Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes Terres Saintes - Le Blog d'Amaury - Grandgil - Page 4

  • Boudard et Céline c'est kiffe kiffe

    Imprimer Pin it!

    Boudard, la métamorphose des cloportes, livre, amaury watremezJ'aime particulièrement le film "la métamorphose des cloportes", scénarisé et dialogué par Audiard, réalisé par Pierre Granier-Deferre, la vérité de ses décors parisiens, la noirceur de l'histoire et des personnages et puis bien sûr la fin. On a quand même rarement entendu manière plus sensuelle de traiter quelqu'un de "Dupont-Lajoie". L'autre avantage du long métrage est qu'Audiard n'y "audiardise" pas trop, fait moins dans le bon mot qu'à l'habitude ou dans le truand farcesque.

     

    Audiard est devenu une statue du commandeur du cinéma français. Certes une statue qui se marre avec la casquette vissé sur le crâne mais pas le droit de dire ce que l'on pense de cézigue dans certains films où il aurait mieux fait de s'abstenir, pas le droit de remarquer que parfois il se laissait aller à ses facilités dans la jactance. Il le reconnaissait d'ailleurs souvent lui-même, lui qui était amoureux de la littérature. Il est vrai qu'un ratage du "petit cycliste" vaut plusieurs comédies française actuelles.

     

    Faut reconnaître, faut avouer...

    Lire la suite

  • L'humour potache devant la justice

    Imprimer Pin it!

    adolescents, cordes, société, politique, dérision, amaury watremezOn vit vraiment une époque médiocre marquée par un déplorable esprit de sérieux, ce qui suit en est la preuve. Il interdit la dérision, la vraie, souvent confondue avec la haine et les insultes, l'esprit d'irrévérence qui fût un temps une des plus grandes gloires de ce pays, une terre où l'on pouvait encore dire son fait à l'imbécile, au fanatique, au débile sans risquer de judiciarisation express pour "irrespect" de convictions ou comportements abscons (comme la lune).

     

    Je viens donc de lire cette information dans "le Canard enchaîné" d'aujourd'hui, elle me stupéfie et m'attriste profondément. Des collégiens de Cordes dans le Tarn avaient réalisé un petit journal sur des copies doubles, et se l'échangeaient dans la cour pour bien sûr se moquer des profs et des grandes personnes de l'établissement. Ce n'était pas bien méchant et ils avaient pris soin de ne pas en faire de la publicité. Ils n'avaient rien mis en ligne, n'avaient pas créé de groupe haineux de réseaux dits sociaux. C'est plutôt sympathique ce rapport direct à l'écrit, ça donne de l'espérance.

     

    Il ne contenait ni injures au physique, ni racistes, ni quoi que ce soit d'ambigu ou de calomnieux, juste de l'humour potache, de la causticité adolescente...

    Lire la suite

  • Salauds de mâles blancs

    Imprimer Pin it!

    sexualité, harcèlement de rue, lille, société, politique, citoyenneté, sexe, genre, féminisme, amaury watremezUne campagne lilloise contre le harcèlement de rue, initiée par le conseil municipal de la jeunesse, d'ailleurs retirée depuis avec les excuses d'iceux, condensait tous les clichés actuels en particulier sur le genre, le sexe, les hommes, les femmes en 2018. Parcourant les informations sur le net, j'apprends qu'elle a fait polémique mais par pour les raisons que je pensais, elle gênait car les "gentils" sur les affiches tutoient les femmes ce qui est considérée par les associations féministes également comme une violence insupportable (voir à ce lien).

     

    Personnellement, et je n'étais pas le seul à le penser, ce qui me gênait de prime abord est surtout que tous les méchants "harceleurs" étaient tous de la même origine, de la même couleur de peau, d'affreux mâles blancs bien sûr. Je ne nie pas qu'il en existe, qu'il y ait des gros cons de cette engeance, mais tous ? Les bien-pensants comme à leur habitude ont un talent particulier pour nier jusqu'à la racine le réel. Le réel n'existe pas, le réel dérange, le réel c'est ce qui nous arrange pour justifier nos convictions se disent les bourgeois pédagogues dont les filles dans les quartiers qu'elles habitent n'ont pas à subir de harcèlement de rue.

     

    Sauf bien sûr quand elles vont s'encanailler, s'enjailler dans les "quartiers" avant de rentrer gentiment dans le rang ensuite...

    Lire la suite

  • Paroles de profs sur la laïcité

    Imprimer Pin it!

    islam, islamisme, banlieues, charlie hebdo, société, politique, amaury watremezMoi le réac, le méchant, l'anar de droite irrécupérable, J'ai acheté le numéro hors série de "Charlie Hebdo" sur la laïcité à l'école contenant une soixantaine de témoignages de profs (voir quelques pages de cette publication à ce lien). En le lisant dans le train de banlieue, j'ai croisé beaucoup de regards fuyants, gênés, on n'est plus tellement "Charlie" en 2018. Bien entendu on évoque sur les couverture "les" religions, on convoque une imagerie invoquant l'Inquisition, mais à 99.9 % les témoignages dans ce hors série concerne l'Islam.

     

    A droite beaucoup refuseront de lire ce magazine parce que ce sont les "gauchistes" de "Charlie". C'est une erreur grossière car les témoignages lus montrent qu'il y a parmi toutes les personnes témoignant de nombreuses personnes de bonne volonté et lucides sur la question de l'islamisme en "cités". A un moment il faudra bien dépasser des clivages superficiels sur la question, avant que les faits ne nous l'imposent de force.

     

    Il y a vraiment en France la droite la plus con du monde incapable de répondre aux angoisses de ces gens. Ce ne sont pas des déclarations martiales qu'ils veulent mais de la fermeté, de l'autorité dans la réaffirmation de nos valeurs et non dans une tolérance molle et bien lâche de ce qui ne devrait surtout pas être toléré. On se demande d'ailleurs si celle-ci n'est finalement pas le fruit d'un mépris certain pour les populations "issues de la diversité" impliquant qu'elles sont finalement juste assez bonnes pour une pratique religieuse exprimée en interdits simplistes, pour les conserver au calme en quelque sorte.

     

    A gauche d'autres feront de même car "Charlie" c'est encore de la propagande "islamophobe", mot valise emprunté aux mollah iraniens qui l'ont inventé. Cette attitude provient surtout de l'idée voulant qu'il faudrait tout accorder aux plus religieux pour acheter la paix sociale et demeurer tranquilles encore quelques temps dans les quartiers de centre-ville. Ils sont aussi dans le "après nous le déluge", car ce qui se passera dans quelques années ne les concerne pas. D'autres enfin iront encore plus loin, "Charlie" "célésionistes"...

    Lire la suite

  • Les migrants sont sympas

    Imprimer Pin it!

    mamoudou gassam, société, migrants, immigration, politique, société, amaury watremezCe que j'écris ci-dessous ne remet pas en question la beauté du geste de Mamoudou Gassama (voir à ce lien) que l'on attendrait vainement de français "souchiens" au foie trop gras. Ce n'est pas lui le problème mais tout le "storytelling" fait autour de son acte, tout le battage sentimentalo-mièvre médiatique, toute la pleurniche sur les réseaux sociaux. On veut nous faire comprendre qu'il y a des migrants sympathiques et capables de grandeur d'âme, qu'un migrant sans papiers ça peut être gentil tout plein. Nous le savions déjà.

     

    Quand il y a "de l'homme il y a de l'hommerie", de la sottise, de la haine mais aussi de la grandeur d'âme parfois, plus rarement...

     

    Je trouve cela étrange comme raisonnement de la part des bien-pensants, en quoi la nationalité, la couleur de peau et le statut administratif de quelqu'un sont-ils importants pour mesurer sa qualité ? C'est plus fort si le héros est "issu de la diversité" ? C'est plus fort s'il est sans papiers ? De plus, le bruit médiatique autour de l'épisode montre surtout que en gros c'est tellement extraordinaire pour un migrant qu'il convient absolument d'en parler en long, en large et en travers. Comme si vraiment les migrants étaient incapables de telles actions méritoires par ailleurs.

    Lire la suite

  • Un embrigadement réussi

    Imprimer Pin it!

    politique, société, décervelage, UNEF, hypocrisieCe weekend, j'ai vu circuler sur les réseaux dits sociaux la capture d'écran ci-contre laissant rêveur. Par acquis de conscience j'ai vérifié l'existence réelle du profil car c'était tellement gros que l'on aurait pu croire à un "fake". Et pourtant non. On est à la foi effaré et amusé face à un tel déballage de lieux communs politiquement correct. Elle s'est faite insulter et moquer d'elle sur Internet, ce qui est un peu injuste car elle n'est pas entièrement responsable de son laïus indigeste et parfaitement inconscient (voir illustration ci-contre empruntée à Twitter). Je soulignerai le pas entièrement car elle a une conscience et un libre-arbitre, elle est capable de réfléchir aussi par elle-même...

     

    ...En théorie.

     

    Elle voudrait donc apprendre à son migrant personnel, on croirait presque que c'est son animal de compagnie, que draguer lourdement les filles dans la rue c'est mâââl, que l'homosexualité, c'est fun. Elle semble visiblement ignorer quel est le poids des coutumes et traditions religieuses pour lui. Elle n'aime pas le "machisme", avec lui elle en aurait pour son argent, sans parler de l'homophobie ou du reste. Elle veut en parler dit-elle sans se montre "oppressive" comme si le fait d'avoir ses propres opinions, ses propre valeurs l'était. Elle ne doit pas comprendre que dans le pays de "son" migrant (il n'a pas de prénom ?) le sexisme ainsi qu'elle doit nommer ça est beaucoup plus dur qu'une petite blague sur les "blondes"...

    Lire la suite

  • Don Quichotte aujourd'hui, hier, de toute éternité

    Imprimer Pin it!

    cinéma, don quichotte, terry gilli:am, société, politique, amaury watremezQu'il était étrange hier de sortir de la salle de cinéma où je suis allé voir, partagé entre l'émerveillement et l'envie de sombrer dans le désespoir ensuite, « l'Homme qui tua Don Quichotte » de Terry Gilliam, de retrouver la triste société qui est la nôtre après un film exaltant les belles idées, l'abnégation, la grandeur d'âme, la faculté de rêver, de croire à autre chose que l'argent et ses plaisirs frelatés, J'en suis sorti comme l'enfant que j'ai été, clignant des yeux, tout surpris de retrouver la lumière du monde après avoir voyagé en imagination...

     

    Dans ce monde illuminé par des soleils trompeurs les jeunes filles ne croient plus au prince charmant, attendent que les hommes se comportent virilement mais savent bien que ce n'est plus possible. Les princes eux-mêmes sont fatigués, servant le maître qu'il convient pour continuer de bien vivre et profiter de l'existence terne et de l'égotisme étriqué de ces temps troublés.

     

    Un égotisme calculateur, un égotisme de comptable aigri...

    Lire la suite

  • Clientélisme banlieusard

    Imprimer Pin it!

    banlieue, macron, clientélisme, élues, sylvine thomassin, amaury watremezDes élus se sont émus que Emmanuel Macron emploie le terme clientélisme dans son discours fleuve sur les banlieues (voir ce dont je parle à ce lien). Sylvine Thomassin, maire socialiste de Bondy, s'est particulièrement répandue à ce sujet dans les médias. elle était choquée, a-t-elle dit. Macron méconnaîtrait la réalité de terrain, aurait un regard de dédain sur les banlieues et finalement il faudrait bien de temps en temps des petits arrangements avec la morale, la citoyenneté française et les règles de la République pour que la paix sociale demeure.

     

    Ce terme de clientélisme n'est pas impropre du tout, il est au contraire parfaitement adapté. Il reflète une réalité évidente lorsqu'on observe ce qui se passe dans les nos "quartiers".

     

    Cela fait maintenant des décennies que la gauche dite sociétale, celle suivant les instructions du "think tank" "Terra Nova" arrose de subventions diverses, d'aides, de soutiens parfois à l'absurde des groupuscules "indigènes", des associations communautaristes et de temps en temps religieuses radicales pour obtenir leurs suffrages aux élections. Puisque cette gauche là a totalement perdu le lien avec le peuple de France, et en particulier ces précaires, ces "souchiens" de la "France périphérique" votant dorénavant surtout Front National.

    Lire la suite

  • Bernanos en pleine lumière

    Imprimer Pin it!

    bernanos3.gifDepuis quelques temps, à droite d'aucuns se réclament de Bernanos (ils se disent ni de droite ni de gauche mais sont objectivement de droite). Pour ma part, je trouve cela éminemment sympathique bien entendu ainsi que j'aime déjà comme des frères ceux qui à gauche le voient comme un frère d'armes. Pour quelques uns il est même leur capitaine, pour d'autres un exemple. Ils jugent de ses capacités de réflexion politique injustement, le font de leur camp parfois abusivement, le transforment en quelqu'un d'autre qu'il n'a jamais été. Ce qui m'agace le plus sont ceux en faisant leur maître, ce qui ferait d'eux leurs héritiers tout en étant mondains, serviles et avides de la reconnaissance des maîtres de ce monde.

     

    Tous ou presque oublient une chose pourtant fondamentale chez lui qui est sa foi.

     

    Comment pourraient-ils s'y attacher dans notre société si matérialiste, atomisée et traversant une crise morale encore plus grave qu'à l'époque des « Grands Cimetières sous la lune ». Comment pourraient-ils le comprendre alors que tous finalement sont contaminés par l'esprit libéral libertaire, et mortifère, et nous poussant au narcissisme le plus abject, de nos temps troublés.

    Lire la suite

  • L'autre côté du monde musulman

    Imprimer Pin it!

    littérature, société, politique, livres, amaury watremez, rue al muttanabi, irakOn le remarque dans la plupart des moments historiques dramatiques, quand un arbitraire menace qu'il soit idéologique ou religieux, les tyrans qu'ils soient seuls ou pluriels s'attaquent très vite à la Littérature. C'est dire l'aspect transgressif qu'elle a pour eux. Elle contredit leurs idées absurdes et va contre le bonheur universel qu'elles prétendent imposer sans demander le consentement de qui que ce soit. C'est ce qu'on fait aussi les islamistes. Une tyrannie commence toujours par un décervelage intensif et un ou deux autodafés.

     

    La littérature encourage le rêve, l'expression des sentiments, des sensations. Elle encourage au libre-arbitre, à l'indépendance d'esprit. On comprend qu'ils la détestent.

     

    On n'évoque jamais dans les médias officiels comme ceux prétendant ne pas l'être l'autre face du monde musulman qui est celle des quatrains d'Omar Khayyam ou des histoires de Shéhérazade racontées dans les Mille et Une nuits, celle que l'on peut trouver à Bagdad rue al Muttanabi, l'artère de la culture de cette ville.

    Lire la suite

  • La vie en noir et blanc de Rokhaya Diallo

    Imprimer Pin it!

    politique, société, rokhaya diallo, citoyenneté, amaury watremezLa personne dont je parle ci-dessous étant spécialiste de la victimisation forcée et à outrance, et de la judiciarisations, ou de la stigmatisation  - réelle celle-là -  de la parole des contradicteurs, je marche sur des œufs ou presque en rédigeant ce petit texte au fond surtout taquin. Un contradicteur a tort, la question de la pertinence des questionnements qu'il peut exercer est nulle et non avenue. Un contradicteur est raciste, il a de sombres desseins et est nostalgique des heures les plus sombres de notre histoire, du colonialisme, j'en passe et des pîres.

     

    Pour Rokhaya Diallo, journaliste, éditorialiste distinguée et écrivain, le monde est en noir et blanc. Il n'existe pas d'entre-deux. Le problème des militants est qu'il leur faut absolument un ennemi désigné, un ennemi mauvais forcément et facilement identifiable. Pour un militant, ne pas penser comme lui ou comme elle c'est être contre lui, ou contre elle. Et Rokhaya Diallo est une parfaite militante sincèrement persuadée de défendre le Bien, la Justice et la Paix (voir à ce lien) et ce contre vents et marées.

    Lire la suite

  • Tripes molles et cœur sec

    Imprimer Pin it!

    politique, attentat opéra 12 mai, société, islamisme, islam, société, trouille, amaury watremezNotre époque a ainsi que celle des années 30, 40 le « cœur sec et les tripes molles » ainsi que l'écrivait Georges Bernanos. Il était un modèle de courage et de lucidité dans des temps troublés, un peu moins que les nôtres cependant, sans jamais renier ce qu'il pensait, ce qu'il croyait, ce qu'il sentait. Certains, allant un peu vite en besogne le font passer à gauche juste après la guerre d'Espagne alors qu'il fût fidèle jusqu'au bout à ses idéaux de jeunesse. Il n'hésita pas à tirer à « boulets rouges » contre son camp supposé sans pour autant épargner celui d'en face. Il nommait le mal, le désignait, en 2018 on a énormément d'hésitations à le faire.

     

    Il ne faut surtout pas dire que le taré haineux d'hier soir était islamiste, croyant musulman, il faut prendre beaucoup de précautions pour éviter l'amalgame voyez vous. Et qui sait si ce n'est pas la faute des sionistes ? Qui sait si ce n'est pas un complot du grand capital pour égarer les luttes légitimes des prolétaires ? J'en rirais si ces sottises ne trouvaient pas un écho favorable partout sur le net.

    Lire la suite

  • Les autres causes du drame des urgences de Strasbourg

    Imprimer Pin it!

    politique, société, urgences, naomi musenga, amaury watremezDans la région de Strasbourg, Naomi Musenga, jeune femme de 22 ans est morte en décembre à cause du traitement plus que léger de son cas par la personne qu'elle a eu aux urgences sans parler des railleries qu'elle a subi. Celle-ci serait même allé jusqu'à se moquer d'elle avec d'autres collègues (voir à ce lien). Comme d'autres sur les réseaux dits sociaux, je me suis ému de ce qui est arrivé. La faute est il est vrai inexcusable, il y a là un manque flagrant d'empathie, de simple humanité....

     

    Mais cependant elle peut s'expliquer et se comprendre très bien, sans que je ne cherche à absoudre les fautives. Bien sûr évoquer les vrais questions que cela soulève derrière est encore largement tabou. Ce qui ne veut pas dire que je vais m'arrêter là.

    Lire la suite

  • Ce qui compte aujourd'hui

    Imprimer Pin it!

    Dans "le confort intellectuel" de Marcel Aymé
    marcel aymé, bourgeois, société, confort intellectuelDans tous les domaines où prévalaient autrefois l'intelligence, le bon sens, l'esprit critique et constructeur, c'est par quelque singularité facilement accessible à la sensibilité bourgeoise qu'un homme se fait maintenant apprécier.
    Dans son milieu, on ne juge plus guère un individu sur ses capacités professionnelles, sur ses talents d'organisateur ou sur ses vertus familiales, mais sur des nuances de son tempérament, des aptitudes mineures et exquises, des préférences artistiques. On le classera avantageusement parmi ses pairs s'il a en tête quelque marotte littéraire, si on lui connaît des goûts délicats [...]. Qu'un général en chef ou un ministre soit médiocre dans ses fonctions, il ne lui en sera pas tenu rigueur.
    " Un être inouï, formidable, dira-t-on. Vous savez qu'il joue de l'accordéon ? " Et sur cela seulement qu'il joue de l'accordéon ou qu'il prend de la coco ou qu'il est inverti, on le tiendra pour un homme de génie. Mais d'un autre ministre ayant tous les talents et toutes les vertus convenables dans son emploi, on dira en haussant les épaules qu'il est un " con et un emmerdeur " s'il n'a pas en lui ce coin de marécage poétique qui fait aujourd'hui le prix d'un homme.
    Pour un bourgeois qui veut être considéré dans son monde, la grande affaire est de passer pour un original. " Marcel Aymé

  • Pas de marche blanche pour Robert Ménard ?

    Imprimer Pin it!

    politique, citoyenneté, robert ménard, citoyenneté, gauche, intolérance, amaury watremezLe maire de Béziers Robert Ménard a été violemment agressé, ce samedi, à Saint-André-de-Cubzac (Gironde), par des militants dits de l'ultra-gauche (ils n'aiment pas que l'on parle d’extrême gauche ça les rapproche trop de l’extrême droite à leurs yeux), voir à ce lien. Cela se fit sous les yeux d'élus socialistes qui non seulement ne bougèrent pas un cil mais filmèrent la scène pour la balancer sur les réseaux dits sociaux :

     

    Un joli comportement citoyen que voilà, du civisme, du civisme et encore du civisme mesdames, messieurs !

     

    De la haute conscience citoyenne !

     

    Qu'est-ce qu'on se marre en effet quand un autre élu de la République se fait taper dessus !

    Lire la suite

  • Une planète de primates enfin évolués ?

    Imprimer Pin it!

    Le cinquantenaire de "la Planète des singes" de Franklin J. Schaffner

     

    cinéma, société, politique, littérature, amaury watremez"La Planète des singes", le premier film et ses suites, est lié pour moi au bruit d'un inhalateur électrique contre le rhume, bruit ressemblant à celui émis par les "mutants" du deuxième volet quand ils torturaient trois des personnages. J'inhalai tout en regardant le film. D'aucuns penseront que j'étais déjà snob. De vieux souvenirs cependant encore très nets car les films des années 70 et la série télévisée m'ont marqué profondément ainsi que de nombreux quadragénaires. De plus, les maquillages simiesques de John Chambers seront toujours plus intéressants que les effets numériques les plus photoréalistes des trois "remakes" des années 2000 où Andy Serkis interprète César, le personnage principal.

     

    ils auront toujours plus de matière, de force, le cerveau discernant la fausseté d'une image inconsciemment...

     

    Passons pudiquement sur le "remake" mou du genou et creux de Tim Burton visiblement peu inspiré par l'histoire...

    Lire la suite

  • Un rap pour les "Casseurs" et "l'ultra gauche"

    Imprimer Pin it!

    Je me suis aperçu ce matin que les paroles de ce rap correspondent point par point aux "casseurs".

    Ecoutez pour voir, vous verrez...

     

  • Aveux forcés

    Imprimer Pin it!

    homosexualité, société, politique, aveuCes derniers temps, un individu normalement constitué est dans l'obligation d'avouer devant tous les passants ses désirs, ses penchants, ses tendances supposés par le groupe. Que ceux-ci soient réels ou pas. Que ce soit le fantasme du troupeau se basant sur des clichés et autres lieux communs ou pas. On lui tire des aveux presque obligatoires du nez. Qu'il n'aille surtout pas contre. Voire certains groupuscules et associations font son "outing" à sa place, idem pour des adolescents en milieu scolaire. Et finalement ont un point de vue rigoureusement homophobe sur les homosexuels, par sottise et ignorance...

     

    C'est d'autant plus répandu que maintenant cela donne de soi une image tellement positive, tellement progressiste d'avoir "aidé" un-e homosexuel-le, de l'avoir comme ami-e. On est tellement libertaire à fréquenter des homosexuels forcément vus comme cultivés et sensibles alors qu'un homo peut être inculte, et, ou con. Sa sexualité ne l'éloigne pas des travers de l'humaine espèce, ne l'en dispense pas. C'est un peu comme oublier cela aussi pour les personnes d'origine étrangère, ce qui est au fond pour le moins ethno différencialiste voire pleinement raciste.

    Lire la suite

  • Qui sont les casseurs du 1er Mai ?

    Imprimer Pin it!

    casseurs, 1er mai, société, politique, amaury watremezLa réponse à cette question n'est pas très compliquée si on veut bien faire preuve d'un peu de lucidité, ce sont pour la plupart des enfants de bourgeois pédagogues et, ou bourgeois tout court qui s'ennuyant prodigieusement dans une vie uniquement tournée vers l'avidité du profit se défoulent par la violence. Ils filment leurs forfaits avec des téléphones dernier cri, ils ne se verraient pas en avoir d'autres, aux prix inaccessibles au commun des français, renversant les statues de Ronald MacDonald avec des chaussures de bonne facture sans voir le problème.

     

    Ils oublient que Rimbaud pour qui ils se prennent avaient des poches trouées et des chaussures de même...

     

    De temps en temps on trouve parmi eux un prolo alibi persuadé de la sincérité de ses camarades de lutte, et qui n'en revient pas que des gosses bien nés en fassent un des leurs, ou feignent de le faire. Comme bien que révolutionnaire il n'en gardera pas moins sa mentalité de larbins, il les défendra jusqu'à l'absurde...

    Lire la suite

  • Banlieue blues

    Imprimer Pin it!

    banlieue, société, politique, amaury watremezJ'aime bien la banlieue, j'y ai passé un peu de mon enfance. Bien sûr elle a changé, terriblement mais elle est encore un peu là, les gosses dégourdis, la gouaille, l'insolence des affreux jojos et leur sens de la formule. Les archipels de béton recelaient à l'époque des endroits presque aussi mystérieux que les planètes psychédéliques que le commandant Koenig et ses cosmonautes exploraient chaque semaine dans « Cosmos 1999 ». C'était aussi le même décor désolé entourant John Steed et Emma Peel dans « Chapeau melon et bottes de cuir ».

     

    Parfois un cirque s'arrêtait entre la grand route et les immeubles, et c'était la jungle en traversant la route, j'étais heureux et n'en voyait pas les côtés minables. Je ne voyais pas non plus la précarité autour de nous, les pauvretés, les difficultés de mes parents. J'étais complètement indifférent aux origines de mes amis, je le suis toujours. Un de mes meilleures amis s'appelait Mehdi. Pas de blues en banlieue donc, c'était ma première terre sainte.

    Lire la suite

  • Pour le petit Alfie

    Imprimer Pin it!

    euthanasie, société, politique, santé, alfie evans, amaury watremezLe petit Alfie Evans atteint d'une affection neurologique n'ayant pas été identifié est mort avant-hier, littéralement euthanasié par l’hôpital auquel ses parents l'avaient confié (voir à ce lien). Il est mort parce qu'il coûtait cher à la collectivité, il est mort car dorénavant notre société ne veut plus protéger les plus faibles, ne souhaite plus le faire, ce qui est le début de la barbarie et montre où en est réellement notre civilisation où ce qu'il en reste.

     

    Et il n'en reste que peu de choses...

     

    Dans un monde où l'individu se doit d'être un rouage dynamique, performant, productif et docile, bien entendu oubliant son individualité au profit du reste, il ne peut plus y avoir de place pour le souci des pauvres, des petits, des précaires, des malades, des personnages âgées n'étant plus « utiles » pour le tout-économique, les crédits leur étant consacrés diminuant constamment au nom de la sacro-saint rentabilité.

    Lire la suite

  • Les cinquante ans de "2001"

    Imprimer Pin it!

    2001,cinéma, kubrick, société, amaury watremez« 2001 » de Kubrick a cinquante ans. Bien entendu, on a le droit de ne pas aller au cinéma, de prétendre que le dernier bon film que l'on ait vu soit « Tabarin fait des crêpes » (de 1918) ou rappeler que les ptits z-oiseaux, les ptites fleurs émerveillent bien plus que des ombres lumineuses mouvantes sur écran blanc dans des salles noires. Auquel cas il vaut mieux éviter de s'ennuyer à regarder « 2001 » qui n'a pas d'histoire à proprement parler, pas ou peu de personnages attachants, ou marqués par un certain pessimisme sur l'homme : de l'os qui tue le tigre dans la première partie aux missiles nucléaires en orbite autour de la terre il n'y a pas tant de différences que cela, ou d'évolution réelle...

     

    ...Finalement nous en sommes toujours à interdire notre « point d'eau » aux autres.

    Lire la suite

  • Une société parfaitement amorale

    Imprimer Pin it!

    politique, société, porcs, amoralité, gabegie, amaury watremezCe qui cloche dans notre si belle société, ce qui ne va pas profondément, personne n'ose jamais le dire clairement et nettement sans l'excuser, le justifier, le légitimer, à quelques exceptions notables près. Il n'y a pas de crise du politique, pas de crise du sociétal ou de l'économique, nous traversons juste la pire crise morale de notre histoire. Parler de morale c'est pire qu’essayer de faire lire « Histoire de l’œil » de Georges Bataille à une élève de maternelle en 2018, c'est d'une obscénité rare, c'est insupportable. C'est un mot plus que grossier.

     

    Il sous-entend que l'individu aurait des devoirs envers l'autre, des obligations, dont au moins celles de se tenir avec retenue, avec décence pour son semblable, son frère.

     

    (NB : Si tu es un des nombreux bénéficiaires des mirifiques réformes de l'enseignement des Lettres, et donc que tu ne sais pas qui est Georges Bataille, va si cela te chante bien entendu regarder à ce lien ami lecteur ce qu'est « Histoire de l’œil »)

    Lire la suite

  • Le monde merveilleux de la gauche

    Imprimer Pin it!

    politique, étudiants, tolbiac, société, grèves, amaury watremezForte de sa prédominance idéologique évidente depuis des décennies et de la terreur panique qu'elle inspirait, qu'elle inspire toujours, aux serreurs de fesses effarés ayant la trouille de la contredire, la gauche de la gauche de la gauche vit dans un monde enchanté, un monde merveilleux. Ne serait-ce que le monde enseignant tient à perpétuer cela en étant plus royaliste que le roi, mais pour les autres. Pour soi, pour sa progéniture, on aime la sélection, on aime l'excellence et les « bonnes » écoles. Pendant toutes mes années au sein de l'enseignement professionnel, je n'y ai jamais croisé, aussi étrange que cela puisse paraître, aucun enfant de prof.

     

    Voilà qui est bizarre, non ? Et ce malgré leur amour de l'égalité...

     

    C'est bien normal. Tout d'abord, la gauche de la gauche, la vraie, celle qui si elle ne retenait pas mettrait la tête de tous les riches au bout d'une pique, a raison, sur tout. La gauche de la gauche ne se trompe jamais. Quand elle est encore plus à gauche que les autres, elle aime bien qu'on l'appelle l'ultra-gauche, parler d’extrême-gauche ça la rapprocherait trop du camp d'en face, ça fait mauvais genre. Cela naît aussi d'un mépris plus ou moins conscient de classe de par l'origine sociale de la plupart des électeurs d’extrême droite, plutôt prolétaires réels eux.

    Lire la suite

  • Le fameux voile catholique

    Imprimer Pin it!

     

    religions, christianisme, islam, politique, société, amaury watremezPlus c'est gros plus ça passe !

     

    Plus c'est cliché, mieux c'est !

     

    Rappelons tout de suite que le voile chez les catholiques est d'abord pour les religieuses, des femmes n'étant pas laïques. Si auparavant dans les paroisses, avant Vatican II on se couvrait les cheveux, on ne portait pas le voile dans la rue, il n'était pas une prescription de tenue...

     

    Et comme en plus les français témoignent en ce moment d'une inculture religieuse assez crasse, on a beau jeu de réécrire l'histoire spirituelle, en particulier celle des catholiques en France. Castaner, qui n'a jamais peur, qui ose tout, a eu cette sortie remarquable sur nos mères et grands mères qui auraient toutes porté le voile mais catholique celui-là quand nous étions petits. Il a dit donc ça à ce lien, voir par . L'écoutant, je songe à ma mère, catholiques, à mes grands-mères, catholiques elles aussi, et je pouffe doucement. J'ai du mal à les imaginer telles des veuves siciliennes de films de mafiosi...

     

    Lire la suite

  • Desproges écrivait-il comme une collégienne ?

    Imprimer Pin it!

    pierre desproges, société, politique, humour, amaury watremezDeux textes sur Desproges en une semaine, vraiment il exagère ! Je vous entends déjà amis lecteurs et surtout toi qui me lis en douce de ton « open space » de l'avenue d'Aygu, oui, oui ne nie pas, je le sais, et ton patron aussi. Vous voudriez que de temps en temps j'abandonne mes sujets favoris, que je suis méchant, que je suis cynique, que je suis un faux-gentil et non un faux-méchant. Mais je n'y peux rien, j'aime Desproges qui aime le verbe, et la vie, et qui rit par peur de désespérer un peu plus de ses semblables, ses congénères humains.

     

    Finalement la devise de Yourcenar pourrait être aussi celle de Cyclopède :

     

    « Je ne vis pas comme ils vivent, je n'aime pas comme ils aiment, je mourrai comme ils meurent ».

    Lire la suite

  • Deux poids, deux mesures

    Imprimer Pin it!

    politique, ZAD, Notre dame des landes, société, utopistes, amaury watremezJe ne suis pas exactement de gauche, je sais c'est le moins que l'on puisse dire. Les pseudo-utopistes de mes deux qui veulent décider du bonheur universel des peuples à leur place, cela part sans doute d'une bonne intention mais personnellement je préfère qu'on laisse les personnes décider en toute conscience. Cependant, je trouve que la manière dont l'expulsion des zadistes de Notre Dame des Landes est conduite a quelque chose de profondément écœurant.

     

    Épisode montrant aussi en passant que ce qui compte le plus finalement dans notre société c'est encore et toujours le droit de propriété puisque ce qu'on leur reproche est de ne pas être propriétaires des terrains occupés.

    Lire la suite

  • Desproges et ses héritiers

    Imprimer Pin it!

    Pierre Desproges, société, radio, télévision, politique, irrévérence, amaury watremezComme beaucoup de quadragénaires maintenant bedonnants après avoir été d'une beauté affolante dans leur jeunesse et perdant leur magnifique chevelure auparavant aussi épaisse qu'un champ de blé scandinave (je m'arrête là dans la description, ça m'excite), j'ai découvert Desproges à la radio dans les années 80 à l'heure du repas. Je me dépêchai de rentrer du collège pour écouter "les flagrants délires" de 1981 à 1983 et surtout le plus intéressant, le réquisitoire de Desproges et la plaidoirie de l'avocat le plus "bas d'Inter", à savoir Luis Rego.

     

    Il fallait auparavant écouter les bavardages du Raminagrobis en chef à savoir Claude Villers, certes pas toujours désagréable et le plus souvent tout aussi insolent voire irrévérent que son avocat et son procureur.

     

    Quand j'avais cours pile à ce moment là, c'était une vraie frustration. Desproges était présent à la radio et la télé depuis "le Petit Rapporteur" et les "Aventures du professeur Corbiniou" pendant Casimir. Il faut bien vivre. De temps en temps on l'apercevait aux côtés de le Luron, en particulier en intervieweur obséquieux avec Giscard au coin du feu. Plus tard, il se fâcha avec Villers et le Luron, eut une petite traversée du désert et ne revint qu'en 1986 avec "les Chroniques de la Haine ordinaire" qui était devant un public également, un peu plus restreint.

    Lire la suite

  • Fais toi peur avec les cathos

    Imprimer Pin it!

    politique, société, religions, catholicisme, spiritualité, amaury watremez, macron, bernardins,Emmanuel Macron est allé tenir un discours aux Bernardins déplorant que les relations entre l'état français, la république, se soit distendu avec les catholiques. Il est vrai que nos valeurs, notre société, se sont construites sur celles du catholicisme qu'on le veuille ou non. Les droits de l'homme ne sont en somme qu'une laïcisation de la morale évangélique. Dés que quelqu'un ose le rappeler ne fût-ce que timidement, il risque aussi une levée de boucliers moralisateurs, une bordée d'injures de tous ceux qui haïssent le catholicisme encore maintenant alors qu'il ne concerne que de 1 à 2% de pratiquants réguliers.

     

    Il faut dire qu'après des décennies à avoir affirmé aux catholiques que la pratique des sacrements n'était pas bien importante, il ne faut pas trop s'en étonner.

     

    C'est plus simple et moins risqué de le faire avec eux qu'avec d'autres religions monothéistes beaucoup plus susceptibles. Il faut dire aussi que les catholiques ne savent généralement pas se défendre ou répondre à la haine contre eux. Ils ont toujours peur de déplaire, d'être assimilés aux méchants réactionnaires, à la droite bien de droite.

    Lire la suite

  • Il court il court l'homo modernitus

    Imprimer Pin it!

    sport, running, politique, société, marathnon de paris, amaury watremezAvec le printemps revient la saison des marathons, des courses et bien entendu des "vide-greniers" mais ceci est un autre sujet qui vous préoccupe. Je dis bien vous car pour ma part, je n'en ai strictement à faire. La course à pieds devient une folie douce à plusieurs, une folie douce pour ne surtout pas se soucier de la planète, de son pays, de son quartier, pour se "vider la tête", être dans une compétition en foule, en groupes, un simulacre de méritocratie. Cela a commencé dans les années 80, tout doucement. C'était encore sage, un peu kitsch avec les shorts trop larges, les bandeaux en éponge fluo...

     

    ...Mais ça c'était avant, bien avant, maintenant c'est devenu beaucoup plus qu'un business, un véritable mode de vie, et on appelle ça le "running". Hier dimanche une bonne partie de Paris était bloquée pour cette raison, les coureurs -pardon les "runners"- passant dans des rues et des quartiers dont ils ignorent l'histoire et devant des monuments dont ils se fichent complètement.

    Lire la suite