Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes Terres Saintes - Le Blog d'Amaury - Grandgil - Page 5

  • Existe-t-il un journalisme politiquement incorrect ?

    Imprimer Pin it!

    politique, société, politiquement incorrect, société, paradigme nouveau, amaury watremezDans les écoles de journalisme on vote majoritairement à gauche (voir ce sondage à ce lien, il en existe d'autres encore plus flagrants). Les quelques étudiants de droite voire un peu plus à droite deviennent pour la plupart les journalistes dits « politiquement incorrects », chacune et chacun dans son créneau : sociétal, religieux, politique. Ce créneau contre la bien-pensance et les bourgeois pédagogues est de plus en plus porteur en 2016 du fait de l'échec patent des idéologies globalisantes, celles-ci étant à chaque fois autant d'alibis afin de maintenir les intérêts de l'oligarchie. Et ce y compris pour toutes celles mettant le peuple (le pôple) à toutes les sauces.

     

    Ces journalistes réputés politiquement incorrects ne le sont que jusqu'à un certain point. A quelques exceptions notables, on retiendra Eric Zemmour, Elisabeth Lévy et Natacha Polony et à gauche Eric Naulleau.

     

    Ces auteurs « malpensants » sont en effet formés à utiliser exactement la même méthodologie que les autres : prétendra à l'objectivité, retenir ses attaques selon une « déontologie » biaisée. Car cette méthodologie étant fondée sur des présupposés idéologiques très politiquement corrects cela fausse leur incorrection. Ils écriront leurs articles et éditoriaux au final selon des paradigmes de pensée et de réflexion de gauche.Employer la même méthodologie que leurs consœurs et confrères de gauche les amène donc à parfois tirer les mêmes conclusions que les autres d'un événement.

     

    Ils en tireront la conclusion fausse de la fin des clivages, fausse car pour la gauche, qu'elle soit sociétale ou pas, les clivages demeurent bel et bien et sont nombreux.

    Lire la suite

  • Les deux France

    Imprimer Pin it!

    politique, terre, france, zemmour, raphèl glucksman, amaury watremez, paysannerieRaphaèl Glucksman publie le livre « Notre France – Dire et aimer ce que nous sommes » dans lequel il affirme décrire le pays en homme de progrès, en clair selon l'oligarchie et ses obligés en somme. Dans « Quotidien » le spectacle « d'infotainemant » de dérision « citoyenne » et « objective » (c'est lui qui l'affirme) de Yann Barthès il se pose en anti-Zemmour mais consent quand même en fin de péroraison à avouer qu'il aime bien le côté « rabelaisien » de la France, son côté « gaulois ». Nous souffririons de trop d'hygiénisme, de trop aseptiser notre vie. On ne peut pas lui donner de ce point de vue entièrement tort et on lui sait grè au moins de l'écrire.

     

    On me pardonnera cependant dans la suite de ce texte mon irrespect envers ce grand philosophe contemporain (1 m75 à vue de nez) mais il est encore bien timide.

     

    On s'étonne d'ailleurs de le voir reprendre au fond des idées qui ne déplairaient pas aux réacs qu'ils conchient par ailleurs. Ce genre de représentant de « la France d'en haut » donnant des leçons de morale comme lui est toujours persuadé de sa légitimité de par les avantages matériels dont ils disposent depuis sa naissance.

     

    La France de Raohaèl Glucksman est celle que l'on voit dans les films américains. Les français du petit peuple qu'il décrit non sans condescendance ne se lavent pas, mangent comme des gougnafiers en faisant du bruit. Ils s'essuient bruyamment sur leurs manches une fois le repas fini tout en écoutant avec respect le monsieur « venu de la ville » qui leur dit comment se conduire. Ils sont ignares, incultes, grossier. Heureusement qu'ils ont cette chance d'avoir des messieurs « venus de la ville » comme monsieur Glucksman pour les éclairer.

    Lire la suite

  • Conservateur un  mot qui fâche

    Imprimer Pin it!

    à propos de "De l'urgence d'être conservateur" de Roger Scruton aux éditions de l'Artilleur paru en novembre 2016 (le site de l'éditeur)

    politique, conservateurs, société, progressisme, libéralisme, Scruton Roger, Amaury WatremezConservateur, le mot est encore en 2016 entaché de multiples connotations des plus péjoratives. L'auteur de ces lignes lui-même, pourtant estampillé réac décomplexé pur jus, se sent un peu mal à l'aise en l'écrivant. Il faut avouer que l'idée de progrès continu des sociétés ce qui suppose des transformations inéluctables est tellement martelée depuis des décennies qu'elle finit par marquer les esprits y compris les plus rétifs à ce concept. C'est assez étrange puisque Roger Scruton le souligne pertinemment conservateur tout le monde l'est plus ou moins à divers degrés à commencer par les personnes de gauche ou libertaires en particulier lorsqu'elles prétendent défendre les fameux acquis sociaux.

     

    L'auteur dont la démarche est d'une rare honnêteté intellectuelle commence par évoquer son parcours, d'où il vient, ce qui le motive dans l'écriture de cet ouvrage. Il montre ainsi que personne n'a des convictions forgées de manière monolithique, que personne n'est politiquement blanc ou noir, que c'est une infinité de nuances de gris qui prévaut. Il raconte sa vie de famille, son père socialiste mais attaché néanmoins à sa terre et à son héritage culturel, l'amour de la glèbe anglais qu'il a transmis à son fils. Il expose finalement ce qu'est être véritablement conservateur loin des idées reçues et des préjugés. Et son raisonnement est brillant.

    Lire la suite

  • Chroniques du réel – Subversion efficace du pédagogisme

    Imprimer Pin it!

    école, chroniques du pays réel, éducation, Education Nationale, société, amaury watremezL'histoire vraie que je raconte ci-dessous montre combien les clichés sur les « jeûnes » sont abscons, combien aussi cette société est criminelle laissant leurs aspirations aux idéaux, à la culture souvent en friche volontairement. C'est mieux d'avoir des individus uniquement soucieux de leur dernier gadget électronique que des personnes véritablement capables de mûrir et remettre en question leurs certitudes et celles de leurs groupes, de leur ethnie, de leur religion. Et puis les encourager à réfléchir par eux-mêmes c'est aussi les encourager à se libérer de l'arbitraire de notre monde consumériste.

     

    Quand j'étais enseignant en Lettres et Histoire en enseignement professionnel, dans un lycée de « cités » d'Évreux, je devais ainsi que les collègues des autres matière mettre en œuvre un « machin » pédagogiste s'appelant le PPRE (ou Programme Personnalisé de Réussite Éducative). Comme le contenu de la chose était loin d'être clairement précisé, nous ne savions pas trop quoi en faire. L'une d'entre nous se dit alors que cela pourrait être l'occasion d'ouvrir les élèves à une association humanitaire. Nous aurions présenté quelque chose aux élèves les faisant sortir un peu du cocon de leurs préjugés.

     

    Ce serait au moins ça...

    Lire la suite

  • Donald a dit chatte

    Imprimer Pin it!

    Donald Trump, Hillary Clinton, société, Etats Unis, politique, amaury watremez, AmériqueJe ne suis pas un fervent supporter de Donald Trump. Tout ce fric étalé pendant la campagne des primaires et des présidentielles américaines que ce soit de son côté ou il est vrai du côté démocrate donne à la fois le tournis et la nausée. Je pense aussi qu'en tant que français, nous ne connaissons pas vraiment la société américaine, sa culture, ses us et coutumes. Nous pensons la comprendre car regardant depuis des décennies des films, des feuilletons et séries américaines, celles-ci ayant maintenant « la carte » des cultureux chic depuis quelques temps. Mais au fond, notre point de vue est toujours très superficiel et marqué par nos références qui ne sont pas pertinentes lorsque est évoqué cet état-continent.

     

    Donald Trump est comparé par nos arbitres des élégances politiques, nos éditorialistes distingués à nos politiques dits populistes français. Il est de bon ton d'appuyer sur son côté « plouc », ses défauts qui font « populo », des observations condescendantes qui je trouve sentent d'ailleurs le mépris de classe petit-bourgeois. Donald Trump traîne plusieurs « casseroles » en plus de n'être ni un diplômé ni un politique se comportant de la manière convenable selon les dogmes de nos élites. Pire encore, abomination de la désolation, dans une conversation rapportée par toute la presse américaine, Donald a dit « chatte » pour désigner de manière peu élégante l'appareil reproducteur féminin.

     

    « Mais vraiment où a-t-il été éduqué ma chèère » ?

     

    La société américaine étant encore très marquée par le puritanisme des « Pères fondateurs », et Trump prétendant à la magistrature suprême, c'est très mal aux yeux des américains. Il dit d'ailleurs avoir essayé de séduire des femmes qui n'étaient pas la sienne ce qui là-bas équivaut à une mort politique. A ce puritanisme traditionnel se rajoute celui du « politically correct », des féministes et des amateur-e-s de « Gender Studies », celui-ci étant encore plus radical que l'ancien. Et les commentateurs d'embrayer sur le même registre en France où il est de bon ton de donner des leçons de démocratie aux américains beaucoup moins intelligents que nos oligarques bien entendu à quelques exceptions près dont Hillary Clinton.

    Lire la suite

  • Chronique du pays réel – Fraternisation chrétiens musulmans dans la joie

    Imprimer Pin it!

    religions, islam, candeur, christianisme, politique, naïveté, catholiques, coeur sec tripes molles, amaury watremezJ'ai assisté dans ma paroisse versaillaise à une réunion de fraternisation organisée afin de rassembler des chrétiens et des musulmans dans un même mouvement de paix. Je me disais que j'étais trop dans la causticité. Je voulais pour une fois faire un effort, être moins misanthrope, me sentir pourquoi pas doux et gentil comme un agneau, confiant dans l'intelligence de mes semblables et la mienne, positif sur l'espèce humaine. Je n'ai pas été déçu en un sens mais malheureusement cela n'a pas diminué d'un iota ma tendance à la dérision.

     

    Il y avait à l'entrée de la salle paroissiale pour s'occuper du micro et de la « sono » un « Jean-Michel » à queue de cheval comme il y a toujours dans ce style d'assemblée. « JeanMichelalasono » bien entendu se débrouillait comme un manche et il y eut comme la tradition le veut un grand bruit de sirène dans les hauts-parleurs quand il fit son test (« teste test, undeux, undeux...). Les participants sursautèrent dans un même mouvement sur leurs sièges. Il y avait une demie-douzaine de musulmans au premier rang. Il donnait plus l'impression d'être des « bons sauvages » de service que des véritables intervenants aux yeux des organisateurs, des alibis.

     

    Ceux-ci, un couple chic d'une cinquantaine d'années, ont présenté tout le monde, d'abord les paroissiens présents puis ensuite les croyants en Mohammed. Ils les présentèrent avec une touche de légère condescendance inconsciente. Un monsieur parla de la profession de foi coranique, exposant clairement et simplement les obligations de tout lecteur attentif du Coran. Une dame voilée évoqua ce qu'elle estimait être la place des femmes dans la société, en particulier son rôle de mère. Ils rappelèrent la sourate sur les « gens du Livre ». Ils omirent de préciser ce que le Coran entend par « protection » des chrétiens ce qui suppose un impôt spécial ainsi qu'un signe distinctif, une couleur de vêtements et un statut de citoyen de seconde zone.

     

    Bizarrement, il n'y eut pas non plus d'allusion de la part des catholiques présents au sort actuel des chrétiens orientaux...

    Lire la suite

  • Zemmour affole les élites

    Imprimer Pin it!

    Zemmour, télévision, société, politique, tribunal, amaury watremezLe procès en sorcellerie fait à Zemmour est un signe évident de l'affolement des pseudo élites s'apercevant de leur totale déconnexion d'avec le peuple. Elles s'affolent car après avoir accusé Zemmour de racisme elle l'accuse de faire l'éloge des islamistes. Et quand elles s'affolent, elles montrent surtout leur haine profonde de toute contradiction d'avec les dogmes de leur pensée réputée progressiste. Cela ne date pas d'hier ainsi que leur tendance à judiciariser leurs ripostes. On trouvera bien toujours (parmi ceux du Syndicat de la Magistrature au hasard...) des juges enthousiastes pour condamner les errements des salauds de réacs. Ceux-ci ne font pourtant qu'évoquer le réel et la dégénérescence du lien républicain dans notre pays.

     

    Les réacs ou soit disant réacs comme Zemmour gênent. Ils empêchent la réalisation du bonheur ultime pour l'humanité de se noyer dans le grand tout universel et très flou de la mondialisation heureuse. Du moins, c'est ce que les élites voudraient que le peuple pense. Mais le peuple hélas n'en fait qu'à sa tête l'ingrat et plébiscite ce qu'écrit Zemmour dans son dernier livre. Ce qu'il décrit dans ses écrits, dans ses chroniques il faut dire que c'est ce que vivent tous les "français périphériques" depuis des décennies. Toute la classe moyenne sacrifiée dont les enfants et les petits enfants ne peuvent plus emprunter l'ascenseur social s'y retrouve.

     

    Ou alors dissolvons le peuple comme le proposait Brecht dans "la Solution". C'est un peu ce que l'auto proclamée "France d'en haut" a fait en tentant de remplacer dans l'électorat de gauche ces français les ayant quittés par les enfants d'immigrés, nouveau prolétariat. Hélas, ce sont aussi des ingrats qui ne veulent pas du tout des innovations sociétales amenées entre autres par la loi Taubira du "mariage pour tous". Je suis surpris que l'homophobie sévissant durement dans les "quartiers" dits sensibles ne soit jamais évoquée car elle est terriblement plus violente que celle supposée des lecteurs de Zemmour.

     

     

    Même en constatant cet affolement conduisant les pseudo élites à réagir avec une violence abjecte, même face à cette haine avérée, les défenseurs de Zemmour continuent pour beaucoup et malgré tout à se croire obligés de donner des gages de bonne conduite à la gauche moralisatrice ! Ils défendent le polémiste mais, attention, ils ne sont pas d'accord sur tout donnant au bout du compte des arguments à la curée contre lui. Ces défenseurs encore un peu timorés sont finalement toujours dans la terreur des leçons de morale des bourgeois pédagogues.

    Lire la suite

  • Le retour des hordes familialistes le 16 octobre

    Imprimer Pin it!

    société, religions, LMPT, manif pour tous, christiane taubira, politique, amaury watremezLa « Manif pour Tous » revient le 16 octobre prochain. Elle s'annonce par des affiches un peu partout dans la capitale et d'étranges tags roses et bleus effrayant les bourgeois pédagogues sur les trottoirs. Les hordes « familialistes » vont à nouveau investir les rues de Paris et effrayer madame Hidalgo après avoir fait peur à Bertrand Delanoé qui implorait le ciel de ses mains tendues en vain vers la divinité du « festivisme » de lui épargner ce supplice.

     

    Mais il ne fut pas exaucé et dut boire le calice jusqu'à la lie. Des français catholiques pour beaucoup, de cette part du pays méprisé, moqué, conchié, défilaient exaspérés dans la rue contre une loi qui était surtout un cadeau à un tout petit milieu moralement libertaire. Contre l'homophobie « ordinaire » dans les « cités » ou dans les milieux ruraux rien n'a été prévu, étrangement. Il faut dire qu'aux yeux de la « France d'en haut », pour reprendre l'expression de Christophe Guilluy, l'homophobie n'existe pas, ne peut pas être possible, dans les milieux dits « issus de la diversité » alors que c'est là qu'elle est le plus violente.

     

    Et Anne Hidalgo ne le sera donc pas plus, apaisée.

    Lire la suite

  • Chronique du pays réel - les animaux dénaturés

    Imprimer Pin it!

    Les animaux dénaturés

    chienchien.jpgCe n'est pas la première fois que j'observe ce genre de spectacle à la fois drôle et pathétique dans la rue, car cela souligne aussi la profonde solitude bien réelle des gens dans notre société. Je l'ai observé partout et chez tous les âges dans tous les milieux que ce soit en banlieue ou que ce soit comme ce matin chez une quinquagénaire potelée à la blondeur suspecte dans le XVIème arrondissement, maquillée comme un camion volé et habillée d'une très chic « veste » « Barbour » (TM°).

     

    Cela montre à chaque fois par l'exemple dans ce cas comme dans d'autres que les animaux sont dans nos sociétés dénaturés. La mode de « l'antispécisme », nouvelle lubie bourgeoise, ne fait qu'exacerber ces tendances au sentimentalisme le plus stupide avec les animaux. Ils comblent un vide, quelque chose, on ne sait trop quoi, certainement la vacuité et l'Ennui profond qui tient lieu d'âme aux bourgeois pédagogues.

     

    Elle avait son chien dans les bras, devant son opulente poitrine, un minuscule roquet « vêtu » d'un manteau pour son espèce dans le goût écossais. Tout en marchant elle lui parlait :

     

    « Tu sais je vais te poser, parce que quand même tu fais ton poids »

     

    Elle le pose, le clébard grogne tout bas :

     

    « Ah non je ne te porte plus, tu n'as qu'à marcher »

    Lire la suite

  • Les odeurs encore méphitiques du vote le Pen

    Imprimer Pin it!

    FN, le Pen, histoire, politique, société, amaury watremez, les HLPSDNH

     En 2016 encore et toujours, le vote pour la famille le Pen, que ce soit pour la fille, pour la nièce, pour le patriarche peut-être, sent encore la soufre à plein nez pour les oligarques, les journalistes et les éditorialistes. Que ceux-ci soient des bourgeois pédagogues ou des éditorialistes réputés « politiquement incorrects ». Ceux-là, on le sent bien en parlent encore avec des pincettes, comme s'ils s'approchaient trop près du gouffre des enfers, respirant déjà les vapeurs méphitiques de l'Hadès. Ce n'est pas pour eux un vote républicain ou respectable. Même Zemmour n'est pas très à l'aise quand il l'évoque.

     

    Les bourgeois pédagogues le vote le Pen « les inquiète » confient-ils gravement en adoptant l'attitude « ad hoc » pour montrer combien ils sont inquiets les pauvres : la main sous le menton deux doigts pointant vers le haut de leur front large de grandes consciences politiques. Ce sont encore des censeurs redoutables de tous ceux qu'ils soupçonnent de sympathies mal placées. Moi-même ami lecteur qui ait accueilli sur mon blog des articles de Myriam le Corre très bienveillants pour le FN, précisant pourtant à chaque fois en introduction que je n'ai jamais mis un bulletin de vote pour ce parti dans une urne et n'en mettrai jamais, je suis suspect, excommunié, anathémisé par toutes ces grandes consciences citoyennes.

    Lire la suite

  • La vérité avant-dernière sur Philip K. Dick

    Imprimer Pin it!

    À propos de « Philip K. Dick l'homme qui changea le futur » de Anthony Peake chez Hugo Doc

     

    chronique sponsorisée par Ubik :

     

    Ubik règle vos problèmes de peau faisant disparaître comme par enchantement les tâches de son, les grains de beauté disgracieux, Ubik était là avant l'univers, Ubik ne s'appelle pas Ubik et se trouve tout autour de nous.

     

    littérature, SF, philip K. Dick, cinéma, amaury watremezPhilip K. Dick est un des auteurs de Science-Fiction le plus fascinant du XXème siècle et aussi un de ceux au sujet duquel on trouve le plus de livres. Il aurait voulu être pleinement reconnu pour ses romans « mainstream » et est maintenant universellement célébré pour ses récits relevant de ce genre. C'est aussi un des écrivains les plus adaptés au cinéma depuis quelques années. Son œuvre fascine et des cinéaste parfois médiocres n'arrivent pas à abîmer la force des récits imaginés par le jumeau de Horselover Fat qui est le passeur des multiples théories de son créateur dans « l'Invasion divine ».

     

    Ce sont les biographies de Lawrence Sutin et l'ouvrage d'Emmanuel Carrère littérairement plus intéressant qui demeurent les plus réussis, certainement celles s'approchant le plus de la personnalité de l'écrivain, d'un portrait proche du réel. Mais l'uchronique « Requiem pour Philip K. Dick » de Michael Bishop, une uchronie dans le goût de « Ubik » qui ne raconte qu'en filigranes l'existence d'un Philip K. Dick un peu différent du nôtre, mais qui est beaucoup audacieuse que les travaux de Larry Sutin et Carrrère. Et l'esprit de son œuvre y est encore mieux perçu, Dick y devenant une figure presque divine capable de voir tous les univers possibles.

    Lire la suite

  • Les réacs encore timides

    Imprimer Pin it!

    politique, société, réacs, éditorialistes, zemmour, elisabeth lévy, amaury watremez, natacha polonySamedi, zappant paresseusement sur la télévision, je tombe sur une émission dite politique de "France  O" où Natacha Polony écoute attentivement, bien sagement, attendant docilement son tour, Rokhaya Diallo, lui répondant par des arguments posés et rationnels aux injures habituelles envers la France et les français de son interlocutrice visiblement dans la haine de ce vieux pays. Je me suis alors rappelé de ce que disait Mel Brooks à propos de son film "les Producteurs" dans un documentaire sur le tournage dudit chef d'œuvre d'humour caustique et de burlesque :

     

    Aux fanatiques, aux idéologues obtus, aux personnes haineuses en général, leur opposer un discours construit et raisonnable c'est déjà en soi accepter ce qu'ils ont à dire bien que ce qu'ils ont à dire soit en soi inacceptable. La seule chose à leur opposer c'est de tourner leurs certitudes absconses en dérision, ce sont des valeurs solides. Non pas les valeurs dites "citoyennes" du "vivrensemble", non pas les fades valeurs dites "républicaines" tenant plus du plus petit commun dénominateur qu'autre chose, ne parlez surtout pas de valeurs morales. Là vous serez immédiatement rejeté vers les enfers.

    Lire la suite

  • La mort sans fin des idéologies

    Imprimer Pin it!

    doutes-serieux.jpgLes idéologies globalisantes issues de la pensée des XIXème et XXème siècles ne sont pas tout à fait mortes en 2016 mais elles sont du moins agonisantes. Leur agonie cependant n'en finit pas. Elles ont toujours quelques sectateurs disposant encore pour la plupart d'un pouvoir de nuisance conséquent. La plupart des échanges à droite comme à gauche sont pollués par les préjugés de ces gardiens du temple.

     

    Pour les uns nous vivons en dictature communiste comparable à la Corée du Nord tant que les patrons et grands financiers ne pourront pas faire ce qu'ils veulent comme ils le veulent. Pour les autres, de plus en plus rares, seule une révolution pourrait changer la donne, mais pas tout de suite. Je songe aux les rêveurs bien ordonnés de « Nuit debout », il faut dire qu'il y avait « exams » bientôt et que les vacances c'est important...

     

    ...On ne peut pas tout faire.

     

    Pourtant, ces idées ont largement montré leur vacuité. Le marxisme appliqué dans les pays de l'Est et certaines contrées d'Amérique Latine a mené à quelques uns des pires massacres de l'Histoire au nom d'une utopie au départ pleine de bonnes intentions dont l'enfer est pavé, à quelques exceptions près. Il s'y trouvera toujours quelques nostalgiques des anciens régimes, quelques adeptes du « c'était mieux avant ».

    Lire la suite

  • Buisson Sarkozy et le parfum de l'andouillette

    Imprimer Pin it!

    Patrick Buisson, Nicolas Sarkozy, société, politique, polémique, hypocrisie, pouvoirCe petit billet sans doute taquin, sans doute abrasif pour certains lecteurs, n'a pas pour but d'être une recension du livre de l'ancien conseiller occulte de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson. Je ne l'ai pas lu. J'avais simplement envie de m'intéresser aux réactions que cet ouvrage suscite, des réactions que je trouve pour la plupart risibles voire grotesques quand leurs auteurs sont sincères, grossièrement cyniques quand ils ne le sont pas. Certains le sont rarement, d'autres, leurs séides et autres larbins, le sont toujours. Comme je n'ai pas un mauvais esprit, et parlant ici d'andouillette, je ne vais pas évoquer ici le cas de Christian Estrosi.

     

    Concernant Patrick Buisson je trouve cela curieux de la part d'un type d'extrême-droite n'ayant pas de mots assez durs avant, mais ça c'était avant, pour dénoncer la collusion des médias dits "officiels" avec le pouvoir le fait qu'il se répande sur son travail avec l'ancien président dans tous ses médias dits "officiels" et si "politiquement corrects" à ses yeux. On a beau avoir des rêves humides de retour à une "Révolution nationale" on n'en est pas moins homme, et faillible, et doté d'un certain ego, et on aime bien être largement entendu et plaint. Même s'il faut pour cela être interviewé par un valet du pouvoir "bobo"...

     

    Edouard Herriot nous le disait pourtant déjà il y a plusieurs décennies. Pour être bonne, la politique c'est  comme les andouillettes ça doit un peu sentir la merde mais pas de trop cependant.  La politique n'a pas à être moralisée sans cesse. Elle ne sera jamais morale de toutes façons. Le lecteur cultivé donc averti, sait où trop de vertu mène en politique : à l'arbitraire le plus dur, à quelques massacres des réfractaires à l'ordre vertueux. Le plus important c'est juste que les politiques doivent penser de temps en temps à œuvrer au Bien Commun.

    Lire la suite

  • L'impertinence au rang des beaux arts

    Imprimer Pin it!

    Arts, Oscar Wilde, petit palais, société, politique, amaury watremezUne exposition intitulée "Oscar Wilde l'impertinent absolu"  sur son œuvre et les remous qu'elle provoqua dans la société se tient en ce moment au Petit Palais (du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017). Elle exécute à partir de photographies, de manuscrits de sa main, de textes de Wilde un portrait du génial dandy expert dans l'art de la provocation et de l'impertinence sans jamais forcer, maître du mot d'esprit. Si je veux croire Jacques et Raïssa Maritain lorsqu'ils affirment que l'auteur de "la Ballade de la geôle de Reading" s'est converti de nouveau au catholicisme sur son lit de mort par leur entremise, j'aime penser que son dernier mot dans un hôtel miteux de la rue saint André des arts fût pour déplorer la laideur du papier peint de la pièce.

     

    "Ah ce papier..." aurait-il dit lors de son dernier soupir...

     

    Ce serait lui faire injure de le limiter au martyr de la "cause" homosexuelle suite à sa passion pour Lord Arthur Douglas qui le conduisit devant les tribunaux puis au bagne. Ce qui dérangeait tant la bienséance et les bons apôtres de son temps, ce qui dérange tant encore les bourgeois pédagogues, est qu'il était également un esthète au sens le plus pur du terme. C'est largement le plus subversif, le plus transgressif dans les atteintes aux bonnes mœurs qu'il n'eut de cesse de lancer. Le riche comme le pauvre, le pékin moyen issu de la classe moyenne, se fichent complètement de la beauté de ce monde, de tout ce qui peut les élever spirituellement et intellectuellement. La poésie, l'art, n'ont pas plus d'importance dans leurs existences.

    Lire la suite

  • Courir vers l'abîme

    Imprimer Pin it!

    sport, running, télévision, société, politique, bâtise, hypocrisie, amaury watremezNote ami lecteur que je nie pas le fait que courir peut faire du bien pour sa santé. Mais courir en 2016 ce n'est pas seulement courir, c'est un acte politique, c'est montrer son allégeance à des règles arbitraires absurdes. C'est rèver de réussite, de célébrité, harnaché d'objets connectés pour compter ses pas, ses battements de cœur, ses gouttes de sueur coulant sur son front. On ne court plus d'ailleurs, on fait du « running », on est un « runner ». C'est presque être un « winner » en somme, à deux lettres près « Runner » c'est sans doute aller plus vite que « jogger », c'est plus efficace.

     

    Et c'est dans la même fascination de l'Amérique que tout le reste de la société, une Amérique qui n'existe pas, celle des décors en dur hollywoodiens.

     

    Le matin et le soir, on peut croiser de plus en plus un peu partout en France ces personnages étranges, tous sur le même modèle, des clones sans doute, avancer rapidement à petites foulées sur les trottoirs, au milieu de la route parfois. Les hommes ont le bras gauche tatoué de ces motifs géométriques ressemblant aux motifs que l'on dessinait distraitement lorsque l'on était au téléphone. Ils ont la barbe soigneusement taillée, le cheveu rasé sur les tempes, long au-dessus comme il se doit. Les femmes sont en collant sculptant leurs formes « travaillés » au « fitness ».

    Lire la suite

  • Les primaires dernier réflexe du cadavre de la Vème République

    Imprimer Pin it!

    politiqueLe régime politique français est totalement à l'agonie. Il n'est plus représentatif du peuple. Au pouvoir et dans les médias domine une caste d'oligarques et ses affidés qui ne se remettra jamais en question. Cette caste ne manque pourtant pas de lucidité, elle sait bien qu'elle est complètement déconnectée du pays. Afin donc de se donner bonne conscience et de laisser l'impression qu'elle est toujours soucieuse de démocratie, elle organise des événements prétextes telles ces primaires pour lesquelles le citoyen peut choisir "son" candidat. On lui laisse l'illusion de la démocratie.

     

    Mais cependant, on se demande bien dans quel but puisque le résultat voulu par les oligarques est déjà annoncé largement, comme s'il était déjà pleinement acquis, à savoir Alain Juppé comme candidat de la droite dite républicaine, du centre, y compris du centre gauche. On se demande bien pourquoi on demande encore au peuple de se déplacer puisque tout est déjà donc plié. Ces "primaires" imitées vaguement des Etats Unis sont un des derniers râles du mourant en soins intensifs qu'est notre système politique. Il se soulève un peu sur son flanc, mais il a déjà trop d'escarres.

     

    Il ne se remettra jamais debout. Trop d'acharnement thérapeutique.

    Lire la suite

  • Les contradictions de l'auteur politiquement incorrect

    Imprimer Pin it!

    politique, société, médias, télévision, politiquement incorrect, hypocrisie, amaury watremezInternet est une providence pour les auteurs politiquement incorrects de gauche et de droite ou du moins se prétendant tels, plus lucides, plus raisonnables, plus fins, plus ceci, plus cela. L'auteur politiquement incorrect n'a de cesse de dénoncer le système et les oligarques, de se donner une image de justicier courageux, sans peur et sans reproches. Il ne devrait donc pas se plaindre de rester dans l'ombre car finalement cela demeurerait logique dans son optique d'indépendance politique. Etre un redresseur de torts masqué est son destin et son horizon.

     

    Seulement voilà...

    Parfois il arrive qu'un de ses articles parvienne au regard d'un "pipeaule" quel qu'il soit et que ce "pipeaule" lui réponde. Le "lone ranger" du clavier, le "zorro" de l'azerty, ne pourra alors s'empêcher de se sentir flatté. Voilà qu'il entre dans l'intimité d'une vedette, d'un des "grands" de ce monde. L'un d'eux s'adresse au petit littérateur du net qui n'en revient. Ébloui, voilà qu'il trouve des qualités à la célébrité que quelques jours plus tôt il s'évertuait à descendre en flammes.

     

    Comme celle-ci est magnanime, elle peut même faire de l'écriveur du web un "bon client" de la télé, un de ceux qui font le "beuze", une des "grandes gueules" prétexte afin de laisser entendre que le pluralisme est toujours une réalité dans les médias. L'auteur politique correct ne se sent alors plus de joie, il est transporté et les cuisses de l'attachée de presse dans sa mini-jupe en cuir lui semblent bien attirantes. Il commence alors à mettre de l'eau dans son vin. Pas trop, un peu, tout doucement, progressivement son foie s'amollit, s'engourdit ainsi que ses tripes...

    Lire la suite

  • Mémoire des harkis

    Imprimer Pin it!

    politique, Algérie, harkis, souvenir, nation, gaullisme, De Gaulle, Amaury watremezJe pourrais réécrire ici un énième énonçant encore une fois les malheurs qui sont advenus aux harkis lors du départ des français en 1962 après les accords d'Évian. Leur tragédie est en 2016 connue et documentée, sans parler des quelques assassinats de pieds noirs dont la fusillade de la rue d'Isly. Il suffit d'effectuer sur Google une recherche qui prend quelques secondes. il y eut 220000 morts massacrés le plus souvent de manière ignoble :

    écharpés, éventrés, crucifiés etc....

     

    Cependant, ces faits pourtant établis, personne ne veut vraiment les entendre, les admettre ou les reconnaître ou sans doute est-ce aussi une profonde indifférence qui domine ainsi qu'envers les chrétiens orientaux.

     

    Les harkis, ces supplétifs de l'armée française en Algérie, ils avaient choisi la France, ont fait les mauvais choix. Aux yeux de la mémoire collective, tout est de leur faute. Comment avait-il pu être autant voire plus patriotes que les français pour qui la nation est une idée morte ? Tant pis pour eux s'ils ont été logé des décennies dans des camps sans eau courante ni électricité rappelant de forts mauvais souvenirs. Dans leur cas, les indignés professionnels ne s'émeuvent pas vraiment. Ils s'en fichent même complètement.  La journée nationale d'hommage aux harkis c'est un os donné à ronger aux "franchouillards", aux ploucs nostalgiques...

    Lire la suite

  • Aux amis dont je n'ai pas sauvé la vie

    Imprimer Pin it!

    politique, société, témoignage, solitude, nostalgie, amitié, amaury watremezCe n'est pas seulement mon scepticisme qui m'enjoint de ne pas croire et encore moins suivre les idéologies globalisantes. Faire mon bonheur contre mon gré et selon des modalités insupportables qui passent toujours par quelques massacres préliminaires n'est pas exactement ma tasse de thé. Mais c'est aussi l'expérience de la vie et de la tragédie qui m'encourage à être beaucoup plus méfiant si c'est possible envers toutes ces théories le plus souvent fumeuses, et aussi à détester encore un peu plus profondément cette époque tellement médiocre.

     

    Je suis loin d'être le seul à avoir perdu des proches dramatiquement. C'est même le lot commun de la plupart de mes semblables. Tout le monde subit de telles pertes. On continue pourtant à se croire très fort, plus que tout le monde, à se dire qu'on réussira à sauver ceux qui ne le veulent pas, qui sont déjà trop blessés pour être secourus, qui ont d'ores et déjà trébuché au fond de l'abîme. Personne n'est assez fort pour porter les souffrances des autres, leur joug. Et puis avant de sauver les autres, il conviendrait

    aussi de se sauver soi-même, de savoir raison garder.

     

    Mais la nature humaine est ainsi faite que l'on oublie tout cela constamment, moi le premier.

    Lire la suite

  • La fachosphère pour les nuls

    Imprimer Pin it!

    Article également sur Causeur

     

    À propos du livre «  La fachosphère - Comment l'extrême droite a remporté la bataille du Net » de Dominique Albertini et David Doucet chez Flammarion

     

    fachosphère.jpgLes deux auteurs sont pour Albertini journaliste à « Libération » et Doucet aux « Inrockuptibles ». Ils prétendent avoir effectué une enquête objective et dépassionnée sur ce que l'on appelle la « fachosphère ». On peut légitimement avoir envie de rire à gorge déployée rien qu'en relisant la première phrase de paragraphe qui contient un oxymore de bonne taille : journaliste à « Libé » ou aux « Inrocks » « objectif ». Pour les deux auteurs, leur parole est forcément objective. Néanmoins, reconnaissons qu'ils ont malgré tout fait l'effort d'aller rencontrer les auteurs des blogs et sites estampillés « fachos » et d'essayer de comprendre leur parcours intellectuel et politique, la construction de leurs convictions.

     

    Cela partait d'une bonne intention, mais c'était peine perdue car les deux auteurs partent d'un paradigme faux : tout ce qui contredit le discours des élites qui est aussi le leur relève d'une nostalgie des heures les plus sombres de notre histoire, et par conséquent de la « fachosphère ».

     

    Cette « France d'en haut » crépusculaire décrite par Christophe Guilluy dans son dernier ouvrage ne peut admettre que son éloge de la mondialisation réputée heureuse et de l'avènement merveilleux pour elle de la société multiculturelle soient contredits. Cette « France d'en haut » pratique donc par commodité intellectuelle et quoi qu'ils en disent l'amalgame de Soral,Zemmour et Henry de Lesquen, « Civitas » et « La Manif pour tous », Escada et Frigide Barjot. Pour ces prétendues élites de plus en plus coupées du peuple, les deux auteurs en font partie comme on l'a vu, leur réflexion va de soi, elle ne peut être remise en cause, a valeur de dogmes.

    Lire la suite

  • Tous chiraquiens

    Imprimer Pin it!

    politique, jacques chirac, société, présidents, France, nostalgie, histoire, amaury watremezDepuis quelques années déjà en France tout le monde se réclame du général de Gaulle y compris ses adversaires acharnés quand il était encore vivant. Ces héritiers se voulant gaullistes que le général ne reconnaîtrait sans doute pas devant notaire sont un peu comme les pigeons qui défèquent sur les statues du grand homme. Les volatiles se perchent sur les épaules de bronze du fondateur de la Vème République pour se protéger des prédateurs disent-ils. Mais ils ne voient cependant pas pourquoi celui-ci verrait un inconvénient à ce qu'ils fassent leurs besoins sur lui.

     

    Ils continuent cependant à roucouler comme si de rien n'était devant les micros se haussant tous du col pour garder le pouvoir coûte que coûte quitte à en passer pour tous les compromis, tous les renoncements.

     

    Depuis son malaise Jacques Chirac n'a que des amis, et moult disciples politiques, y compris à gauche. Tous ces pigeons attendent avec impatience de pouvoir se soulager sur ses statues. Chirac est soudain devenu un grand homme d’État. Tous ces pigeons pratiquent ainsi qu'il est coutume de nos jours une révérence littéralement abyssale, il ne faudrait surtout pas critiquer ni ironiser. On ne va certes pas moraliser, de grands hommes d’État ont profité de leur position pour faire fortune, se construire une collection d’œuvres d'art et que sais-je encore.

    Lire la suite

  • A qui appartiendra l'avenir de la France ?

    Imprimer Pin it!

    France, politique, société, nation, hypocrisie, inculture, paresse, vieux pays, islam, enquête Montaigne, amaury watremezPetit questionnement après l'enquête de l'institut "Montaigne"...

     

    Dédié à Myriam

     

    Vivant à Jérusalem, j'ai pu observer deux peuples très jeunes quotidiennement, des nations vivantes encore au berceau. Leur jeunesse n'était pas seulement dans celle de leurs populations, mais aussi dans leur dynamisme, leur fraîcheur d'âme que les vieux pays européens, tel la France, ont peut-être irrémédiablement perdue. Même antagonistes, même dans des « camps » supposés différents, la discussion et l'échange étaient toujours paradoxalement possibles et on refaisait le monde avec enthousiasme selon des idéaux que chacun avait, implantés profondément, au cœur et à l'esprit. Il était aisé de constater que l'avenir de ces peuples était largement ouvert, qu'il pourrait être sans doute plus serein un jour.

     

    A l'inverse on peut sérieusement se demander, non sans inquiétude, à qui appartiendra l'avenir en France, surtout quand un tiers des musulmans de France dit ne pas se reconnaître dans les valeurs nationales (selon la grande enquête de l'institut « Montaigne »). On peut répondre à ce questionnement sans être pour autant fakir extra-lucide ou voyant et sans risquer le ridicule immédiat. Le futur appartient généralement aux populations dont les valeurs sont solides, ainsi que leur identité. On peut donc raisonnablement douter de l'avenir de la France et des français.

     

    Dans la rue, la plupart des « souchiens » , des autochtones, montre cet essoufflement chronique d'un pays ne se connaissant plus, se reniant, haïssant ce qu'il est et ce qu'il a été. Leur mal-être profond se voit à l’œil nu, conséquence de la crise morale sans précédent que le pays traverse.

    Lire la suite

  • Coucheries bourgeoises

    Imprimer Pin it!

    coucheries.JPGAi eu vent de nombreuses histoires de coucheries bourgeoises dernièrement, d'aucuns croyant me révéler des comportements cachés que je n'aurais su voir en tant que catholique un peu vieille France psychorigide :

     

    De cette fille des beaux quartiers qui ne couche qu'avec des types de "basse" extraction pour se punir de sa "bourgeoisitude" à cette autre qui avait eu un gosse avec deux ou trois de ses amants, enfuis durant les grossesses. Idéalisé au cinoche, cela m'a toujours fait largement suer, ces histoires de matelas intellectualisées fonctionnant sur l'identification des spectateurs aux personnages afin qu'ils oublient pour les unes les seins qui tombent et pour les autres la brioche qui menace leur ceinture herniaire.

     

    Que c'est donc ridicule et petit !...

     

    Que c'est étriqué du point de vue de la cervelle !...

     

    Et jamais assumé totalement, toujours caché derrière des oripeaux de pseudo liberté selon la « modernitude ». Pour se consoler ils s'imaginent juste pendant leur « cinq à sept » un peu crapuleux, leurs ébats hâtifs et fébriles, en personnages de Claude Sautet ou Desplechins. Ils ont l'air tout au plus de clients de « Jacquie et Michel », ils se perçoivent finalement en bourgeois selon les films de Marc Dorcel.

    Lire la suite

  • Le FranC C désué

    Imprimer Pin it!

    appauvrissement du français, langue, société, politique, amaury watremezIl y a quelques jours le présentateur « bobogénique » de « Quotidien » sur TMC Yann Barthès a raillé pendant quelques minutes Hervé Mariton pour son français qui serait à entendre l'animateur « désuet ». En effet, Mariton utilise des termes élégants, use d'une syntaxe riche et varié. Pire encore, il n'emploie aucun des tics de langage à la mode, par exemple « du coup » à toutes les sauces, « en fait » en début de chaque phrase ». Je ne suis pas spécialement un soutien de ce candidat aux primaires de la droite mais je ne vois pas trop l'intérêt de se moquer d'une langue plus riche que celle entendue partout à la télévision et dans la rue.

     

    C'est ce qui fait pourtant la beauté du français à laquelle il semble apparemment insensible, par cynisme (il flatte ses spectateurs dans leurs bas instincts) ou par sottise. Mais il est loin d'être le seul...

     

    Derrière Barthès le public s'est mis à ricaner après sa blague. Parler français correctement, avec style, ce n'est pas « cool », ce n'est pas « sympa », ce n'est pas très moderne. C'est une lubie de prétentieux ou de vieux con. Et il convient même pour les gosses des beaux quartiers de parler comme les « racailles » des cités en plaçant quelques termes de « verlan » qui placent son homme (ou sa femme). Un « chelou » par ci, une « meuf » par là et on peut se faire passer pour un affranchi. C'est toujours à la fois cocasse et pathétique de les entendre massacrer la langue française par haine de leur éducation, par haine d'eux-mêmes.

    Lire la suite

  • La décadence des élites françaises

    Imprimer Pin it!

    À propos de « Le Crépuscule de la France d'en haut » paru le 14 septembre 2016 de Christophe Guilluy chez Flammarion

     

    christophe guilluy, fracture sociale, france d'en haut, société, privilèges, hypocrisie, amaury watremezChristophe Guilluy est déjà l'auteur des passionnants et indispensables « Fractures françaises » et de « la France périphérique » décrivant la rupture dorénavant presque définitive entre le pays et ses élites. L'intérêt de ces ouvrages et du dernier est que leur auteur n'est ni éditorialiste, ni journaliste politique, ni militant. On ne peut lui reprocher d'avoir un point de vue biaisé ou partisan. Il est géographe et analyse de manière scientifique les cartes démontrant la coupure des oligarques d'avec les petites gens, en particulier avec ces français dits ruraux, les habitants des petites villes de province méprisées, considérées avec hauteur et condescendance :

     

    Tous les « franchouillards », les « ploucs », les « prolos » ainsi que les nomment avec mépris les bourgeois pédagogues.

     

    Ce n'est pas un livre contre les élites qui verserait dans le discours démagogique -et l'anti-intellectualisme- mille fois entendus. L'auteur rappelle juste que dans un pays dont le fonctionnement serait sain et réellement démocratique, elles seraient issues du peuple dans leur plus grande part. Or, en France elle s'entretiennent par la cooptation. les réseaux et la reproduction sociale. La « France d'en haut » et ses séides, et ce de plus en plus, sont totalement étanches, aveugles et sourds au reste de la population tout en prétendant la guider sur la voie du progrès. La « France d'en haut » et ses obligés ne veulent pas entendre la colère qui monte, ne s'inquiètent pas de la remise en cause générale de leurs desiderata.

    Lire la suite

  • Réchauffement quel réchauffement ?

    Imprimer Pin it!

    rechauffement.jpgIl fait 36 degrés un peu partout en notre beau pays de France et nous sommes déjà le 12 septembre 2016. A Toulouse place Jean Jaurès on déguste un peu plus de glace que d'habitude chez « Octave » ainsi qu'à « Berthillon » à Paris.. Il fait 36 degrés et les déclinistes qui trouvent toujours à redire à tout, les réactionnaires, les malveillants caractériels, des hyper-sensibles inadaptés à la société, qui n'aiment pas la modernité vont s'en frotter les mains vous allez voir. Ceux pour qui le réchauffement n'est pas qu'une légende vont critiquer, railler, alerter, ils le font toujours. Il est midi tout le temps, le ciel est presque constamment bleu piscine.

     

    Ils vont évoquer la pollution endémique, les ravages des l'industrie et gnagnagna, ils vont reprocher la hausse des températures à la pollution automobile et gnagnagna, le progrès qui permet à n'importe quel pékin de rouler en S.U.V ou en 4x4 dans Paris. Ce n'est pas rien quand même.

     

    Mais ne s'aperçoivent-ils pas qu'en ces jours de canicule, certes, le plus important est qu'il fait quand même super beau ?

     

    On peut tout de même encore se baigner au bord de la mer et les touristes sont tous rentrés ?

    Lire la suite

  • Pédagogie de la réforme du collège

    Imprimer Pin it!

    politique, école, éducation nationale, société, najat vallaud belkacem, collège, amaury watremezLa réforme du collège produit de nombreuses turbulences ces derniers mois parmi les enseignants et les parents d'élèves, sans que ceux-ci ne soient vraiment écoutés, sans que leur anxiété exprimée en particulier dans des grèves ne soit prise en compte. Encore une réforme ne servant à rien selon la plupart des observateurs. A droite on l'imagine parfois construite dans les cabinets noirs de l'anti-France, désirant la détruire par plus de laxisme et un nivellement par le bas de l'instruction publique assortis d'une pédagogie qui s'inspirerait de doctrines infernales et cosmopolites. A gauche d'aucuns accusent les financiers, les plus riches, les réactionnaires, les cibles habituelles.

     

    Les professeurs sont chargés de mettre en place à marche forcée une réforme que pour la plupart ils n'approuvent pas et sur laquelle ils n'ont pas été consultés alors qu'étant les premiers concernés. Ils se doivent de mettre en place les fameux EPI (ou Enseignements Pratiques Interdisciplinaires) censés favoriser la synergie entre les enseignants sans en comprendre le contenu, sans avoir été réellement formés excepté ceux sortant des ESPE (ex-IUFM) et encore.

     

    Et Najat Vallaud-Belkacem est chargée de tous les maux alors qu'elle n'est ni décisionnaire ni responsable de la réflexion menée en amont. Généralement on oublie également que la politique menée par l’Éducation Nationale est essentiellement budgétaire. Elle a pour but de diminuer les dépenses en pratiquant un « turn over » du personnel que Pierre Gattaz lui-même n'oserait rêver, en les payant des salaires parmi les plus bas d'Europe, en leur déniant la moindre reconnaissance. Certains professeurs contractuels (remplaçants) cumulent ainsi jusqu'à quarante-deux CDD en une quinzaine d'années sans que cela ne choque les syndicats ou les représentants du gouvernement.

    Lire la suite

  • La légèreté contre la barbarie

    Imprimer Pin it!

    sérieux.pngL'époque se pique de gravité, celle qui est « le bonheur des imbéciles » déjà évoquée par Nietzsche. Elle est aussi au pire esprit de sérieux quitte à verser régulièrement dans la lourdeur la plus insupportable. Les esprits en général se chaussent de semelles de plomb par peur d'être déconsidérés, pour donner d'eux une image flatteuse. L'époque affectionne également cette perception complètement faussée du respect consistant à laisser dire n'importe quelle sottise sous prétexte de tolérance, de circonspection afin de ne pas blesser les certitudes, les convictions. C'est la dictature de l'émotionnel immédiat, du dramatique, à coups de « tweets » et, ou de « statuts » facebook....

     

    Les individus de l'ère du 2.0 ont tellement peur de perdre leur dignité en passant pour futile, pour léger et désinvolte. Et ce fussent-ils croyants, incroyants, agnostiques, indifférents. Et l'accusation de dilettantisme reste la pire injure au fond pour les « salauds de pauvres » laborieux et soumis aux pires diktats du conformisme social, contre tous ceux qui ne veulent pas suivre cette posture sérieuse, raisonnable. Les supposés « amuseurs », les rigolos assermentés ne veulent plus faire seulement rire, ils se sentent concernés par la société, leur dérision a des limites qui sont les certitudes, même les plus abjectes, mêmes « celles qui rendent fous ».

    Lire la suite

  • La sainteté et la calomnie

    Imprimer Pin it!

    mt.jpgMère Thérésa a été canonisée par le Pape François pour ses actions en particulier en faveur des plus pauvres, et aussi pour ce qu'elle a apporté à la spiritualité chrétienne. Un saint pour l’Église Catholique n'est pas un « parfait », un être irréprochable. Un saint est aussi un pécheur, un être humain faillible, et chacun d'entre nous est appelé à l'être.

     

    La différence entre le saint et le reste de ses semblables est qu'il a conscience de sa faiblesse et s'élève en se conduisant véritablement selon son humanité. D'ailleurs rappelons que l’Église a été confiée dans l’Évangile par le Christ lui-même à des hommes très imparfaits dont Pierre, un imbécile tel qu'il est décrit dans le livre saint des chrétiens qui alla jusqu'à renier le Sauveur lui-même par lâcheté. Mathieu était un type un peu louche comme Zachée, et les autres disciples étaient des hommes qui n'étaient pas forcément recommandables. Quant à leur « rabbi » un légat romain l'appellait « le glouton » car soupçonné de fréquenter trop de fêtes pour un maître religieux...

     

    On a pu voir depuis cette canonisation fleurir tel du chiendent sur des sites de bourgeois pédagogues, des élites perdues dans les nuées heureuses du progrès, des articles à la fois orduriers et abjects, un genre de record, à charge contre Mère Thérésa. Tous ces articles à charge (par exemple celui-ci) ne sont que des tissus d'allégations sans fondement, de calomnies déjà largement entendues, de racontars divers et variés, sans qu'aucune preuve concrète ne soit jamais apportée. Mais notre époque étant ce qu'elle est, on leur prêtera foi, on les relaiera, pourquoi chercher à vérifier une rumeur...

    Lire la suite