Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

feuilleton

  • Dupont de Ligonnès pris entre le Ciel et l'Enfer

    Imprimer Pin it!

     à propos de « l'Eternité de Xavier Dupont de Ligonnès » de Samuel Doux aux éditions Julliard

     

    Ce n'est pas la première fois que j'évoque un fait divers marquant, voir à ce lien mon texte sur la tragique "Affaire Lubin"...

     

    xdl.jpgLa lecture de cet article (à ce lien) m'a encouragé à lire le livre de Samuel Doux sur Xavier Dupont de Ligonnès, un roman de non-fiction passionnant, autant que « l'Adversaire » ou les livres de Libérati sur Jayne Mansfield et Charles Manson. Des histoires se déroulant sur les marges, les crimes, les faits divers en disent beaucoup plus long sur notre société et sur toutes les couches sociales la composant que bien des articles et traités savants. J'ai toujours été passionné par les livres s'en inspirant car ils révèlent ce qu'il y a derrière les apparences, derrière les paravents moralisateurs, les beaux discours. Chez ces gens là on cache les abjections sous le boisseau, on les balaie soigneusement sous le tapis. L'important c'est de faire bonne figure. Toutes ces petites et grandes cachotteries vont de mise, on les considère comme obligatoires, allant de soi.

     

    Cet ouvrage de Samuel Doux m'intéressait d'autant plus que je connais sur le bout des ongles le milieu qu'il décrit et que j'ai côtoyé son personnage principal ayant fait partie jusqu'en 1990 du même mouvement catholique traditionaliste.

     

    Lire la suite

  • Les sondages quand ça arrange

    Imprimer Pin it!

    presidentielles 2017, société, politique, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Les dernières élections européennes et américaines auraient dû être une leçon pour les éditorialistes, les journalistes politiques et les sondeurs. Et aussi pour la majorité des électeurs et des internautes commentant sur le net. Mais malheureusement non, on glose à qui mieux mieux sur les chiffres des sondages qui vont qui viennent, qui mettent l'un ou l'autre en avant, qui consacrent l'un puis l'autre et réciproquement. On ne sait jamais vraiment leur pertinence. Ils sont quand même il est vrai prudents et répètent à l'envi que cette campagne des présidentielles n'est pas ordinaire, qu'elle peut réserver des surprises.

     

    On mise tout sur le storytelling, sur le suspens insoutenable (voir à ce lien)....

     

    Une manière comme une autre de dire qu'ils peuvent se planter dans leurs prédictions, en particulier celles qui montrent le candidat de « En Marche » déjà président, on se demande bien d'ailleurs pourquoi on va voter ? D'aucuns vont même à évoquer un vote « honteux » pour Fillon, un vote pas encore « sorti du placard » en quelque sorte, sur le modèle du vote le Pen que l'on n'osait pas avouer aux sondeurs ces dernières années, voyant donc déjà leur champion au Second Tour grâce à ces électeurs « honteuses ». A quand « l'outing » ?

    Lire la suite

  • Se sent-on français dans les cités ?

    Imprimer Pin it!

    société, immigration, diversité, cités, quartiers, aulnay sous bois, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Le propos de mon petit texte n'est pas une seconde de dire que les jeunes des « quartiers » ne sont pas français. Selon la loi, ils le sont à part entière. Ils ont des papiers français, suivent une scolarité française, ont les mêmes droits que les autres citoyens, les mêmes devoirs aussi. Par contre leur ressenti quant à cette citoyenneté est tout autre et fort différent. Se sentent-ils pour autant français à part entière ? La réponse est beaucoup moins évidente qu'ils soient de la deuxième, troisième ou quatrième génération « issues de la diversité » selon le vocable hypocrite.

     

    Et le fait est qu'à leurs yeux ils ne sont pas vraiment français...

     

    Il suffit de passer en revue leur manière de se présenter sur les réseaux dits sociaux. Ils se présentent généralement comme malien, marocain, algérien, sénégalais, vietnamien, chinois mais très rarement comme français. Ce seront des exceptions qiui confirment la règle, des exemples de réussite méritocratique montés en épingle alors que c'est loin d'être une généralité. Que ce soit dans la vie réelle ou virtuelle ils disent souvent « vous les français », disent nous et eux en évoquant les français indigènes. Quand ils parlent d'un blanc, d'un européen en général dans leurs quartiers, ils parlent d'un « français » ou « céfran ».

    Lire la suite

  • Complexe d'infériorité littéraire

    Imprimer Pin it!

    littérature, culture, société, politique, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    J'ai remarqué que lorsqu'un scientifique ou présumé tel parle de son domaine, ou un quelconque philosophe improvisé et que parfois il en tire des conclusions délirantes n'ayant plus rien à voir avec un raisonnement équilibre, la plupart des gens se taisent respectueusement et écoutent. Voire mettent en pratique les recommandations dudit penseur. Ils s'inclinent. Lorsqu'un « littéraire » parle de littérature, l'attitude change, elle est alors beaucoup plus agressive. Les interlocuteurs sont alors sur la défensive, prêts à mordre comme si leurs manques de culture allaient en devenir criants et exposés sur la place publique. Cela ne les empêche pas dans le même temps, sans qu'ils n'y voient de contradiction, de proclamer l'inutilité de la littérature comme savoir...

     

    On en vient dans 90% des cas à ressortir le lieu commun éculé de « l'école de la vie » qui serait infiniment supérieure à toutes les autres....

    Lire la suite

  • Le choeur des vierges effarouchées, Trump et l'Islam

    Imprimer Pin it!

    Sur Agoravox aussi

     

    Il se trouvera sans doute des vierges effarouchées afin de prétendre que le petit billet ci-dessous naît surtout de mon « islamophobie » ou de mon racisme supposés. Cela évite tout questionnement raisonnable ce genre d'attaques personnelles et, ou d'injures. Peu m'importe...

     

    Donald Trump, société, politique, immigration, société de classes, Amérique, amaury watremezTrump le nouveau président américain a pris un décret bannissant « de facto » les musulmans de nombreux pays du territoire des États Unis. Donald Trump est le président élu de ce pays, il a été élu tout à fait légalement ce qu'oublie tous ses détracteurs. Il n'a pas pris le pouvoir, ne le vole pas. Il l'a été car il a su répondre, que l'on soit ou non d'accord avec lui et les solutions qu'ils proposent, aux angoisses des électeurs quant aux multiples coups de canif dans les contrats sociaux des pays occidentaux dont la laïcité. Et il applique son programme.

     

    Une des plus fortes et des plus légitimes également parmi ces angoisses est induite par la question de l'intégration de l'Islam et de ses croyants au sein des sociétés occidentales. Lucidement, quel que soit le camp auquel on appartient, quelles que soient les raisons que l'on invoquera, il est évident que ce n'est pas précisément une réussite brillante.

     

    Les conséquences en sont connues :

    Lire la suite

  • L'avenir de la culture

    Imprimer Pin it!

    culture, littérature, livre, bibliothèque, politique, amaury watremez

    Sur Agoravox aussi

     

    Je suis toujours très agacé quand j'entends le chœur des pleureuses déplorer le manque de culture des jeunes, leur peu d'appétence pour la littérature et les arts. Car ce sont ces mêmes pleureuses qui n'ont pas su transmettre quoi que ce soit en ce domaine à leurs enfants et petits enfants. La plupart n'ont d'ailleurs pas de bibliothèques chez eux ou sinon quelques « ouvrages de table basse » faisant « bien » quand il y a des invités, et ne vont pas plus au concert ou au théâtre que leur progéniture.

     

    Lorsqu'on leur en fait la remarque, leur premier réflexe est d'incriminer bien vite l'école et l'Éducation Nationale, aux enseignants si mal formés, aux différentes réformes. Ce serait la faute à leurs professeurs qui ne les aimaient pas, qui ne les comprenaient pas, les pôvres...

     

    Comme si la culture ne s'apprenait que dans une classe, comme si elle ne devait naître d'un apprentissage fastidieux. On ne sait d'ailleurs plus très bien définir la culture, on pense souvent que chacun a sa propre « culture » selon ses propres critères alors que celle-ci n'a rien de relatif. On est cultivé ou pas, c'est une réalité -cruelle pour certains.

    Lire la suite

  • De plus en plus primaires

    Imprimer Pin it!

    politique, primaires de la gauche, sciences, homme, politique, hypocrisie, amaury watremez, amaury-grandgilIl paraît que l'être humain atteint en ce moment ses limites physiologiques. Il paraîtrait même que selon certains scientifiques son intelligence régresserait à en croire cet article du Monde. En cause on trouverait son environnement, ses nouvelles habitudes et addictions toxiques. Personnellement, je n'avais pas besoin de ça pour en être convaincu, il suffit de considérer le nombre de spectateurs quotidiens de « Touche Pas à Mon Poste » sur C8 pour s'apercevoir de cette grave régression de la culture dont au sujet duquel j'aimerais vous entretenir dans ce billet.

     

    Je reviens vers vous du coup pour évoquer en fait ces étranges « passions tristes » que sont les primaires : en ce moment celles de la gauche, enfin de la gauche sociétale, la gauche bourgeoise pédagogue. Je vais lutter moi également contre cette régression ayant employé depuis quelques phrases beaucoup trop de « clichés » de langages actuels ce qui est un symptôme notable de risque de baisse du QI...

    Lire la suite

  • Le plaisir démodé de la lecture

    Imprimer Pin it!

    lecture, société, écriture, bibliothèque, plaisir démodé, amaury watremezSur Agoravox aussi

     

    J'ai trouvé la technique parfaite pour avoir de la place dans le train de banlieue. J'ouvre un livre et je lis. Un lecteur semble plus suspect aux yeux des autres voyageurs qu'un type le regard rivé sur son Smartphone. On le regarde avec circonspection. Il en inquiéterait presque. Comment peut-il se couper de "sa communauté" ne serait-ce que le temps du trajet ? Car je pousse le vice à éteindre mon téléphone portable. Mais enfin pour tout vous avouer moi je m'en fiche un peu car comme ça j'ai de la place et je suis tranquille. Alors certes, je ne suis pas le seul dans un train à lire des livres mais nous sommes de plus en plus rares. Il y en a aussi certainement quelques uns lisant sur leur tablette, sur une liseuse ou leur téléphone.

     

    Cela ne veut pas dire d'ailleurs que la lecture demeure au même niveau qu'auparavant, ceux qui lisent sur écran lisant déjà avant ces inventions. Celles-ci n'amènent et n'amèneront jamais aucun nouveau lecteur à l'exemple des livres à deux euros en particuliers "Librio" "inventés" il y a une vingtaine d'années...

    Lire la suite

  • Jacqueline Sauvage ou la victoire de la pleurniche

    Imprimer Pin it!

    jacqueline sauvage, dictature de l'affectif, grâce présidentielle, société, Amaury WatremezLe propos de mon petit texte n'est pas de demander à remettre Jacqueline Sauvage en prison. Je ne me donne aucune autorité morale. Dans le meilleur des mondes personne ne devrait avoir à subir l'enfermement pour protéger la société, personne ne devrait avoir à souffrir de vivre dans une cellule de 9m2, j'écris bien dans le meilleur des mondes, donc certainement pas dans le nôtre. Dans un monde débarrassé des travers de la nature humaine, on pourrait envisager de se passer de moyens de coercition afin d'empêcher les pitoyables primates que nous sommes de faire le mal. Mais hélas, c'est surtout la « peur du gendarme » et celle de la punition qui les empêchent encore de commettre des fautes, des délits, des crimes, l'irréparable.

     

    Jacqueline Sauvage a donc reçu la grâce présidentielle et a donc été libérée de prison. François Hollande n'ayant plus de souci électoraliste fait ce qui lui chante se soumettant pour se faire plaisir à la dictature de l'affectif, de l'émotion, à la pleurniche qui domine dans notre société dés que l'on aborde un sujet sensible. C'est un peu comme si la plupart des français, en particulier sur internet, étaient devenus incapables de réflexion, incapables de nuances et dans le même temps des spécialistes judiciaires. Ils sont également incapables de se libérer de l'instinct grégaire virtuel consistant à pleurnicher à seaux dés qu'on leur en intime l'ordre.

    Lire la suite

  • Chroniques du pays réel - Ce qu'il reste de la ruralité

    Imprimer Pin it!

    Je ne vais pas le cacher, j'ai eu envie d'écrire cette petite chronique après avoir lu le texte de Gerald Andrieu, "en direct du pays réel", dans la dernière livraison du "Causeur" papier...

     

    chronique du pays réel, société, politique, amaury watremez, pays réel, pays légalLa France était un pays rural. Il y a bien longtemps. On trouvait une exploitation agricole tous les deux-cent mètres. En tant qu'enfant du "baby boom" j'ai vu ainsi que mes semblables ses derniers soubresauts. Quand nous partions en vacances en Vendée, la ruralité avait encore une présence tangible. Il existait encore une véritable vie des villages, dorénavant complètement ou presque désertifiés à l'exception des poivrots locaux. Les bourgs et hameaux ne ressuscitaient pas uniquement les week-end quand les citadins des grandes villes proches viennent se ressourcer dans leurs pavillons "Monopoly".  

     

    Ce qu'il reste de la ruralité, je l'ai perçu en travaillant par exemple à Verneuil sur Avre pendant un an. De par mes obligations professionnelles, j'étais en "pension" à Verneuil durant la semaine. Je n'étais pas le seul dans le cas, nous étions quatre enseignants à dormir dans les chambres normalement désaffectées du collège local. Avec le recul ce sont plutôt des bons souvenirs, nous étions obligés de nous entraider afin de ne pas trop subir l'ennui profond des campagnes vidées de leurs campagnards.

    Lire la suite

  • Prendre Sausage party au sérieux ?

    Imprimer Pin it!

    Moraliser le cinéma

    dessin animé, sociologie, politique, société, cinéma, censure, sottise, religions, catholicisme, amaury watremezLa polémique, si on peut appeler ça ainsi car elle est picrocholine, autour du dessin animé pour adultes « Sausage Party », m'amuse beaucoup. Et je ne comprends pas trop : ceux qui condamnent « Sausage Party » sont dans le même temps pour une libéralisation encore plus marquée de l'économie, libéralisation qui entraîne mécaniquement celle des mœurs. Ou alors sont-ils hypocrites ?

     

    Cette discussion ridicule m'évoque également l'abbé Bethléem. Cet abbé a pratiqué tout le temps de son sacerdoce la censure attentive des œuvres littéraires et cinématographiques de son temps. Il s'est régulièrement trompé sur la valeur artistique de ce qu'il prétendait interdire au nom de la foi chrétienne manquant singulièrement de discernement sur la plupart des auteurs de livres et de films. Il s'est systématiquement trompé avec une constance qui inspire l'admiration.

     

    Il les aura tous manqué, y compris les écrivains catholiques...

    Lire la suite

  • Fillon et sa base MST

    Imprimer Pin it!

    société, politique, fillon, MST mocassiçns serre-tête, versailles XVIème, Amaury WatremezSi je ne risque sûrement pas de voter à gauche en avril et en mai, je ne voterai certainement pas non plus Fillon, en premier lieu par dégoût de sa base électorale « MST ». On me dira que ce que je vote n'a strictement aucune espèce d'importance. Je ne suis même pas un de ces éditorialistes proche du ciel des z-élus du régime, au fait des secrets des puissants. Je ne suis pas un de cex types qui sait tout, voit tout, comprend tout, fût-ce après tout le monde. Je ne suis qu'un pauvre moustique, un citoyen lambda...

     

    Et il est décidément des temps troublés comme le nôtre ou entre deux maux on ne peut même pas choisir le moindre.

     

    Il vaut mieux prendre un peu de champ, faire quelques pas de côté, garder le sens de la dérision face à tant de grotesque, de ridicules étalés avec aussi peu de de retenue, face à la dictature insupportable de l'affectif infantile. On peut aussi entretenir sa bibliothèque, profiter de la vie comme le conseillait Montaigne dans ses magnifiques « Essais » écrits durant les guerres de Religion, autre période de sottise triomphante.

    Lire la suite

  • Lynchage sauce hollandaise

    Imprimer Pin it!

    Suivez-l-allocution-de-Francois-Hollande-en-direct.jpgFrançois Hollande a annoncé hier qu'il ne se représenterait pas à la présidence de la République sans doute encouragé en cela par son entourage. Il était presque touchant. Cela ne manquait pas de courage. Ce qui ne l'est pas du tout par contre, touchant, c'est le lynchage généralisé s'en étant ensuivi sur les réseaux sociaux, comme si la crise morale gravissime que traverse ce pays et ses pesanteurs n'étaient que de sa seule et unique responsabilité. Il a le dos large le président normal, et il est un bouc-émissaire facile.

     

    Au moins, pour une fois je suis d'accord avec Estrosi, il a fait preuve de dignité.

     

    La situation actuelle est le résultat de décennies d'inaction, d'inertie et de bavardages sans fin sur le sexe des anges. Elle découle aussi de politiques désastreuses de gouvernement aussi bien de droite, dont ceux auxquels Fillon et NKM, a participé, que de gauche. Elle est également la conséquence directe de la prépondérance absolument dramatique des idéologiques libérales ou socialisantes dont on justifie encore l'échec par le fait que celles-ci n'auraient pas été mises en application comme il convient jusque là.

     

    Ils nient l'évidence de l'échec patent de leurs théories globalisantes chéries étant pour eux de véritables fois religieuses avec dogmes et gardiens du temple. Ce sont toutes ses idéologies et leur emprise qui nous tuent.

    Lire la suite

  • Pourquoi existe-t-il encore la haine des juifs en 2016 ?

    Imprimer Pin it!

    aush2.jpgTel établissement de quartier dit « difficile » ou de « centre ville » faisant œuvre éducative organise encore cette année un voyage à Auschwitz ou quand il est riche au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem. On pourra lire encore bientôt ainsi qu'à chacun de ces voyages combien les jeunes que les enseignants ont emmené là-bas ont été tellement émus et touchés. Dans tel autre établissement, on se souvient des enfants déportés pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les adolescents fiers d'eux, sans nul doute à juste titre, posent l'œil humide devant leurs réalisations effectués en cours d'histoire et d'éducation civique sur ce thème, bouleversés par les images qu'ils ont déniché et les témoignages qu'ils ont lus, et, ou entendus..

     

    A la télévision tout comme au cinéma, les œuvres de fiction tout comme les documentaires traitant sans détours du sujet, en long, en large et en travers sont montés et projetées aux clients réguliers des « salles obscures » et aux « scolaires.

     

    L'antisémitisme, qui englobe la haine des arabes, la « nouvelle judéophobie » définie par Pierre-André Taguieff, auraient dû disparaître depuis déjà bien des décennies? Or, c'est tout l'inverse qui arrive.

     

    Ces fléaux auraient dû s'éteindre d'eux-mêmes si l'on suit la logique des promoteurs de ces actions certes méritoires. Mais il n'en est rien du tout et l'antisémitisme tout comme la « nouvelle judéophobie » ne cessent de progresser au cœur de la société française et de sa jeunesse. Il suffit de jeter un coup d'œil aux « fils » de discussion sur Israël ou l'histoire de la Shoah, ou plutôt de superpositions de monologues, de réseaux sociaux pour en être convaincus. Parfois on le fait au nom des palestiniens -ceux-ci n'en demandent pas tant- et d'un « antisionisme » mollement affirmé car bien que ne le faisant pas totalement à visage découvert on n'assume pas sa haine...

    Lire la suite

  • Indigestion de primaires

    Imprimer Pin it!

    primaires de la droite et du centre, politique, société, fillon, juppé, amaury watremez

    On constate sur la photo à quel point les trois candidats principaux des primaires étaient antagonistes...

     

    Cette nuit, je me suis réveillé en sueur, fébrile. Je me sentais ballonné, j'avais un peu mal au ventre, une légère nausée aussi. J'ai essayé de comprendre pourquoi. La tête me tournait un peu, et je n'arrivais pas à me rendormir quand soudain j'ai saisi, j'avais une belle indigestion de primaires, celles de la Droite et du Centre. Cela fait déjà plusieurs mois que comme tout le monde que ce soit en écoutant la radio, en regardant les informations, en parcourant les sites politiques, ceux suivant la ligne officielle et les autres, j'absorbais à la file, sans prendre le temps même de les faire mijoter ou de les déguster, des articles, des éditoriaux sur les primaires.

     

    Mais à force de toujours absorber les mêmes choses, de les gober, on manque du reste, et on finit par être complètement dégoûté. En politique aussi on a besoin de vitamines. Ou alors on souffre d'une addiction ce qui est tout aussi grave. Et en France on est « addict » à « l'homme providentiel », au « père de la nation » qui vient sauver le pays et prendre les décisions difficiles à la place du peuple, ou qui prétend les prendre. De belles âmes s'y laissaient prendre et c'était le pire car que de bonnes volontés déçues plus tard, fichues en l'air !

     

    A se demander quand ce pays atteindrait une réelle maturité démocratique....

    Lire la suite

  • Démagogie libérale-conservatrice

    Imprimer Pin it!

    François Fillon, libéral conservateur, société, les républicains, primaires de la droite et du centre, Amaury Watremez

    Mon article sur Fillon sur "Mauvaise Nouvelle"

     

    François Fillon, homme soit-disant neuf ayant participé au gouvernement désastreux de la France depuis Chirac, a été élu sur deux points précis de son programme : il tape sur les fonctionnaires, ce qui est très populaire parmi sa clientèle libérale-conservatrice. Il va « dégraisser » la fonction publique. Affirmer ce genre de choses provoque toujours l'émoi de l'électorat matériellement aisé voire très riche. C'est un de leur rêve humide et moite. Cette cure d'amaigrissement a pourtant déjà largement commencé en 2002, sous le gouvernement Jospin, au moment de la mise en place de la Loi d'Orientation Loi de Finances.

     

    Ce sont les mêmes qui râlent dans les files d'attente qui s'allongent à la Poste de par les -déjà- nombreux dégraissages de personnel ou qui sont furieux en apprenant qu'il y a 40 élèves dans la classe de leur petit dernier. Ils se demandent également tous ce que fait la Police quand une petite vieille se fait piquer son sac pour la vingt-septième fois tout en réclamant une diminution des prérogatives régaliennes de l'État, donc des institutions assurant la Sécurité des citoyens, au nom de l'Entreprise.

     

    Et Fillon a d'ailleurs, causant leur extase, porté au nadir de ses convictions la sacro-sainte Entreprise (que le Très Haut le Miséricordieux Milton Friedmann la protège de ses saintes prières), avec un grand « E » comme tous les autres politiques de son camp et de la gauche sociétale. L'Entreprise est un des piliers du dogme, l'alpha et l'oméga de toutes décisions quelles que soient les conséquences humaines. Je ne comprendrait jamais qu'à droite l'on pense que cela implique automatiquement d'être libéral. Cela amène à chérir les causes dont on déplore les effets (dixit ce gauchiste bien connu de Bossuet).

    Lire la suite

  • Mort d'un vieux salopard

    Imprimer Pin it!

    Castro, mort, la havane, société, communisme, politique, révolution, utopie, amaury watremez Fidel Castro est mort hier à la Havane. C'était un des derniers dirigeants « historiques » d'un « paradis » communiste toujours et encore vanté par le PCF ou le Front de gauche et d'autres, une légende historique avec Ernesto « Che » Guevara, pourtant boucher d'opposants politiques dans de nombreux pays d'Amérique Latine loin du mythe. Nonobstant, Castro était un des derniers « véritables » révolutionnaires. Les derniers militants communistes, il en reste quelques uns dans les salons bourgeois mais qui pensent ainsi qu'en banlieue dans l'une ou l'autre MJC « Youri Gagarine » et autre cantine « Joseph Staline » ne se sentent pas très bien.

     

    Devant leur queue de cheval juvénile, il leur semble que leur calvitie s'agrandit, ils se regardent dans le miroir et constatent que leur petite brioche de notaire de province pointe un peu plus. Avant d'aller pointer au « Flore », ils lèvent le poing face au miroir de leur salle de bains scandant « Révolution ! ». Ce geste fait un peu trembloter la graisse de leur bras.

     

    Les pauvres gens ! Les pauvres vieux ! Qui va les secourir, les soulager de leur immense chagrin ?

    Lire la suite

  • Les observateurs politiquement incorrects et le vote le Pen

    Imprimer Pin it!

    radio, télévision, médias, politiquement incorrect, société, politique, amaury watremez, primaires, le Pen, FN, LR, PSParmi les observateurs avisés, du moins c'est ce qu'ils prétendent, dits politiquement incorrects et reconnus ainsi, que ce soit un peu, moyennement, beaucoup, on ne comprend goutte non plus au vote le Pen. Il est toujours assimilé en 2016 à un vote protestataire, un vote d'humeur, et ce depuis les élections européennes de 1984. Les électeurs qui vont vers ce côté « obscur » de la démocratie française y restent, ils ne reviennent pas du côté des partis réputés « traditionnels ». Cela fait trente-deux ans que ça dure et qu'à chaque grande soirée électorale les politiques affirment avoir je cite « compris la colère des français »...

     

    ...Et qu'ils ne font strictement rien afin d'y remédier.

     

    Pour ces observateurs, quel que soit leur niveau d'incorrection politique le FN demeure encore le mal absolu, la pire alternative. Ce n'est pas un parti républicain à leurs yeux, ce n'est pas un parti fréquentable. En plus, on y trouve beaucoup trop de « beaufs » et de « ploucs ». Pour ces grands esprits, ce serait une mésalliance intolérable, terrible. Ils n'ont pas saisi non plus que le problème le plus brûlant, incandescent, en ce moment, c'est d'abord et avant tout l'inquiétude grandissante des ces mêmes « beaufs » et « ploucs » envers toutes les problématiques liés à la « diversité » :

    Lire la suite

  • Vieux chevaux de retour

    Imprimer Pin it!

    politiques, primaires, fillon, juppé, société, élection, démocratie, amaury watremezL'auteur de ces lignes ne milite pour personne, il n'a pas la carte de Les Républicains, ni celle du Parti Socialiste, encore moins du Front National ou d'autres partis. Et le fait que des électeurs votent et se passionnent pour les primaires le conforte dans son « anarchisme de droite » et ce que l'effrayante « sottise démocratique » peut amener. Car être un « anar de droite », ce n'est pas seulement être le type rigolo balançant des gros mots faisant rougir les dames et donnant le sentiment aux petits garçons sages d'être des « affranchis ».

     

    En France, les vieux chevaux de la politique courent jusqu'à l'épuisement, et le pire est qu'ils font ça volontairement par addiction au pouvoir. Et l'encore pire est qu'ils aiment cette souffrance et que le public en redemande à chaque fois. Ils tournent encore et encore autour de la piste, et autour du paddock. De temps à autre, l'un d'eux crève malgré tout sous son cavalier et les huées du public, et on l'achève aussi sec où il fait la besogne lui-même. Il arrive également que des pur-sang soit mis sur le circuit mais ils se révèlent bien souvent aussi tocards que les autres, ils ne tiennent pas sur la durée, sont peu endurants.

    Lire la suite

  • Un siècle de Canard

    Imprimer Pin it!

     à propos de « le Canard Enchaîné, cent ans : un siècle d'artistes et de dessins » anthologie dans la collection « Beaux Livres » au Seuil

     

    Canard enchaîné, irrévérence, presse, société, politique, maurice maréchal, amaury watremezLe « Canard Enchaîné » a cent et un ans. Son centenaire est fêté en 2016 car c'est la seconde version du « Canard » qui dure depuis 1916 qui est encore celle vivante de nos jours. Il est fondé par Maurice Maréchal pendant la Première Guerre Mondiale en septembre 1915 afin de contrecarrer la propagande belliciste  dans le reste de la presse auto-muselée par les services de l'Armée française. Ce premier Canard attaquait Barrès et les nationalistes, Millerand et les « va-t-en guerre ». Cette première version vécut deux mois le journal reparaissant un peu adouci en juillet 1916. Sa parution s'interrompt ensuite quatre ans durant l'Occupation à la différence d'autres journaux tel « l'Humanité ». Le « Canard » se fait toujours remarquer par son ton acerbe envers le régime bourgeois et son insolence piquante, son irrespect sans remords des grands personnages.

     

    Ce n'est plus en 2016 un journal anarchiste depuis bien longtemps. Comme tout le monde « le Canard » vieillit, murit et parfois radote comme toutes les personnes âgées. Il a perdu de son mordant depuis longtemps déjà.. Le palmipède est, cela a commencé il y a plusieurs décennies déjà le fleuron de la liberté de la presse comme il faut, qui pense comme il convient. Il est rentré dans le rang en vivant sur sa légende, un peu comme l'oncle de famille qui porte une queue de cheval sur sa calvitie bien avancée pour laisser croire qu'il est encore rebelle.

     

    On y conspue Trump, les cibles habituelles de la « bonne pensée » et la droite de la même manière que partout ailleurs dans les feuilles de chou des bourgeois pédagogues. De temps en temps on tape bien un peu sur la gauche sociétale ou non pour montrer que l'on a le sens de la dérision et que l'on est équitable dans la raillerie, on appelle Hollande « pépère »  mais cela ne trompe pas grand-monde. Si on engueule la gauche c'est surtout pour lui reprocher de ne pas l'être encore assez ce qui l'on me rétorquera est certes plutôt légitime. Il n'y a pourtant guère que l'épaisseur d'un papier à cigarette entre la droite dite républicaine et la gauche dite de gouvernement.

    Lire la suite

  • La jeunesse c'était mieux avant

    Imprimer Pin it!

    enfants, enfance, société, politique, éducation, école, amaury watremezCela fait vingt-quatre ans que je travaille avec des jeunes et pour des jeunes. Cela fait vingt-quatre ans que le discours consistant en somme à magnifier la jeunesse d'avant pour mieux noircir celle de maintenant m'agace toujours prodigieusement. Cette jeunesse actuelle est le fruit de l'éducation que les adultes, tous les adultes, leur ont ou pas donné.Elle est le fruit de l'atomisation de la société en différentes tribus et communautés étanches les unes aux autres. Et les réacs ou pseudo-réacs n'en sont pas moins responsables que les autres menant le plus souvent leur vie personnelle, sexuelle et sentimentale de la même manière libertaire que les autres.

     

    Ce n'est pas eux les gosses qui en sont responsables, ils en sont victimes. Et la plupart ont encore au cœur des aspirations élevées à un monde plus équitable, une société où la valeur principale ne serait pas juste l'argent et les moyens de le dépenser, une société sans plus aucune humanité. Devenus des grandes personnes, on me dira qu'il oublie toutes ces belles idées. A moins que ce monde et que les gosses ne finissent comme dans « Demain les mômes » de Jean Pourtalé ce qui paraît en bonne voie de réalisation.

    Lire la suite

  • Avec les flics de Versailles

    Imprimer Pin it!

    police,flics en colère,société,sécurité,insécurité,cazeneuve,amaury watremezEn photo deux des premiers "flics en colère"...

     

     

    A l'invitation d'une amie réactionnaire et bourgeoise hédoniste comme moi, je suis allé ce vendredi soir au rassemblement de policiers municipaux et fonctionnaires de police ainsi que quelques gendarmes face au château de Versailles (voir article à ce lien). S'y trouvaient aussi quelques citoyens de bonne volonté et reconnaissants venus les soutenir. J'ai voulu également faire une véritable enquête de journalisme en immersion, quelque chose à la Élise Lucet. Je suis donc allé au cœur de l'action sans qu'il n'y ait aucune ironie dans cette phrase car de l'action il y en eut au bout du compte.

     

    Le rendez-vous était à 21h30 devant les grilles du château du Roi-Soleil. Je trouvais au départ les personnes bien timides, presque timorées. Si certains avaient amené des drapeaux tricolores, on n'osait pas encore trop les lever, trop les montrer. Les plus jeunes se prenaient chacun leur tour avec le panneau « touche pas à mes flics » ou « touche pas à ma sécurité » mais sans drapeau tricolore « parce que j'ai des amis qui vont dire que je suis FN ». La plupart « textottaient » sur leurs smartphones ou « facebookaient » sans trop s'intéresser à ce qui se passait autour d'eux. Les visages étaient éclairés par la lueur blafarde des écrans.

    Lire la suite

  • L'Amérique dont nous ne connaissons rien

    Imprimer Pin it!

    politique, élections présidentielles américaines, Trump, Clinton, société, Amaury Watremez, clichés, bêtiseNous croyons tout savoir des États-Unis. Nous regardons principalement ses films et feuilletons depuis des décennies. Nous singeons son mode de vie que ce fut celui d'un « redneck » obèse se détendant dans les centres commerciaux géants le samedi, ce qui est devenu le loisir principal de la majorité des gens sous nos cieux. Ou que l'on se soit tel un intellectuel new-yorkais névrosé amateur de restaurants « vegans », en « psy » constante depuis des années, mais tellement libertaire, tellement ouvert. Les bourgeois pédagogues se rêvent souvent en personnages de « Seinfeld » ou de Woody Allen. Nous sommes fascinés par ce pays-continent dans une relation d'haine/amour complexe.

     

    Les « clichés » que nous croyons énormes sur les américains y sont vrais. Ils sont vraiment comme dans leurs fictions. Mais c'est infiniment plus complexe que cela, et il n'y a pas une ou deux Amérique mais quelques dizaines. On le voit même dans un reportage étonnant de l'émission de Barthès sur TMC montrant dans le Dakota du Sud des « bidonvilles » où habitent une population des plus pauvre, des plus déshéritée, de blancs votant tous pour Trump contrairement à ce que les médias français laissent entendre, ceux-ci suggérant que ce sont surtout les riches qui votent pour le milliardaire grossier candidat à la Maison Blanche.

    Lire la suite

  • Le retour des hordes familialistes le 16 octobre

    Imprimer Pin it!

    société, religions, LMPT, manif pour tous, christiane taubira, politique, amaury watremezLa « Manif pour Tous » revient le 16 octobre prochain. Elle s'annonce par des affiches un peu partout dans la capitale et d'étranges tags roses et bleus effrayant les bourgeois pédagogues sur les trottoirs. Les hordes « familialistes » vont à nouveau investir les rues de Paris et effrayer madame Hidalgo après avoir fait peur à Bertrand Delanoé qui implorait le ciel de ses mains tendues en vain vers la divinité du « festivisme » de lui épargner ce supplice.

     

    Mais il ne fut pas exaucé et dut boire le calice jusqu'à la lie. Des français catholiques pour beaucoup, de cette part du pays méprisé, moqué, conchié, défilaient exaspérés dans la rue contre une loi qui était surtout un cadeau à un tout petit milieu moralement libertaire. Contre l'homophobie « ordinaire » dans les « cités » ou dans les milieux ruraux rien n'a été prévu, étrangement. Il faut dire qu'aux yeux de la « France d'en haut », pour reprendre l'expression de Christophe Guilluy, l'homophobie n'existe pas, ne peut pas être possible, dans les milieux dits « issus de la diversité » alors que c'est là qu'elle est le plus violente.

     

    Et Anne Hidalgo ne le sera donc pas plus, apaisée.

    Lire la suite

  • Chronique du pays réel - les animaux dénaturés

    Imprimer Pin it!

    Les animaux dénaturés

    chienchien.jpgCe n'est pas la première fois que j'observe ce genre de spectacle à la fois drôle et pathétique dans la rue, car cela souligne aussi la profonde solitude bien réelle des gens dans notre société. Je l'ai observé partout et chez tous les âges dans tous les milieux que ce soit en banlieue ou que ce soit comme ce matin chez une quinquagénaire potelée à la blondeur suspecte dans le XVIème arrondissement, maquillée comme un camion volé et habillée d'une très chic « veste » « Barbour » (TM°).

     

    Cela montre à chaque fois par l'exemple dans ce cas comme dans d'autres que les animaux sont dans nos sociétés dénaturés. La mode de « l'antispécisme », nouvelle lubie bourgeoise, ne fait qu'exacerber ces tendances au sentimentalisme le plus stupide avec les animaux. Ils comblent un vide, quelque chose, on ne sait trop quoi, certainement la vacuité et l'Ennui profond qui tient lieu d'âme aux bourgeois pédagogues.

     

    Elle avait son chien dans les bras, devant son opulente poitrine, un minuscule roquet « vêtu » d'un manteau pour son espèce dans le goût écossais. Tout en marchant elle lui parlait :

     

    « Tu sais je vais te poser, parce que quand même tu fais ton poids »

     

    Elle le pose, le clébard grogne tout bas :

     

    « Ah non je ne te porte plus, tu n'as qu'à marcher »

    Lire la suite

  • Les odeurs encore méphitiques du vote le Pen

    Imprimer Pin it!

    FN, le Pen, histoire, politique, société, amaury watremez, les HLPSDNH

     En 2016 encore et toujours, le vote pour la famille le Pen, que ce soit pour la fille, pour la nièce, pour le patriarche peut-être, sent encore la soufre à plein nez pour les oligarques, les journalistes et les éditorialistes. Que ceux-ci soient des bourgeois pédagogues ou des éditorialistes réputés « politiquement incorrects ». Ceux-là, on le sent bien en parlent encore avec des pincettes, comme s'ils s'approchaient trop près du gouffre des enfers, respirant déjà les vapeurs méphitiques de l'Hadès. Ce n'est pas pour eux un vote républicain ou respectable. Même Zemmour n'est pas très à l'aise quand il l'évoque.

     

    Les bourgeois pédagogues le vote le Pen « les inquiète » confient-ils gravement en adoptant l'attitude « ad hoc » pour montrer combien ils sont inquiets les pauvres : la main sous le menton deux doigts pointant vers le haut de leur front large de grandes consciences politiques. Ce sont encore des censeurs redoutables de tous ceux qu'ils soupçonnent de sympathies mal placées. Moi-même ami lecteur qui ait accueilli sur mon blog des articles de Myriam le Corre très bienveillants pour le FN, précisant pourtant à chaque fois en introduction que je n'ai jamais mis un bulletin de vote pour ce parti dans une urne et n'en mettrai jamais, je suis suspect, excommunié, anathémisé par toutes ces grandes consciences citoyennes.

    Lire la suite

  • La vérité avant-dernière sur Philip K. Dick

    Imprimer Pin it!

    À propos de « Philip K. Dick l'homme qui changea le futur » de Anthony Peake chez Hugo Doc

     

    chronique sponsorisée par Ubik :

     

    Ubik règle vos problèmes de peau faisant disparaître comme par enchantement les tâches de son, les grains de beauté disgracieux, Ubik était là avant l'univers, Ubik ne s'appelle pas Ubik et se trouve tout autour de nous.

     

    littérature, SF, philip K. Dick, cinéma, amaury watremezPhilip K. Dick est un des auteurs de Science-Fiction le plus fascinant du XXème siècle et aussi un de ceux au sujet duquel on trouve le plus de livres. Il aurait voulu être pleinement reconnu pour ses romans « mainstream » et est maintenant universellement célébré pour ses récits relevant de ce genre. C'est aussi un des écrivains les plus adaptés au cinéma depuis quelques années. Son œuvre fascine et des cinéaste parfois médiocres n'arrivent pas à abîmer la force des récits imaginés par le jumeau de Horselover Fat qui est le passeur des multiples théories de son créateur dans « l'Invasion divine ».

     

    Ce sont les biographies de Lawrence Sutin et l'ouvrage d'Emmanuel Carrère littérairement plus intéressant qui demeurent les plus réussis, certainement celles s'approchant le plus de la personnalité de l'écrivain, d'un portrait proche du réel. Mais l'uchronique « Requiem pour Philip K. Dick » de Michael Bishop, une uchronie dans le goût de « Ubik » qui ne raconte qu'en filigranes l'existence d'un Philip K. Dick un peu différent du nôtre, mais qui est beaucoup audacieuse que les travaux de Larry Sutin et Carrrère. Et l'esprit de son œuvre y est encore mieux perçu, Dick y devenant une figure presque divine capable de voir tous les univers possibles.

    Lire la suite

  • Buisson Sarkozy et le parfum de l'andouillette

    Imprimer Pin it!

    Patrick Buisson, Nicolas Sarkozy, société, politique, polémique, hypocrisie, pouvoirCe petit billet sans doute taquin, sans doute abrasif pour certains lecteurs, n'a pas pour but d'être une recension du livre de l'ancien conseiller occulte de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson. Je ne l'ai pas lu. J'avais simplement envie de m'intéresser aux réactions que cet ouvrage suscite, des réactions que je trouve pour la plupart risibles voire grotesques quand leurs auteurs sont sincères, grossièrement cyniques quand ils ne le sont pas. Certains le sont rarement, d'autres, leurs séides et autres larbins, le sont toujours. Comme je n'ai pas un mauvais esprit, et parlant ici d'andouillette, je ne vais pas évoquer ici le cas de Christian Estrosi.

     

    Concernant Patrick Buisson je trouve cela curieux de la part d'un type d'extrême-droite n'ayant pas de mots assez durs avant, mais ça c'était avant, pour dénoncer la collusion des médias dits "officiels" avec le pouvoir le fait qu'il se répande sur son travail avec l'ancien président dans tous ses médias dits "officiels" et si "politiquement corrects" à ses yeux. On a beau avoir des rêves humides de retour à une "Révolution nationale" on n'en est pas moins homme, et faillible, et doté d'un certain ego, et on aime bien être largement entendu et plaint. Même s'il faut pour cela être interviewé par un valet du pouvoir "bobo"...

     

    Edouard Herriot nous le disait pourtant déjà il y a plusieurs décennies. Pour être bonne, la politique c'est  comme les andouillettes ça doit un peu sentir la merde mais pas de trop cependant.  La politique n'a pas à être moralisée sans cesse. Elle ne sera jamais morale de toutes façons. Le lecteur cultivé donc averti, sait où trop de vertu mène en politique : à l'arbitraire le plus dur, à quelques massacres des réfractaires à l'ordre vertueux. Le plus important c'est juste que les politiques doivent penser de temps en temps à œuvrer au Bien Commun.

    Lire la suite

  • L'impertinence au rang des beaux arts

    Imprimer Pin it!

    Arts, Oscar Wilde, petit palais, société, politique, amaury watremezUne exposition intitulée "Oscar Wilde l'impertinent absolu"  sur son œuvre et les remous qu'elle provoqua dans la société se tient en ce moment au Petit Palais (du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017). Elle exécute à partir de photographies, de manuscrits de sa main, de textes de Wilde un portrait du génial dandy expert dans l'art de la provocation et de l'impertinence sans jamais forcer, maître du mot d'esprit. Si je veux croire Jacques et Raïssa Maritain lorsqu'ils affirment que l'auteur de "la Ballade de la geôle de Reading" s'est converti de nouveau au catholicisme sur son lit de mort par leur entremise, j'aime penser que son dernier mot dans un hôtel miteux de la rue saint André des arts fût pour déplorer la laideur du papier peint de la pièce.

     

    "Ah ce papier..." aurait-il dit lors de son dernier soupir...

     

    Ce serait lui faire injure de le limiter au martyr de la "cause" homosexuelle suite à sa passion pour Lord Arthur Douglas qui le conduisit devant les tribunaux puis au bagne. Ce qui dérangeait tant la bienséance et les bons apôtres de son temps, ce qui dérange tant encore les bourgeois pédagogues, est qu'il était également un esthète au sens le plus pur du terme. C'est largement le plus subversif, le plus transgressif dans les atteintes aux bonnes mœurs qu'il n'eut de cesse de lancer. Le riche comme le pauvre, le pékin moyen issu de la classe moyenne, se fichent complètement de la beauté de ce monde, de tout ce qui peut les élever spirituellement et intellectuellement. La poésie, l'art, n'ont pas plus d'importance dans leurs existences.

    Lire la suite

  • Les contradictions de l'auteur politiquement incorrect

    Imprimer Pin it!

    politique, société, médias, télévision, politiquement incorrect, hypocrisie, amaury watremezInternet est une providence pour les auteurs politiquement incorrects de gauche et de droite ou du moins se prétendant tels, plus lucides, plus raisonnables, plus fins, plus ceci, plus cela. L'auteur politiquement incorrect n'a de cesse de dénoncer le système et les oligarques, de se donner une image de justicier courageux, sans peur et sans reproches. Il ne devrait donc pas se plaindre de rester dans l'ombre car finalement cela demeurerait logique dans son optique d'indépendance politique. Etre un redresseur de torts masqué est son destin et son horizon.

     

    Seulement voilà...

    Parfois il arrive qu'un de ses articles parvienne au regard d'un "pipeaule" quel qu'il soit et que ce "pipeaule" lui réponde. Le "lone ranger" du clavier, le "zorro" de l'azerty, ne pourra alors s'empêcher de se sentir flatté. Voilà qu'il entre dans l'intimité d'une vedette, d'un des "grands" de ce monde. L'un d'eux s'adresse au petit littérateur du net qui n'en revient. Ébloui, voilà qu'il trouve des qualités à la célébrité que quelques jours plus tôt il s'évertuait à descendre en flammes.

     

    Comme celle-ci est magnanime, elle peut même faire de l'écriveur du web un "bon client" de la télé, un de ceux qui font le "beuze", une des "grandes gueules" prétexte afin de laisser entendre que le pluralisme est toujours une réalité dans les médias. L'auteur politique correct ne se sent alors plus de joie, il est transporté et les cuisses de l'attachée de presse dans sa mini-jupe en cuir lui semblent bien attirantes. Il commence alors à mettre de l'eau dans son vin. Pas trop, un peu, tout doucement, progressivement son foie s'amollit, s'engourdit ainsi que ses tripes...

    Lire la suite