Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Foi

  • Loin de la foule en pleurs

    Imprimer Pin it!

    handicap, philippe croizon, société, politique, amaury watremezDans un train, un contrôleur a demandé sa carte d'handicapé à Philippe Croizon, amputé des quatre membres rappelons le. Certes on pourrait dire que cet employé de la SNCF ne faisait que son travail, qu'il obéissait aux ordres. Mais il me semble que le handicap de monsieur Croizon est suffisamment visible pour qu'il ait à le prouver. Tant d'aveuglement buté frappe l'esprit. Tant de sottise satisfaite aussi. C'est aussi le genre d'épisodes montrant ce qui peut se passer sous un régime totalitaire, ils sont alors nombreux celles et ceux ne faisant que leur travail.

     

    L'anecdote a provoquée de nombreuses réactions courroucées et, ou émotionnelles sur le net. De la colère et des larmes d'indignation très éloignées de la réalité de la perception quotidienne des handicapés loin des statuts "facebook" ou "twitter" ronflants et "pleurnichogènes", loin de la pseudo communion humanitariste du "Téléthon", prétexte "festiviste", alibi pleins de bons sentiments. Il y a un côté aussi très hypocrite à toutes ces saintes colères naissant aussi et surtout de la célébrité médiatique de Philippe Croizon.

    Lire la suite

  • La fainéantise qu'il dit

    Imprimer Pin it!

    société, fainéants, politique, macron, Emmanuel, fainéants, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Dans ma vie, j'ai de la chance, je n'ai été un gros fainéant de précaire, de chômeur, que quatre mois en tout et pour tout. A l'époque, je ne pensais pas pouvoir passer mon temps à flemmarder sur une chaise longue tout en dégustant des cocktails et en lisant des romans pas trop fatigants pour les neurones.  Comme j'étais sans doute inconscient, ou fou, je ne songeais qu'à retrouver du travail. Je croyais pouvoir me ménager des instants de tranquillité d'esprit, de calme mais quand on est sans travail le temps passe à la fois très vite et très lentement.

     

    Très vite parce qu'on n'a pas le temps de faire la moitié des choses que l'on planifiait dans sa recherche d'emplois...

     

    Très lentement parce que le moment où l'on se croit sorti d'affaire ne cesse de s'éloigner. C'est un peu comme dans ces rêves de courses immobiles, de ce genre d'angoisses, quand on pense toucher du bout des doigts son but mais que l'on n'y arrive pas.

     

    C'est sans doute cela être fainéant.

    Lire la suite

  • Les catholiques "uberisés"

    Imprimer Pin it!

    politique, foi, société, religions, christianisme, pape FrançoisAussi sur Agoravox

     

    "Koztoujours", alias Erwann le Morhedec, dans une réfutation brillante comme à son habitude d'un de ces affreux catholiques identitaires dont sans doute je fais aussi partie à ses yeux, a souligné pour asséner un coup fatal à son interlocuteur que de toutes façons ces méchants, ces malveillants n'étaient pas beaucoup "likés" sur "Facebook" (TM°) de toutes façons. A le lire, cela voulait tout dire, un discours valable ou réputé tel se doit d'être "liké", sinon c'est qu'il n'a que peu d'intérêt, un article se doit d'être repris un maximum sur les réseaux sociaux, et un pape populaire a un discours forcément plus pertinent qu'un pape l'étant moins.

     

    Je me demande à ce moment de ma lecture si Barbey d'Aurevilly, Georges Bernanos, Léon Bloy, la petite Thérèse de Lisieux ou Charles Péguy eussent été "likés" eux qui avaient un discours brûlant qui était tout sauf "rassembleur", tout sauf démagogique et flattant les peuples dans le sens du poil et de leur orgueil.

     

    Barbey, rien que lui, paraîtrait trop élitiste, trop aristocratique, et un catholique avec des exigences morales élevées ce n'est pas dans le vent du progrès. Notre société tellement ouverte eût détesté Bernanos qui vomissait les tièdes. Elle trouverait Léon Bloy pas "lol" du fait de la charge satirique qu'il fait peser sur les préjugés bourgeois qui ont essaimé dans toute la société. Elle conchierait Péguy qui n'a pas un discours favorisant l'intégration de la "diversité" avec tous ces textes rappelant à n'en pas douter les "heures sur les plus sombres de notre histoire".

    Lire la suite

  • La haine et le rejet

    Imprimer Pin it!

    Dédié à Paul Piccarreta, (je ne ferai jamais au grand jamais le genre d'auto-confession publique qu'il a faite hier car affolé à l'idée d'avoir pu écrire dans une revue d'extrème-droite, le « pôvre »)

     

    politique, extrème-droite, société, FN, amaury watremezJ'ai eu l'honneur insigne bien que sans doute un peu contestable d'avoir un échange sur les réseaux dits sociaux avec une grande conscience morale sur la difficulté de définir ce que l'on entend par extrème-droite, vocable recouvrant une multitude de groupuscules, partis et manières de voir. Il suffit de lire le livre de Christophe Bourseiller sur la question pour s'en convaincre (voir à ce lien « l'extrême-droite, l'enquête »). Mon interlocuteur n'avait pas cru bon de préciser si ce qu'il entendait par ce terme c'était les électeurs du FN, les « tradis » de « Civitas », les skins-head bas du front, les thuriféraires de Soral ou Serge Ayoub.

     

    Non pour lui, tout le monde était dans le même sac. L'extrème-droite c'était la haine et le rejet. Bien sûr il ne voyait pas la contradiction dans son propos. Affirmer péremptoirement que des électeurs, des militants ne sont que haine et rejet c'est justement en faire preuve concrètement. Les personnes habitant dans les « quartiers », dans les « cités » HLM n'ont pas le droit de s'angoisser, pas le droit de se poser de questions sur les incivilités.

    Lire la suite

  • La trouille face au communautarisme

    Imprimer Pin it!

    816893SaintDenisMolenbeek.jpg

    Aussi sur Agoravox

     

    La photo est celle d'une rue de banlieue française actuelle...

     

    Il n'y a pas de « grand remplacement ». C'est un fantasme séduisant pour certains mais faux. Quand 90% des populations de la planète meurent de faim et de liberté il est normal qu'au bout d'un moment elles aient envie de changer d'air.

     

    Il n'y a pas non plus de grand complot mondial afin de détruire ce qui reste des nations et des peuples pour les fondre dans un grand tout.

     

    Nul besoin de l'un ou de l'autre...

     

    Il n'y a plus de civilisation occidentale, elle s'est perdue dans le matérialisme abject et nihiliste de la société de consommation, la société des loisirs.

    Lire la suite

  • Conseils pour un iconoclasme moderne

    Imprimer Pin it!

    Arts, littérature, sculpture, musique, musées, iconoclasme, destruction de statues USA, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Il paraît qu'aux États Unis des adeptes du politiquement correct ont décidé de militer activement sur les réseaux sociaux et dans la vie réelle pour mettre à bas des statues qui peuvent blesser telle ou telle minorité, remettre en question les nouveaux dogmes auxquels « l'homo festivus » est censé adhérer sans se poser de questions (le multicul, le commerce dit équitable, le développement dit durable, tout se doit d'être citoyen ou civique etc...).

     

    Le citoyen est un enfant totalement crétin à qui il faut tout dire, on ne sait jamais :

     

    S'il voit une effigie de Wagner, il peut avoir une envie subite d'envahir la Pologne, un buste de Pétain et il aura envie de nommer un auvergnat radical premier ministre pour faire le sale boulot après s'être fait nommer au pouvoir etc...

     

    (voir l'article à ce lien)

    Lire la suite

  • Lettre d'un fils à son père – lettre au pape François

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    à propos de la lettre du pape François sur les migrants (voir à ce lien)

     

    pape françois, société, politique, christianisme, religions, catholicisme, église catholique, lettre sur les migrants, amaury watremezMon père,

     

    Je ne suis pas de ces doux dingues persuadés que lorsqu'ils écrivent des missives enflammées au président de la République ou à ses ministres ceux-ci se jettent sur leurs lettres, les dévorent et y répondent. Je suis convaincu que jamais vous ne lirez cette courte adresse mais je vais l'écrire malgré tout.

     

    Dans l'église de France, je pense particulièrement aux paroisses de Versailles mais c'est le même cas de figure un peu partout dans ce pays, on veut aider les pauvres. C'est très bien, très honorable sauf que le pauvre ce n'est jamais le plus proche, jamais le voisin de chaise à la messe auquel on ne serrera pas la main pendant le « baiser de paix » si on ne connaît pas, s'il ne fait pas partie du réseau. Le pauvre c'est toujours le migrant, l'étranger, cet autre majuscule que l'on ne veut plus voir ailleurs, cet autre toujours innocent alors que l'occidental serait toujours coupable :

    Lire la suite

  • Le facteur humain et les catholiques

    Imprimer Pin it!

    Ces « cathos » dont des jeunes prêtres qui se demandent régulièrement dans leurs homélies dominicales avec gravité et componction et avec leurs équipes liturgiques durant toute l'année :

     

    Foi, catholicisme, société, politique, religions, église, paroissiens, 15 août, amaury watremez« Mais comment se fait-il que les gens désertent les églises » ne se voient donc pas à la sortie des messes ?

     

    Les gosses et les parents en « Cyrillus » (TL°), les shorts pastel rouge, rose et vert des pères en été, page 46 du catalogue printemps/été, les robes « trapèze » des mères, page 54 du catalogue, les groupes de conversation automatiquement selon la spécialité médicale ou juridique du mari, les épouses objectivement « de décoration », les vieux gars et vieilles filles de service que parfois l'on honore d'un -bref- bonjour, bref parce que c'est déjà pas mal n'est-ce pas...

    Lire la suite

  • La culture du narcissisme

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    à propos de « la culture du narcissisme » de Christpher Lasch, précédé d'une préface de Jean-Claude Michéa chez Flammarion dans la collection « Champs » (à ce lien)

     

    société, politique, Christopher lasch, narcissime, égo, hypocrisie, festivisme, amaury watremezJe ne pense pas comme d'autres que le « moi » soit forcément haïssable. Il était important que cette idée apparaisse vers la fin du XVIIème siècle et que l'individu se libère de contraintes collectives pour se réaliser. Mais le « moi » a fini par prendre une importance démesurée, presque insupportable et envahir tout le reste. Cela amène le résultat suivant : nous devenons de plus en plus incapables de supporter la contradiction, d'apprécier le débat et de fréquenter des personnes autres que des reflets même déformés de nos aimables personnes.

     

    Je trouve cela des plus ironiques. En un temps où les moyens de communication offrent des possibilités infinies nous sommes de moins en moins capables de le faire, en un temps où ils pourraient permettre plus d'équité sociale nous la désirons de moins en moins...

     

    La littérature politique peut être intéressante mais quand l'analyse d'un auteur peut être pertinente l'ouvrage peut se conclure sur des propositions de solutions totalement hors-sol et dégagées du réel, ou inversement. Aucun livre politique ne donne de point de vue réellement global sur la crise morale grave que traverse notre société. Ce qui fait l'intérêt de « la culture du narcissisme » c'est que Christopher Lasch le donne justement dans les pages de ce travail de réflexion. Il le fait en se basant sur la psychologie sociale individuelle et collective. Son essai a plus de vingt ans mais il est d'une actualité toujours plus brûlante...

    Lire la suite

  • L'oubli crucial des nationalistes

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    ...quand ils parlent de la France.

     

    politique, société, réacs, christianisme, religions, France, amaury watremezA droite, et dans la sphère nationaliste, particulièrement la fameuse « fachosphère » ou « réacosphère » dans laquelle votre serviteur a été très souvent relégué (ce dont je me fiche complètement), on déplore la perte des valeurs, de la morale commune et individuelle, des idéaux. Mais on s'arrête là. Les nationalistes, cette droite bien de droite et non libérale libertaire, ne vont pas plus loin. Ils adoptent dans leur famille, dans leur vie personnelle exactement le même comportement que le reste de la population, à savoir de consommateur des biens et des personnes sans se poser guère plus de questions.

     

    Ils protestent même le plus souvent avec véhémence de leur « non-réactionnariat ». Ce qui ne sert strictement à rien puisque l'expression même très mollassone de leurs convictions les condamne d'avance aux yeux des gardiens de la doxa idéologique actuelle, de la bonne parole bien-pensante selon qui l'histoire de France commence en 1789 ou 93...

     

    Ces pseudo-réacs couchent avec qui ils veulent, ils ne sont pas de droite (ni de droite ni de gauche qu'ils disent), ils ne sont pas réacs non plus, ils s'affirment comme tout le monde d'ailleurs croient-ils bon de rajouter alors ils ont des amis homosexuels, pleins, ce qui prouve bien leur capacité de tolérance. Ils sont catholiques parfois, oui mais attention ils choisissent ce qui les arrange dans la Foi. Un peu de ceci, un peu de cela, pas trop d'obligations morales surtout.

    Lire la suite

  • Migrants : ce n'est que le début

    Imprimer Pin it!

    migrants.jpg

    Aussi sur Agoravox

     

    A gauche, enfin la gauche sociétale, on a depuis longtemps « ses » pauvres attitrés comme les dames patronnesses d'autrefois, ce sont les migrants en général, les musulmans en particulier. Les autres pauvretés, les autres précarités n'existent pas, voire pire encore on les oppose. De toutes façons un pauvre qui ne serait que français, « de souche », est forcément un plouc. Ces migrants, ces musulmans on les aime bien car leur pauvreté est lointaine. Elle est exotique. Elle rappelle ses voyages que l'on a fait en Méditerranée, les rares fois où l'on est sorti de l'hotel pour aller s'acheter une babiole dans les marchés à touristes.

     

    Ainsi, en se paysant quelque colifichet, le bourgeois pédagogue se déculpabilisait. Il n'était pas si égoïste puisqu'il avait fait l'aumône de son temps et de son argent. Depuis quelques années, il rajoute un « selfie » effectué avec l'autochtone afin d'apporter une preuve et de montrer combien il est humaniste.

     

    Un précaire de cet acabit, et moi le premier il ne s'agit pas non plus de nier leur précarité matérielle, est à peine un être humain. Ce n'est qu'une pauvre chose, un pauvre hère sans cervelle et sans cervelle qui ne sert qu'à se donner bonne conscience. Quand il fait preuve de violence ou d'agressivité, cela ne peut pas être sa faute. Jamais. Il sera excusé par la confrontation de sa culture avec la nôtre, par son ignorance, par sa naïveté. S'il violente les femmes c'est par pure candeur, et non par perversité. Et puis ces filles qu'il a parfois brutalisées n'avaient pas besoin de s'habiller aussi court, aussi léger...

     

    C'est ce que l'on entend régulièrement de la part de politiques ou de militantes se prétendant pourtant féministes radicales. C'est encore la faute de l'Occident corrupteur. Il est plus simple pour elles comme pour le bourgeois pédagogue de présenter Mohamed Merah en victime par exemple, victime du racisme, des préjugés, raison pour laquelle il s'est mué en monstre (en ce moment au Festival d'Avignon, voir à ce lien).

    Lire la suite

  • Une photo réveillant les vrais clivages

    Imprimer Pin it!

    Simone Veil, la manif pour tous, IVG, contraception, loi Veil, société, politique, amaury watremez

     

     

     

    Depuis quelques jours circule sur les réseaux sociaux une photo de Simone Veil à « la Manif pour tous » . Je l'ai moi-même relayé et les réactions -diverses- ne se sont pas fait attendre :

     

    Il y a les personnes que cela choque sincèrement, des « purs », car elles se sentent solidaires de la famille de madame Veil pour qui celle-ci était en état de faiblesse à ce moment-là, souffrant d'Alzheimer. Les enfants de la mère de la loi sur l'IVG étaient allés jusque porter plainte pour harcèlement contre entre autres Frigide Barjot. On peut après tous les comprendre, ils avaient le souci de leur mère. Et quand sa mère est malade et fragile il est normal de la protéger.

     

    Il y a aussi ceux beaucoup plus nombreux que cela dérange de voir une de leurs icônes prétendûment libertaires défiler pour une cause qu'ils ne supportent pas. Je me demande ce qu'il en aurait été si madame Veil eût défilé pour une autre cause, plus « acceptable » ?...

     

    On touche ici au coeur d'un des deux ou trois réels clivages profonds agitant ce pays car les clivages sont encore bel et bien présents. Il existe une toute petite classe de nantis (décideurs, politiques, intellectuels, journalistes) profitant de leurs privilèges matériels leur permettant de consommer à haute dose les biens et les personnes tant que cela leur est physiquement possible, et tant que la pharmacopée moderne les y aide. Ils n'entendent absolument pas que cela change, et ne supportent pas que l'on remette en question cette perception. Ils disposent encore de toutes les manettes du pouvoir et n'ont aucun désir de les partager.

    Lire la suite

  • Versailles(s)

    Imprimer Pin it!

    société,versaillais,catholiques bon teint,amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    J'aime bien Versailles. Il y a cette merveille que demeure le château même si c'est une boîte vide en somme. Et la ville en elle-même a une architecture remarquable, des avenues larges et ouvertes. On peut croiser au hasard des cafés de cette cité des ivrognes narquois, un rien goguenards et philosophes riant du touriste, du passant. Parfois même certains sont écrivains, ils observent, ils s'amusent, ils ont toujours "une oreille à Toulouse". Et puis il y a aussi le souvenir de ce gros type tenant dans sa patte la toute petite main d'une fillette par qui il se laissait mener par le bout du nez, tel un ours avec son anneau dans le nez.

     

    J'y habite depuis deux ans.

     

    Avant d'y arriver, je pensais que tout ce que l'on racontait sur certains versaillais, les plus favorisés matériellement, étaient des légendes, des caricatures ceux-ci étant souvent catholiques et de droite d'où les méchancetés. Mais en réalité, tous les clichés sont vrais et se vérifient chaque jour. Je pensais également que de par certaines de mes convictions et de par ma foi je serais proche d'eux et m'intègrerais à ce milieu. Ce ne fut pas le cas et j'en suis heureux finalement car c'est un milieu de faux semblants et d'hypocrisie morale, tout autant que les "bobos" pour qui les versaillais bon teint n'ont pourtant pas de mots assez durs alors que c'est "bonnet blanc et blanc bonnet". C'est d'ailleurs leur commune hypocrisie qui les rend totalement insupportables, car ils prétendent tous défendre des valeurs élevées dont ils se fichent complètement...

     

    Cette épithète de "bobo" se voulant méprisante c'est surtout une manière de se justifier de son ignorance et de son inculture (la culture c'est une lubie de "bobo" prétentiard)...

    Lire la suite

  • Se souvenir des belles choses

    Imprimer Pin it!

    politique, société, georges bernanos, religions, foi, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Quand j'étais adolescent, un après-midi notre professeur d'économie nous montra un documentaire sur la malnutrition, chapitre du programme à peine abordé en cours. Ainsi il n'avait pas besoin de se fouler de trop. Je regardai la chose distraitement quand soudain je vis sur l'écran une mère tentant en vain de nourrir son enfant d'une maigreur terrifiante, comme elle. Je fus révolté et ému aux tripes, je regardais mes camarades autour de moi m'attendant à ce que tous ressentent la même chose...

     

    Cela n'était pas possible, tous devait le ressentir...

     

    Mais tout ce que j'entendis tendait au fatalisme, à l'acceptation et en grande majorité relevait de l'indifférence.

     

    Quand dans la rue je vois sur un trottoir un homme, une femme, des enfants en train de crever de sa misère là sous nos yeux, ce sont les mêmes sentiments à chaque fois. S'y rajoutent l'impuissance, la fureur de ne rien pouvoir faire de plus. Là encore, je m'attendrai à ce que tous réagissent ainsi mais les miséreux ne sont surtout que des obstacles ralentissant le rythme, empêchant de se sentir pleinement un rouage enthousiaste de la chaîne économique gardant l'espoir illusoire d'être un jour un de ceux mettant en branle le mécanisme...

     

    La guerre fait rage un peu partout dans ce monde, plus encore et surtout dans les pays les plus pauvres. Tout les jours devant la télévision ou son ordinateur, l'homme moderne favorisé somnole en attendant l'émission « d'infotainement ». Il soupire parfois, « on s'en fout » pense-t-il mais il n'ose pas encore trop le dire. De temps en temps il pousse l'hypocrisie à mettre une bougie sur le rebord de sa fenêtre, à faire une « marche blanche » voire à acheter des produits dits « équitables ». Il « est » le pays ou la ville martyrisée sur les réseaux dits sociaux. Mais qui trompe-t-il ?

     

    Pourquoi tout le monde ou presque s'en satisfait-il ?

    Lire la suite

  • Cette droite traditionnelle en marche avec Macron

    Imprimer Pin it!

    politique, société, Emmanuel Macron, En Marche, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Henri Guano, même si contrairement à ses dires, affirme cela surtout parce qu'il a vécu une lourde défaite dans la circonscription parisienne où il s'est présenté a néanmoins tout à fait raison. L'électorat très bourgeois de l'endroit est à vomir, qu'il soit "bobo" ou "bourgeois pédagogue" ou de cette bourgeoisie plus traditionnelle allant à la messe et mettant ses enfants dans le privé.  Comme il se retire de la vie politique, Guaino peut enfin parler sans filtres. On se demande pourquoi il ne se l'est pas autorisé plus tôt car ce fut réjouissant...

     

    Je n'avais pas besoin de lui, madame Mauroy l'avait avoué il y a déjà quelques décennies à mon grand-père paraphrasant Shakespeare :

     

    "La politique est une comédie dont les électeurs sont spectateurs, encore faut-il bien la jouer"

     

    Après tout le doit être loin d'être le seul, je pense que la plupart de ces collègues sont tout autant méprisants des électeurs prêts il faut dire à élire une potiche sur la base d'un discours très simpliste de renouveau, de pseudo-rajeunissement...

    Lire la suite

  • Les nouvelles forces en présence au lendemain du premier tout

    Imprimer Pin it!

    politique, législatives 2017, société, Emmanuel macron, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Sur un blog de gauche pas encore converti au macronisme, l'auteur déplore la division de son camp antilibéral tout comme à droite d'autres le font aujourd'hui. Comme si les anciens "camps" avaient encore une signification alors que le vrai clivage n'est plus entre droite et gauche, mais entre ravis de la mondialisation et ceux qui la subissent durement parfois. Le temps que les militants de droite comme de gauche le comprennent il sera bien tard alors qu'il serait urgent qu'ils oublient au moins pour un temps tout cela.

     

    Il n'est plus temps de défendre chacun "son" champion pour ensuite rentrer dans le rang, y compris les "champions" obscurs ou confidentiels, "sauveurs" de la France évidents pour leurs adeptes qui sont autant de "croyants" sans trop de cervelle. Il n'est plus temps de se disperser en divers partis qui seront au moins pour cinq ans des "particules" voire des "particulets" pour certains à peine représentés à l'Assemblée. N'étant pas un optimiste de nature, je suis à peu près certain qu'ils perdront encore longtemps leurs temps en disputes et polémiques sans fondement des années encore.

    Lire la suite

  • L'impossibilité de la prévention du terrorisme en 2017

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

    politique, islam, société, attentat du london bridge, politique, société, amaury watremezA chaque nouvel attentat, à chaque nouvelle tuerie, excepté l'incapacité avérée de nos sociétés à réagir autrement que par une sensiblerie mal placée, sont évoquées les carences des services de renseignement et, ou de police. Il est d'usage également de réclamer encore plus de surveillance de la population, encore plus de policiers. Ce fut le cas après l'attentat de Manchester, cela a été le cas après celui du « London Bridge » (voir à ce lien). Mais ce serait en pure perte. Et ces récriminations sont idiotes car par essence il est strictement impossible de prévoir ces actes abominables.

     

    Certains éditorialistes ont parlé « d'überisation » du terrorisme, c'est exactement ça mais cela n'explique pas les causes de leur passage de « l'autre côté »....

     

    Ces « nouveaux » terroristes sont généralement des individus frustrés, pleins de rancœur et de haine contre l'Occident pour diverses raisons. Ils n'ont pas trouvé dans nos pays cet El Dorado qu'ils pensaient y dénicher, ce rêve de réussir matériellement et tout recommencer. Ils restent campés le plus souvent sur leur culture originelle, ou un fantasme en tenant lieu, une idéalisation. Ils sont encouragés dans ce masochisme mémoriel constant d'un autre genre par les éducateurs de nos contrées qui adorent quant à eux cette forme d'auto-flagellation.

     

    Lire la suite

  • L'indolence terminale

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    Depuis quelques jours...

     

    macnhester.jpgLe soleil est haut dans le ciel. Dans les rues on se débraille, on se déshabille, c'est à qui montrera le plus de peau...

     

    Tous à poil obéissant tous à l'injonction de se détendre sans réfléchir, sans penser par soi-même, un truc de vieux, un truc de vieux con rasoir, d'aigri, de jaloux !

     

    Puisqu'on vous le dit !

     

    Indolence des corps sous le soleil du dérèglement climatique global ! Indolence des esprits ! Le gadget électronique dans une main, une cannette de boisson dans l'autre, on se laisser aller à un plaisir de plante verte : prendre le soleil sans penser à quoi que ce soit d'autres...

     

    Pourtant il y a bien eu un attentat sanglant à Manchester, commis encore une fois par un « loup solitaire » réputé intégré, discret, gentil, sans problèmes, un garçon né là-bas dans cette ville berceau de musiques nouvelles depuis déjà quelques décennies, des « Smith » à « l'électro » en passant par "Oasis" ou "Police" (j'en avais parlé il y a quelques mois, voir à ce lien). Encore des minutes de silence, encore des marches blanches, encore des petites fleurs et des bougies devant les photos d'une des disparus. Des enfants ! Des bombes perversement conçues dans l'intention de tuer un maximum de gosses ! Le salopard s'est fait exploser avec.

    Lire la suite

  • La nouvelle trahison des clercs

    Imprimer Pin it!

    pretrevélo.jpg

    Aussi sur Agoravox

     

    Les catholiques ne représentent certes plus grand monde en France. Je parle ici des catholiques pratiquants réguliers : de 1 à 2 % de la population globale. Et pourtant ce qu'ils disent, les valeurs qu'ils soutiennent, est encore largement commenté, critiqué, raillé voire injurié. Cela pour les catholiques qui ne sont pas en phase. Ceux qui le sont, dont le discours est comme il faut dans l'air du temps, sont tolérés comme des "cathos de service" gentils, bien braves mais un peu carencés intellectuellement. Dans ces catholiques je compte la majorité des clercs en France dont la conférence des évêques de France dans sa plus grande part.

     

    Ou alors, on aime bien le pape François qui a de grandes déclarations très belles, avec lesquelles tout le monde est d'accord mais qui n'engagent pas grand-chose....

     

    Quand les catholiques de ce genre sortent de ce rôle, ils sont tous mis dans le même sac de l'atroce réaction. Ils ne l'ont d'ailleurs pas encore compris et s'évertuent à répéter sur tous les tons qu'ils ne sont pas de droite, qu'ils ne sont pas traditionalistes, qu'ils aiment beaucoup le progrès, les changements sociétaux, qu'ils sont très, très ouverts. Rien n'y fait, ils sont rejetés dans les ténèbres extérieures de l'enfer des bien-pensants. Cela ne serait pas bien grave si ces catholiques d'âge mûr pour la plupart qui ne sont plus qu'une minorité n'avaient plus aucun pouvoir de nuisance.

    Lire la suite

  • L'Esprit inspire-t-il le vote catholique ?

    Imprimer Pin it!

    politique, société, christianisme, foi, Emmanuel macron, présidentielles 2017

    Aussi sur Agoravox

     

    Une amie catholique, bonne paroissienne elle, pas comme moi qui n'en ait cure de toutes façons, vient de m'appeler pour me dire combien elle était réjouie que Macron devienne président, "parce qu'il est jeune et que c'est bien que ce soit un jeune", "parce qu'il est beau" (à ses yeux), "parce qu'il va tout changer". Cette amie est chômeuse presque en fin de droits, je n'ai pas voulu l'effrayer mais lui ai rappeler deux ou trois choses. Et cela m'a donné envie de rédiger ce petit entrefilet... 

     

    Si on posait la question aux catholiques et qu'on leur demandât de répondre avec franchise et honnêteté ne fût-ce que par correction fraternelle, on est à peu près certains des réponses malheureusement. Ils ne pensent qu'à la Charité, aux plus petits, ils ne songent qu'à protéger les pauvres, qu'à mettre en avant les valeurs évangéliques dont la présence dans notre monde est un nouveau défi. Je connais bien leurs éléments de langage. Ils évoqueraient également les migrants et leur souci d'accueillir ces populations. Et bien entendu, il est de coutume de terminer sur les discours enflammés du pape François tellement super...

     

    Tout en sachant que dans les paroisses si quelques familles sont bel et bien hospitalières sans conditions, il est excessivement difficile pour les prêtres d'en trouver pour concrétiser leurs belles intentions. Il y a loin de la jolie théorie à la pratique.

     

    A examiner les statistiques du vote catholique aux dernières présidentielles (voir à ce lien les intentions déclarées, voir à cet autre lien les votes aux deux tours d'avril et mai 2017), on imagine en réalité de toutes autres réponses aux questions posées. Les catholiques dans leur ensemble ont voté Macron à 71%, les pratiquants réguliers à 62%. Ont-ils seulement lu son programme ? Car ce qui ressort de tout ça est clair :

    Lire la suite

  • Du messianisme en post-démocratie

    Imprimer Pin it!

    4646478_6_6da3_emmanuel-macron-ministre-de-l-economie-est_35d7cbf45bceb50e7de099f716b3a5f9.jpg

    Aussi sur Agoravox

     

    L'anarchiste de droite que je suis ne supporte pas les idéologues, même les théocratiques, qui ont la seule et unique solution à leurs yeux pour apporter le bonheur au monde et aux peuples, fût-ce contre leur gré. Ils ont tous la panacée, mais attention, pour les autres. Que ces idéologies soient ceci ou cela, marxisantes ou libérales, qu'elles s'affirment généreuses ou non. Ce prosélytisme appuyé qu'ils ont tous, les yeux brillants, le cœur fiévreux, ayant renoncé à toute forme de libre-arbitre ou de pensée personnelle par confort intellectuel, est proprement écœurant.

     

    Il leur faut à chacun et chacune un messie pour porter leur bonne parole, un messie de pacotille bien entendu à adorer au moins pendant un temps. Ensuite il pourra encore servir comme bouc-émissaire...

     

    On se demande s'ils n'attendent pas de leur messie qu'ils guérissent les écrouelles, qu'ils soignent les éclopés par l'imposition des mains ?

    Lire la suite

  • Je n'est plus du tout un autre

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     politique, société, présidentielles 2017, amaury watremez, littératureA notre époque on n'a jamais autant évoqué l'autre, le « vivrensemble », l'altérité, l'empathie. Et le tout n'a jamais été aussi peu pratiqué. Bien entendu, demeurent quelques « autres » emblématiques. Ces « autres » sont forcément d'origine étrangère, pratiquent l'Islam en général, une religion « exotique » pour quelques uns. Ce n'est pas que la société ou ce qu'il en reste après le détricotage méthodique de tout ce qui faisait lien, excepté l'argent, se soucie réellement de la « différence » emblématique de ces populations, qu'elle s'en inquiète. Elle y serait même complètement indifférente.

     

    Ce sont juste comme les anciens bourgeois qui avaient « leurs » pauvres, elle a les « siens ». Les nantis ont ainsi l'impression d'être de grands humanistes, d'être soucieux du progrès. Le tout renvoie d'eux une image flatteuse. Et il est intimé au reste de la population d'emprunter cette voie sans se poser de questions.

     

    Si d'aventure, quelqu'un se moque de ces hypocrisies, ne serait-ce que de façon embryonnaire, timide, il risque instantanément de se voir assimilé aux nostalgiques des systèmes politiques les plus totalitaires du début du XXème siècle. Il se fera injurié, traîné dans la boue. On rappellera abjectement Oradour, Vichy etc....

     

    Lire la suite

  • Dupont de Ligonnès pris entre le Ciel et l'Enfer

    Imprimer Pin it!

     à propos de « l'Eternité de Xavier Dupont de Ligonnès » de Samuel Doux aux éditions Julliard

     

    Ce n'est pas la première fois que j'évoque un fait divers marquant, voir à ce lien mon texte sur la tragique "Affaire Lubin"...

     

    xdl.jpgLa lecture de cet article (à ce lien) m'a encouragé à lire le livre de Samuel Doux sur Xavier Dupont de Ligonnès, un roman de non-fiction passionnant, autant que « l'Adversaire » ou les livres de Libérati sur Jayne Mansfield et Charles Manson. Des histoires se déroulant sur les marges, les crimes, les faits divers en disent beaucoup plus long sur notre société et sur toutes les couches sociales la composant que bien des articles et traités savants. J'ai toujours été passionné par les livres s'en inspirant car ils révèlent ce qu'il y a derrière les apparences, derrière les paravents moralisateurs, les beaux discours. Chez ces gens là on cache les abjections sous le boisseau, on les balaie soigneusement sous le tapis. L'important c'est de faire bonne figure. Toutes ces petites et grandes cachotteries vont de mise, on les considère comme obligatoires, allant de soi.

     

    Cet ouvrage de Samuel Doux m'intéressait d'autant plus que je connais sur le bout des ongles le milieu qu'il décrit et que j'ai côtoyé son personnage principal ayant fait partie jusqu'en 1990 du même mouvement catholique traditionaliste.

     

    Lire la suite

  • Une France de droite et souverainiste, un président libéral-libertaire

    Imprimer Pin it!

    droite, france, politique, société, présidentielles 2017, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Le pays est majoritairement de droite et souverainiste, c'est un fait connu depuis longtemps et méprisé par la plupart de nos politiques, y compris au sein de la droite dite républicaine. On se souvient également des déclarations de Claude Bartolone sur ce qu'il ne faudrait pas faire en particulier sur l'immigration si on se mettait à écouter les français, forcément xénophobes (voir ce qu'il dit du sujet à ce lien). Cette idée du souverainisme, cette « certaine idée de la France » transcende les clivages, car on la retrouve également à gauche. Le pays célèbre les valeurs de la transmission, du patrimoine, dont culturel, linguistique, régional, artistique, du travail de l'artisan, de l'agriculteur, de l'éleveur....

     

    ...Le «  bio » par exemple ce n'est que le retour de solutions déjà connues par nos ancêtres et remises au goût du jour.

     

    ...Et pourtant, au soir du deuxième tour des présidentielles il est à peur près certain que sera élu un président libéral-libertaire ou social-libéral, ce qui revient au même ; adepte des supposés bienfaits de la mondialisation. Celle-ci nous est sans cesse présentée comme forcément bienfaitrice sans qu'aucun discours contradictoire ne soit pris au sérieux ou qu'il ne soit de toutes façons immédiatement raillé et celui qui le prononce injurié, vilipendé.

    Lire la suite

  • Le fameux retour de balancier réac

    Imprimer Pin it!

    réactionnaire, société, politique, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

    Depuis trente ans que je m'intéresse à la politique, j'entends régulièrement ce refrain lancinant. Il y aurait un frémissement politique, un retour de balancier idéologique en faveur de la droite, en faveur d'un catholicisme étant assuré d'être beaucoup moins décomplexé aussi parfois, où l'on se qualifie soi-même de « réac » selon les codes rhétoriques de la gauche. Dernièrement je l'ai entendu de la bouche d'un jeune homme plein de bonnes volontés travaillant comme gestionnaire de portefeuilles boursiers. Il ne voyait pas la dichotomie entre ses tâches quotidiennes le mettant au cœur, à l'origine d'un système amoral par essence, et ses idées supposées.

     

    Il évoqua de jeunes ecclésiastiques tellement dynamiques, tellement ardents qui porteraient des fruits plus que les anciens. Je n'en doute pas mais c'est toujours au cœur du même milieu car ces jeunes prêtres en viennent tous et ils ont beaucoup de mal à de rares exceptions à s'adresser à des croyants moins fortunés matériellement. Ils ne le font pas sciemment mais ne peuvent pas ontologiquement faire de l'apostolat réel envers des couches de la société déchristianisées. Ils ont beau accuser la télévision, les réseaux sociaux, l'internet, les profs, taper sur cette profession surtout ceux du public est leur divertissement favori, cela n'enlève rien à ce questionnement.

    Lire la suite

  • Céline et les bonnes intentions

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    A propos de « Céline, la race, le juif » de Pierre-André Taguieff et Annick Durrafour chez Fayard sorti le 1 février 2017

     

    (et aussi de « l'Art de Céline et son temps » de Michel Bounan chez Allia

     

    Céline, louis ferdinand destouches, meudon, antisémitisme, amaury watremezQue des polémiques littéraires agitent encore notre pays, au moins pour les quelques rares lecteurs subsistant encore, n'est pas mauvais signe. Pour eux la culture est encore un enjeu important et non simplement une ligne statistique, une ligne de budget. On aimerait également que ce soit un sujet important pour les hommes politiques se présentant à la Présidentielle, mais aussi pour les citoyens, on peut toujours rêver. Les tenants de l'idéologie dominante, cette bien-pensance très mièvre, n'aiment pas la littérature. Elle diminue les performances économiques, elle implique de réfléchir sur les fins de ce monde. Elle encourage à l'indépendance intellectuelle, à rejeter l'instinct grégaire (quelle horreur!).

     

    Je ne suis -je l'espère- pas le seul mais personne n'a jamais pu m'imposer quoi lire et surtout comment le lire. Aucune censure, y compris parentale, excepté des conseils de bon sens. Cela m'amuse encore toujours à titre personnel quand quelqu'un s'étonne : «  Mais quelqu'un de ton milieu (sous entendu bourgeois et catholique) comment se peut-il que tu aies lu autant ?.Bien entendu, comme tout lecteur compulsif, j'ai parfois lu en boulimique, sans savourer vraiment le verbe d'un auteur, dévorant tout et n'importe quoi sans avoir forcément la maturité nécessaire. Depuis j'ai essayé et essaie toujours de développer mon palais...

     

    Quand j'ai lu « le Voyage au bout la nuit » en seconde, j'étais sans doute trop jeune mais ce roman a marqué le reste de ma vie, et de mes goûts littéraires. Que Céline se fût avéré un salopard m'a choqué mais ne me semblait pas littérairement parlant d'importance :

     

    On peut avoir du talent voire du génie dans n'importe quel art et être un sale con voire un immonde salaud. Ils sont innombrables parmi les écrivains tout comme dans le reste de l'humaine espèce, c'est ainsi. L'ouvrage à charge sorti au début du mois de Février de Taguieff et madame Durrafour tout comme celui de Michel Bounan édité il y a quelques années oublie la complexité de l'humaine nature, que nul n'a une âme blanche ou noire, que l'on trouverait plutôt une infinité de gris au cœur de l'esprit humain. Bien entendu il est plus rassurant de diviser l'humanité entre bons et méchants rassurants, de voir des monstres dans les criminels alors que le mal est d'une grande banalité..

    Lire la suite

  • Personne pour être Saint Petersbourg ?

    Imprimer Pin it!

    politique, poutine, saint petersbourg, société, politique, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    En ce moment, on n'entend pas les candidats à la présidentielle sur la laïcité. Il faut dire que plus grand monde n'est Charlie quelques jours avant l'élection la plus importante de la Vème République. Dans la plupart des cas, les politiques préfèrent acheter la paix sociale en tolérant plus que de raison le port du voile intégral ou « ligh » pour les femmes, les mosquées salafistes. Ils sont pour la majorité persuadés qu'en étant très très gentils avec les islamistes, en sombrant dans le « pas d'amalgame » ou le « faut pas stigmatiser », ou encore le « c'est pas ça l'Islam », en traitant d'islamophobes ou de racistes les contradicteurs, cela changera les choses.

     

    Un genre de méthode Coué de nanti libéral-libertaire repu politiquement correcte en somme. Son cœur, sa cervelle, son foie sont alourdis par les mauvaises graisses, par le sucre des bonnes intentions lénifiantes.

     

    Ils préfèrent lâcher Bachar el Assad, certes tyran sanguinaire, mais laïc, protégeant les minorités dont les chrétiennes, et se rabattent sur des « barbus » loin d'être des « rebelles ». Il y a entre eux et « Daech » l'épaisseur d'un papier à cigarettes. Ils posent des bougies, des fleurs blanches pour se souvenir pour que « plus jamais ça » n'arrive, on ne sait jamais là aussi ça peut marcher. Ils conchient, conspuent et injurient Vladimir Poutine, le président russe, car il s'est allié avec le président syrien baassiste. Et qu'il ose être encore patriote, qu'il se fiche de la paix civile avec les tarés fanatiques.

    Lire la suite

  • Pas de choc des civilisations

    Imprimer Pin it!

    choc des civilisations, civilisation, société, politique, religions, islam, france, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Pour qu'il y ait un choc des civilisations encore faudrait-il que deux civilisations s'opposent, la nôtre et la musulmane, ou du moins celle que nous supposons maintenant musulmane qui est sa part la plus radicale. La nôtre existe de moins en moins depuis plusieurs années déjà, elle se réduit progressivement chaque jour avec l'enthousiasme et l' assentiment irréfléchi des populations asservies par leurs appétits médiocres. Et cette civilisation se résume pour l'essentiel à deux choses :

     

    L'avidité à gagner de l'argent et la faculté de le consommer.

     

    Les parents, à de rares exceptions, ne se comportent plus en parents, et non seulement n'éduquent plus leurs enfants mais jugent bon de ne surtout rien leur transmettre comme valeurs ou culture. Les grandes personnes ne veulent plus l'être, elles ne veulent plus mûrir et se sentir responsables de quoi que ce soit. Elles assimilent la responsabilité à la culpabilité, et se sentir coupable c'est en 2017 le mal absolu. « Tout m'est permis mais tout ne m'est pas profitable » car ce qui m'est permis peut avoir des conséquences graves sur les autres.

     

    Mais dire ou écrire cela c'est culpabilisant, c'est faire la morale, c'est mâââl aussi...

    Lire la suite

  • Les « invisibles » de la campagne présidentielle

    Imprimer Pin it!

    Sur Agoravox aussi société,handicap,politique,présidentielles 2017,hypocrisie,eugénisme,darwinisme social,amaury watremez

     

    Des personnalités dont Gilbert Montagné, Dominique Farrugia, Philippe Crozon, Grand Corps Malade, ont lancé un appel aux candidats à la Présidentielle pour les interpeller sur l'absence de la question du handicap du débat public. Il me semble que ce n'est pas entièrement la faute des dits candidats si ce problème douloureux si ce problème grave n'est pas abordé mais celle de leurs communicants. Car en France en 2017, comme on dit en termes choisis, ce n'est pas « fédérateur ». Si de temps on pleurniche, on aime les grandes fêtes sur-affectives comme le « Téléthon », le handicap laisse concrètement indifférent.

     

    Au mieux.

     

    Comment pourrait-il en être autrement dans une société où la différence d'avec les standards physiques, moraux et intellectuels est vécue comme insupportable ? Où les personnes hors normes sont rejetés immanquablement ? Qu'elles soient hors normes d'un point de vue ou d'un autre...

     

    Apparemment dans notre société en 2017 beaucoup de choses sont faites pour les handicapés. En surface les progrès sont nombreux :

     

    Lire la suite

  • Pitié pour Poutou

    Imprimer Pin it!

    politique, vanessa burgraf, société, télévision, présidentielles 2017, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Je n'ai pas l'intention de voter Philippe Poutou, le candidat du NPA, au premier tour ni au second. Et je pense d'ailleurs qu'il sait très bien qu'il n'y sera pas. Mais je trouve que les médias, les éditorialistes dans la ligne et les journalistes le traitent avec un mépris à peine dissimulé en disant long sur le « progressisme » concret de ces gens et leur véritable ouverture à l'autre. Cela me conforte dans la conviction de l'existence d'une coupure abyssale entre les nantis du système et les petites gens. Et je ne pense pas seulement à Vanessa Burggraf et Yann Moix se retentant à peine de rire grossièrement face au candidat d'extrême gauche lors de la dernière livraison de l'émission de « On n'est pas couché ».

     

    On a vu pleinement leur manque totale de correction élémentaire. Mais pourquoi auraient-ils été corrects alors que Poutou ne sera jamais de leurs maîtres, de ceux qui distribuent les -bonnes- places, qui maintiendront ou non leurs « ronds de serviette » et le salaire -confortable- allant avec. Ils ne sont pas fous, ils ne se permettraient jamais un tel comportement avec Bolloré ou Pinault, Arnault, Charles Beigbeider, Dassault voire Pierre Bergé. Ils ne se le permettraient pas non plus avec un politique des partis dits « républicains », ceux qui se partagent le pouvoir en alternance depuis une cinquantaine d'années selon une mécanique bien huilée.

     

    Du moins jusque là...

    Lire la suite