Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Revue de presse - Page 2

  • Fermer sa gueule ou pas ?

    Imprimer Pin it!

    Lire et relire la "Lettre à Manu" à ce lien

     

    lettremacron.jpgNos ancêtres avaient la dent beaucoup plus dure que nous contre les puissants et les bourgeois, contre les riches et tous les nantis. On l'oublie trop souvent. Il faut voir la violence des libelles contre les rois, les nobles et certains ecclésiastiques depuis la Renaissance jusqu'à la Révolution. Et "le Canard Enchaîné" ou "Charlie Hebdo" de 2018 sont d'aimables bulletins paroissiaux bien sages à côté entre autres de "l'Assiette au Beurre". Certains grands écrivains, particulièrement les "dandys" comme Barbey d'Aurevilly ou Oscar Wilde sont réputés pour leurs bons mots vachards dont on se régale encore maintenant.

     

    Souvent, l'offensé demandait le règlement de la moquerie sur le pré à cinq heures choisissant soit l'épée, soit le pistolet. Notre époque est largement plus policée, on y est plus docile face aux puissants. Quant à la verve des satiristes elle s'est considérablement aseptisée. Il faut dire que la judiciarisation constante des pseudo-offenses envers telle ou telle communauté, les accusations de racismes ou de quoi que ce soit en 'phobies" n'aide pas les adeptes de la dérision à en faire preuve, sans parler de la violence terroriste, de la haine et de la connerie islamistes.

     

    Dans les instructions officielles afin de traiter de la caricature on affirme encore bien fort qu'il s'agit là d'un privilège de notre démocratie tout en insistant par ailleurs très vite sur les limites qui devraient être fixées au sens de la dérision. Ce que l'on peut trouver parfaitement absurde. La dérision, à ne pas confondre avec l'injure bête et gratuite, n'a pas de barrières.

     

    Michel Onfray a rédigé dernièrement une petite lettre-pamphlet bien sentie et très bien troussée à l'intention d'Emmanuel Macron (voir à ce lien). Il évoque dans celle-ci le contentement évident - son ravissement - du président à poser avec les deux antillais sur la photo dite "du doigt" à saint Martin, il rappelle aussi celle faite à l'Elysée avec des "artistes" durant la Fête de la Musique. On y pouvait constater sa félicité évidente d'être si bien entouré à ses yeux. Cela se voit comme le nez au milieu de la figure. Or, pour les bien-pensants habituels décrire juste une évidence c'est être homopbobe (dont un arbitre des élégances morales écrivant dans "les z-inrocks", voir à ce lien).

     

    Mais en quoi ? Il n'a fait que constater une chose éminemment constatable à moins d'être soit très naïf, soit ancien pensionnaire du couvent des oiseaux. Quoi que même là-bas, dans ce genre d'établissements si les murs des dortoirs non mixtes accueillant des pensionnaires de bonne famille pouvaient parler ils en auraient des choses à dire. Curieusement, les cris d'orfraie contre Onfray (on note l'allitération) viennent comme d'habitude de partisans effrénés à les entendre de la liberté d'expression, à condition bien sûr de penser comme eux. Leurs contradicteurs sont forcément soient fascistes, soient nostalgiques des nazis ou de Vichy, pas d'alternative.

     

    On connaît le refrain...

     

    Comme ils savent que cela n'empêchera pas Onfray de s'exprimer ils le censurent sur la télévision et la radio publiques mais pas seulement, l'accusant comme à leur habitude de "propager la haine" de rappeler les fameuses "z-heures les plus sombres de notre histoire" ainsi qu'ils l'ont fait pour Zemmour. On ne sait pas, ce genre de méthode Coué, ça peut fonctionner ? Tout ce qui pourrait compromettre la docilité des populations est mauvais en soi finalement. Comme soupape, comme "minute de la haine perpétuelle", il y a le net et les forums politiques où le citoyen-consommateur est libre de se défouler jusqu'à un certain point...

     

    S'il lui prend l'envie de l'indépendance, il lui en coûtera très cher...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration empruntée ici

  • Pour en finir avec les geeks

    Imprimer Pin it!

    geek, culture pop, société, adulescent, politique, feuilletons, amaury watremezCe n'est pas que je n'aime pas la "pop culture" que chérissent les "geeks" et autres "nerds". Bien au contraire, j'aime beaucoup certaines vieilles séries télé que l'on peut regarder avec la "suspension d'incrédulité" que les enfants pratiquent sans réfléchir. Que des effets spéciaux soient rudimentaires n'a en fait aucune importance si le spectateur croit à l'histoire, si celle-ci est bien racontée. Mais certaines de ses vieilles séries que l'on trouve toutes sur internet, pouvant vivre

     

    J'aime bien aussi la bande dessinée, en particulier l'anglo-saxonne, mais de là à sombrer dans des fixettes et autres lubies à leur sujet il y a un abîme. Le geek sait quel est le modèle de tournevis sonique que le Docteur Who a à la main dans le comic book dessiné par Dave Gibbons en 1974. Il a cru remarquer que dans les premières minutes du troisième "Star Trek" cinématographique Kirk a son insigne plus à droite sur son uniforme qu'à la fin du long métrage. Il a tous les manuels pour faire voler les dragons et les vaisseaux spatiaux de "Star Wars" dont il connaît les plans par cœur,

     

    Des savoirs fondamentaux à n'en pas douter. Pour le "geek" ses compulsions télévisuelles ou cinématographiques sont sacrées. C'est plus que tout, c'est important. Et ça le relie à son enfance alors qu'il est coincé dans un corps d'adulte qui vieillit...

     

    Le "geek" regarde "Games of Thrones" parce que c'est un "Seigneur des Anneaux" avec du sexe dedans et des nudités en "full frontal".  Il adorait également "Breaking Bad" parce qu'il pouvait croire alors qu'un type comme lui, un binoclard, pouvait devenir un truand, un dur de dur, un homme un vrai, un mâle alpha. C'est toute la culture qui se "geekise" et qui met au même niveau Proust, Céline et Georges R. Martin (l'auteur du "Trône de Fer). Alors que culturellement ce n'est pas tout à fait la même chose bien que l'on puisse trouver les livres de ces auteurs dans les mêmes rayons à la FNAC.

     

    C'est en fait toute la culture qui est vampirisée par les "geeks" ou toute œuvre se doit d'avoir ses gadgets en relation, ou "goodies" en langue geek, voire son jeu vidéo, ses dessous de plats, ses "mugs" etc....

     

    Plus grand monde ne reconnaît de hiérarchie réelle dans les goûts culturels en affirmant le poncif habituel : "tous les goûts sont dans la nature". Alors que celle-ci existe et que l'inculture n'est pas quelque chose de subjectif, un "sentiment". Lire Stephen King avant ou la saga "Harry Potter" ou toutes les dystopies (contre-utopies) adolescentes à la mode en ce moment ce n'est déjà pas si mal me dira-t-on. Au moins cela permet que beaucoup de jeunes continuent à lire. Mais Rien ne leur interdit de passer à l'étape supérieure et de lire de la littérature un peu plus exigeante intellectuellement, de celle qui fait mûrir et qui ne cantonne pas le lecteur à un rôle d' "adulescent" perpétuel.

     

    Ce que sont beaucoup trop de grandes personnes de nos jours vivant dans un perpétuel présent, celui de leur post-puberté.

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

    Amaury - Grandgil

  • Ce qui se profile derrière la démission du ministre de l'Intérieur

    Imprimer Pin it!

    démission gérard collomb, société, politique, immigration, insécurité, amaury watremezJe m'étonne grandement qu'à droite, ou à droite de la droite, on ne salue pas plus les déclarations de Martine Aubry et de Gérard Collomb sur l'Insécurité. Même si ce que dit la première est sans doute motivé par des considérations électoralistes, même si elle fait partie des responsables du désastre, elle franchit un cap, et brise un tabou de gauche, un tabou qu'il ne faut surtout pas évoquer sous peine d'excommunication politique instantanée dans le camp des bien-pensants (voir à ce lien). C'est un signe fort.

     

    Et quand à l'insécurité, aux "incivilités" (selon le terme pudique des officiels) toujours plus graves et plus nombreuses, il me semble que cela est bien au-dessus de tous les clivages, que rester empêtré dedans en se réjouissant qu'Aubry soit en difficulté dans sa ville pour ces raisons est idiot. On ne sera pas trop de toutes les bonnes volontés pour combattre ce fléau, de droite comme de gauche. Et elle a raison, dans beaucoup trop d'endroits en France, les populations ne vivent pas selon nos valeurs, encore moins selon nos lois.

     

    Même si ce que dit le second ressemble un peu à un "après moi le déluge" il a dit hier la triste vérité concernant le fameux "vivrensemble" et la "diversité". Ni l'un ni l'autre n'ont de chair ou n'existent. De "côte à côte" nous allons sans doute bientôt vivre "face à face", dans l'affrontement qui n'est pas vraiment incertain. Et l'ancien ministre cite ensuite la question gravissime des bandes organisées, des dealers et autres truands qui tiennent les "quartiers" en coupe réglée par la peur et l'intimidation (voir l'intégralité de son discours à ce lien).

     

    Il a finalement reconnu l'impuissance totale des politiques dits "républicains", la bonne blague de l'intégration, ni plus ni moins. Mais bien entendu, on peut toujours se gorger de belles paroles à ce sujet...

     

    Ce qui arrive est loin d'être entièrement de sa responsabilité ou même de celle du président actuel. Certes les clichés catastrophiques où il pose à côté de "diversités" peu fréquentables n'arrangeront en rien les choses. Mais penser par exemple que Laurent Wauquiez, qui a été ministre et qui est responsable régional ferait mieux, ou un, une autre, n'a pas de sens. C'est une longue suite de renoncements progressifs, de lâchetés continuelles, de compromis inacceptables où l'on a abandonné les "quartiers" aux caïds, aux islamistes, qui n'auraient jamais dû être faits. Que ce soit Sarkozy, Hollande, Chirac et Mitterrand, voire Giscard, ils sont tous impliqués, tous coupables. A divers degrés.

     

    Alors on peut continuer à se complaire dans le jeu des chaises musicales entre la gauche et la droite, acclamer l'un un moment, puis l'autre le moment d'après, ou alors on peut aussi ouvrir les yeux et s'impliquer afin que les choses changent. Car si les politiques sont responsables les citoyens le sont aussi. Combien de gueulards, de va-t-en guerre, sur les réseaux sociaux, sur les forums, sur le net en général laissent passer dans la vie ce qu'ils ne devraient pas ? Pour la paix civile eux aussi...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

    Amaury - Grandgil

    illustration empruntée ici

  • Le ciné de Charles

    Imprimer Pin it!

    cinéma, société, aznavour, hommage, mort, amaury watremezSi j'aime bien quelques chansons d'Aznavour, j'ai largement tendance à le préférer au cinéma....

     

    Il promène sa gueule caractéristique dans de nombreux films "noirs" des années 50-60, son accent de "titi" parisien pur sucre, son physique faussement frêle car il jouait toujours des "hommes" des durs. Il disait très bien aussi les dialogues d'Audiard. Il les avait en bouche aussi bien que les autres habitués du "petit cycliste". Celui-ci, faux dilettante, avouait d'ailleurs s'inspirer des expressions originelles  des acteurs et les utiliser pour leurs personnages. La plupart des répliques de Ventura et Blier dans "les Tontons Flingueurs" sont des phrases que l'un ou l'autre a dit auparavant dans des contextes bien entendu différents...

     

    "Éparpillé par petits  bouts façon puzzle" par exemple, c'est de Blier, "il commence à me les briser menu" c'est de Ventura aussi à la base, ou "tu veux quand même pas qu'on forme une amicale", réplique qu'il lance à Annie Fratellini dans "La métamorphose des cloportes" également...

     

    Dans "Tirez sur le pianiste" de François Truffaut, d('après David Goodis, polar bavard qui se la raconte un peu, Charles est le seul intérêt du film avec la merveilleuse Marie Dubois. On me rétorquera que c'est déjà pas mal, mais ce film noir qui nous dit, nous hurle, qu'attention le réalisateur n'est pas dupe des ficelles du film de genre qu'il entend déconstruire, tout ça, ne m'enchante pas. Et certes bien sûr il y a aussi la scène avec Michèle Mercier au début de l'histoire pour la bonne bouche et l'anecdote gauloise. Je crois que l'on est en droit de préférer "la mariée était en noir", plus sobre, plus "à l'os". C'est Charles qui dans "un taxi pour Tobrouk", film de guerre inoubliable et pacifiste dans le meilleur sens du terme, qui dit la réplique immortelle :

     

    "Deux intellectuels assis vont moins loin qu'un con qui marche"....

     

    Dans "La métamorphose des cloportes" d'après Boudard, il est Edmond le copain d'enfance d'Alphonse qui finit par le trahir par trop de rancœur et de jalousies accumulées. Edmond, c'est le copain petit dur à carrure d'ablette, le petit voyou qui ne s'en laisse pas compter mais qui reste le petit qui a besoin d'un grand pour être protégé. Après avoir essayé de jouer la comédie de l'apaisement, du brave type transformé par la spiritualité indienne et tout le tremblement, Edmond finit par cracher son dépit à Alphonse qui le retrouve dans un petit pavillon meulière après avoir fait quelques années de "cabane" à cause de lui et qui veut lui casser la figure mais qui n'aura finalement pas à se donner cette peine.

     

    Et bien sûr il est le "petit" Kachoudas dans "Les fantômes du chapelier" (voir à ce lien) de Claude Chabrol d'après Simenon, le petit tailleur plus courageux que les tous les fiers-à-bras qui ose montrer à l'assassin Serrault qu'il le surveille, qu'il l'empêchera de commettre d'autres meurtres. Après ce film il ne tourna pas grand-chose de notable excepté un petit rôle dans "le Tambour". Quand je regarde ces films j'ai toujours l'impression que Charles est un de mes oncles parigots, un oncle de rêve, un de ceux que l'on sent un peu fragile derrière la carapace...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration  empruntée ici

  • Martine découvre le communautarisme

    Imprimer Pin it!

    martine aubry, immigration, société, politique, migrants, sécurité, amaury watremez, lilleIl est facile d'ironiser sur la déclaration que Martine Aubry, la maire de Lille, a faite sur certains quartiers qui ne sont plus en République (voir à ce lien) et qu'elle en avait parlé à Gérard Collomb. On sait bien qu'il y a certainement derrière l'intention de récupérer l'électorat qui vote dorénavant FN. Mais si elle elle le dit même pour ces raisons, elle la chrétienne de gauche, c'est que la situation doit être vraiment gravissime. Et qu'elle le dise montre aussi qu'une partie de la gauche commence lentement -il serait temps- à ouvrir les yeux sur les conséquences de sa propre politique menée depuis plus d'une quarantaine d'années. Elle a raison de fait, dans ces endroits nos lois, nos valeurs n'ont plus cours.

     

    Et c'est de notre faute.

     

    On nous cite toujours lorsque l'on évoque ce problème des cités les exceptions confirmant la règle, les professeurs encore dévoués, les éducateurs encore tous à leurs tâches malgré des salaires que l'on en est droit de trouver indécent. On nous demande des chiffres en réponse, des éléments statistiques alors que les statistiques ethniques sont interdites en France. On compare la délinquance des "blousons noirs" des années 50-60 à celle des "lascars" de cité. D'aucuns comme Samuel Laurent osent le rapprochement entre la brute rappeuse ayant pondu ce texte sur la pendaison des blancs et Brassens. Et puis de toutes façons c'est un fait entendu, tous ceux mettant en garde contre la montée des communautarismes, des revendications obscurantistes sont des racistes.

     

    Quand on ne laisse pas entendre qu'ils sont bons à psychiatriser...

     

    Dans les quartiers règne la loi du plus fort, la haine aveugle et brutale, la violence absoluée, celle du "business" de la drogue et autres trafics qui permet aux habitants des "cités" de consommer allègrement les produits vendus dans les zones commerciales qui sont toujours à proximité des immeubles. Tant que ça fait marcher la consommation, d'où vient l'argent n'a aucune importance n'est-ce pas ? Le système vendra la corde pour se faire pendre. La loi de ces "affaires" est une loi d'airain, très dure, personne ne peut prétendre y échapper. Cela commence par l'intimidation qui fonctionne à chaque fois, car la police n'intervient plus depuis longtemps : On les comprend, nous ferions-nous trouer la peau pour 1800 euros par mois nets ?. Les quelques "toubabs" ou "koufars" qui restent on les met au pas rapidement. Beaucoup devancent cette mise au pas en faisant le ramadan, en étant plus royalistes que le roi du Maroc en quelque sorte.

     

    Et puis quant aux éducateurs, ils n'ont pas envie qu'on leur crève les pneus s'ils se montrent un peu trop fermes...

     

    Je ne parle même pas ici de tous les "natios" et souverainistes enflammés que l'on peut lire, surtout sous pseudo, sur le net. Dans la vie, et c'est normal, c'est humain, ils sont moins exaltés, moins radicaux. Il faut bien vivre, et, ou survivre dans des environnements difficiles, de plus en plus. Il faut bien aller au travail, gagner sa croûte malgré une situation clairement de plus en plus tendue pour une seule raison. Tout le monde s'est satisfait pendant des décennies des grandes déclarations de bonnes intentions, bien lacrymales, bien gentilles aussi. Mais personne ne s'est soucié de savoir si ces populations s'intégraient ne serait-ce qu'un minimum à notre pays, des populations dont les modes de vie et valeurs témoignent surtout ne serait-ce qu'à leur arrivée de la sottise obscurantiste la plus crasse, de la loi du plus fort, du plus riche...

     

    ...Et le fait que cela ait existé en France supposément n'est pas une excuse.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

    Amaury - Grandgil

    illustration empruntée ici

  • Racisme au second degré ?

    Imprimer Pin it!

    musique, nick conrad, société, politique, racisme anti blancs, amaury watremezUn rappeur dont je ne dirai pas le nom ici, il a eu bien assez de pub, a diffusé un clip abject incitant à "pendre les blancs" je cite. Mais attention, c'était du second degré et c'était pour choquer en faisant réfléchir sur le racisme des dits blancs, c'était de l'ââârt (voir à ce lien). En fait il aurait voulu inverser les rôles et montrer ce que ça fait de subir le racisme que les blancs feraient subir aux africains depuis de toute éternité. En bref, ledit rappeur ne manque pas d'air, et , ou il est bien "briefé". En bref, il se paie notre tête...

     

    Sur "France Inter" et d'autres médias "mainstream" bien entendu on appuie bien sur le fait que ce scandale ne serait de la responsabilité que de la fachosphère, ce truc nébuleux invoqué dés que l'on contredit la "bonne" parole. Ce serait du racisme au "second degré"...

     

    Un blanc, un "caucasien", dés qu'il parle sans faire dans l'angélisme ou le mièvre des africains ou de la culture arabe est forcément un raciste. C'est automatique. Un blanc doit être constamment dans le "masochisme mémoriel" et l'auto flagellation continuelle il est automatiquement coupable de tout l'esclavage, de la colonisation dans son ensemble. Toute personne d'origine africaine, arabe en France ne peut pas être raciste. Cela contredit la vision rose-bonbon de la diversité il faut dire. C'est du réel, celui qui fait mal, alors évidemment ça déplaît fortement.

     

    On commence tout juste à évoquer officiellement -du bout des lèvres- l'antisémitisme qui sévit dans les milieux musulmans. Mais par contre un "noir" ne peut pas être raciste. Un "noir" ne peut être que victime du racisme.

     

    Alors qu'il suffit de prendre les transports en commun, d'aller en banlieue pour s'apercevoir que ce racisme africain existe bel et bien. Pas chez tous bien sûr, pas partout mais il est bel et bien là. Il suffit par exemple de faire l'expérience de demander son chemin dans ou à côté de la gare de Cergy (entre autres endroits). Il y a là une majorité d'africains. Ils ne répondent pas ou alors indiquent une direction contraire, ou bien ils ne savent pas. Le, la "toubab" n'a qu'à se débrouiller tout seul ("toubab" ou "babtou" signifiant "patron" et employé ironiquement pour désigner les blancs).  Le "babtou" est réputé fragile il, elle ne sait pas se défendre. On peut lui piquer son pognon, il n'ira pas se plaindre. qui sait même si ce n'est pas lui qui a commencé ?

     

    Le toubab n'est pas un "frère" ainsi que l'on s'appelle entre membres de la diversité, le toubab est un toubab. Car si une bonne majorité des africains et des arabes de France s'appellent "frères" ce n'est qu'entre eux, leurs voisins caucasiens en sont exclus. Par contre c'est à eux que l'on fera des leçons sur le "vivrensemble". C'est à eux que l'on expliquera que lorsqu'un noir parle de "pendre des blancs" c'est de l'ironie attention, qu'il ne faut pas prendre ça au premier degré...

     

    ...et mon œil ?

     

    Ce qui est surprenant est que la majorité des brutes primaires qui font de l'ââârt en faisant du rap le font en étant visiblement fascinés par la ségrégation qui existait dans le Sud des États-Unis, par toute la "culture" des prisons US (des jeans "baggys" au bling-bling en passant par une vision des femmes là encore assez primaire mais chut faut pas le dire). Certains pensent-ils que la ségrégation raciale existait en France ? Ce qui n'a jamais été le cas. On constate d'ailleurs que dans les transports la plupart s'assoient là où celle-ci les aurait obligé de se mettre, qu'ils l'ont comme intériorisée tout en se révoltant contre.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration prise ici

  • 150 donneurs de leçons et le réel

    Imprimer Pin it!

    politique, manifeste 150, migrants, société, migrants, amaury watremezCent-cinquante personnalités du monde du spectacle, dont quelques "has been" n'ayant rien de fait de notable depuis quelques années déjà, viennent de signer un manifeste pour l'accueil des migrants dans le genre texte que l'on aurait dit avant chrétien de gauche. C'est gentillet, mignon, bourrés de poncifs vaguement humanitaires et totalement hors-sol en plus d'être un rien hypocrite (voir à ce lien). Car au bout du compte il ne me semble pas que lesdites personnalités accueillent qui que ce soit chez elles ou dans leur jardin ? Qu'elles soient prêtes à une redistribution plus équitable des richesses ? Et je ne crois pas qu'aucune d'elles ne donne cinquante pour cent de leurs salaires aux plus démunis...

     

    Là, peut-être qu'à ce moment là j'y croirai...

     

    Ce genre de manifeste lacrymal on aimerait aussi en lire pour les personnes comme ce SDF ayant dû voler de la nourriture dans une épicerie pour juste manger un peu et condamné sans barguigner à deux mois de prison (voir à ce lien). Mais curieusement là, c'est un silence assourdissant que l'on constate. On chipote, on élude, on minaude. Qui dit que le SDF n'était pas un méchant homme ? Cette histoire rappelle celle qui a inspirée Victor Hugo pour "les Misérables" et permis au Droit de réfléchir sur l'idée d'équité pour la première fois.

     

    Cette histoire qui ne doit pas être isolée montre aussi combien la paupérisation gagne du terrain en France...

     

    Personne d'un peu humain ne peut contester le drame qu'est celui des migrants, que ceux-ci soient des hommes, des femmes, des enfants. qu'ils émigrent pour des raisons économiques ou politiques. Nous placés dans le même cas, crevant de faim, privés de libertés, on ne réfléchit pas beaucoup si on entend parler de pays plus riches, plus libres et accueillants. Ce n'est pas ces personnes le problème, ces populations souvent manipulées, y compris par les passeurs professionnels et autres trafiquants de chair humaine pour gagner beaucoup d'argent. Les pays dont ces populations sont originaires y gagnent aussi. On se débarrasse des éléments perturbateurs en les envoyant vers ailleurs.

     

    Mais alors donc ? Comment s'y prend-on concrètement pour accueillir et, ou intégrer, assimiler des populations aux cultures très différentes voire opposées aux  nôtres ? Parce que pour le moment les manières de procéder ne sont pas exactement probantes. Ce n'est qu'une longue liste de violences diverses et variées dues à la frustration de ne pas avoir trouvé l'Eldorado promis en Europe, aux écarts trop importants de coutumes et d'habitudes de l'hygiène à la perception du rôle des femmes. Les Réel en somme. Un réel dont les bons apôtres ne veulent surtout pas entendre parler le moins du monde.

     

    C'est pénible le réel, cela demande de faire des efforts sur soi, d'agir véritablement plutôt que de se contenter de belles paroles, de s'engager pour de bon pour les autres. Attention, je ne dis pas ici que c'est le cas des cent-cinquante personnalités ne sachant pas sonder les reins et les cœurs mais la questions est posée...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration prise ici

  • Itinéraire d'un gars laborieux

    Imprimer Pin it!

    Je vais encore me faire des copains...

     

    moix.jpgJ'ai bien connu beaucoup de clones de Yann Moix (prononcez Moixe et voir à ce lien son parcours) à la fac pendant mes études. On les comptait par dizaines, bien entendu, tous n'avait pas son entregent et sa capacité à flatter les puissants qu'il fallait dont BHL le concernant. Ils se ressemblaient tous, adoptaient tous ce même genre de discours à la fois très universitaire et se voulant humaniste, enfin humaniste, en peau de lapin. Ils singeaient l'altérité envers les pauvres, les plus démunis mais étaient toujours bien contents de rentrer dans la belle maison ou le bel appartement de Papa et Maman et de profiter de leur largesse matérielle et des vacances gratos le plus tard possible.

     

    On habite un logement qui coûte le PIB d'un pays du Tiers Monde, mais on milite contre la pauvreté car la pauvreté c'est mâââl....

     

    C'était des petits garçons bien sages, dociles et consciencieux mais aussi un peu « laborieux ». C'était ainsi que nous les surnommions avec un camarade. Ils ne lisaient pas par goût, ne s'intéressaient pas à l'histoire, à l'actualité, à la littérature et aux arts par appétence réelle ou inclination culturelle mais surtout pour renvoyer d'eux une image flatteuse. C'était donc très superficiel. Leur apparente assurance cachait toujours des petites frustrations bien enfouies, des rancœurs recuites envers les musclés, les beaux gosses de l'école, des petites jalousies envers les trublions, les « voyous » de la cour de la récré qui les rackettaient, leur piquaient leur goûter quotidiennement...

     

    Ils voudraient bien être comme eux cependant, ils voudraient bien abandonner aux orties leur bonne éducation, leurs tabous inculqués par les parents. Ils aimeraient se conduire en mâles alpha primaires et brutaux également, se conduire en soudards avec les femmes. Ils se laissent pousser la barbe pour cacher l'acné qui dure chez eux la puberté largement dépassée, ils s'affublent de vêtements qu'ils pensent plus « libérés » mais rien n'y fait ils demeurent des « laborieux », des cloportes en quelque sorte espérant continuellement une illusoire métamorphose. Elle ne vient jamais car derrière eux on voit toujours le petit garçon sage et un peu trop renfermé.

     

    Ils me rappellent toujours le personnage du professeur d'histoire dans « Uranus » (joué par Luchini dans l'adaptation qu'en a fait Claude Berri, voir à ce lien). Celui-ci est un petit bourgeois qui culpabilise de sa condition et de ses privilèges matériels tout en n'y renonçant pas pour autant (il n'est pas fou). Il est plus révolutionnaire que les plus révolutionnaires, plus exalté qu'autre chose aussi, et surtout capable de grandes déclarations ronflantes. Mais il se ridiculise dés qu'il s'agit de passer à l'acte, en l’occurrence tuer Léopold le cafetier les ayant raillés auparavant lui et d'autres militants.

     

    Le pauvre Léopold sera assassiné lâchement un peu plus tard par tout un groupe courageux mais pas téméraire comme les sont les Yann Moixe de la terre...

     

    Il a eu un parcours finalement classique en sortant de Sciences Po choisissant comme créneau le culturel et l'éditorialisme mainstream à peu de frais, profitant des réseaux habituels où tout le monde se connaît, tout le monde s'épaule, tout le monde est solidaire et ce quelle que soit la couleur politique. Il n'y a que les naïfs pour croire qu'il existe un réel clivage entre tous les éditorialistes actuels. Et comme c'est quand même crevant de continuer à s'intéresser à la culture pour de bon, il fait chroniqueur. Du « café du commerce » bourgeois finalement c'est pas très compliqué, deux ou trois lieux communs vaguement humanitaristes, de grandes condamnations ayant l'air de tomber de haut, du haut de sa tour d'ivoire, et tout va bien. Et puis les protecteurs continueront à ouvrir les portes.

     

    De temps en temps il fait les « grosses têtes » de Ruquier, on parle comme chez le coiffeur et tout va bien, et en plus ça rapporte. Et il y a des andouilles pour écouter...

     

    Il sait faire le « buzz », faire du « bruit médiatique », on peut lui reconnaître au moins ce mérite mais au fond Moixe est surtout anodin...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury – Grandgil

     

    (méfiez vous des imitations grossières)

     

    illustration empruntée ici

  • A chacun son Goldstein

    Imprimer Pin it!

    politique, 1984, goldstein, amaury watremezDans "1984" de Georges Orwell afin de maintenir la privation totale des libertés le régime en place évoque souvent un ennemi du régime, un certain Goldstein dont on ne sait pas s'il existe réellement ou s'il est une création "ex nihilo" afin de démasquer les réfractaires. Comme Winston Smith, le personnage principal du livre, lui en plus tombe amoureux "à l'ancienne" ce qui est le crime majeur dans le monde cauchemardesque de cette fable. En 2018 on est beaucoup plus subtil, des Goldstein on en a "créé" plusieurs qui jouent très bien leur rôle consciemment ou pas. Beaucoup y voient leur intérêt, ils y gagnent bien leur vie...

     

    Le Net et les nouveaux moyens de communication permettent d'amplifier considérablement leur place. La dynamique joue à plein et finalement les vrais maîtres se maintiennent ainsi sans problèmes, par là j'entends ceux du "tout économique".

     

    Il existe des "Goldstein" de droite pour les bien-pensants et ders "Goldstein" de gauche pour les réacs ou les "dedroite" assumés (il n'y en a pas beaucoup). Ils changent, le casting se modifie régulièrement, mais ce sont toujours les mêmes qui ressortent et au final la société telle qu'elle est, avec ses aliénations abyssales, se perpétue sans difficultés. Zemmour est le premier des Goldstein des bourgeois pédagogues, il a remplacé le patriarche le Pen dans cet emploi plus ou moins de comédie. Yann Moix et Hidalgo sont les "Goldstein" de gauche afin de permettre aux méchants - très très méchants- droitards de se défouler.

     

    Mais finalement tout le monde "se trompe de colère" pour reprendre le mot célèbre d'un ancien premier ministre...

     

    Et bien entendu il y a les "Goldstein" pour les plus radicaux les plus extrémistes, parfois sont-ils "complotistes". Cela va de Georges Soros à Rothschild en passant par tel ou tel tête de turc pourtant obscure. Cela va des fameux "reptiliens" aux "illuminati" en passant par le fameux gouvernement souterrain et clandestin à 300 mètres sous terre au Pôle Nord ou Sud je ne sais plus, et composé selon l'année, le moment, l'actualité soit de juifs et de franc-maçons, soit d'africains et d'arabes islamistes. Et je ne parle même pas de la théorie de la "Terre Creuse", encore plus délirante, mais qui trouve pourtant des adeptes sur le web et ailleurs.

     

    Ainsi, avec chacun "son" propre Goldstein personnalisé le système se perpétue et s'entretient et les privilégiés de conserver leurs prébendes et autres privilèges bien réels. Quand par hasard les contestataires de tout poil seraient un peu trop turbulents, un peu trop proches de se révolter pour de bon, ils sont impitoyablement sanctionnés : envoyés devant la justice, voire bientôt psychiatrisés.

     

    C'est sans doute la raison pour laquelle la majorité des populations se résignent à une docilité de comportement qui peut être effrayante, par peur aussi de perdre un peu de confort matériel et intellectuel.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    image prise ici

  • Les gens importants pensent-ils mieux que les autres ?

    Imprimer Pin it!

    à propos de "21 leçons pour le XXIème siècle"

     

    yuval noah harari, société, politique, solutions, histoire, paix, amaury watremezL'avantage de travailler dans une bibliothèque c'est que l'on dispose d'un accès à tous les périodiques dont "le Point". Le magasine titre aujourd'hui sur le penseur le plus important du XXIème siècle qui serait Yuval Noah Harari, intellectuel israélien, historien émérite ayant écrit "21 leçons pour le XXIème siècle". Le titre pose problème en soi, le XXIème siècle n'est pas encore tout à fait commencé. Comment pourrait-on déjà décerner des accessits et autres médailles à qui que ce soit ? Cela demande un peu de recul.

     

    C'est un peu comme parler des plus grands écrivains, des plus grands cinéastes, c'est la postérité qui décide.

     

    Ce n'est pas que je méprise les personnes pouvant apporter quelque chose, pouvant partager avec les autres un savoir, une culture, un savoir-faire. Bien au contraire. Tout le monde ne peut pas être au même niveau, tout le monde n'est pas égal face à l'intelligence. La nature est cruelle là-dessus. Tout le monde n'est pas brillant dans tous les domaines non plus, cela se saurait. Cela peut créer de la rancœur, les médiocres n'aimant pas du tout que d'autres soient plus doués qu'eux.

    Lire la suite

  • Et si Macron traversait la rue ?

    Imprimer Pin it!

    traverser.jpgEt si les riches traversaient vraiment la rue ?

    Le président Macron avisant un jeune horticulteur au chômage lui parlant de ses difficultés à trouver du travail lui a répondu qu'en traversant la rue il lui trouvait rapidement un emploi (voir à ce lien). Comme si cela suffisait. Le mépris conscient ou pas de cette phrase envers les personnes sans emploi, précaires, pauvres, est évident. C'est le genre de formule que les nantis, les privilégiés aiment sortir aux « gens de rien », aux petites gens. « Quand on veut on peut » disent-ils souvent, auparavant c'était « aide toi le ciel t'aidera ». Ils se justifient ainsi de leur égoïsme, de leur incapacité à aider, à faire preuve de solidarité. Quelques familles parmi eux vont pourtant à la messe, exercent leur dévotion, ont « leurs » œuvres mais la charité s'arrête au parvis de l'église, je dirais même à sa porte...

     

    Macron tout comme sa femme, tout comme la grand majorité du personnel politique actuel, viennent des milieux nantis. On y sait quelles études faire, quels cordons tirer pour obtenir ce que l'on veut...

    Lire la suite

  • Les habits neufs du président Macron

    Imprimer Pin it!

    politique, macron, emmanuel, benalla, société, sénat, amaury watremezCe qui est bien avec ce qu'a pu dire Alexandre Benalla contre le Sénat (voir ici à ce lien, et là la "plainte" du président) c'est que cela révèle la véritable conception des institutions du président, ressortie sans doute un peu maladroitement par son ancien nervi. Le Sénat serait une assemblée de "petites gens" qui ne serait pas élu démocratiquement, et devant qui il ne devrait pas avoir à se présenter. Et les institutions doivent toutes aller dans le même sens, toutes acquiescer au président, tels les députés godillots de LAREM, à l'exception notable de Sonia Krimi. Ils apprendront tous les deux qu'il ne faut jamais sous-estimer des bons vivants comme le sont certains sénateurs.

     

    Ce sont des Raminagrobis, on les croit des vieux chats ensommeillés, digérant tranquillement leur dernier repas, somnolant en goûtant la chaleur de l'endroit, alors qu'ils ont encore le coup de griffe acéré.

    Lire la suite

  • Le diable dans les bonnes intentions

    Imprimer Pin it!

    addiction, réseaux sociaux, politique, hypocrisie, facebook, twitter, mouni Mahjoubi, amaury watremezLe gouvernement actuel veut lutter contre l'addiction des jeunes, et des moins jeunes, aux réseaux dits sociaux. Il envisage même une loi pour en restreindre l'accès (voir à ce lien). On se doute bien que derrière ces bonnes intentions affichées ce n'est pas exactement l'addiction qui est le souci principal ici. Leurs gros sabots sont plus qu'apparents, on les entend venir. Et on se dit que la tentation était trop forte, qu'il fallait bien qu'ils y arrivent un jour...

     

    ...Nous y voilà donc.

     

    Ils ne varient pas dans leur discours. Il faut leur reconnaître cela. Dans l’Éducation Nationale, c'est depuis leur création que lorsqu'on évoque ou que l'on se doit d'évoquer les réseaux dits sociaux c'est obligatoirement en les diabolisant. Quant aux discours contredisant la « bonne parole » idéologique, ils sont toujours suspectés avec plus ou moins d'habileté de complotisme, de négationnisme, j'en passe et des pires. Alors que le respect de la pluralité devrait plutôt inciter à en parler de temps en temps afin de ne pas imposer un seul discours.

    Lire la suite

  • Des stéréotypes et des bobos

    Imprimer Pin it!

    politique, bobos, bourgeois pédagogues, société, stéréotypes, amaury watremezDans le courant des années 90 est arrivé le terme "bobo" ou "bourgeois bohème" désignant des personnes issues de classes matériellement très favorisées mais plutôt libertaires dans leur acceptation de la morale sociale et sexuelle, sans se cacher. Ils se seraient voulus plus ouverts, moins étroits d'esprit que leurs prédécesseurs qui ne l'étaient pas tous loin de là. Du moins c'est ce qu'ils affirmaient. C'était tous les quadras et quinquas nostalgiques de "Soissantuite" en particulier. C'est sans doute une façon pour eux de déculpabiliser, de compenser leurs privilèges petits et grands...

     

    ...Certains ont clamé qu'être bourgeois même bourgeois bohème c'était un sentiment. On se sentait ou non "bobo", ou "bourgeois". Alors que c'est une situation matérielle objective, des réseaux, une "expertise" sur les études.

    Lire la suite

  • La ruralité qui meurt...

    Imprimer Pin it!

     ruralité, bern, Eure, société, politique, amaury watremezTout ce bruit médiatique autour de la menace de Stéphane Bern de laisser tomber sa mission car il craint de ne pouvoir sauver les monuments de la ruralité française est l'occasion rêvée de parler de celle-ci. Ce n'est pas du tout un sujet de préoccupation de nos gouvernants cette « France dite périphérique », ce n'est pas un électorat qui compte à leurs yeux...

     

    Pendant plus de seize ans, j'ai travaillé dans la plupart des lycées professionnels de l'Eure, de Gisors à Verneuil en passant par Gasny, Louviers et Vernon. Un remplaçant enseignant comme je l'étais ne gagne pas bien sa vie, c'est le moins que l'on puisse dire, raison pour laquelle ce métier est souvent exercé par des épouses pour qui c'est de l'argent de poche et cela permet de s'occuper des enfants le mercredi. Je voulais satisfaire enfin mes ambitions, montrer ce que je valais, revenir à Paris dans un établissement plus côté, ce que j'ai fini par atteindre.

     

    J'ai comme tant d'autres mangé de la vache enragée....

    Lire la suite

  • La Gaule contre le pouvoir de l'argent

    Imprimer Pin it!

    macrongalette.jpgMacron ironise sur les gaulois mais se verrait bien en monarque visiblement. Pour l'instant cela ne semble pas encore convaincant (voir fig 1 ci-contre, empruntée )

     

    J'avais aussi :

     

    Emmanuel Macron a la Gaule devant lui quand ils parlent des français. Évoquer la nation rappelle toujours la Gaule au président...

     

    Mais ce n'est pas dans ma nature de faire des jeux de mots lourdement allusifs aussi lamentables.

     

    Il s'est amusé mardi à comparer les danois, « ce peuple luthérien, qui a vécu les transformations de ces dernières années », et les français « gaulois réfractaires au changement » après avoir dit que le peuple danois n'existait pas, tout comme la culture française il y a quelques mois (voir à ce lien). En passant, on constate que dans certains cas on a le droit de rappeler la Foi religieuse traditionnelle dans un pays et en même temps d'affirmer que l'on combat cette affirmation des peuples à vivre pleinement leur identité, tous les fameux nationalismes que not'président dit combattre (voir ici).

    Lire la suite

  • Où sont les pauvres ?

    Imprimer Pin it!

    société, pauvreté, économie, politique, amaury watremezAmi lecteur je te préviens, il y a peut-être un peu d'ironie de ci de là dans ce texte. J'aurais pu mettre des émoticônes pour t'aider à les trouver mais je préfère faire confiance à ton intelligence...

     

    La pauvreté n'a jamais été bien perçue par l'être humain, quelle que soit la société dans laquelle il vit, la latitude, la longitude. Être pauvre c'est risquer de crever de faim, de soif, cela fait donc peur aussi. Être pauvre fait honte forcément, on colle le « parent pauvre » en bout de table, parce que l'on veut être gentil, parce qu'il est de la famille, mais on ne veut pas trop le voir non ou qu'il risque de parler avec quelqu'un et d'ennuyer des invités plus chanceux. On compte les petites cuillères et les bouteilles à la fin du repas. On surveille ses poches, on ne sait jamais bien que les pauvres soient réputés avoir les poches crevées.

     

    C'est la raison pour laquelle on aime bien les pauvres exotiques même quand ils migrent pas loin de nos centre-villes, eux ne culpabilisent pas. On s'identifie plus difficilement à eux, donc leur pauvreté fait moins peur, voire elle paraît pittoresque. On les considère avec un peu de condescendance cependant.Et on évite d'aller vers eux de trop quand même car les pauvres ça sent mauvais n'est-il pas ? Les enfants des riches n'ont pas ces pudeurs quand ils vont acheter leur herbe en banlieue...

    Lire la suite

  • Viva Salvini

    Imprimer Pin it!

    salvini.jpgEn France on a Marine le Pen, « meilleure ennemie de droite » des bien-pensants. Elle est politiquement nulle et passe son temps comme tous ceux qui ne sont pas de gauche en France à chercher la justification de ses convictions face aux arbitres des élégances politiques. Elle est le meilleur repoussoir qui soit pour que les fameuses z-élites justifient leur haine des petites gens, des milieux précaires. Les « ploucs » rien que des fachos ! Évoquer sans la condamner, avec ne serait-ce que quelques nuances le vote Front National et les raisons y encourageant, c'est risquer de se faire « anathèmiser » immédiatement, rejeter dans les limbes extérieures de la vie politique, celles des fameux « nostalgiques » des z-heures les plus sombres et pire encore...

     

    Elle permet de parquer les mécontents tout en niant leur colère pourtant légitime, en l'assimilant à tous les maux de l'histoire possible. Tout comme à l'opposé de l'échiquier politique Mélenchon a le même rôle pour les électeurs de gauche.

    Lire la suite

  • Les cathos victimes consentantes ?

    Imprimer Pin it!

    religion, pédophilie église, société, politique, sexe, amaury watremezA chaque affaire de pédophilie dans l’Église (voir à ce lien), c'est le même « storytelling » qui ressort même si le Pape condamne sans ambiguïté (voir ici) :

     

    Suspicion sur l'ensemble du clergé et des catholiques, leçons de sexualité de divers « spécialistes », cathos en rupture de ban évoquant le mariage des prêtres, c'est haro sur les cathos ! Des « spécialistes » distribuent les bons et mauvais points (voir ici) et on reparle encore de « la manif pour tous », on insiste bien sur tous ces cathos tellement coincés, si possible on interroge des paroissiens de saint Nicolas du Chardonnet, des militants de « Civitas » qui sont pour beaucoup des idiots utiles, des charismatiques dans la dénégation fébrile d'être réac et de droite, ce qui ne sert à rien car ils sont déjà catalogués de toutes façons etc...

     

    Il faut dire que la communication des responsables est toujours plus qu'hasardeuse et hésitante, on sent leur malaise palpable. Il y a une constante, les pires sont souvent les plus progressistes, tel monseigneur Gaillot couvrant des années le père Vadeboncoeur dans son diocèse d’Évreux.

    Lire la suite

  • L'ignorance et la sottise en marche

    Imprimer Pin it!

    Flat-Earth.jpegL'ignorance et la sottise vont souvent de pair, cela se vérifie souvent au cours de l'histoire. Je ne crois pas personnellement au merveilleux « bon sens » inné qu'aurait les personnes dites « simples » n'ayant rien appris, moins « pourries » que les savantes. Ce « merveilleux bon sens » mène le plus souvent à massacrer dans la population ceux ne ressemblant pas à tous les autres. Ce n'est qu'une manière de se rassurer de la part des ignares. Je ne pense pas non plus que tout savoir s'apprend à l'école. Ce désir d'apprendre part de la volonté de s'élever de la part de ceux en faisant preuve. Et parfois ils apprennent par eux-mêmes. Tous finissent par comprendre que cela demande un effort, du travail, que cela ne se fait pas en claquant des doigts.

     

    Pourtant, le savoir est remis en cause de multiples façons...

     

    D'aucuns parmi les scientifiques eux-mêmes, on ne sait trop pourquoi, comme André Pichot remettent en question l'histoire des sciences sur la base de paradigmes que l'on a un peu de mal à entrevoir (ou trop bien), (voir à ce lien)

     

    L'hyper-féminisme, la communautarisation des individus mènent à donner à la sottise et l'ignorance de plus en plus d'importance au nom de la lutte contre le racisme, les stéréotypes, et j'en passe (voir cette vidéo où la femme s'exprimant est une universitaire). Il faudrait remplacer cela par d'autres normes, évoquer la magie, la sorcellerie pourquoi pas ? Pour ne risquer de ne complexer, de ne blesser personne, dans l'idée du « il ne faut pas stigmatiser ». Le savoir serait stigmatisant pour des populations d'origine immigrée se sentant inférieures de ce fait.

    Lire la suite

  • A l'assaut des conformismes de la génération Z

    Imprimer Pin it!

    société, politique, génération Z, informatique, internet, zombielennials, amaury watremezEn France comme dans tout l'Occident, il n'est pas bien vu d'avoir l'esprit critique. Je veux dire par là le véritable esprit critique, celui qui remet en cause réellement la dogmatique actuelle. Il est de moins en moins bien perçu d'exprimer une opinion contraire au reste de la société. La pluralité est mal vécue, elle est anxiogène, et puis elle suppose de se conduire en adulte, de réfléchir par soi-même, de faire en somme un effort insupportable pour beaucoup en 2018. On dirait que la plupart aimerait se comporter en gamins irresponsables, à charge pour les « pions » de sonner la fin de la récré de temps en temps...

     

    Je ne vous dis pas dans cette optique le sacrilège qu'est l'acte de s'attaquer au conformisme des plus jeunes. Et pourtant ce n'est pas exactement eux qui sont pour moi le problème, mais leurs parents et tous les éducateurs qui ont omis de leur apprendre, de leur donner le goût de remettre les certitudes en question. Et conventionnels ces jeunes le sont, à un degré rarement atteint auparavant qu'ils. appartiennent aux « Millenials » ou à la très docile « génération Z ». Celle-ci frappe, elle fait peur, cette obéissance irréfléchie à des règles d'un arbitraire extrêmement fort, plus dures que celles qui pouvaient exister auparavant.

    Lire la suite

  • Fiche aussi ça imbécile de barbouze

    Imprimer Pin it!

    La tentation est toujours tellement forte, ils ne peuvent s'en empêcher, allez tiens imbécile de barbouze fiche aussi ça...

    La CNIL va enquêter sur le fichage des tweets liés à l'Affaire Benalla

    La CNIL va enquêter sur une étude des tweets liés à l'affaire Benalla

  • Collapsologiste ?

    Imprimer Pin it!

    réchauffement.jpgA la télévision, sur les réseaux dits sociaux, interviewé par un journaliste la chemise au col bien ouvert rigolard, on les voit l'air ravi, béat, un rien hébété, cela devient un « marronnier » dés qu'il y a un peu de soleil :

     

    « C'est super la chaleur, quarante degrés, c'est comme sous les tropiques ».

     

    Il y a ceux se réjouissant d'aller sur la plage à la mi-mai, ceux qui boivent un coup en terrasse, tous ceux qui se dépoitraillent progressivement comme tous les autres, pour montrer qui un tatouage, qui son épaule ronde et potelée. Parenthèse, les shorts des filles, de plus en plus courts, sont d'ailleurs de plus en plus un indice majeur en ce moment des conséquences de la crise économique, et donc de la pénurie de tissu.

    Lire la suite

  • Laissez nous vous faire préférer le train qu'ils disaient...

    Imprimer Pin it!

    #SNCF

    SNCF, société, politique, citoyenneté, vacances, amaury watremez

    Un fiasco parmi d'autres après ceux de Montparnasse, ceux de saint Lazare etc...

     

    7 Août 2018

    Train de 17h52 Caen-Paris bloqué sur la voie jusqu'à 5 heures du matin

    Pas d'information...

    Pas de nourriture...

    Pas d'eau...

    Pas de couverture...

    Pas de sécurité...

    Pas de cars ou taxis de substitution...

    Pas le droit de l'ouvrir, présence discrète des flics du rail...

    Pas de geste commercial...

    Pas de gestion de crise...

  • Un racisme autorisé ?

    Imprimer Pin it!

    racisme, société, politique, africains, citoyenneté, amaury watremez

    L'auteur de ces lignes se fera sans doute accuser de tout ce qu'on veut, il se demandera toujours pourquoi quand on parle d'antiracisme on ne met pas le mot au pluriel...

     

    Dans la vie quotidienne, beaucoup l'auront remarqué sans doute. Quand une personne d'origine africaine demande son chemin, un renseignement, quoi que ce soit, dans la plupart des cas -je n'ai pas dit dans tous- elle le fera avec une autre personne de la même origine et non à un blanc, l'ignorant complètement. Quand un blanc rend malgré tout service, que l'on ne peut faire autrement, on se hâtera de toujours demander un deuxième avis à une personne de la même « communauté ». Comme si on ne pouvait pas avoir confiance dans le blanc, comme s'il allait forcément mentir.

     

    Ce genre de comportement qui est clairement un refus de communiquer quoi que ce soit avec une autre « communauté » ayant une couleur de peau différente peut s'appeler comment ? Ce ne serait pas du racisme finalement ? Et du puissant ? Et du costaud ?

     

    On me rétorquera certainement que « oui mais c'est pas pareil », « c'est à cause du racisme des blancs, de la colonisation, de tout ce que les noirs ont subi avec l'esclavage », toute la pleurnicherie d'excuse habituelle. Évidemment, à ce point de la conversation les semeurs d'excuse oublieront de rappeler l'esclavagisme maure ou le fait que des princes africains aient vendu parfois leurs peuples aux européens. Il ne faut pas parler de tout ça, l'esclavage c'est d'abord les blancs, le racisme c'est d'abord les blancs, le clientélisme des riches en Afrique c'est d'abord les blancs...

    Lire la suite

  • Toujours raciste(s)

    Imprimer Pin it!

    politique, société, racisme, civisme, citoyenneté, amaury watremezComme chaque année le rapport sur l'état du racisme en France (voir à ce lien) n'en considère qu'un et un seul, celui des hommes blancs, des caucasiens. Il semble qu'il n'en existe pas d'autres.

     

    Alors que comme le suggérait Desproges dans une chronique il faudrait qu'il y ait un « s » à SOS Racisme car il y a autant de « racismes » qu'il y a d'ethnies, de groupes humains. Il a bon dos le racisme dans bien des cas. Il justifie tout et son contraire, et surtout les manques de civisme comme si les personnes issues de la diversité étaient incapables d'en faire preuve ? Ce qui est aussi du racisme au fond et du mépris pour les personnes issues de l'immigration...

     

    ...Et du vrai, du profond.

    Lire la suite

  • L'indispensable union

    Imprimer Pin it!

    politique, société, macron imperator, assemblée, union, insoumis, RN, amaury watremezEntre la France insoumise et le Rassemblement national l'union devrait être en ce moment indispensable, un peu comme dans « la rose et le réséda » d'Aragon qui évoque ces résistants venant d'horizons divers unis pour une même cause : la France. Pourtant cette union ne se fera pas. Trop d'idéologie des deux côtés, trop d'ego, et trop peu de réflexion politique réellement développée. Beaucoup raisonne encore en politique comme si nous vivions encore durant les « trente glorieuses », dans l'après 68, comme si nous pouvions encore nous permettre de l'insouciance, de l'irréflexion, de l'immaturité.

     

    On ne peut plus jouer le petit jeu comme à guignol des « bobos » de gauche contre les « prolos » de droite, de l'affrontement des anti-fâââchiistes se voyant comme rimbaldiens et les salauds de réacs nostalgiques d'on ne sait quoi.

     

    Les temps ont changé, Macron n'a pas tort, ce qu'il appelle l'ancien monde est derrière nous. Et il ne reviendra pas...

    Lire la suite

  • Le seul vrai clivage

    Imprimer Pin it!

    Emmanuel macron, affaire Benalla, privilégiés, société, politique, amaury watremezDans les milieux de nantis des Benalla, il n'y en a pas qu'un. C'est même très courant. Ce sont des opportunistes qui apprennent à maîtriser les codes sociaux des plus aisés, qui les connaissent bien. Ils jouent finement sur les prétentions de ces riches pour s'élever socialement et surtout ne pas avoir à respecter les règles communes régissant auparavant la méritocratie républicaine.

     

    C'est bien entendu beaucoup mieux s'ils viennent des « quartiers », des « cités » comme Alexandre. Personne n'ose évoquer alors leurs vrais diplômes ou compétences réelles car ayant peur de se faire traiter de racistes et, ou d'avoir quelque chose en commun avec ces ploucs « ma chèèère » qui votent FN...

     

    Le nec plus ultra pour conserver un poste sans avoir à faire preuve de ses capacités, c'est bien entendu d'évoquer la Shoah, d'insister sur le masochisme mémoriel. On se gardera ben évidemment de parler de la haine des juifs en 2018, terrain glissant. En plus de flatter les vanités on donnera alors l'illusion aux bourgeois pédagogues d'être des héros à s'opposer au nazisme plus de soixante-dix ans après, ce qui on en convient est des plus risqués. Il y aura aussi tous ceux qui n'oseront rien dire de passer pour des sans cœur...

    Lire la suite

  • Faut pas me chercher...

    Imprimer Pin it!

    Emmanuel Macron, affaire Benalla, société, satire, ironie, presse, En Marche, politique, amaury watremezCe petit texte est inspiré de ce discours bien réel (voir entre autres à ce lien)...

     

    Je précise à l'intention des décodeurs du Monde qu'il contient sans doute des intentions satiriques et ironiques (voir à ce lien un article de « nordpresse » les concernant).

     

    « Moi je suis président, alors si t'es pas content, viens me le dire en face si t'es un homme ! Quoi t'es pas content ? Viens me chercher !

    Quand j'étais petit les autres se moquaient de moi, ils m'aimaient pas !

    Maintenant que je suis le président, ils ont peur, tout le monde devrait avoir peur ! Ils osent rien dire, ils craignent trop !

     

    Tu veux te battre ? D'accord on va se battre !

    Lire la suite

  • L'arrière-cour de la République

    Imprimer Pin it!

    politique, alexandre benalla, société, Macron, barbouzes, amaury watremezL'affaire Alexandre Benalla (voir à ce lien) secoue le Landerneau depuis quelques jours. Ce proche conseiller de Macron et responsable de sa sécurité a été filmé en train de casser la figure à un jeune homme et une jeune femme durant une manifestation du 1er mai. Il serait proche de Karim Achoui, avocat du « milieu » (voir ici) et de l’inénarrable Jawad, logeur des terroristes du 13 novembre (voir par ). C'est loin d'être le seul dans son genre, on en trouve à tous les niveau. Ce genre de personnages a toujours un talent particulier pour le cirage de bottes, le léchage de Q...

     

    Un CV remarquable cet Alexandre en quelque sorte...

     

    Un CV qui fascine certains de ses contempteurs qui ne voient pas pourquoi l'on n'agirait pas comme Alexandre pour s'élever dans la société lorsque l'on n'est doté d'aucun talent particulier, d'aucune culture.

    Lire la suite