Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Copines/Copains

  • Les électeurs amnésiques de Macron

    Imprimer Pin it!

    sociéété, vote macron, macron, le pen, Le Pen, amaury watremezIl y a en France depuis le 10 mai 1981 un gros problème de santé publique sur lequel personne ne se penche vraiment. En effet, les électeurs souffrent rapidement d'amnésie sévère antérograde. Dés 1982, 1983, des électeurs de gauche ne se souvenaient pas avoir voté François Mitterrand à la fin de « l'état de grâce » une fois l'euphorie dissipée. Soient ils s'étaient abstenus, soient ils avaient voté autre chose. En 2002 suite au vote Chirac au deuxième tour de la présidentielle, on assista au même phénomène préoccupant, peu de gens se souvenaient avoir obéi aux injonctions anti-fâââchiistes (car le fâââchiisme était à nos portes déjà rappelez vous).

     

    Depuis l'élection d'Emmanuel Macron sur la base des mêmes grosses ficelles, cette amnésie a pris de l'ampleur. Ce ne serait donc qu'une infime minorité qui aurait voté pour lui. De très mauvais gré, mais là encore il s'agissait de faire barrage au fââchiisme incarné forcément par Marine le Pen en 2017 :

     

    Sous sa présidence, la police républicaine aurait éborgné, écharpé, tabassé le peuple manifestant son désaccord, c'est certain. Sous sa présidence, des lois censées nous protéger auraient restreint la liberté de la presse et une oligarchie insupportable autant qu'arriviste serait arrivée au pouvoir.

    Et les banlieues dites « diverses » seraient dans les rues dans une ambiance insurrectionnelle à chaque prétexte possible (match de foot etc...).

    Sans parler de la montée d'un communautarisme provoqué bien entendu « par la haine » des français...

     

    Ouuuf, grâce à l'élection de Macron on sait bien qu'on a évité tout cela, que rien de ce que je décris n'est arrivé...

     

    (pour les lecteurs mal comprenant je mettrai bien un émoticône pour bien signifier qu'il s'agit ici d'ironie)

     

    Je songe aussi à ces grands esprits qui nous expliquent doctement qu'avec l'abstention en fait Macron a été élu par une minorité d'électeurs. Arithmétiquement ils ont raison. Mais quand on considère la règle démocratique ils se trompent lourdement...

    Ils oublient toujours deux choses :

     

    En France l'abstention ne compte pas, ne comptent que les suffrages exprimés des citoyens qui ont fait l'effort certes surhumain d'aller voter. C'est ainsi, c'est injuste. Pas de place pour les fainéants du bulbe qui refusent de s'impliquer « a minima » et qui se donnent pour cela des justifications toutes plus nobles les unes que les autres de n'avoir su faire quelques dizaines de mètres pour aller déposer leur bulletin dans l'urne.

    Je songe en particulier aux enseignants, une des CSP qui a le plus voté Macron, deux fois plus que les autres, et qui maintenant se scandalise de la réforme de l’Éducation Nationale : « Ah oui mais tu sais il fallait faire barrage, on avait pas le choix »...

    Re-sic...

    Je songe à tous ceux qui entre les deux tours n'en pouvaient plus d'évoquer la montée du nazisme et tout le saint frusquin masochiste mémoriel habituel.

     

    La minorité qui vote à chaque élection c'est celle des privilégiés. Ils ne sont pas fous, ils votent pour le candidat qui défendra au mieux leurs intérêts à eux. Ce que s'emploie à faire Macron. Il suffisait de lire son programme, effort sans doute là encore surhumain pour les glorieux antifâââchiistes qui voulaient arrêter la montée d'un totalitarisme dans notre pays. Eux connaissent la valeur de l'expression démocratique, ils ne la méprisent pas contrairement à tous ces enfants gâtés qui somme toute chipotent sur leur liberté, voire sont prêts à les abandonner sous prétexte que si l'on n'a rien à se reprocher l'on n'a rien à craindre.

     

    Le pire dans tout cela c'est qu'en 2022 les mêmes risquent de re-voter pour Macron ou quelqu'un d'équivalent, exactement pour les mêmes raisons...

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

     

    Amaury - Grandgil

  • Les femmes fusibles en politique

    Imprimer Pin it!

    politique, femmes, attachées parlementaires, dircab de rugy, amaury watremezL'histoire de la dir'cab de de Rugy est symptomatique (voir à ce lien), virée comme fusible à la place de son patron par son patron, car elle a gardé un logement de la ville de Paris douze ans comme pied à terre dans la capitale pour ses gosses. (Nicole Klein semble l'exemple type de ces femmes qui gravitent autour des politiques, progressivement se « masculinisant », se tannant le cuir...)

     

    Cela m'a remis en mémoire celle de quelques camarades de fac qui sont devenues attachées parlementaires après une maîtrise de sciences po et souvent des années de militantisme de gôche, de tractage dans le froid, de nombreuses tâches ingrates, etc


    L'esprit de sérieux parfaitement insupportable dominait chez ces demoiselles déjà...

     

    Je me souviens du mémoire de maîtrise de l'une d'elles en histoire antique qui prétendait donner des mœurs gauloises une vision féministe. On y parlait des guerriers gaulois qui « souillaient » les pures jeunes filles ce qui dénotait sans doute chez sa rédactrice un fantasme de viol inavoué.


    Toutes ces filles étaient bien entendu féministes progressistes et tout, toutes également issues de milieux hyper-favorisés, certaines avaient un « nom ». Toutes avaient quelques névroses très chic de pauvres petites filles riches, bien sûr, mais elles ont très vite compris en quoi consistait réellement le glorieux boulot d'attachée parlementaire :

     

    Bien porter la minijupe,

    Préparer tous les dossiers sans le dire surtout, le patron s'assurant de la « représentation »,

    Accepter de temps en temps un "furtif" "vite fait tout debout" sur un coin de bureau,

    Faire un joli sourire quand le patron parle, ne jamais l'interrompre, toujours être d'accord avec...


    Elles se disaient toutes que c''est le prix à payer pour leur ambition et rongent leur frein en fayotant le plus possible pour faire carrière quand même.
    La plupart des femmes ministres viennent de ce petit milieu d'ailleurs.

    Elles ont fayoté mieux que les autres en somme...

     

    Bien entendu depuis qu'il est considéré comme moderne, progressiste et tout le tintouin de faire son « coming out » chez les parlementaires et représentants du peuple, ça s'est un peu complexifié. Parfois ce sont des attachés parlementaires mâles qui jouent le même rôle.

    Il leur faut bien porter le costard, se faire discret, organiser des petits plans discrets « back room » de temps en temps tout en espérant un « bon » mariage eux aussi, sous les feux de la rampe.

     

    Ou alors le patron est une femme qui curieusement oublie son féminisme avec ses subordonnés...

     

    Les parlementaires femmes sont parfois encore plus « machistes » curieusement, ou pas, que les hommes. On dirait qu'elles prennent leur revanche sur un passé d'obséquiosité. Il y aurait tellement à dire sur ce microcosme d'une telle hypocrisie.

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi Amen,

     

    Amaury-Grandgil

  • La France d'Audiard et la nôtre

    Imprimer Pin it!

    Audiard, Littérature, cinéma, société, politique, amaury watremez"Valeurs Actuelles" a sorti un "hors série" sur Michel Audiard, sa vie, son œuvre, ses films et tout le toutim. L'acheter c'est commettre un acte doublement politiquement incorrect.

    C'est bien entendu du commerce, le moyen de faire du bénéfice à peu de frais.

     Et pourtant je me suis laissé avoir. Il faut avouer...

    J'ai mes compulsions littéraires : Bernanos, Marcel Aymé, Philip K. Dick, et Audiard et d'autres. Je m'attendais à des articles torchés à la va-vite, et ô surprise tout est bien écrit. C'est tellement bien écrit que les textes mettent à nu le mystère Audiard mieux que d'autres livres hagiographiques écrits sur le "petit cycliste" qui en rajoutent dans la nostalgie à deux centimes, celle des photos de Doisneau entre autres.

     

    Ceux-ci me font horreur, et je pense lui auraient fait horreur aussi. Comme tous ces livres où l'auteur se place en disciple, en héritier de...

     

    On suit son parcours, du journalisme au cinéma, en passant par le "Vel d'Hiv" et sa passion pour la littérature, ses amitiés, les auteurs et acteurs avec lesquels il entretient des liens, un genre de "communion des saints" en somme.  Curieusement alors qu'il écrivait pour tout le monde, Audiard est devenu un genre d'icône élitiste pour petits enfants sages qui n'osaient pas être insolents ou indociles et qui trouvent dans son cinéma et son sens de la jactance une compensation bienvenue à leur servilité intrinsèque.

     

    A l'époque un gamin des rues comme lui pouvait avoir de l'ambition sans pour autant cirer les bottes des uns ou des autres, sans avoir des réseaux, ni de nom. En 2019 les grossiums et leur progéniture se sont arrangés pour que seuls leurs rejetons et leurs obligés puissent avoir accès au cinéma ou à l'édition. De temps en temps on monte en épingle un cas parmi des milliers d'autres pour bien montrer que l'ascenseur social fonctionne encore alors qu'il est au point mort depuis des décennies.

     

    Audiard a son moment fondateur comme chacun d'entre nous, et lui il le vit à la Libération quand il passe devant le corps supplicié d'une jeune fille brutalisée par des résistants de la dernière heure (car elle cachait un allemand). Les abrutis l'avaient dénudée, puis s'étaient amusés à lui balancer des pavés jusqu'à ce que la mort s'ensuive. Le futur scénariste découvre à ce moment là que la très grande majorité des gens ne vaut rien, pas un fifrelin. Ce qui rend les amitiés et les amours avec des personnes de qualité d'autant plus précieuses qu'elles sont rares.

    Et avec elles les moments de convivialité, de partage, qui ne sont pas juste de la bouffe pour la bouffe sans souci de l'hygiène de vie, concept inédit en ces temps là. Le plaisir de bien manger, nos hygiénistes l'oublient. il faudrait s'auto flageller tout le temps.

     

    Les personnages d'Audiard parlent mieux que les vrais truands, les petits voyous et les gens du peuple de la "vraie" vie, lui-même l'avouait, ses gangsters ont plus d'esprit, plus de cervelle et de classe. Il invente une langue qui est plus littéraire que réelle, excepté peut-être le sens de la formule que l'on trouve, ou plutôt que l'on trouvait partout dans le vieux pays de France. Si on savait vivre dans le temps d'avant, on savait aussi parler et pas pour ne rien dire. On savait lire aussi, sans pour autant se laisser prendre à l'esprit de sérieux qui maintenant envahit tout.

     

    Et Audiard a beaucoup lu, les "classiques", les "modernes", en particulier les "Hussards", et les "infréquentables" aux yeux des beaux esprits. Dans les articles on retient surtout Céline, de par son aura de diable des bibliothèques, mais Audiard aimait aussi beaucoup Marcel Aymé et Antoine Blondin, le "jardinier" de la rue Mazarine (un soir après une bonne cuite au bar Bac, Blondin et ses copains sont allés acheter des fleurs au quai aux fleurs non loin et ont fleuri toute une rue).

     

    Quand on fait le compte des différences entre cette France et la nôtre on a un peu le tournis. Pour beaucoup la France d'Audiard, c'est la "France rance", une France où l'on n'avait pas peur de dire clairement les choses, et en particulier aux cons. Forcément, on comprend qu'ils n'aiment pas. Quand on traite quelqu'un de con ce n'est d'ailleurs pas une injure, juste un diagnostic, et un sévère. Les trois quarts et demie des propos qu'Audiard tenait, ce qu'il écrivait, tomberait sous le coup de la loi de la députée "mordeuse" qui en est l'auteur-e (Laetitia Avia).

     

    Elle comme d'autres de son parti, de son idéologie, ne peut pas aimer la France d'Audiard, elle sait très bien qu'elle n'en fait pas partie, qu'elle n'en sera jamais. Elle et ses semblables préfèrent donc essayer, vainement, d'en effacer toute trace dans les mentalités et d'en interdire l'évocation, sous des prétextes divers.

    Mais quelle importance ? On va se gêner...

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • Actualité de "1984" d'Orwell

    Imprimer Pin it!

    1984, société, politique, internet, livre, littérature, amaury watremezJ'ai lu "1984" en 1984 justement. Je l'ai lu en le prenant au départ comme un simple roman de Science-Fiction, une dystopie (anti-utopie) pour se faire peur. Mais comme tous les bons livres de Science-Fiction justement, "1984" est une fable sur nous, une fable lucide, d'un auteur clairvoyant  qui dans cet ouvrage est visionnaire.

    J'ai eu envie d'évoquer ce livre de nouveau après en avoir lu une "critique" de lycéens, critique à la fois très drôle et effarante dont les auteurs retenaient qu'Orwell avait forcément écrit "1984" pour rechercher la célébrité et se faire connaître, se faire remarquer, tout le contenu prophétique ayant été consciencieusement oublié.

     

    Quand Orwell écrit "1984" il ne fait pas œuvre d'anticipation, il choisit l'année 1984 en inversant les chiffres de son année de rédaction, 1948. Ayant sans doute confiance dans la nature humaine, Orwell pensait qu'il était nécessaire que se déroule une guerre interminable afin de faire accepter le cauchemar totalitaire qu'il décrit. Dans le monde de "1984" Océania et Eurasia sont sans cesse en conflit donc, imposant un régime policier et dictatorial, une surveillance consentie des esprits grâce aux "télécrans" présents dans chaque domicile, et qu'il est interdit d'éteindre.

     

    Afin de maintenir le pouvoir en place, la langue officielle est appauvrie progressivement jusqu'à devenir une "novlangue" simpliste ne permettant aucune nuance d'expression. Sous prétexte d'amener la culture à tous, sous prétexte de combattre l'élitisme. l'histoire et l'actualité sont sans cesse transformées, la vérité est mouvante selon les désidératas des dirigeants. D'ailleurs sur le fronton des principaux ministères régissant la société sous la férule sévère de "Big Brother" la couleur est vite annoncée :

     

    "La guerre, c’est la paix".

    "La liberté, c’est l’esclavage".

    "L’ignorance, c’est la force.".

     

    Les relations hommes-femmes sont strictement surveillées également. S'aimer est interdit, car l'amour, appelé "crimesexe", va contre la logique du groupe, la logique implacable de la société standardisée. Une ligue de jeunes filles et jeunes gens embrigadés permet de maintenir ces règles absurdes. Ceux-ci sont éduqués à refuser tout lien autre que leur soumission collective à "Big Brother", dictateur omnipotent que personne n'a jamais vu. On ne sait même pas s'il existe. Tout comme Goldstein, l'ennemi "officiel" du régime qui aurait écrit un livre circulant parmi les "dissidents".

     

    Tous les jours, ceci afin de servir de soupape en quelque sorte, sont organisées les deux minutes de la haine. On projette le visage de Goldstein qui est hué par le public qui décharge alors aussi toute son aliénation et se défoule de ses frustrations.

     

    Le personnage principal du livre, Winston Smith (Winston car extraordinaire par son indocilité, Smith car c'est un homme du peuple, un homme comme les autres), se rebelle contre cette horreur mais finit par se soumettre. Winston commence à se rebeller par la lecture. A la fin lui aussi aime "Big Brother". Et on apprend entre temps de la bouche de son tortionnaire O'Brien que Goldstein n'existe pas, qu'ils n'y a pas de sédition, que c'est juste un moyen d'identifier les individus qui voudraient se rebeller...

     

    En 2019, il y a des "télécrans" partout, des "télécrans" acceptés par tous et que très peu de personnes songe à éteindre de temps à autres. La vérité est mouvante, elle évolue au gré des caprices des vrais maîtres de ce monde. Contester leur vérité est de plus en plus puni et judiciarisé sévèrement. Et pour faire aimer "Big Brother" nul besoin de torturer les nouveaux Winston Smith, la majorité des populations se soumettant toute seule. Les "deux minutes de la haine " (ou "la journée de...") sont constantes, ce sont les réseaux sociaux, un défouloir que le pouvoir tolère à condition que cela ne débouche sur rien de concret.

     

    La société n'a pas qu'un seul Goldstein mais plusieurs afin de parquer les mécontents en ridiculisant leur colère et leur révolte. Marine le Pen est un de ces Goldstein fort pratique. Ne parlons pas de l'inversion des valeurs, acceptée par la grande majorité des gens qui obéissent par peur de perdre ce qu'on leur laisse encore. Que la majorité de la société aime "Big Brother" est évident, nos ancêtres quand ils voulaient contester des décisions du pouvoir utilisaient différents moyens d'action radicaux et efficaces pour se faire comprendre, nous, nous râlons sur "Facebook" ou "Twitter" ou des considérations pertinentes peuvent se perdre dans un océan de sottises anodines...

     

    ...L'indocilité se dilue dans un océan de guimauve.

     

    Et nous aimons "Big Brother"

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration prise ici

  • C'était un petit jardin

    Imprimer Pin it!

    jardin, bêtise, écologie, greta thnuberg, amaury watremezIl n'était pas vraiment jardinier, encore moins agronome, et bien que d'ascendance paysanne comme la majorité des français, il était citadin. C'était un fait...

     

    Mais quand quelqu'un lui avait soufflé l'idée d'un petit jardin pour les élèves en difficulté, pour les valoriser, les aider à se construire, à avoir d'eux une image meilleure, il avait trouvé l'idée excellente et il avait décidé de se lancer suivant scrupuleusement les conseils qu'on lui donnait pour y arriver. Ce n'était pas bien compliqué pour une si petite surface mais il fallait être rigoureux.

    Il l'avait aussi proposé aux enfants solitaires, rejetés par les autres qui venaient trouver refuge dans sa bibliothèque, plutôt que de ressasser leur solitude ou de cuire et recuire leurs problèmes personnels.

     

    Les enfants prenaient l'air, sortaient de leurs écrans et avaient une activité saine. Il les laissait faire, ne disant rien pour leurs maladresses mais les aidant à les corriger. Eux non plus n'étaient pas des « Tistou les pouces verts » mais on sentait naître chez eux le plaisir d'avoir à travailler quelque chose de leurs mains. Et lui aussi retrouvait des sensations certainement venues de sa mémoire familiale, il aimait ça mettre ses mains dans le terreau...

    Un de ses arrière-grand père était reparti de Montmartre pour venir habiter dans une toute petite ville de Picardie, Ercheux, avec tous ses livres, et faire son potager, il pensait à lui...

     

    Un matin, allant jeter un coup d’œil matinal à leur tout petit jardin, vérifier avec un jeune si les plantes avaient besoin d'eau, c'était devenu un petit rituel de récré pour les gosses, ils eurent la très désagréable surprise de trouver leur menthe, leur sauge, leur thym arrachés, balancés par terre n'importe comment, irrécupérables, on sentait toute la bêtise de celui qui avait fait ça, son mépris pour le vivant. Un sanglier eût été moins brutal, moins violent...

     

     

    L'imbécile n'avait pas arraché les patates ignorant sans doute que celles-ci poussent sous terre...

     

    Ce sale con était donc venu commettre son méfait après une demande d'une de ses collègues. Celle-ci était jalouse du lien qu'il avait développé avec les enfants. Elle ne comprenait pas. Comment se faisait-il qu'un réac, un méchant facho comme lui pouvait y arriver ? Ce n'était pas possible, c'était injuste pour elle qui était une personne beaucoup plus moderne.

    Comment y arrivait-il ?

    Un genre d'hypnose ?

    Un embrigadement c'est certain...

     

    Il aurait fallu que les adolescents s'enferment dans leur aliénation ? Qu'ils pleurnichent encore et encore ?

     

    C'était du pétainisme son idée de jardin, un truc d'estrème drouaate. C'est sûr. Le retour à la terre, « Goupi mains rouges » et « Jean de Florette » (« la terre qui meurt » de René Bazin les idéologues ne connaissent pas étant ignares)...

    Cliché idéologique idiot car on aurait pu m'opposer aussi « le grand bond en avant » de Mao qui a fait des millions de morts. Les imbéciles manquent d'imagination et camouflent bien mal leur mesquinerie. De plus c'était pas logique, le facho peu soucieux de développement durable et d'écologie, intolérant, c'était censé être lui. Cela ne collait pas avec les sempiternels refrains des bien-pensants.

     

    La même collègue avait encouragé pourtant les élèves à aller manifester pour sauver le climat avec la sinistre Greta Thunberg quelques temps plus tôt. Lui, il leur proposait du concret, de poser des actes bien loin de l'auto-flagellation civilisationnelle.

     

    La mesquinerie est comme la connerie, elles sont d'ailleurs liées, elle fait tout oser...

    Il faisait trop de bien ce petit jardin.

    Il faisait trop de bien aux élèves en difficulté...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury – Grandgil

     

    illustration prise ici

     

    Ci-dessous la chanson de Dutronc qui s'impose

  • "Bientôt la tournet !"

    Imprimer Pin it!

    musique, mythomanie, société, politique, sosies, amaury watremezLa réalité dépasse très souvent largement la fiction. Ainsi je me souviens très bien des habitants de Nézel, petit village que j'habitais non loin d'Épône : le cafetier était un géant de deux mètres aux mains comme des battoirs marié à une toute petite femme, il avait comme client une ancienne prostituée parisienne dévouée à son mari mourant, et un retraité de la SNCF qui parlait comme dans les films d'Audiard, surnommé "pot aux roses" car il prétendait connaître tous les secrets cachés de cette micro-société. Aucun écrivain n'aurait osé écrire le genre de scènes que l'on pouvait voir sans se dire que ça ferait vraiment trop exagéré.

     

    Yann Moix dans "Podium" (voir à ce lien) est ainsi largement en deçà de la réalité quand il parle de son "héros" sosie de Claude François. J'en veux pour preuve les "pages" facebook de sosies officiels ou non du chanteur dont ils enjolivent l'histoire, tous persuadés que leur ressemblance souvent très mince saute aux yeux, tous persuadés qu'ils ont au moins une parcelle de son talent, tous convaincus d'être devenus eux-mêmes des idoles, arc-boutés sur leurs certitudes contre l'évidence même de leur anonymat au-delà d'un certain cercle.

     

    J'avoue faire partie d'un de ces fan-clubs (voir à ce lien) qui sont à la fois attendrissants par la dévotion des fans et très drôles par le ridicule involontaire de l'idole ou de ses adorateurs, de leur fautes d'orthographe énormes à rédiger des "prières" de dévotion pontifiantes et se voulant d'un sérieux de pape sur la vie ordinaire des sosies transformée en aventures formidable.

     

    On me rétorquera que bien entendu ils ont le droit de vivre dans un rêve après tout, s'ils ne causent pas de tort à leurs proches. Pourquoi les obligerait-on à se replonger dans un réel pour eux très déplaisant et grisâtre si leur monde de fantaisie leur convient ?   

     

    Ils rappellent un des types de "cons", dans l'acceptation psychologique du terme dont il est question dans le livre "Psychologie de la connerie" (voir mon article à ce lien), de la catégorie des inoffensifs :

    Les naïfs mythomanes totalement sincères car ne doutant pas eux-mêmes une seconde de la véracité des sottises qu'ils racontent sur eux-mêmes et leur entourage, toujours au premier degré, certains devenant des tyrans domestiques, tel ce  Dgilly Claude François filmé dans une émission de "témoignages" avec sa compagne Paola, voir à ce lien, au nom de leur "art" et celui de la vedette. Et pour DGilly de son perfectionnisme dans le mimétisme avec "Claude". Il en sûr, comme il le dit "Claude m'habite", "le pénètre" avant chacun de ses spectacles.

     

    Car il a parfois aussi, comme tous ses semblables des formules involontairement malheureuses...

     

    DGilly est sans doute le roi des sosies, le meilleur d'entre eux, le plus flamboyant, le plus inconscient sans doute de tout les travers évoqués ci-dessus. Il s'est même essayé à enregistrer un "45 tours" d'une de ses compositions (voir à ce lien). On l'admirera sur la pochette entouré de jolies femmes, rêvant sans doute de faire autre chose que de chanter sempiternellement "Alexandrie, Alexandra" lors de "foires à la saucisse" ou de "journée Bacalhau" dans des restaurants disons moyens qu'il est certain d'illuminer de sa présence.

     

    Et puis que l'on parle de lui en bien ou en mal, au fond on parle de lui.

     

    Ces mythomanes trouvent dans Internet et les réseaux dits sociaux le moyen d'amplifier considérablement leur mythomanie, persuadés de la rendre réelle en l'évoquant. Il n'y a pas que les sosies de Claude François, on ne compte pas les auteurs en herbe, les musiciens autodidactes tous génies méconnus bien entendu. Certes il y en a qui ont un vrai talent, mais ils sont rares. Et eux aussi sont très naïfs ignorant que ce qui fait la réussite et la célébrité de certains c'est l'endogamie sociale, les réseaux et l'argent au départ, les compromissions etc...

     

    DGilly, notre roi des sosies, la fameuses "idole années 80", loin des paillettes et de la nostalgie disco, de sa "tournet" européenne en devenir et du "suxée" bientôt de retour (pour employer son orthographe à moins que ce ne soit celle de  sa production, pardon de "la Prod" comme on dit parmi les initiés), est beaucoup plus sympathique dans le documentaire qui a été réalisé sur sa région l'Auvergne qu'il évoque finalement très bien (voir à ce lien). Mais s'en rend-il bien compte ?

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration prise ici

     

    Ci-dessous "l'hommage" d'un certain Yannick à Claude, un usurpateur du trône de DGilly c'est certain

  • Relire Bernanos en nos temps incertains

    Imprimer Pin it!

    Bernanos.jpgJ'ai fini par comprendre pourquoi les jeunes gens s'affirmant néo-réacs de droite aimaient bien se réclamer de Bernanos. Il est réputé anti-franquiste, certains n'en démordent pas il serait passé à gauche, et il a écrit un livre, "les grands cimetières sous la lune", où il ne s'attaquerait qu'à Franco. Cela lui donne une utilité, avec lui pas besoin de passer son temps à se justifier d'être de droite ce qui est le sport favori de ces petits jeunes gens qui aiment bien conserver bonne réputation (Pour quoi faire ?) et qui aiment à se légitimer auprès des arbitres des élégances politiques (Pour quoi faire là aussi ?). Manifestement ils ne l'ont pas lu car dans l'ouvrage Bernanos en a autant contre les marxistes et toute la gauche dans son ensemble.

    Il est toujours libre, jamais coincé dans un camp ou l'autre, englué dans une coterie, un milieu, des mondanités socialement consanguines. Les "marionnettistes" qui font parler les morts en seront pour leurs frais, tous ces gens qui s'improvisent "héritiers" de tel ou tel auteur.

    Et si Bernanos finit par quitter "l'Action Française" il n'oublie rien des leçons de Maurras sur en particulier le pays légal et le pays réel en particulier, notion plus que jamais actuelle, le pays "légal" étant de plus en plus violent et brutal contre le pays "réel".

     

    Curieusement, "la grande peur des bien-pensants" est moins citée alors que tout aussi intéressante car dédiée à Edouard Drumont, l'auteur très sulfureux de "la France juive". Ce serait d'ailleurs idiot de l'en condamner, à l'époque de la jeunesse de Bernanos Drumont avait une aura très forte surtout car anti-bourgeois, contre cet esprit bourgeois pédagogue qui a tout envahi de nos jours, cette espèce de bonne conscience dégoulinante de bons sentiments qui devrait être la norme pour tous afin de s'auto excuser, s'auto justifier d'être aisé. Bien entendu, dans l'histoire, les précaires, les pauvres, le petit peuple, devraient toujours tenir leur rang, se soumettre et demeurer dociles face aux milieux aisés, face aux puissants. Comme les personnages de paysans dans les pièces de Courteline ou les nouvelles de Maupassant qui triturent leur casquette de coutil quand ils parlent à "not bon maître".

    "Et qu'est-ce que c'est ma chèère que toutes ces revendications tellement terre à terre sur un salaire décent ? Si encore ces gueux parlaient de changer le monde"

     

    On parle encore moins de "la France contre les robots" qui décrit pourtant clairement l'avènement de ce régime technocratique que nous subissons en ce moment, ces "robots" sans âme ayant oublié en cours de route le Bien Commun et leur humanité.

     

    Bernanos serait l'écrivain catholique de droite fréquentable par excellence depuis, sur ce malentendu, un auteur de "romans de curés" et de pamphlets gentillets un peu désuet dans ses emportements et sa colère. C'est oublier qu'il est très différent des autres écrivains catholiques sur un point précis. Il s'incarne. Tout ce qu'il écrit, il l'a vécu ou le vit. Il ne verse pas dans l'intellectualisation à outrance et la théorisation de questions qui n'en ont pas besoin. Et sa vie même en dehors de son œuvre est passionnante et en dit long sur lui. Son cœur brûle de passion pour ses semblables, pour ceux qu'il aime. Il a d'ailleurs le même regard quand on jette un œil sur ses photos d'enfance, que sa mère, Hermance. Quand il évoque les petits villages de France, les paysans, les maquignons, il sait de quoi il parle, il vient de là la rude terre sombre d'Artois. Et là encore chez lui cela s'incarne.

     

    La foi de Bernanos n'est pas une foi de pacotille, n'impliquant aucune obligation morale, une foi étriquée, de petites habitudes. Ce n'est pas non plus une foi de pur esprit, d'illuminé ou de tièdes, tièdes qu'il vomit.

    Et surtout par dessus tout, il est intègre et hors de l'a-moralisme ambiant de son époque, que nous vivons encore il est vrai en 2019. C'est parfois drôle quand on se souvient de certains épisodes de sa vie. Ainsi, partant au Brésil avec sa famille, il oublie avec sa femme les hypothèques qui lui permettront de vivre là-bas sur la plage arrière du taxi qui les amène au paquebot. Vendant en 1948 "le chemin de la croix des âmes", son domaine au Brésil, il s'avère que le nouveau propriétaire trouve du pétrole sous les terres ce que Bernanos ignorait. Mais ayant vendu, s'étant engagé, il n'en a cure et se tient à sa parole malgré les protestations de son acheteur.

     

    Tombant déjà dans l'erreur que beaucoup commettent encore, un journaliste américain demande à Bernanos en 1948 s'il est heureux que la démocratie soit enfin rétablie. Ce qui provoque immédiatement la colère de l'auteur du "Soleil de Satan" qui réaffirme malgré la surprise et l'ébahissement de l'autre son mépris pour la comédie démocratique française avec le ton "jacassier des anciennes cours d'Europe" ainsi que le décrit Roger Nimier qui lui aussi se fait engueuler quand il demande à Bernanos s'il va soutenir De Gaulle enfin, Bernanos qui s'inquiétait de savoir quand les jeunes de France, les plus pauvres allaient se réveiller enfin contre la sottise des bourgeois pédagogues, pédagogues car il aiment bien faire la leçon encore et toujours aux peuples.

    Il suffit de prendre le train de banlieue, ou n'importe quel train d'ailleurs, pour avoir les mêmes doutes sur le bien-fondé de la démocratie rien qu'en observant un peu ses semblables.

     

    Bien entendu, si l'on préfère l'eau tiède et des lectures qui ne font pas de mal, autant ne pas le lire et se plonger -je ne sais pas ?- dans David Foenkinos ?

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • L'autre infini

    Imprimer Pin it!

    à propos de "Psychologie de la connerie" ouvrage collectif sous la direction de Jean-François Marmion, aux éditions Sciences Humaines paru en janvier 2019 (trouver le livre à ce lien)

    psychologie, connerie, société, politique, amaury watremez(Jean-Claude Carrière déjà auteur d'un "dictionnaire de la bêtise" avec Guy Bechtel, Boris Cyrulnik, Howard Gardner, Tobie Nathan, Alison Gopnik et d'autres...)

     

    Albert Einstein disait :

    "Deux choses sont infinies : l'Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l'Univers, je n'en ai pas encore acquis la certitude absolue". Le génie découvreur de la théorie de la relativité eut lui-même ses instants de grande connerie humaine, ainsi que le rappelle un des chapitres du recueil, en particulier quant à ses considérations sur le physique des femmes...

    La connerie n'a pas de limites, certains esprits taquins le disaient également : "Les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnait".

     

    Cet ouvrage conséquent propose de la définir pour tenter de la combattre, ce qui est un combat perdu d'avance il est vrai. Le con dans nos esprits, c'est toujours l'autre, nous avons beaucoup de mal à reconnaître notre propre sottise, alors qu'à un moment ou un autre malheureusement nous l'avons été un peu ou beaucoup, le tout étant d'en avoir conscience, ce qui nous rend moins cons. D'autres comme Brassens nous rappellent que "le temps ne fait rien à l'affaire".

     

    La connerie est affaire de préjugés. On considère (j'emploie le "on" à dessein car "on" est con n'est-ce pas ?) par exemple qu'une belle femme, une jolie fille est forcément conne, car la nature équilibrerait ainsi les choses alors qu'une laide peut très bien aussi être complètement stupide. Il faudrait se questionner également sur notre définition de la beauté sur laquelle là aussi il a été dit beaucoup de conneries.

     

    C'est un sujet très délicat que la connerie. Il concerne aussi l'intelligence et comment nous la définissons. Beaucoup confondent encore trop souvent intelligence et culture, même si pour se cultiver il en faut un minimum. De même culture et érudition, culture et instruction sont mélangées alors que ce n'est pas du tout pareil. La personne cultivée sait quoi faire de ses connaissances, s'en enrichir, l'érudit les empile, c'est tout. Je ne parlerai même pas ici des excuses que les ignares se donnent pour s'auto-excuser de leur manque d'appétence pour le savoir (différentes formules comme "la culture c'est comme la confiture moins on en a plus on l'étale" etc). Et s'il y a différentes formes d'intelligence, le psychologue Howard Gardner en définissant sept...

     

    ...Il y a aussi une connerie objective.

    (les sept intelligences, voir à ce lien : Intelligence linguistique, Intelligence logico-mathématique, Intelligence spatiale, Intelligence intra-personnelle, l'intelligence interpersonnelle, Intelligence corporelle-kinesthésique, Intelligence musicale, Intelligence naturaliste, Intelligence existentielle (ou spirituelle) )

     

    Auparavant, les auteurs, qu'ils soient spécialistes ou pas, avaient moins peur d'être politiquement incorrects et on évoquait aussi bien la débilité que l'arriération mentale, que les individus retardés voire imbéciles. Depuis, on préfère parler de troubles en "dys" plus satisfaisants, plus rassurants pour les parents et les éducateurs en général et aussi plus hypocrites. La connerie se définit aussi et surtout par l'absence d'empathie, d'altérité et de bienveillance envers l'autre. La connerie ce que confirme de nombreux auteurs de ce livre mène le plus souvent directement à la haine, la violence, le discours binaire, simpliste, sans aucunes nuances.

     

    Bref, les empilages de slogans que d'aucuns sur le net en particulier confondent avec des convictions construites et raisonnées.

     

    Ils commencent d'abord à définir le mot. Qu'est-ce qu'un con ? Selon Jacques Prévert et Edgar Morin, on ne devrait pas parler de "con" pour parler d'un idiot, le vocable désignant en argot le sexe féminin et donc une des plus belles choses de cet univers. Ce en quoi ils se trompent, car "con" vient de "coïon" l'appellation du petit sac que les légionnaires romains portaient à la ceinture, qui signifiait "petite chose", ce qui donna aussi "couillon" ou "couille". On en déduit donc qu'un con est aussi et bel et bien un couillon. Il n'y a pas de privilège à l'un ou l'autre sexe, pas d'exclusive mais une totale égalité en la matière. Il n'y a pas de jaloux.

     

    Sont définies dans une tentative de réflexion les conneries individuelles, les conneries selon le milieu social, car elle a évolué depuis l'avènement de la bourgeoisie triomphante au XIXème siècle. La connerie bourgeoise a fait le bonheur de nombreux écrivains classiques et modernes, de Flaubert et son "dictionnaire des idées reçues" dans "Bouvard et Pécuchet" à Jarry et "Ubu" ou Ionesco et son théâtre de l'absurde. L'ouvrage n'oublie pas les conneries des "très intelligents", comme ces diplômés qui regardent leur horoscope chaque jour, ces polytechniciens qui rejoignent certaines sectes, sans parler bien sûr de ces énarques normaliens qui deviennent présidents de la République et ne réfléchissent pas plus pour autant etc....

     

    Contre la connerie, contre notre propre connerie, les auteurs proposent de toujours garder de la distance sur un sujet, un esprit critique, l'acceptation inconditionnelle de soi et donc de l'autre. La culture préserve aussi de la connerie en montrant la complexité du monde. Et bien entendu l'indépendance d'esprit contre la connerie collective (NB : Je tiens farouchement à la mienne et ne suis pas le seul), la connerie grégaire qui voudrait que l'on hurle avec les loups pour se protéger. Une foule n'a pas raison contre la minorité, l'unanimité tellement à la mode de nos jours ne fait pas la raison et l'équilibre, et l'intelligence. Les nouveaux moyens techniques dont nous disposons donnent hélas à la connerie une ampleur inédite jusque là dans nos sociétés.

     

    Image trouvée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    Merci infiniment à toi qui m'a fait lire ce livre sur lequel je reviendrai car il y a encore beaucoup à dire...

  • Aurore et Marlène : un nouveau genre de féministes

    Imprimer Pin it!

    aurore bergé, marlène schiappa, société, présidence macron, politique, amaury watremezQuand j'habitais Versailles, j'ai souvent croisé un grand nombre de clones de Marlène Schiappa (son nom signifiant cancre en italien, son itinéraire ici) et, ou Aurore Bergé (voir son parcours à ce lien), ou d'autres femmes soutiens de Emmanuel Macron à qui elles sont visiblement complètement dévouées. Je les trouvais ces clones très dures et toujours dans la sensiblerie, un "cœur sec et des tripes molles" selon l'expression de Bernanos. Elles avaient toutes un vernis de culture, certainement pour avoir de la conversation dans les mondanités dû à leurs quelques années d'études.

    Elles avaient toute la même apparence, les mêmes habits, le même "look" général sans parler de leur timbre de voix de petites filles choyées. J'ai toujours trouvé cela étrange ces personnes s'affirmant libres et féministes soumises à l'autorité d'un homme dont elles ne remettent jamais rien en question suivant aveuglément tout ce qu'il dit.

     

    Certains cyniques en profiteraient sans aucunes scrupules...

     

    Des mères "dynamiques", avec famille nombreuse mais attention, moderne, minces comme dans les magasines et pimpantes, à la fois bourgeoises et libertaires, conservatrices (pour l'argent) et libertaires sur les mœurs (enfin sur une partie des mœurs), travaillant souvent dans la politique après des engagement de jeunesse logiques dans leur milieu social très favorisé. Ce sont toutes les deux des "héritières". Elles étaient des cantinières en plus modernes et, ou plus séduisantes de ces mouvements, pas si différentes que ça finalement de leurs ancêtres en robes à corset ou en crinolines dont certaines étaient plus indépendantes..

     

    Elles n'ont strictement aucune limite dans l'allégeance au chef de parti dans le but non pas de garantir la victoire de leurs idées mais celle de leurs ambitions. Elles se fichent des règles habituelles, de la séparation des pouvoirs ou du rôle de chacun. Je peux même penser qu'elles se fichent complètement de la nécessaire pluralité de pensée ou de l'expression démocratique. On ne compte plus les sorties de l'une et de l'autre ayant fait soit scandale, soit toujours provoqué un énorme bruit médiatique. Elle ne recule devant aucune bourde, à moins que tout cela ne soit calculé pour accompagner le pays vers une réduction des libertés publiques

     

    Marlène Schiappa vient par exemple de compare "la Manif pour tous" aux islamistes (voir source), Aurore Bergé quant à elle met en doute l'honnêteté des sénateurs de la commission d'enquête sur l'affaire Benalla (lien ici). Elles ont toutes les deux suscité un tollé mais n'en ont cure. L'essentiel est atteint, montrer leur suivisme au chef, le président de la République, et conserver ainsi leur poste et prébendes allant avec. Je ne me fais pas trop de soucis pour elles, elles sont du genre à retomber sur leurs pattes du bon côté, celui du manche. Ces dames ne supportent pas la dérision ou l'humour, qu'elles comprennent très bien mais qui les insupportent.

     

    Quand Desproges avait commencé un de ses "réquisitoires" par "Jacques Séguéla est-il ou non un con ?" Celui-ci n'avait pas osé porter plainte par sens du ridicule comme le soulignait Desproges lui-même ("meussieur meussieur y'a Desproges qui fait rien qu'à me traiter de con"). Marlène et Aurore elles ne réfléchissent pas si loin...

     

    Il n'y a pas plus pénible et plus lourd comme militantes.

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • Quatre ans après le massacre...

    Imprimer Pin it!

    Charlie, islam, politique, lâcheté, société, amaury watremezQuatre ans après le massacre de "Charlie Hebdo", non seulement la France n'est plus vraiment "Charlie" mais la lâcheté progresse envers des fondamentalistes contredisant pourtant leur propre foi, leurs propres croyances affirmées. Si leur dieu est dieu, donc parfait, il n'a pas besoin de morts, pas de besoin de vengeances, de sacrifices qu'il rejetterait de par son essence divine si on avait une ligne directe avec lui. Un dieu qui demanderait ça serait un dieu pas très sûr de lui, un dieu mal dans sa peau de dieu, je ne sais pas peut-être qu'Allah est un ado en pleine crise post-pubertaire éternel.

     

    Les terroristes, les "déséquilibrés", les "loups solitaires" ainsi qu'on les appelle dans les médias ne sont pas très logiques au fond...

     

    Cette tuerie a eu lieu principalement car les dessinateurs de "Charlie" avaient cru que les musulmans feraient comme les cathos, qui donnent les verges pour se faire battre. Qu'ils protesteraient mais ne réagiraient pas, qu'ils fermeraient leur gueule en gris. Seulement voilà, ils ont répondu autrement que par des libelles ou des prières. Ils ont répondu comme ils ont de plus en plus l'habitude de le faire. Par la haine et la violence. Il suffit de s'intéresser au sort des jeunes filles et des homosexuels dans la plupart de nos quartiers pudiquement appelés "difficiles" et gangrenés par un l'Islam radical ignorant la satire et la raillerie, le sens de la dérision envers les pouvoirs et les croyances qui sont des traditions bien françaises.

     

    Des traditions se perdant hélas, le premier degré le plus débile gagnant sans cesse du terrain...

     

    En parlant de ses adeptes ils sont de plus en plus nombreux ceux qui perçoivent dans les attentats la main du Mossad, des juifs, des gouvernants et qui nient toute montée en flèche de l'islamisme dans nos banlieues. Car c'est là que se trouve le problème. Il n'y a pas de problèmes avec l'Islam, il y a toujours par contre le complot juif. Variante 2.0 d'un déni du réel mâtiné de complotisme, celui-ci étant surtout le signe d'une méfiance toujours plus prononcée envers nos gouvernements (et ce à juste titre), d'une coupure évidente entre "pays légal" et "pays réel". Celle-ci se fait au grand jour, sous nos yeux, pas besoin de noires machinations. Et avec l'assentiment implicite d'une bonne partie de la population sachant très bien qu'elle est tenue en laisse et qui a peur de perdre le peu qu'on lui laisse encore pour consommer.

     

    Qui le perdra de toutes façons à plu ou moins brève échéance...

     

    On soigne la peur et le chagrin des morts avec des petites bougies de couleur et des nounours tout mignons, des "marches blanches" silencieuses ou pas. Cela devrait bien faire plier la bêtise crasse des fanatiques, on ne sait jamais. On a l'air de croire aussi que finalement l'Islam va bien finir se séculariser ainsi que le catholicisme l'a fait au cours du temps. Catholicisme dont on ne manque pas de rappeler avec une constance stupide qui forcerait presque l'admiration tous les méfaits et supposés méfaits au cours des siècles pour minimiser ceux de l'Islam maintenant. On se demande d'ailleurs pourquoi ne pas pousser la logique jusqu'au bout : cesser de fêter Noël, rejeter les interdits moraux induits par le christianisme dont l'inceste etc...

     

    Ces idiots utiles sont des collabos en quelque sorte, une vieille habitude...

     

    Quant à moi aujourd'hui je suis d'abord Zineb El Rhazoui, plus que "Charlie", une femme libre connaissant le prix de la liberté (elle est protégée 24h/24). Un signe qui ne trompe pas, tous les imbéciles dont il était question au-dessus la haïssent et elle intimide les matamores de carnaval qui sont très bellicistes sur le net et sous pseudo contre l'Islam sur le web, et qui ferment leur grande gueule dans la vie de tous les jours...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration prise ici

  • Itinéraire d'un gars laborieux

    Imprimer Pin it!

    Je vais encore me faire des copains...

     

    moix.jpgJ'ai bien connu beaucoup de clones de Yann Moix (prononcez Moixe et voir à ce lien son parcours) à la fac pendant mes études. On les comptait par dizaines, bien entendu, tous n'avait pas son entregent et sa capacité à flatter les puissants qu'il fallait dont BHL le concernant. Ils se ressemblaient tous, adoptaient tous ce même genre de discours à la fois très universitaire et se voulant humaniste, enfin humaniste, en peau de lapin. Ils singeaient l'altérité envers les pauvres, les plus démunis mais étaient toujours bien contents de rentrer dans la belle maison ou le bel appartement de Papa et Maman et de profiter de leur largesse matérielle et des vacances gratos le plus tard possible.

     

    On habite un logement qui coûte le PIB d'un pays du Tiers Monde, mais on milite contre la pauvreté car la pauvreté c'est mâââl....

     

    C'était des petits garçons bien sages, dociles et consciencieux mais aussi un peu « laborieux ». C'était ainsi que nous les surnommions avec un camarade. Ils ne lisaient pas par goût, ne s'intéressaient pas à l'histoire, à l'actualité, à la littérature et aux arts par appétence réelle ou inclination culturelle mais surtout pour renvoyer d'eux une image flatteuse. C'était donc très superficiel. Leur apparente assurance cachait toujours des petites frustrations bien enfouies, des rancœurs recuites envers les musclés, les beaux gosses de l'école, des petites jalousies envers les trublions, les « voyous » de la cour de la récré qui les rackettaient, leur piquaient leur goûter quotidiennement...

     

    Ils voudraient bien être comme eux cependant, ils voudraient bien abandonner aux orties leur bonne éducation, leurs tabous inculqués par les parents. Ils aimeraient se conduire en mâles alpha primaires et brutaux également, se conduire en soudards avec les femmes. Ils se laissent pousser la barbe pour cacher l'acné qui dure chez eux la puberté largement dépassée, ils s'affublent de vêtements qu'ils pensent plus « libérés » mais rien n'y fait ils demeurent des « laborieux », des cloportes en quelque sorte espérant continuellement une illusoire métamorphose. Elle ne vient jamais car derrière eux on voit toujours le petit garçon sage et un peu trop renfermé.

     

    Ils me rappellent toujours le personnage du professeur d'histoire dans « Uranus » (joué par Luchini dans l'adaptation qu'en a fait Claude Berri, voir à ce lien). Celui-ci est un petit bourgeois qui culpabilise de sa condition et de ses privilèges matériels tout en n'y renonçant pas pour autant (il n'est pas fou). Il est plus révolutionnaire que les plus révolutionnaires, plus exalté qu'autre chose aussi, et surtout capable de grandes déclarations ronflantes. Mais il se ridiculise dés qu'il s'agit de passer à l'acte, en l’occurrence tuer Léopold le cafetier les ayant raillés auparavant lui et d'autres militants.

     

    Le pauvre Léopold sera assassiné lâchement un peu plus tard par tout un groupe courageux mais pas téméraire comme les sont les Yann Moixe de la terre...

     

    Il a eu un parcours finalement classique en sortant de Sciences Po choisissant comme créneau le culturel et l'éditorialisme mainstream à peu de frais, profitant des réseaux habituels où tout le monde se connaît, tout le monde s'épaule, tout le monde est solidaire et ce quelle que soit la couleur politique. Il n'y a que les naïfs pour croire qu'il existe un réel clivage entre tous les éditorialistes actuels. Et comme c'est quand même crevant de continuer à s'intéresser à la culture pour de bon, il fait chroniqueur. Du « café du commerce » bourgeois finalement c'est pas très compliqué, deux ou trois lieux communs vaguement humanitaristes, de grandes condamnations ayant l'air de tomber de haut, du haut de sa tour d'ivoire, et tout va bien. Et puis les protecteurs continueront à ouvrir les portes.

     

    De temps en temps il fait les « grosses têtes » de Ruquier, on parle comme chez le coiffeur et tout va bien, et en plus ça rapporte. Et il y a des andouilles pour écouter...

     

    Il sait faire le « buzz », faire du « bruit médiatique », on peut lui reconnaître au moins ce mérite mais au fond Moixe est surtout anodin...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury – Grandgil

     

    (méfiez vous des imitations grossières)

     

    illustration empruntée ici

  • Viva Salvini

    Imprimer Pin it!

    salvini.jpgEn France on a Marine le Pen, « meilleure ennemie de droite » des bien-pensants. Elle est politiquement nulle et passe son temps comme tous ceux qui ne sont pas de gauche en France à chercher la justification de ses convictions face aux arbitres des élégances politiques. Elle est le meilleur repoussoir qui soit pour que les fameuses z-élites justifient leur haine des petites gens, des milieux précaires. Les « ploucs » rien que des fachos ! Évoquer sans la condamner, avec ne serait-ce que quelques nuances le vote Front National et les raisons y encourageant, c'est risquer de se faire « anathèmiser » immédiatement, rejeter dans les limbes extérieures de la vie politique, celles des fameux « nostalgiques » des z-heures les plus sombres et pire encore...

     

    Elle permet de parquer les mécontents tout en niant leur colère pourtant légitime, en l'assimilant à tous les maux de l'histoire possible. Tout comme à l'opposé de l'échiquier politique Mélenchon a le même rôle pour les électeurs de gauche.

    Lire la suite

  • L'éducation ça compte

    Imprimer Pin it!

     éducation, société, politique, avenir, enfance, Emmanuel toddà propos du livre d'Emmanuel Todd sur les évolutions sociétales : la « crétinisation » des élites, la fin prochaine selon lui de la démocratie (voir article de Libération à ce lien)

     

    Dans notre société si progressiste, si avancée, les différences d'éducation, dont l'éducation à la culture, n'ont jamais été aussi importantes, si prégnantes, créant des castes tout aussi marquées que celles du « Meilleur des Mondes » d'Aldous Huxley, chacun dans son groupe ravi d'en faire partie, content de sa soumission à un arbitraire pourtant objectivement insupportable, esclaves de leurs pulsions, de désirs étriqués conditionnés par la pub et le storytelling, toutes les histoires sentimentales et, ou mièvres que l'on vend aux peuples pour pas grand chose...

     

    C'est un peu plus complexe que la « Veillée des chaumières » qui faisait pleurer Margot mais le principe demeure exactement le même, est étendue à tout le divertissement, ce qui rapporte de l'argent, beaucoup d'argent et en plus c'est un « marché fantastique » le rêve formaté...

    Lire la suite

  • Boudard et Céline c'est kiffe kiffe

    Imprimer Pin it!

    Boudard, la métamorphose des cloportes, livre, amaury watremezJ'aime particulièrement le film "la métamorphose des cloportes", scénarisé et dialogué par Audiard, réalisé par Pierre Granier-Deferre, la vérité de ses décors parisiens, la noirceur de l'histoire et des personnages et puis bien sûr la fin. On a quand même rarement entendu manière plus sensuelle de traiter quelqu'un de "Dupont-Lajoie". L'autre avantage du long métrage est qu'Audiard n'y "audiardise" pas trop, fait moins dans le bon mot qu'à l'habitude ou dans le truand farcesque.

     

    Audiard est devenu une statue du commandeur du cinéma français. Certes une statue qui se marre avec la casquette vissé sur le crâne mais pas le droit de dire ce que l'on pense de cézigue dans certains films où il aurait mieux fait de s'abstenir, pas le droit de remarquer que parfois il se laissait aller à ses facilités dans la jactance. Il le reconnaissait d'ailleurs souvent lui-même, lui qui était amoureux de la littérature. Il est vrai qu'un ratage du "petit cycliste" vaut plusieurs comédies française actuelles.

     

    Faut reconnaître, faut avouer...

    Lire la suite

  • Paroles de profs sur la laïcité

    Imprimer Pin it!

    islam, islamisme, banlieues, charlie hebdo, société, politique, amaury watremezMoi le réac, le méchant, l'anar de droite irrécupérable, J'ai acheté le numéro hors série de "Charlie Hebdo" sur la laïcité à l'école contenant une soixantaine de témoignages de profs (voir quelques pages de cette publication à ce lien). En le lisant dans le train de banlieue, j'ai croisé beaucoup de regards fuyants, gênés, on n'est plus tellement "Charlie" en 2018. Bien entendu on évoque sur les couverture "les" religions, on convoque une imagerie invoquant l'Inquisition, mais à 99.9 % les témoignages dans ce hors série concerne l'Islam.

     

    A droite beaucoup refuseront de lire ce magazine parce que ce sont les "gauchistes" de "Charlie". C'est une erreur grossière car les témoignages lus montrent qu'il y a parmi toutes les personnes témoignant de nombreuses personnes de bonne volonté et lucides sur la question de l'islamisme en "cités". A un moment il faudra bien dépasser des clivages superficiels sur la question, avant que les faits ne nous l'imposent de force.

     

    Il y a vraiment en France la droite la plus con du monde incapable de répondre aux angoisses de ces gens. Ce ne sont pas des déclarations martiales qu'ils veulent mais de la fermeté, de l'autorité dans la réaffirmation de nos valeurs et non dans une tolérance molle et bien lâche de ce qui ne devrait surtout pas être toléré. On se demande d'ailleurs si celle-ci n'est finalement pas le fruit d'un mépris certain pour les populations "issues de la diversité" impliquant qu'elles sont finalement juste assez bonnes pour une pratique religieuse exprimée en interdits simplistes, pour les conserver au calme en quelque sorte.

     

    A gauche d'autres feront de même car "Charlie" c'est encore de la propagande "islamophobe", mot valise emprunté aux mollah iraniens qui l'ont inventé. Cette attitude provient surtout de l'idée voulant qu'il faudrait tout accorder aux plus religieux pour acheter la paix sociale et demeurer tranquilles encore quelques temps dans les quartiers de centre-ville. Ils sont aussi dans le "après nous le déluge", car ce qui se passera dans quelques années ne les concerne pas. D'autres enfin iront encore plus loin, "Charlie" "célésionistes"...

    Lire la suite

  • Bernanos en pleine lumière

    Imprimer Pin it!

    bernanos3.gifDepuis quelques temps, à droite d'aucuns se réclament de Bernanos (ils se disent ni de droite ni de gauche mais sont objectivement de droite). Pour ma part, je trouve cela éminemment sympathique bien entendu ainsi que j'aime déjà comme des frères ceux qui à gauche le voient comme un frère d'armes. Pour quelques uns il est même leur capitaine, pour d'autres un exemple. Ils jugent de ses capacités de réflexion politique injustement, le font de leur camp parfois abusivement, le transforment en quelqu'un d'autre qu'il n'a jamais été. Ce qui m'agace le plus sont ceux en faisant leur maître, ce qui ferait d'eux leurs héritiers tout en étant mondains, serviles et avides de la reconnaissance des maîtres de ce monde.

     

    Tous ou presque oublient une chose pourtant fondamentale chez lui qui est sa foi.

     

    Comment pourraient-ils s'y attacher dans notre société si matérialiste, atomisée et traversant une crise morale encore plus grave qu'à l'époque des « Grands Cimetières sous la lune ». Comment pourraient-ils le comprendre alors que tous finalement sont contaminés par l'esprit libéral libertaire, et mortifère, et nous poussant au narcissisme le plus abject, de nos temps troublés.

    Lire la suite

  • La vie en noir et blanc de Rokhaya Diallo

    Imprimer Pin it!

    politique, société, rokhaya diallo, citoyenneté, amaury watremezLa personne dont je parle ci-dessous étant spécialiste de la victimisation forcée et à outrance, et de la judiciarisations, ou de la stigmatisation  - réelle celle-là -  de la parole des contradicteurs, je marche sur des œufs ou presque en rédigeant ce petit texte au fond surtout taquin. Un contradicteur a tort, la question de la pertinence des questionnements qu'il peut exercer est nulle et non avenue. Un contradicteur est raciste, il a de sombres desseins et est nostalgique des heures les plus sombres de notre histoire, du colonialisme, j'en passe et des pîres.

     

    Pour Rokhaya Diallo, journaliste, éditorialiste distinguée et écrivain, le monde est en noir et blanc. Il n'existe pas d'entre-deux. Le problème des militants est qu'il leur faut absolument un ennemi désigné, un ennemi mauvais forcément et facilement identifiable. Pour un militant, ne pas penser comme lui ou comme elle c'est être contre lui, ou contre elle. Et Rokhaya Diallo est une parfaite militante sincèrement persuadée de défendre le Bien, la Justice et la Paix (voir à ce lien) et ce contre vents et marées.

    Lire la suite

  • Banlieue blues

    Imprimer Pin it!

    banlieue, société, politique, amaury watremezJ'aime bien la banlieue, j'y ai passé un peu de mon enfance. Bien sûr elle a changé, terriblement mais elle est encore un peu là, les gosses dégourdis, la gouaille, l'insolence des affreux jojos et leur sens de la formule. Les archipels de béton recelaient à l'époque des endroits presque aussi mystérieux que les planètes psychédéliques que le commandant Koenig et ses cosmonautes exploraient chaque semaine dans « Cosmos 1999 ». C'était aussi le même décor désolé entourant John Steed et Emma Peel dans « Chapeau melon et bottes de cuir ».

     

    Parfois un cirque s'arrêtait entre la grand route et les immeubles, et c'était la jungle en traversant la route, j'étais heureux et n'en voyait pas les côtés minables. Je ne voyais pas non plus la précarité autour de nous, les pauvretés, les difficultés de mes parents. J'étais complètement indifférent aux origines de mes amis, je le suis toujours. Un de mes meilleures amis s'appelait Mehdi. Pas de blues en banlieue donc, c'était ma première terre sainte.

    Lire la suite

  • Pourquoi j'aime la pluie

    Imprimer Pin it!

    J'aime bien la pluie, je sais c'est étrange, c'est bizarre.

    pluie, paris, souvenirs, nostalgie, amaury watremezJ'ai mes raisons comme on dit. Quand il fait mauvais, quand il pleut je suis encore un peu avec toi.  Cela ne me rend pas triste au contraire, encore moins nostalgique. Paris sous la pluie est plus intéressant, on fait comme les enfants, on dirait que on est dans un film du quotidien poétique, Marcel Carné, Prévert et des dialogues de Jeanson.

    Je sais très bien que le temps perdu ne se rattrape plus, que les rêves meurent un jour. Je n'ai plus d'illusions. Mais au moins le temps gris est le même que lorsque je te voyais chaque jour. Certains parlaient d'année pourrie, celle là aussi, moi c'était comme si il faisait soleil chaque jour. Et même je ne me posais aucune question.

    Une chanson sur la pluie est une des œuvres les plus joyeuses de Brel, sans doute t'a-t-il connue ?

    Parfois je prenais ta main dans la mienne, tes doigts délicats dans ma grosse patte. Il n'y avait que cela qui comptait réellement.

    Et puis un soir, un soir de grosse chaleur, une nuit de canicule, tu n'es pas venue et nous ne nous sommes jamais revus...

    ...Ainsi va la vie.

     

    Image empruntée ici

    Sic Transit Gloria Mundi,

    Amaury - Grandgil

  • Ces chrétiens dont vous n'avez rien à faire

    Imprimer Pin it!

    Encore moins que les autres, c'est dire....

    chrétiens d'orient, islam, politique, société, religions, islamisme, société, amaury watremez 

    Ce sont les chrétiens orientaux, ces chrétiens qui célèbrent en grec, en syriaque, en copte, en araméen, an arménien, en arabe, ces chrétiens qui parlent d'ailleurs arabe pour la plupart d'entre eux. Minoritaires, toujours suspects aux yeux des maîtres s'étant succèdés sur ces terres depuis des siècles ils formaient souvent l'élite de leurs nations, et un pont avec l'Occident (voir à ce lien un article sur le massacre de ces minorités qui continuent).

     

    Cependant, l'ignorance des catholiques est telle à leur sujet en 2018qu'elle peut être illustrée par ce monsieur me demandant candidement à un stand de l'Oeuvre d'Orient à quelles dates étaient arrivés au Proche Orient les missionnaires ayant convertis ces croyants. Dans son esprit, un arabe était automatiquement musulman, pas un disciple de l’Évangile.

    Lire la suite

  • Francofonie

    Imprimer Pin it!

    Où l'auteur fête à sa manière la semaine de la langue et de la francophonie du 17 au 25 mars 2018 (à ce lien)

     

    francofonie.jpgJe suis d'une famille où la langue est chose fondamentale. Nous ne sommes sûrement les seuls mais chez nous, bien s'exprimer et bien comprendre le français dans ses nuances est important, y compris l'ironie ou les antiphrases. Il n'était pas rare que petit garçon je me fasse gronder pour un mot mal employé ou omis. Eugène Ionesco au théâtre ne pouvait que nous plaire dans sa déconstruction des clichés de langage et l'absurdité des expressions toutes faites ne voulant rien dire. Bien entendu, il y a un revers de la médaille à cette prédominance de la langue qui est de tout analyser à outrance, second, troisième, trente-deuxième degrés, alors que bien souvent, il n'en existe qu'un seul.

     

    Finalement, nous étions des lacaniens sans le savoir...

     

    Les littéraires se reconnaissent entre eux. Ils sont les parents pauvres d'une éducation les considérant très mal. Les matheux dominent, ceux qui quantifient, qui rangent tout dans des petites boîtes bien utiles même si ainsi que me l'a dit une petite fille « les maths ça sert à rien, ça sert juste à faire la guerre ». L'enseignement des Lettres depuis la mirifique réforme Haby en 1977 n'ont pas cessé d'être méprisé, diminué, rabaissé. Les adeptes de Bourdieu comme de Philippe Meirieu considèrent en effet que la littérature c'est un truc d'héritiers, de la « culture bourgeoise », des ces « humanités » patrimoniales et paternalistes stigmatisant les travailleurs et les plus précaires.

    Lire la suite

  • Karnaval

    Imprimer Pin it!

    carnaval de dunkerque,société,carnaval,humour,politique,amaury watremezLa tradition du Carnaval, du Charivari, du Tohu bohu, remonte au Moyen Age. C'était une période où tout était inversé, les rapports entre les hommes, les femmes, les rapports de pouvoir, les riches laissaient entrer les mendiants, les prêtres étaient raillés, le blanc devenait le noir et inversement. C'était un joyeux bazar. Il y a encore quelques années les adolescents, les écoliers se déguisaient et défilaient en ville arrosant généreusement les bourgeois qu'ils croisaient, qui n'osaient pas répliquer quoi que ce soit ou en appeler aux forces de l'ordre.

     

    Votre serviteur, mézigue l'auteur de ces lignes, l'a fait quand il était lycéen, il adorait ces journées où l'indocilité devenait la norme pour une fois...

     

    Depuis quelques temps, cette joyeuse coutume s'est plus ou moins perdue au profit de Halloween, en partie, car même dans ce dernier cas on ne se déguise plus tellement pour s'amuser au XXIème siècle. Et l'on pourrait croire aussi que le goût de l'irrévérence a été abandonné en route.L'époque actuelle serait même on ne peut plus révérencieuse, s’aplatissant devant ceux ne le méritant aucunement. Les nantis, les donneurs de leçon ayant sans doute des problèmes de foie, les bourgeois pédagogues ont donc repris du poil de la bête. Ils se pensent vainqueurs...

     

    Et n'importe quel imbécile par le miracle technique des réseaux sociaux de réclamer le respect qu'il estime indispensable pour ses raisonnements abscons (on le comprend, au fond il sait très bien qu'il est stupide), et de judiciariser ou menacer de le faire dés qu'il ne l'obtient pas, de faire planer sur tout et n'importe quoi leur pénible esprit de sérieux...

    Lire la suite

  • Dis Maman c'était quoi être un homme ?

    Imprimer Pin it!

    ecto.jpgUn petit texte sur un cauchemar matriarcal, un rêve de féministes

    A ce lien sur "Mauvaise Nouvelle"

     

    Je n'ai fait qu'extrapoler ce qu'elles préconisent...

     

    illustration empruntée ici

     

    ça pourrait même être le début d'un roman...

  • Pour quelques pots de Nutella

    Imprimer Pin it!

    inspiré de ce fait divers (voir à ce lien)

     

    société, politique, consommation, nutella, amaury watremezJe suis agent de sécurité du centre commercial « les trois violettes ». C'est un bien chouette métier que celui-là. Je suis comme le shérif d'une petite ville bien vivante, parfois turbulente. On en a vu des choses si vous saviez. Des voleurs à la tire, des kleptomanes, des grandes dames piquant dans les rayons. Quand on les arrête elles protestent, elles ont de ces grands airs, « ouaip », des comédiennes. Je ne suis jamais dupes même quand elles se mettent à pleurnicher.

     

    Mais je les aime bien, ça me fait de la distraction dans mon petit réduit où que je les emmène. Leur parfum reste longtemps après, entêtant, ça me donne l'impression que j'ai plein d'amoureuses.

     

    Pourtant dans toute ma chienne de vie, rien ne m'avait préparé à ce que j'ai vécu pendant les foutues soldes du Nutella...

    Lire la suite

  • Paris crado

    Imprimer Pin it!

    rats, paris, société, politique, hygiène, amaury watremezDepuis quelques jours circulent sur le net des vidéos de rats dans Paris, des images proprement (si j'ose dire) effrayantes filmées par un éboueur parisien (voir à ce lien). Ces petites bêtes sont porteurs de maladies, d'infections diverses et variées et ils rappellent des heures sombres, des épidémies tragiques telle la Peste Noire. Les rats sont revenus dans la « ville lumière » et avec eux des problèmes d'hygiène que l'on croyait oubliés depuis belle lurette. A quand le retour de la tuberculose et du choléra ?

     

    Il faut dire que Paris est sale, de plus en plus dégoûtant, et que ce n'est pas seulement la faute de l'administration municipale actuelle mais un autre symptôme d'une société malade, la nôtre.

     

    Le sentiment de faire société d'ailleurs n'existe plus, c'est le règne du « moi d'abord » et les autres après. Le civisme n'est qu'une posture pour quelques bobos, la citoyenneté est considérée comme ringarde. Et l'on s'étonne que l'hygiène soit tellement déplorable que des rats reviennent dans la capitale ?

    Lire la suite

  • Naïvetés réacs

    Imprimer Pin it!

    politique, réacs, société, droite, amaury watremezIl y a en ce moment une thèse circulant sur le net chez les pseudo-réacs et assimilés qui vaut son pesant de cacahuètes. Elle surprend, elle effare, elle fait rire jaune. Macron en réalité serait des leurs, il y aurait des signes qui bien que très superficiels ne trompent pas. Il faut lire de leurs analyses se voulant savantes décryptant ses gestes et discours. Ont-ils compris que le président est un orfèvre en matière de communication ? Sa femme a été attachée de presse et il maîtrise parfaitement l'art oratoire.

     

    Il sait donc très bien faire passer des vessies pour des lanternes, être mousse et pampre et faire avaler des couleuvres grosses comme un bras aux français...

     

    Les réacs ou assimilés se sont il est vrai très souvent distingués par leur profonde « naïveté » autour de certains personnages historiques, entre autres De Gaulle. Rappelons que de nos jours, dans notre société l'on est « réac » à partir du moment où l'on s'affirme même timidement de droite ou catholique plutôt traditionnel. Ce qui n'est pas être réactionnaire. Je songe également à « la marche pour la vie » où on se dit « apolitique » affolés que les médias peuvent les assimiler à la droite...

    Lire la suite

  • Les puissants s'affolent (et ce n'est pas une « fake news »)

    Imprimer Pin it!

    fake news, président macron, nyssen, presse, médias, politique, société, amaury watremezLe président Macron veut mettre en place une loi contre les « fake news » (voir à ce lien). Sa ministre de la culture cette chère madame Nyssen prétend même un peu légèrement à mon avis que c'est pour mieux préserver la liberté d'expression. Donc brider celle-ci c'est l'étendre ? « La vérité c'est le mensonge » ?. Il convient de se demander ce que c'est qu'une « fake news ». On se demande d'ailleurs pourquoi un « littéraire » comme Jupiter ne parle pas de mensonges ou de bobards ? Cette mode des anglicismes est très années 80, elle naît d'un désir de faire moderne, de faire jeune.

     

    Une « fake news » c'est tout ce qui contredit en général la bonne parole libérale libertaire, la doxa bien pensante, tout ce qui mettrait en lumière l'hypocrisie des nantis, ce que l'on appelle pudiquement la France qui va bien. Ils ont cru depuis quelques années faire bonne figure en adoptant quelques postures « citoyennes » ou « civiques ». Une opinion émise sur un site de droite est donc forcément une « fake news », y compris quand elle est enrobée des précautions d'usage que les éditorialistes dits politiquement incorrects croient bon d'enrober leur discours. Un discours s'opposant à celui qui fait de la mondialisation à toute force l'utopie ultime est une « fake news » etc...

    Lire la suite

  • Joyeuses fêtes et surtout la santé

    Imprimer Pin it!

    société, politique, noèl, religions, christianisme amaury watremezIl y a aura toujours des petits, et grands, censeurs de joie. Les censeurs de joie ne supportent pas les plaisirs pouvant exister en dehors de leur idéologie à la noix, des plaisirs contredisant leurs certitudes absconses. Devant une œuvre d'art, un paysage de rêve, un film, en lisant un livre ils ne recherchent que ce qui leur permet de persévérer dans leur sottise. Ils ne goûtent pas la vie, ils la refusent, la détestent et profitent de la moindre once de pouvoir qu'ils ont pour communiquer leur rancœur, leurs frustrations aux autres...

     

    Les donneurs de leçons habituels s'en prennent maintenant à Noël. Noël est une fête chrétienne même si elle a perdu beaucoup de son sens depuis quelques décennies. Et c'est la signification de cette fête chrétienne (je répète pour bien agacer les moralisateurs laïcards ou communautaristes) qui implique cette convivialité et ce temps de paix que tous croient bon de vivre le 24 et le 25 décembre. Que Noël soit une fête chrétienne même encore un peu les embête un maximum alors que les droits de l'homme qu'ils invoquent tant ne sont que la laïcisation de celles issues de l’Évangile.

     

    Ce qui tient encore un peu dans notre société : le souci minimal de l'autre, de protéger un peu les plus fragiles, en vient encore...

    Lire la suite

  • L'ascenseur social en panne aussi dans l’Église

    Imprimer Pin it!

    Eglise, société, politique, terre sainte, jérusalem, volontariat, amaury watremez, hypocrisieAussi sur Agoravox

     

    Je suis parti en tant que volontaire civil à Jérusalem pendant deux ans grâce à la Délégation Catholique à la Coopération sur un poste financé en grande partie par l’œuvre d' Orient. Cela a été un séjour inoubliable. Il m'a laissé une empreinte comme au fer rouge. J'y ai rencontré des personnes extraordinaires et je n'oublierai jamais ce que j'ai vécu là-bas et leurs visages. Je n'ai de cesse depuis d'essayer de faire connaître entre autres choses qui m'ont marqué la spiritualité des chrétiens d'Orient et leur sort tragique qui laisse indifférent la majeure partie des occidentaux.

     

    Cependant, je n'y étais pas parti pour la seule beauté du geste...

     

    J'étais en effet convaincu que ce genre de séjour à l'étranger permettait de nouer des contacts, se construire un réseau actif en montrant ses compétences pour plus tard lors du retour se donner les moyens de mes ambitions. Il nous était souvent dit également que partir en volontariat était un excellent point sur un CV ce qui est vrai à condition de faire déjà partie du milieu social qui convient. Cela n'était pas mon cas et je n'étais pas le seul.

     

    On le voit j'étais encore très naïf.

    Lire la suite

  • Les deux France irréconciliables et Johnny

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    La mort de Johnny, idole au sens concret du terme visiblement depuis deux ou trois jours, met en valeur l'existence de deux France, deux pays totalement irréconciliables :

     

    Johnny Hallyday, société, musique, politique, amaury watremezCelle très minoritaire dite « de Paris » en province, de ces baudruches de parigots suffisants qui font la leçon à tout le monde, où l'on aime se cultiver, où on lit, où on s'intéresse au théâtre, aux arts, à la culture en général. Rien que des prétentieux, des vaniteux atroces. J'ironise bien entendu, mais je ne dis pas que parmi ces personnes il n'y ait pas de cuistres du tout, mais il n'y a pas que cela. Loin de là.

     

    Et à côté on trouve l'autre France qui englobe tout le tout le reste de la population sans distinction de milieux ou d'opinions.

     

    On n'y lit plus beaucoup, on n'y va plus tellement au concert ou au musée. La culture, on s'en fiche un peu même si on ressent pour cela un peu de culpabilité néanmoins...

    Lire la suite