ont pas lu car dans l'ouvrage Bernanos en a autant contre les marxistes et toute la gauche dans son ensemble.

    Il est toujours libre, jamais coincé dans un camp ou l'autre, englué dans une coterie, un milieu, des mondanités socialement consanguines. Les "marionnettistes" qui font parler les morts en seront pour leurs frais, tous ces gens qui s'improvisent "héritiers" de tel ou tel auteur.

    Et si Bernanos finit par quitter "l'Action Française" il n'oublie rien des leçons de Maurras sur en particulier le pays légal et le pays réel en particulier, notion plus que jamais actuelle, le pays "légal" étant de plus en plus violent et brutal contre le pays "réel".

     

    Curieusement, "la grande peur des bien-pensants" est moins citée alors que tout aussi intéressante car dédiée à Edouard Drumont, l'auteur très sulfureux de "la France juive". Ce serait d'ailleurs idiot de l'en condamner, à l'époque de la jeunesse de Bernanos Drumont avait une aura très forte surtout car anti-bourgeois, contre cet esprit bourgeois pédagogue qui a tout envahi de nos jours, cette espèce de bonne conscience dégoulinante de bons sentiments qui devrait être la norme pour tous afin de s'auto excuser, s'auto justifier d'être aisé. Bien entendu, dans l'histoire, les précaires, les pauvres, le petit peuple, devraient toujours tenir leur rang, se soumettre et demeurer dociles face aux milieux aisés, face aux puissants. Comme les personnages de paysans dans les pièces de Courteline ou les nouvelles de Maupassant qui triturent leur casquette de coutil quand ils parlent à "not bon maître".

    "Et qu'est-ce que c'est ma chèère que toutes ces revendications tellement terre à terre sur un salaire décent ? Si encore ces gueux parlaient de changer le monde"

     

    On parle encore moins de "la France contre les robots" qui décrit pourtant clairement l'avènement de ce régime technocratique que nous subissons en ce moment, ces "robots" sans âme ayant oublié en cours de route le Bien Commun et leur humanité.

     

    Bernanos serait l'écrivain catholique de droite fréquentable par excellence depuis, sur ce malentendu, un auteur de "romans de curés" et de pamphlets gentillets un peu désuet dans ses emportements et sa colère. C'est oublier qu'il est très différent des autres écrivains catholiques sur un point précis. Il s'incarne. Tout ce qu'il écrit, il l'a vécu ou le vit. Il ne verse pas dans l'intellectualisation à outrance et la théorisation de questions qui n'en ont pas besoin. Et sa vie même en dehors de son œuvre est passionnante et en dit long sur lui. Son cœur brûle de passion pour ses semblables, pour ceux qu'il aime. Il a d'ailleurs le même regard quand on jette un œil sur ses photos d'enfance, que sa mère, Hermance. Quand il évoque les petits villages de France, les paysans, les maquignons, il sait de quoi il parle, il vient de là la rude terre sombre d'Artois. Et là encore chez lui cela s'incarne.

     

    La foi de Bernanos n'est pas une foi de pacotille, n'impliquant aucune obligation morale, une foi étriquée, de petites habitudes. Ce n'est pas non plus une foi de pur esprit, d'illuminé ou de tièdes, tièdes qu'il vomit.

    Et surtout par dessus tout, il est intègre et hors de l'a-moralisme ambiant de son époque, que nous vivons encore il est vrai en 2019. C'est parfois drôle quand on se souvient de certains épisodes de sa vie. Ainsi, partant au Brésil avec sa famille, il oublie avec sa femme les hypothèques qui lui permettront de vivre là-bas sur la plage arrière du taxi qui les amène au paquebot. Vendant en 1948 "le chemin de la croix des âmes", son domaine au Brésil, il s'avère que le nouveau propriétaire trouve du pétrole sous les terres ce que Bernanos ignorait. Mais ayant vendu, s'étant engagé, il n'en a cure et se tient à sa parole malgré les protestations de son acheteur.

     

    Tombant déjà dans l'erreur que beaucoup commettent encore, un journaliste américain demande à Bernanos en 1948 s'il est heureux que la démocratie soit enfin rétablie. Ce qui provoque immédiatement la colère de l'auteur du "Soleil de Satan" qui réaffirme malgré la surprise et l'ébahissement de l'autre son mépris pour la comédie démocratique française avec le ton "jacassier des anciennes cours d'Europe" ainsi que le décrit Roger Nimier qui lui aussi se fait engueuler quand il demande à Bernanos s'il va soutenir De Gaulle enfin, Bernanos qui s'inquiétait de savoir quand les jeunes de France, les plus pauvres allaient se réveiller enfin contre la sottise des bourgeois pédagogues, pédagogues car il aiment bien faire la leçon encore et toujours aux peuples.

    Il suffit de prendre le train de banlieue, ou n'importe quel train d'ailleurs, pour avoir les mêmes doutes sur le bien-fondé de la démocratie rien qu'en observant un peu ses semblables.

     

    Bien entendu, si l'on préfère l'eau tiède et des lectures qui ne font pas de mal, autant ne pas le lire et se plonger -je ne sais pas ?- dans David Foenkinos ?

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • Jacques Laurent sabre au clair

    Imprimer Pin it!

    littérature, jacques laurent, société, politique, amaury watremezLe 5 Janvier 2019 le "hussard" Jacques Laurent aurait eu cent ans. Mais comme tous les écrivains de sa lignée, il n'était pas destiné à devenir un vieillard sénile et pontifiant donneur de leçons de morale et de sages avis ennuyeux de son siège de l'Académie Française. Ce n'est pas pour rien que mon blog est couronné par une de ses phrases :

     

    "Je n'écris pas pour être approuvé. L'écriture est pour moi plus grave qu'un désir, c'est un besoin. J'écrirais même dans une île déserte."

     

    J'en fais ma philosophie. je ne rédige pas ces petits articles pour une quelconque idéologie, une quelconque philosophie qui devrait changer le monde, ou que sais-je encore. Je n'écris même pas pour une quelconque postérité. Ou pour satisfaire quelque frustration, ou combler la mythomanie tellement répandue sur le net (Combien de "génies" méconnus ?). Écrire est de l'ordre de la respiration. Et on écrit pour être lu. Sinon ce n'est que de la masturbation intellectuelle.

     

    C'est Bernard Frank lui aussi un esprit libre, le secrétaire de Sartre, qui qualifia de "hussards" quelques écrivains plutôt de droite, plutôt Algérie Française et marqués par l'Action du même nom qui avaient en commun une appétence marquée pour l'indépendance d'esprit, la liberté et le bien vivre : Roger Nimier, Antoine Blondin Michel Déon et Jacques Laurent donc. Il était celui qui avait le regard triste et qui menait dans le même temps une vie flamboyante grâce aux bénéfices qu'il tirait de son double littéraire populaire, Cecil Saint Laurent, auteur des "Caroline chérie" où il s'amusait avec l'histoire de France tel Alexandre Dumas en son temps, auteur admiré par tous les "hussards".

     

    Les "hussards", Jacques Laurent le premier étaient des francs tireurs soucieux de préserver l'identité de la France, une identité joyeuse, gaie, fleurie, bonne vivante et non un bréviaire à psalmodier. Durant certaines époques il n'y a pas d'autre choix que de sortir du rang, du troupeau, de cultiver un art de vivre ne sombrant pas dans l'infâme esprit de sérieux qui est le mal de notre temps, de se rappeler ce qui fut le socle de notre société. N'importe quel imbécile redécouvrant l'eau tiède réclame en ce moment le fameux "respect" selon la définition dévoyée qu'en fait notre époque. Pour se faire "respecter" l'imbécile n'hésite plus maintenant à aller en justice.

     

    De Jacques Laurent je retiens surtout "L'Histoire égoïste" (voir à ce lien) où il se raconte en romançant selon son propre aveu un grand nombre d'épisodes de sa vie. Et aussi les "Caroline chéries" (voir à ce lien là), une vision de l'histoire hélas disparue depuis, sans pathos, sans moralisation des français actuels, sans masochisme mémoriel dorénavant obligatoire. On vit bien dans les "Caroline", on fait l'amour sans se poser plus de questions, on profite de l'existence, on se bat parfois mais les combats y sont comme pour de rire et la guerre plus jolie qu'en réalité. Et alors donc ? Tout le monde sait que la guerre c'est pas bien et que la violence c'est mal.

     

    Je n'ai qu'une petite nuance à apporter à mon appréciation de cet écrivain. Lui l'ancien d'AF fit voter pour un autre ancien d'AF, François Mitterrand, en mai 1981. Il pensait sans doute que le premier président dit de gauche de la Vème République, lecteur de Paul Morand et de Jacques Chardonne, deux auteurs sulfureux de droite, était en fait un sous-marin maurrassien caché au PS et qu'il mènerait une politique inspirée en fait de ses idéaux de jeunesse. Beaucoup de réacs (je n'insinue pas que Laurent l'était) ont toujours eu cette naïveté. Dés qu'il leur semble qu'on se rapproche de leurs idées, ils excusent tout, évoquent un double jeu qui n'est jamais réel.

     

    En 2019 il y aurait encore de nombreux combats à mener contre l'arrogance des puissants, leur bêtise aussi, leur indigence morale. Des "hussards" il y en a un peu partout qui chargent toujours "sabre au clair", parfois même ils semblent de "camps" opposés. Mais ils se rejoignent dans leur amour de la liberté.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration prise ici

  • Bon Anniversaire Tintin

    Imprimer Pin it!

    bande dessinée, littérature, société, politique, amaury watremez

  • L'inventeur des surhommes fragiles est mort

    Imprimer Pin it!

    Le "comic book" naît dans la presse Hearst au début du XXème siècle, dans le supplément du dimanche et en "strips" quotidiens avec "The yellow kid". Ces bandes dessinées paraissent ensuite en cahiers édités sur du mauvais papier (de la pulpe d'où le nom "pulp") vendus à 25 cents l'unité. Les surhommes naissent en 1938 avec le "Superman" De Joe Shuster et Jerry Siegel, un super-héros au départ très prolétaire, défendant les petits contre les mauvais patrons, les banquiers, les scientifiques fous. "Batman" qui naît un an plus tard est le lointain cousin du "Shadow", justicier ambigu et diabolique, et des personnages du polar "hard boiled".

     

    comic book, bande dessinée, société, Stan Lee, amaury watremez Si les héros portent un slip par-dessus leur costume c'est surtout à l'époque pour que l'imprimeur ait un repère pour les couleurs. Car tout cela est souvent très mal imprimé. Deux grands éditeurs essentiellement se partagent déjà le marché sur ces personnages : DC Comics (Detective Comics) et Timely Comics (avec un petit pourcentage aux comics des éditions Charlton reprises rapidement par DC. DC est plutôt républicain, WASP, patrimonial. Timely édite aussi des "pulps" et des "comics" avant tout patriotiques dont les premières aventures de "Captain America".

     

    Mais on trouve déjà des monstres ambigus et des héros complexes tel "Namor the submariner", atlante au service de l'Amérique, ou la première "Torche humaine", robot à forme humaine.

     

    C'est dans cette maison que débute Stanley Lieber alias Stan Lee, jeune juif de New York en 1941. Après la prohibition des "comics" de super-héros jusque dans les années 50 suite à la publication de l'essai de Frederick Wertham, psy plutôt conservateur, il scénarise de nombreuses histoires sentimentales et fantastiques. "Timely" devient entre-temps "Marvel" et au début des années 60 Stan Lee en devient l'âme éditoriale avec des dessinateurs talentueux comme Jack Kirby, autre juif new yorkais, Steve Ditko ou Marie Severin. Stan Lee invente en 1961 les "4 fantastiques", une famille de super-héros blessés, torturés par la vie et c'est là que "Marvel" décolle vraiment obtenant un succès faramineux.

     

    Dans les "comic books" les paysages des "Rocheuses" sont remplacés par les avenues, des panoramas urbains. La ville devient un personnage à part entière, à tel point qu'un super-héros sera créé qui aura le don de "sentir" les immeubles, les rues, les trottoirs et de résoudre ainsi de nombreux crimes...

     

    comic book, bande dessinée, société, Stan Lee, amaury watremez Alors que les super-héros DC sont hiératiques, nobles, presque des demi-dieux, les super-héros 'Marvel" imaginés par Stan Lee ont des failles. Et leurs pouvoirs sont très souvent plus des malédictions que des bénédictions. Dans les "4 fantastiques" "la Chose", surhomme de pierre, est désespéré de son état au début de sa transformation. Lee poussera cette idée dans ces retranchements en inventant "Hulk", produit du lobby militaro-industriel, surhomme atomique incontrôlable, Mister Hyde du docteur Banner, scientifique d'abord au service de l'armée américaine. Et en 1963 avec Steve Ditko il crée "Spiderman" ne sachant pas quoi faire d'un titre de "Marvel" qui bat de l'aile "Strange tales", anthologie d'histoires fantastiques.

     

    Spiderman est un super héros adolescent. Très humain. Au début, Peter Parker, c'est son nom civil agit comme n'importe quel ado aurait fait dans la même situation, il en profite d'abord pour lui, il a envie de gagner beaucoup d'argent pour plaire aux jolies filles du quartier. Mais après la mort de son oncle Ben tué par un voleur que le personnage a laissé fuir auparavant, rongé par la culpabilité il devient un héros, un héros du quotidien, du voisinage finissant par vivre des aventures "bigger than life" voire cosmiques. Peter a des problèmes de fin de mois, il n'est pas très doué avec les filles, il veut se marier mais il a du mal à choisir, il habite avec sa vieille tante May, bien que prenant ensuite de l'assurance.

     

    Sous les crayons de John Romita, il devient une icône des années 60 et des mouvements de ces années-là. Les personnages féminins de John Romita sont souvent accrochés aux murs des chambres d'adolescents comme des "pin up" d'autres publications dont ils connaissent bien les posters centraux.

     

    Il crée dans le même temps avec son frère Larry "Iron Man" alias Tony Stark, marchand d'armes douteux au départ devenu héros au service de son pays, surtout contre les communistes au départ. Stark a de nombreux défauts, il est cynique, arrogant, caustique, misanthrope, il a un penchant pour la bouteille et finit même alcoolique dans les années 80. Mais il est aussi capable d'héroïsme et d'abnégation pour les autres.

     

    Stan Lee bien que s'attribuant souvent le mérite de ces créations les créent avec les dessinateurs. La "méthode" Marvel est très différente de celle de "DC", les histoires doivent être comprises à 80% par les dessins. Et bien souvent ce sont les dessinateurs qui font des propositions et créent des "bandes" muettes que Lee "enrichit" ensuite. Tout cela naît d'une alchimie créative complexe très intéressante. Le "comic book" devient la "pop culture" par excellence, même si en 2018 leurs histoires ont un peu trop envahies les cinémas. Les apparitions que Stan Lee fait dans tous ces films sont toujours réjouissantes. Avec sa mort c'est un peu de cette "pop culture" dorénavant bien aseptisée qui meurt...

     

    Les "comics" c'était la lecture un peu transgressive, celle qui faisait hurler les adultes, qui énervait les bien-pensants, à notre époque même les grandes personnes en lisent...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration du haut empruntée ici

    illustration du bas empruntée là

  • La Nouvelle Librairie

    Imprimer Pin it!

    Nouvelle librairie, société, politique, amaury watremez, littératureRien de tel que les vacances pour sortir dans les endroits où l'on n'a pas le temps d'aller habituellement, découvrir des niches au trésor, des lieux cachés qui n'ont pas besoin d'être révélés aux autres. Ceux-là logiquement je ne devrai pas en parler à tous les passants sur mon blog ou ailleurs...

     

    Je suis allé aujourd'hui dans une librairie, « la Nouvelle Librairie » (voir à ce lien) 11 rue Médicis. Des « antifas » en ont déjà fait la pub efficacement -a contrario- avant moi quand Éric Zemmour y est allé signer son dernier livre (voir ici), une librairie de fâââchiiistes, d'estrème droaaate...

     

    Quand l'époque est troublée, quand on ne sait plus trop à quel saint se vouer, quand toutes les solutions semblent inefficaces et que la politique ne peut pas grand-chose, après tout, quoi de mieux que de faire comme Montaigne et d'aller dans une bibliothèque, ou une librairie, après une promenade dans les jardins du Luxembourg à admirer les parterres et la statuaire, humer les parfums des fleurs et des arbres, en apprendre les noms, apprécier le soleil déclinant d'automne avant l'hiver qui va venir rapidement....

     

    ...Autant vivre intensément le moment présent tel qu'il vient.

     

    Cette librairie a l'avantage de ne pas être groupusculaire comme le sont de nombreuses librairie de droite où l'on trouve des incunables d'auteurs étant des génies forcément méconnus, et ce souvent à juste titre, des traités interminables d'antisémites rassis sur la Shoah ou le fameux gouvernement secret des « illuminatis » qui c'est bien connu est caché trois-cent mètres sous terre au pôle Nord. On y croise souvent des vieux types grincheux, des excentriques persuadés que la terre est plate, ou creuse, et de beaucoup d'autres théories délirantes.

     

    Ils lisent, ou plutôt ne lisent pas vraiment, Céline surtout à cause de son antisémitisme et Drieu la Rochelle de par sa collaboration avec l'occupant allemand ou Henry de Montherlant pour son mépris de l'épaisse sottise démocratique, sa misogynie. Ce genre de clients n'est pas préoccupés du style de ces deux auteurs, ils aiment ce qui entretien leur détestation de l'humaine espèce. Ils ont la même conception utilitariste des Lettres que des militants de gauche, des histoires simplistes avec des personnages archétypaux pour démontrer la viabilité d'une cause et non dans le respect de la littérature.

     

    Alors que le style c'est quand même l'essence de leur talent pour ces hommes de lettres avant leurs prises de position parfois déplorables. J'ai évoqué Drieu, j'aurais pu parler de Jacques Laurent qui fit voter Mitterrand...

     

    Rien de tout ça dans « la Nouvelle Librairie ». Les livres présentés témoignent de cet éclectisme dont la droite a toujours fait preuve quand elle parle de culture, après tout c'est Léon Daudet de l'Action Française qui a découvert Marcel Proust, sans se soucier des clivages ou des mots d'ordre (ce que la gauche est le plus souvent incapable de faire à de rares exceptions) et sans s'émouvoir de l'homosexualité notoire de l'auteur de « Du côté de chez Swann ». J'y ai même vu des ouvrages d'auteurs ni d'extrème-droite, ni antisémites obsessionnels, voire même un peu à gauche mais intellectuellement intéressants. Vous chercheriez en vain dans d'autres librairies parisiennes les livres d'écrivains « mal vus ». Et j'y ai trouvé le souci de parler de littérature ce qui pour le coup est excessivement réactionnaire dans une société où la lecture est considérée au mieux comme une perte de temps, une distraction en somme...

     

    Bien entendu, ce n'est pas une librairie de droite de plus ou de moins, la lecture de tel ou tel auteur qui changera le monde. Mais pour qui veut se cultiver sans subir les diktats culturels habituels, ce lieu peut être précieux, un genre de refuge.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury – Grandgil

     

    photo par l'auteur de l'article (TM°)

  • En empruntant l'allée du Roi

    Imprimer Pin it!

    à propos de "l'Allée du Roi" de Françoise Chandernagor sur Madame de Maintenon (voir à ce lien)

     

    Histoire, madame de maintenon, société, livre, chandernagor, amaury watremezQuand on lit "l'allée du Roi" de François Chandernagor on se demande quand même un peu si cette madame de Maintenon qu'elle décrit dans le livre a vraiment existé ou si au fond elle la voit telle qu'elle la rêve, qu'elle l'idéalise. Lorsque l'on observe les portraits d'elle en son domaine où elle se retire à la fin de sa vie, on a quand même l'impression très nette que cette dame sur les peintures n'est pas tout à fait la même que celle du livre. Celle du livre est une femme libre, cultivée et travailleuse ce qui est d'autant plus utile quand elle se retrouve, jeune, dans l'adversité. Celle du livre est plus sympathique. Je n'aime pas tellement la vieille bigote corsetée et plus moralisatrice qu'elle est dans sa fin de vie.

     

    Celle de la réalité me semble plus complexe, cette femme qui passe du déshonneur social : vivre avec Scarron, ce "débauché" libre penseur de son époque, fréquenter un milieu dit "libertin", pour ensuite devenir la nourrice des enfants de Louis XIV puis son épouse morganatique (cachée) à la mort de la reine Marie-Thèrèse d'Autriche demeurée tout le long de son existence depuis son mariage avec le souverain enfermée dans ses appartements privés de Versailles vivant sans broncher les frasques sentimentales de son époux avc plusieurs jeunes femmes de la cour et des maîtresses plus "régulières", des "favorites" changeant selon la perte progressive de leurs "charmes" originels.

     

    Celui-ci tombe amoureux de madame de Maintenon manifestant ses sentiments naissants en ayant ce très joli mot : "Qu'il doit être doux d'être aimé par vous".

     

    Le livre avec une langue exceptionnelle, un français très pur  recrée cependant magnifiquement une époque où les peuples vivaient tous en osmose avec la terre, avec ses produits, avec ses merveilles, une société beaucoup plus incarnée, plus charnelle. Je n'idéalise cependant pas du tout cette époque où l'on pouvait mourir d'un rhume ou d'une carie. J'ai toujours eu horreur de ces personnes pour qui c'était forcément mieux avant. Mais j'ai malgré tout une tendresse particulière pour cette société plus organique, plus charnelle en somme et plus terrienne.

     

    En se promenant dans son petit château, en arpentant les allées de son jardin auquel il manque le potager, les poules, les cochons et les vaches qui devaient être sur place, on retrouve un peu, en filigranes, de cette douceur de vivre évoquée par Talleyrand pendant la Révolution, quand les êtres humains vivaient encore au rythme des saisons et de la nature, en subissant il est vrai parfois les rigueurs, comme durant l'hiver très rigoureux de 1788. Ces monuments, tout comme le château de Versailles sont de nos jours plus ou moins des "boîtes vides" sans la vie des dizaines de personnes y travaillant auparavant, ne serait-ce que pour l'entretien des jardins dits à "la française".

     

    Cette douceur de vivre, rien ne nous empêche de la retrouver, de la vivre dans un vrai lien avec la nature, avec le cycle des saisons.

     

    image prise ici

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

    Amaury - Grandgil

    Ci-dessous un extrait de "l'Allée du Roi" de Nina Companeez avec Dominique Blanc,

  • "La lecture ça sert à rien"

    Imprimer Pin it!

    littérature, société, politique, culture, école, enfance, amaury watremezQuand je fais visiter ma bibliothèque à des jeunes je leur demande toujours :

     

    "A quoi ça sert de lire ?" en rajoutant aussitôt après que c'est une question piège.

     

    Comme je fais cela dans un quartier bourgeois où les enfants sont bien élevés en général, ils sont tout  gentils, tout calmes et bien polis, et très scolaires, et me répondent généralement bien gentiment tout ce qui leur a été soufflé précédemment par leurs enseignants de Lettres. A savoir lire, ça permet de développer le vocabulaire, d'apprendre les conjugaisons etc...

     

    Il est très rare que l'un d'eux me dise que lire est pour son plaisir personnel, qu'il ouvre un livre par goût. Lire pour eux c'est une corvée imposée par l'école, un passage obligatoire pour obtenir une bonne moyenne et faire les études que l'on souhaite en répondant à tout ce qu'implique les obligations engendrées par le paradigme social en vigueur en 2018.

     

    Je leurs répond toujours de manière un peu provocatrice que lire dans l'absolu ne sert strictement à rien d'immédiatement quantifiable, mesurable avec une règle ou un pied à coulisse, que l'on peut très bien vivre et mener son existence en étant parfaitement et complètement inculte. Et Dieu sait qu'il y en a des ignares. L'inculture contrairement à ce que les ignorants prétendent (ils pensent avoir trouvé la parade ultime) n'est pas quelque chose de subjectif qui découlerait des "humanités" que Bourdieu appelait "bourgeoises" avec mépris, ou une question de "goûts et de couleurs". Rien de plus objectif que l'inculture et son corollaire habituel : la sottise "à front de taureau".

     

    Comme ce que l'on gagne en lisant n'est pas immédiatement mesurable, et donc pas contrôlable réellement, notre société déteste et fait mine de mépriser. En dehors de la figure du "nerd" ou du "geek" rendue sympathique ces derniers temps, celle de "l'intello" l'est toujours aussi peu dans les médias, dans la pub et les fictions en général. Le "méchant" des films d'action est le plus souvent un sale type lettré qui cite de la poésie avant d'exposer son plan machiavélique au héros, ou qui pose sur son fauteuil de salaud diabolique devant ses belles reliures tout en caressant son chat langoureusement. Le lecteur affirmé, avéré, est soit un prétentieux soit un pervers, c'est sûr et certain dans beaucoup d'esprits.

     

    Je demande d'ailleurs aux jeunes ensuite pourquoi "intello" est une telle insulte pour eux. Pourquoi on l'entend même dans les cours d'établissements scolaires très chics ? Ils sourient un peu, ont des attitudes gauches, ils ne savent pas trop quoi dire, la docilité au paradigme social leur ayant été martelée depuis leur plus petites enfance. On me dira que cela a toujours un peu existé, que la culture -je parle de la vraie pas celle qui fait dans l'épate bourgeois- a toujours été réservée à un petit nombre de personnes finalement, consentantes. La culture n'a pas à voir avec les diplômes, l'instruction ou les études mais surtout avec l'appétence de la personne ayant envie de s'élever, de grandir dans le savoir...

     

    Curieusement, je m'en étonne toujours, elle provoque chez la grande majorité des gens un complexe d'infériorité ahurissant alors que dédaignée apparemment ou très relativisée. Ce n'est pas si grave au fond car cela montre finalement qu'elle est toujours importante d'une manière ou d'une autre dans les esprits.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration empruntée ici

  • Pour en finir avec les geeks

    Imprimer Pin it!

    geek, culture pop, société, adulescent, politique, feuilletons, amaury watremezCe n'est pas que je n'aime pas la "pop culture" que chérissent les "geeks" et autres "nerds". Bien au contraire, j'aime beaucoup certaines vieilles séries télé que l'on peut regarder avec la "suspension d'incrédulité" que les enfants pratiquent sans réfléchir. Que des effets spéciaux soient rudimentaires n'a en fait aucune importance si le spectateur croit à l'histoire, si celle-ci est bien racontée. Mais certaines de ses vieilles séries que l'on trouve toutes sur internet, pouvant vivre

     

    J'aime bien aussi la bande dessinée, en particulier l'anglo-saxonne, mais de là à sombrer dans des fixettes et autres lubies à leur sujet il y a un abîme. Le geek sait quel est le modèle de tournevis sonique que le Docteur Who a à la main dans le comic book dessiné par Dave Gibbons en 1974. Il a cru remarquer que dans les premières minutes du troisième "Star Trek" cinématographique Kirk a son insigne plus à droite sur son uniforme qu'à la fin du long métrage. Il a tous les manuels pour faire voler les dragons et les vaisseaux spatiaux de "Star Wars" dont il connaît les plans par cœur,

     

    Des savoirs fondamentaux à n'en pas douter. Pour le "geek" ses compulsions télévisuelles ou cinématographiques sont sacrées. C'est plus que tout, c'est important. Et ça le relie à son enfance alors qu'il est coincé dans un corps d'adulte qui vieillit...

     

    Le "geek" regarde "Games of Thrones" parce que c'est un "Seigneur des Anneaux" avec du sexe dedans et des nudités en "full frontal".  Il adorait également "Breaking Bad" parce qu'il pouvait croire alors qu'un type comme lui, un binoclard, pouvait devenir un truand, un dur de dur, un homme un vrai, un mâle alpha. C'est toute la culture qui se "geekise" et qui met au même niveau Proust, Céline et Georges R. Martin (l'auteur du "Trône de Fer). Alors que culturellement ce n'est pas tout à fait la même chose bien que l'on puisse trouver les livres de ces auteurs dans les mêmes rayons à la FNAC.

     

    C'est en fait toute la culture qui est vampirisée par les "geeks" ou toute œuvre se doit d'avoir ses gadgets en relation, ou "goodies" en langue geek, voire son jeu vidéo, ses dessous de plats, ses "mugs" etc....

     

    Plus grand monde ne reconnaît de hiérarchie réelle dans les goûts culturels en affirmant le poncif habituel : "tous les goûts sont dans la nature". Alors que celle-ci existe et que l'inculture n'est pas quelque chose de subjectif, un "sentiment". Lire Stephen King avant ou la saga "Harry Potter" ou toutes les dystopies (contre-utopies) adolescentes à la mode en ce moment ce n'est déjà pas si mal me dira-t-on. Au moins cela permet que beaucoup de jeunes continuent à lire. Mais Rien ne leur interdit de passer à l'étape supérieure et de lire de la littérature un peu plus exigeante intellectuellement, de celle qui fait mûrir et qui ne cantonne pas le lecteur à un rôle d' "adulescent" perpétuel.

     

    Ce que sont beaucoup trop de grandes personnes de nos jours vivant dans un perpétuel présent, celui de leur post-puberté.

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

    Amaury - Grandgil

  • Les gens importants pensent-ils mieux que les autres ?

    Imprimer Pin it!

    à propos de "21 leçons pour le XXIème siècle"

     

    yuval noah harari, société, politique, solutions, histoire, paix, amaury watremezL'avantage de travailler dans une bibliothèque c'est que l'on dispose d'un accès à tous les périodiques dont "le Point". Le magasine titre aujourd'hui sur le penseur le plus important du XXIème siècle qui serait Yuval Noah Harari, intellectuel israélien, historien émérite ayant écrit "21 leçons pour le XXIème siècle". Le titre pose problème en soi, le XXIème siècle n'est pas encore tout à fait commencé. Comment pourrait-on déjà décerner des accessits et autres médailles à qui que ce soit ? Cela demande un peu de recul.

     

    C'est un peu comme parler des plus grands écrivains, des plus grands cinéastes, c'est la postérité qui décide.

     

    Ce n'est pas que je méprise les personnes pouvant apporter quelque chose, pouvant partager avec les autres un savoir, une culture, un savoir-faire. Bien au contraire. Tout le monde ne peut pas être au même niveau, tout le monde n'est pas égal face à l'intelligence. La nature est cruelle là-dessus. Tout le monde n'est pas brillant dans tous les domaines non plus, cela se saurait. Cela peut créer de la rancœur, les médiocres n'aimant pas du tout que d'autres soient plus doués qu'eux.

    Lire la suite

  • Boudard et Céline c'est kiffe kiffe

    Imprimer Pin it!

    Boudard, la métamorphose des cloportes, livre, amaury watremezJ'aime particulièrement le film "la métamorphose des cloportes", scénarisé et dialogué par Audiard, réalisé par Pierre Granier-Deferre, la vérité de ses décors parisiens, la noirceur de l'histoire et des personnages et puis bien sûr la fin. On a quand même rarement entendu manière plus sensuelle de traiter quelqu'un de "Dupont-Lajoie". L'autre avantage du long métrage est qu'Audiard n'y "audiardise" pas trop, fait moins dans le bon mot qu'à l'habitude ou dans le truand farcesque.

     

    Audiard est devenu une statue du commandeur du cinéma français. Certes une statue qui se marre avec la casquette vissé sur le crâne mais pas le droit de dire ce que l'on pense de cézigue dans certains films où il aurait mieux fait de s'abstenir, pas le droit de remarquer que parfois il se laissait aller à ses facilités dans la jactance. Il le reconnaissait d'ailleurs souvent lui-même, lui qui était amoureux de la littérature. Il est vrai qu'un ratage du "petit cycliste" vaut plusieurs comédies française actuelles.

     

    Faut reconnaître, faut avouer...

    Lire la suite

  • L'autre côté du monde musulman

    Imprimer Pin it!

    littérature, société, politique, livres, amaury watremez, rue al muttanabi, irakOn le remarque dans la plupart des moments historiques dramatiques, quand un arbitraire menace qu'il soit idéologique ou religieux, les tyrans qu'ils soient seuls ou pluriels s'attaquent très vite à la Littérature. C'est dire l'aspect transgressif qu'elle a pour eux. Elle contredit leurs idées absurdes et va contre le bonheur universel qu'elles prétendent imposer sans demander le consentement de qui que ce soit. C'est ce qu'on fait aussi les islamistes. Une tyrannie commence toujours par un décervelage intensif et un ou deux autodafés.

     

    La littérature encourage le rêve, l'expression des sentiments, des sensations. Elle encourage au libre-arbitre, à l'indépendance d'esprit. On comprend qu'ils la détestent.

     

    On n'évoque jamais dans les médias officiels comme ceux prétendant ne pas l'être l'autre face du monde musulman qui est celle des quatrains d'Omar Khayyam ou des histoires de Shéhérazade racontées dans les Mille et Une nuits, celle que l'on peut trouver à Bagdad rue al Muttanabi, l'artère de la culture de cette ville.

    Lire la suite

  • Une planète de primates enfin évolués ?

    Imprimer Pin it!

    Le cinquantenaire de "la Planète des singes" de Franklin J. Schaffner

     

    cinéma, société, politique, littérature, amaury watremez"La Planète des singes", le premier film et ses suites, est lié pour moi au bruit d'un inhalateur électrique contre le rhume, bruit ressemblant à celui émis par les "mutants" du deuxième volet quand ils torturaient trois des personnages. J'inhalai tout en regardant le film. D'aucuns penseront que j'étais déjà snob. De vieux souvenirs cependant encore très nets car les films des années 70 et la série télévisée m'ont marqué profondément ainsi que de nombreux quadragénaires. De plus, les maquillages simiesques de John Chambers seront toujours plus intéressants que les effets numériques les plus photoréalistes des trois "remakes" des années 2000 où Andy Serkis interprète César, le personnage principal.

     

    ils auront toujours plus de matière, de force, le cerveau discernant la fausseté d'une image inconsciemment...

     

    Passons pudiquement sur le "remake" mou du genou et creux de Tim Burton visiblement peu inspiré par l'histoire...

    Lire la suite

  • Desproges et ses héritiers

    Imprimer Pin it!

    Pierre Desproges, société, radio, télévision, politique, irrévérence, amaury watremezComme beaucoup de quadragénaires maintenant bedonnants après avoir été d'une beauté affolante dans leur jeunesse et perdant leur magnifique chevelure auparavant aussi épaisse qu'un champ de blé scandinave (je m'arrête là dans la description, ça m'excite), j'ai découvert Desproges à la radio dans les années 80 à l'heure du repas. Je me dépêchai de rentrer du collège pour écouter "les flagrants délires" de 1981 à 1983 et surtout le plus intéressant, le réquisitoire de Desproges et la plaidoirie de l'avocat le plus "bas d'Inter", à savoir Luis Rego.

     

    Il fallait auparavant écouter les bavardages du Raminagrobis en chef à savoir Claude Villers, certes pas toujours désagréable et le plus souvent tout aussi insolent voire irrévérent que son avocat et son procureur.

     

    Quand j'avais cours pile à ce moment là, c'était une vraie frustration. Desproges était présent à la radio et la télé depuis "le Petit Rapporteur" et les "Aventures du professeur Corbiniou" pendant Casimir. Il faut bien vivre. De temps en temps on l'apercevait aux côtés de le Luron, en particulier en intervieweur obséquieux avec Giscard au coin du feu. Plus tard, il se fâcha avec Villers et le Luron, eut une petite traversée du désert et ne revint qu'en 1986 avec "les Chroniques de la Haine ordinaire" qui était devant un public également, un peu plus restreint.

    Lire la suite

  • Francofonie

    Imprimer Pin it!

    Où l'auteur fête à sa manière la semaine de la langue et de la francophonie du 17 au 25 mars 2018 (à ce lien)

     

    francofonie.jpgJe suis d'une famille où la langue est chose fondamentale. Nous ne sommes sûrement les seuls mais chez nous, bien s'exprimer et bien comprendre le français dans ses nuances est important, y compris l'ironie ou les antiphrases. Il n'était pas rare que petit garçon je me fasse gronder pour un mot mal employé ou omis. Eugène Ionesco au théâtre ne pouvait que nous plaire dans sa déconstruction des clichés de langage et l'absurdité des expressions toutes faites ne voulant rien dire. Bien entendu, il y a un revers de la médaille à cette prédominance de la langue qui est de tout analyser à outrance, second, troisième, trente-deuxième degrés, alors que bien souvent, il n'en existe qu'un seul.

     

    Finalement, nous étions des lacaniens sans le savoir...

     

    Les littéraires se reconnaissent entre eux. Ils sont les parents pauvres d'une éducation les considérant très mal. Les matheux dominent, ceux qui quantifient, qui rangent tout dans des petites boîtes bien utiles même si ainsi que me l'a dit une petite fille « les maths ça sert à rien, ça sert juste à faire la guerre ». L'enseignement des Lettres depuis la mirifique réforme Haby en 1977 n'ont pas cessé d'être méprisé, diminué, rabaissé. Les adeptes de Bourdieu comme de Philippe Meirieu considèrent en effet que la littérature c'est un truc d'héritiers, de la « culture bourgeoise », des ces « humanités » patrimoniales et paternalistes stigmatisant les travailleurs et les plus précaires.

    Lire la suite

  • Les écrivains de Paris

    Imprimer Pin it!

    à propos de « Paris et ses écrivains » chez Massin collection « essentiels du patrimoine »

     livres, littérature, société, paris, écrivains, amaury watremez

    illustration empruntée ici

     

    J'aime Paris passionnément, j'aime Paris pour la mémoire vivante qu'elle est de ma vie, de mes amours, de mes peines. J'aime me promener dans mes souvenirs. Paris s'embourgeoise, Paris verse de plus en plus dans les prétentions des nantis. Et les quartiers populaires ou pittoresques, peuplés auparavant des « classes dangereuses » disparaissent petit à petit. Ces « classes dangereuses » n'ont plus les moyens d'habiter la capitale. De temps en temps on les laisse se balader dans les quartiers des nantis, les salauds de pauvres adorent, ils rêvent devant les belles bagnoles et retournent le cœur plus léger s'abrutir le cortex devant Hanouna et ses comparses décérébrés...

     

    Je ne sais certes pas si j'ai le recul nécessaire pour en juger mais ces temps sont décevants...

    Lire la suite

  • Arsène, un grand monsieur

    Imprimer Pin it!

    A propos de « Arsène Lupin une vie » aux éditions Hélios par Xavier Mauméjean ( voir à ce lien )

     

    lupin.jpgcouverture empruntée ici

     

    Je ne suis pas très objectif en lisant cette biographie historique, historique car chacun sait que Lupin était un personnage historique tout ce qu'il y a de plus réel. Dans ce livre il est confronté à d'autres personnages tout aussi historiques que lui comme Sherlock Holmes, Hercule Poirot ou l'aventurier anglais Raffles. Que je n'attende pas plus pour le dire, comme beaucoup d'enfants des années 70 qui regardait le feuilleton avec Georges Descrières (de la comédie française !) Lupin est le héros de mon enfance, je l'ai toujours préféré à tous les autres héros. Je voulais parler comme lui, alterner le registre très soutenu puis soudain mettre les pieds dans le plat de la bienséance avec un ou deux mots d'argomuche bien placés.

     

    Car si Arsène rend la plupart du temps la justice, allant jusqu'à tutoyer les grands de ce monde avec gouaille et insolence, il se fiche complètement de respecter la morale commune et les lieux communs des bons bourgeois. Il les envoie promener avec finesse et ironie. Il déteste la fatuité, les vanités...

    Lire la suite

  • Charles Maurras et « Che » Guevara

    Imprimer Pin it!

    maurras.jpgMadame la sémillante ministre de la Kultur, Françoise Nyssen (on devrait toujours se méfier des « vegans » qui ne boivent pas de vin) vient de le faire annoncer par ses services, Maurras, auteur de « l'Avenir de l'intelligence », académicien français, laudateur du Félibrige, ne sera pas des célébrations officielles de son ministère en 2018. Vous me direz, on s'en fiche un peu, il n'y a pas besoin d'autorisation officielle pour lire cet auteur (voir à ce lien).

     

    Et on continuera de le lire après...

     

    Madame Nyssen semble considérer tout comme les associations de curés laïcs ayant demandé cet anathème que les français sont trop bêtes pour faire la part des choses dans l'œuvre d'un auteur entre ses haines et ce qu'il apporta véritablement à la culture. C'est comme si lire Céline impliquait de devenir judéophobe, comme si tourner les pages des écrits de combat de Bernanos supposait de tourner catholique ardent, comme si se plonger dans le « Lolita » de Nabokov signifiait devenir pédophile sans autre forme de procès.

     

    Dans le même temps, la maire de Paris, Anne Hidalgo, à l'engagement très proche de celui de madame la ministre croit bon de célébrer la figure de Ernesto « Che » Guevara dont une exposition raconte en ce moment la vie, de manière très édulcorée à Paris (voir à ce lien). Rappelons que loin, très loin d'être une figure romantique et sans tâches, le « Che » dont le visage orne encore trop de ticheurtes et de « mugs » était un salopard absolu capable de toutes les exactions au nom de l'idéologique qu'il prétendait défendre.

    Lire la suite

  • Un homme debout

    Imprimer Pin it!

    à propos de « une très légère oscillation » de Sylvain Tesson aux éditions des équateurs (voir à ce lien)

     

    littérature, société, livre, journal, amaury watremezIl y a des hommes qui n'ont plus goût à l'être vraiment. Ils se contentent de ce qu'ils sont, de ce qu'ils font. Tout ce qu'ils désirent, c'est continuer à consommer et vivre chichement sur le plan spirituel et intellectuel. Ils demeurent dans l'allégeance aux conformismes. Ils sont satisfaits, ce qu'ils pensent être de la sagesse. Et puis il existe encore quelques êtres humains comme Sylvain Tesson. Perpétuels insatisfaits devant la médiocrité assumée de cette société, la haine, la sottise, ils ne se résignent pas à leur domination, à leur joug. Pire encore aux yeux de notre monde, ils recherchent continuellement le dépassement personnel de leurs limites.

     

    Quitte pour cela à prendre des risques fous...

     

    Ces êtres d'une autre pâte que les autres se souviennent que Dieu vomit les tièdes ainsi que le rappelle souvent Bernanos, auteur souvent cité par Sylvain Tesson ce qui me le rend d'autant plus sympathique. J'ai cru trouver en lui un « compagnon d'armes » en quelque sorte, de ce que le « Grand d'Espagne » évoqué ci-dessus appelle la « communion des saints ».

     

    Quand je parle de dépassement, il ne s'agit pas seulement de l'exploit sportif qui fera du bruit médiatique quelques temps et puis sera oublié mais de celui poussant à sublimer ses souffrances, ses handicaps pour atteindre un autre palier dans l'humanité. Cela fait longtemps déjà qu'il écrit, s'indigne, se passionne pour ses frères humains mais le 20 août 2014 lui est arrivé un accident qui lui a fait prendre conscience de l'urgence de faire quelque chose de son existence. Comme nous tous, il lui a fallu une catastrophe pour ne plus vivre sur le fil, dans une irresponsabilité d'adolescent légèrement suicidaire.

    Lire la suite

  • Portraits sensibles

    Imprimer Pin it!

    à propos de "Oui et Non" d'Adriana Langer paru aux éditions Valensin (site de l'éditeur à ce lien)

     

    adriana langer, littérature, société, nouvelleSi en France de trop nombreux auteurs parlent surtout d'eux-mêmes et rien d'autres, exécutant leurs psychanalyse sauvage devant tous les passants à travers leurs livres, appelant ça abusivement des livres d'ailleurs, il existe aussi des écrivains qui savent encore évoquer toute l'humanité des personnes qu'ils côtoient quotidiennement que ce soit dans la vie réelle ou dans la vie rêvée. C'est d'ailleurs un des aspects les plus puissants et les plus intéressants de la littérature, ouvrir à l'autre, ouvrir d'autres univers mentaux que le sien...

     

    Radiologue de profession, déjà auteure de quelques livres, Adriana Langer est de ceux-là. Son livre est d'ailleurs un peu comme une radiologie des cœurs et des âmes de ses personnages.

     

    Elle est aussi de celles et ceux défendant un genre méprisé et dédaigné dans notre pays en 2018 qui est celui de la nouvelle. Pourtant il eut ses grands maîtres. Celle-ci est souvent plus exigeante que le roman, elle demande plus de réflexion sur l'écriture car elle doit en quelques pages esquisser des personnages, leur psyché, leurs pensées, leurs sentiments, leurs joies, leurs peines, autant de portraits sensibles. Elle est dans la tradition de Guy de Maupassant, Ivan Tourgeniev et d'autres tel Marcel Aymé qui lui ont donné ses lettres de noblesse.

    Lire la suite

  • Il leur faudrait un bon autodafé

    Imprimer Pin it!

    Céline, pamphlets, gallimard, littérature, société, amaury watremez politiqueJe ne suis pas vraiment un fan de l'antisémitisme de Céline, encore moins des écrits où il l'étale avec délectation semble-t-il, celle-ci engendrant un malaise immédiat chez un lecteur avisé. Cette haine judéophobe était d'ailleurs la manifestation d'une détestation universelle du genre humain dans sa globalité. Il y a chez l'auteur du « Voyage au bout de la nuit » et de « Rigodon », ses deux livres m'ayant le plus marqué un ressentiment de tous les instants contre ces semblables.

     

    Ce n'est pas exactement une colère, une vocifération ainsi qu'on l'a cru très longtemps mais l'expression d'une émotivité à fleur de peau. Blessé dans sa chair par le monde, par la sottise de ses semblables, Céline ne sait plus les aimer bien que paradoxalement il fut jusqu'au crépuscule de son existence un médecin dévoué aux pauvres.

    Lire la suite

  • De Tous Charlie à Tous Charlie mais...

    Imprimer Pin it!

    Charlie Hebdo, massacre 7 janvier 2015, société, islam, islamisme, société, politique, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Il était une fois un journal qui n'avait plus rien à voir avec le brulot anarchiste fondé par Choron et Cavanna dans les années 70. On y étrillait toujours les mêmes cibles cependant :

     

    la police et l'armée, l'église, sans craindre grand chose.

     

    De temps à autres on faisait bien une petite blague sur les juifs et les musulmans pour montrer que l'on attaquait tout le monde mais avec précaution. Les ténors du journal, cautions « historiques » de sa refondation en 1992, vieillissaient doucement, nourrissant leurs obsessions alors qu'ils étaient au fond devenus ce qu'ils détestaient quand ils étaient jeunes, à savoir des bourgeois installés. Ils avaient été rejoints par de jeunes dessinateurs les idolâtrant, ils jouaient les grands anciens tellement sages, experts libertaires en caricature...

     

    Ne comprenant pas ce qu'est l'Islam, ce qu'il représente actuellement, ils ont publié les fameuses caricatures de Mahomet sans avoir conscience des risques encourus. Ils se sont dits que les musulmans se comporteraient comme ces bon vieux catholiques terrorisés-terrifiés pour la plupart par la peur de passer pour réacs. Ils ont assorti les fameuses caricatures de dessins de leur cru tournant en dérision les réactions des fanatiques islamistes, les ridiculisant. Et cela les fous de Dieu n'aiment pas. Comme leur radicalité religieuse est souvent assortie d'un manque total de confiance dans leur masculinité, ils se sont sentis profondément blessés là aussi.

    Lire la suite

  • Plus personne ne lit en France

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    ...ou presque.

     

    politique, société, littérature, livre, éducation, lecture en France, amaury watremezOn peut très bien vivre sans la moindre espèce de culture littéraire, c'est un fait. Elle est totalement inutile pour travailler, boire, manger, respirer. Pourquoi d'ailleurs apprendre la langue et les manières de l'utiliser alors que des gestes et des grognements suffiraient amplement ? Pourquoi se fatiguer à étudier la grammaire et la syntaxe pour se hâter de l'oublier sur les réseaux sociaux et dans les SMS ? Cela prend du temps et cela gêne les autres activités maintenant indispensables en 2017. Pourquoi poser son gadget électronique et l'éteindre, ô scandale, pour prendre un livre et le lire en prenant son temps ?

     

    Et pourtant, curieusement ou pas, dans notre société où plus personne ou presque ne lit vraiment ou se soucie de littérature, à l'exception de quelques milieux favorisés, cette carence culturelle engendre des complexes d'infériorité énorme. Rien de plus puissant. C'est comme une petite bille noire brillante nichée au cœur des esprits parfois embrumés des citoyens consommateurs.

    Lire la suite

  • Nazis dans le rétro Remix

    Imprimer Pin it!

    hugo.jpg

    Aussi sur Agoravox

     

    Ce qui domine sur le net en nos temps tellement progressistes que l'ignorance et l'inintelligence deviennent des genres de nouvelles médailles c'est l'absence quasiment totale de compréhension du second degré ou de l'ironie. L'esprit de sérieux domine, et la gravité des imbéciles, celle qui les fait se sentir important ne serait-ce qu'un bref instant fugace. Parmi ceux-ci on trouve pour les plus remarquables les auteurs engagés.

     

    Le nécessaire engagement de la littérature, engagement bien-pensant bien entendu, il ne peut y avoir d'auteurs de droite par exemple, c'est quasiment interdit à moins d'être dans le rôle du « réac » de service. C'était devenu une des rengaines les plus serinées depuis des décennies mais celle-ci est beaucoup moins audible car les leçons de morale de ces petits marquis de la bonne conscience politique portent moins au sein du peuple et même parmi les pseudo-élites. Les « gens », comme ils appellent tous les autres en dehors de leur milieu, les « gens » sont bien ingrats...

    Lire la suite