Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire - Page 5

  • Le droit de s'ennuyer

    Imprimer Pin it!

    ennui.jpgAussi sur Agoravox

     

    L'ennui en 2017 n'est plus acceptable. Je ne parle pas ici de l'Ennui au sens baudelairien du terme, ou ce "mortel ennui qui me prend dans ses bras" parfois. A notre époque il convient d'être occupé sans cesse, tout le temps, ne jamais s'arrêter. C'est une des choses que permettent les objets dits connectés qui permettent que jamais une personne n'ait un moment de répit, que jamais elle ne puisse se permettre un instant d'introspection ou de rêverie. Car s'ennuyer permet de rêvasser, de s'arrêter sur son âme, de faire pourquoi pas ce qu'on appelait un examen de conscience.

     

    Un enfant, un adolescent, un adulte se doit d'être perpétuellement occupé, perpétuellement à faire "quelque chose" plutôt que rien. Les gadgets électroniques comme autant de boulets à ses pieds le lui rappellent sans cesse, ils sonnent, "bipent", vibrent, résonnent, y compris durant la Nuit. Personne ou presque ne cherche jamais à les éteindre, de peur de se retrouver tout seul avec soi-même. Quand le réseau ne fonctionne plus, de temps en temps, les esclaves volontaires, incapables de prendre leur temps libre d'eux mêmes, sont tels des drogués en état de manque.

    Lire la suite

  • La nostalgie camarade c'est vendeur

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

    à propos de « Gainsbourg confidentiel – les 1001 vies de l'homme à tête de chou » de Pierre Mikailoff aux éditions Prisma et en points Seuil

     

    gainsbourgwnoden.jpgEncore une biographie de Gainsbourg empruntant son titre à une de ses chansons, encore une que les pisseuses et les petits gars compulsionnels du chanteur et parolier de nombreuses vedettes françaises vont acheter par nostalgie de leurs jeunesses ou de leurs amours. Le problème de ce livre bien écrit est dans les quelques carences éditoriales qui n'en facilitent pas la lecture. Je ne compte pas les erreurs de mise en page, de police (les renvois de notes de même taille que le reste de la typographie). Je ne compte pas non plus les retours en arrière puis en avant les digressions que l'auteur fait très souvent, répétant les mêmes histoires.

     

    On trouve à la fin un abécédaire un peu court qui vient un peu comme un cheveu sur la soupe. Je me suis demandé pourquoi l'auteur n'en avait pas intégré le contenu dans le reste de son propos...

     

    Lire la suite

  • Les « invisibles » de la campagne présidentielle

    Imprimer Pin it!

    Sur Agoravox aussi société,handicap,politique,présidentielles 2017,hypocrisie,eugénisme,darwinisme social,amaury watremez

     

    Des personnalités dont Gilbert Montagné, Dominique Farrugia, Philippe Crozon, Grand Corps Malade, ont lancé un appel aux candidats à la Présidentielle pour les interpeller sur l'absence de la question du handicap du débat public. Il me semble que ce n'est pas entièrement la faute des dits candidats si ce problème douloureux si ce problème grave n'est pas abordé mais celle de leurs communicants. Car en France en 2017, comme on dit en termes choisis, ce n'est pas « fédérateur ». Si de temps on pleurniche, on aime les grandes fêtes sur-affectives comme le « Téléthon », le handicap laisse concrètement indifférent.

     

    Au mieux.

     

    Comment pourrait-il en être autrement dans une société où la différence d'avec les standards physiques, moraux et intellectuels est vécue comme insupportable ? Où les personnes hors normes sont rejetés immanquablement ? Qu'elles soient hors normes d'un point de vue ou d'un autre...

     

    Apparemment dans notre société en 2017 beaucoup de choses sont faites pour les handicapés. En surface les progrès sont nombreux :

     

    Lire la suite

  • Pitié pour Poutou

    Imprimer Pin it!

    politique, vanessa burgraf, société, télévision, présidentielles 2017, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    Je n'ai pas l'intention de voter Philippe Poutou, le candidat du NPA, au premier tour ni au second. Et je pense d'ailleurs qu'il sait très bien qu'il n'y sera pas. Mais je trouve que les médias, les éditorialistes dans la ligne et les journalistes le traitent avec un mépris à peine dissimulé en disant long sur le « progressisme » concret de ces gens et leur véritable ouverture à l'autre. Cela me conforte dans la conviction de l'existence d'une coupure abyssale entre les nantis du système et les petites gens. Et je ne pense pas seulement à Vanessa Burggraf et Yann Moix se retentant à peine de rire grossièrement face au candidat d'extrême gauche lors de la dernière livraison de l'émission de « On n'est pas couché ».

     

    On a vu pleinement leur manque totale de correction élémentaire. Mais pourquoi auraient-ils été corrects alors que Poutou ne sera jamais de leurs maîtres, de ceux qui distribuent les -bonnes- places, qui maintiendront ou non leurs « ronds de serviette » et le salaire -confortable- allant avec. Ils ne sont pas fous, ils ne se permettraient jamais un tel comportement avec Bolloré ou Pinault, Arnault, Charles Beigbeider, Dassault voire Pierre Bergé. Ils ne se le permettraient pas non plus avec un politique des partis dits « républicains », ceux qui se partagent le pouvoir en alternance depuis une cinquantaine d'années selon une mécanique bien huilée.

     

    Du moins jusque là...

    Lire la suite

  • Génération docile

    Imprimer Pin it!

    elois.pngAussi sur Agoravox

     

    Moi qui suis un irrécupérable réactionnaire, un anar de droite indécrottable, je viens d'une famille où l'idée même de docilité est une des pires insultes que l'on pouvait dire à quelqu'un. C'était l'épithète infamante, ça l'est toujours.  Nous étions éduqués à l'indocilité. Nous n'étions sans doute pas la seule. Je ne suis donc pas entièrement responsable de mon comportement scandaleux pour notre époque. J'ai le plus profond mépris pour ces paradigmes sociaux réputés obligatoires afin de conserver sa place de maillon dans la chaîne des esclaves volontaires. Et ce qui m'effraie le plus c'est la docilité absolue des plus jeunes générations, leur crédulité terrible, leur incapacité à faire preuve de sens critique, leur malléabilité terrifiante.

     

    Il suffit de tellement peu pour qu'ils tombent dans les bras d'un démagogue ou un autre, d'un fou furieux fanatique, d'un cinglé illuminé.

     

    Avant un vieux con pouvait déplorer qu'il n'y avait plus de jeunesse, que les jeunes étaient de plus en plus mal élevés, des rebelles provocateurs, chevelus ou non.

    Lire la suite

  • Les catholiques à l'orée du Carême

    Imprimer Pin it!

    Christianisme, société, politique, religions, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    L’Église, toute l’Église, catholique, quelle que soit la sensibilité des croyants entre aujourd'hui en Carême qui n'est pas je le rappelle une sorte de « Ramadan chrétien » avec des privations obligatoires (ou une apparence de privations pour la galerie). Et plutôt que de « faire Carême » avec une face du même nom, il est préférable de garder en soi et avec les autres la joie qui pour un croyant est celle de Dieu. Je songe aussi à cette histoire des trois ermites orthodoxes venant demander à leur maître venu les visiter sur leur île ce qu'ils devaient faire pour s'améliorer après avoir marché sur l'eau pour rejoindre son bateau...

     

    Lorsque sont évoqués les catholiques en France en 2017 il est surtout question d'archétypes, d'un côté des cathos « versaillais », en veste de chasse verte, en pantalons de couleur, les mamans jeunes et modernes à la ligne impeccable même après trois accouchements, les messieurs tellement dignes en « loden ».

     

    L'on montre aussi ces chrétiens adeptes des grands rassemblements sur-affectifs, accompagnés de guitares, où l'on se prend tous par la main, où l'on pleure en chœur, où l'on rit en chœur. On s'aime tous le temps du rassemblement et on s'oublie dehors. Les jeunes retournent à leurs « grandes » écoles et boîte de papa, les plus mûrs à leur PEL et à leur grosse voiture.

    Lire la suite

  • Les français et leur bagnole

    Imprimer Pin it!

    politique, société, voiture, deux roues, camions, pollution, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    L'auteur est un de ces inadaptés sociaux qui ne conduit pas et comme je ne me refuse jamais rien, je n'ai aucun scrupule je m'en fiche complètement. Bien sûr, c'est plus facile de l'être en banlieue parisienne ou à Paris. Là-bas ne pas conduire n'est pas un handicap contrairement à la province où les réseaux de transports en commun sont dramatiquement sous-développés à l'exception des traditionnels cars hors d'âge qui tournicotent encore entre les petits villages. Ainsi que partout ailleurs le « tout voiture » y a été favorisé et les réseaux ferroviaires secondaires abandonnés pour la plupart.

     

    Je ne déteste pas admirer les belles carrosseries, les « designs » bien faits. J'aime bien le côté « ancienne mode » de certaines nouvelles voitures mais au fond constatant les ravages de la pollution, cela ne me déplaît pas d'être un de ces inadaptés...

     

    Il existe une très forte hypocrisie autour de celle-ci et en particulier celle engendrée par les voitures, poids lourds et « deux roues ». Les interdictions, les vignettes diverses et variées, la taxation des véhicules polluants n'y changeront rien. Les français continueront à rouler en bagnole jusqu'à épuisement des stocks de carburant fossile. Et la bagnole demeurera encore longtemps cet objet fantasmatique qu'elle a toujours été. L'individu maître, (en théorie !), de son véhicule, aime cette sensation de puissance dans les mains, d'avoir virtuellement droit de vie et de mort sur les piétons ou les cyclistes.

     

    S'il n'y avait pas la « peur du gendarme » et de la punition, je suis persuadé que certains conducteurs n'hésiteraient pas à s'en donner à cœur joie.

    Lire la suite

  • Macron aime l'autoflagellation

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     histoire,emmanuel macron,société,politique,algérie,amaury watremezLa France a un rapport particulier avec l'Algérie qui fit partie intégrante du territoire national. Il existe encore une blessure ouverte entre les deux pays. Et l'histoire réelle de la Guerre d'Algérie, nuancée, argumentée, étayée, est encore à faire. Des jeunes français qui étaient sans doute loin d'être tous des « fachos » bas du front étaient prêts à beaucoup de chose pour défendre ce que l'on appelait « l'Algérie française ». Si l'on évoque en 2017 complaisamment la torture et les exactions certes indubitables commises par l'armée française pendant ces « évènements ».

     

    On glose à qui mieux mieux sur la « manif de Charonne » mais on ne parle jamais de la fusillade de la rue d'Isly ou des massacres de « harkis » et de « pieds noirs » parqués pour les survivants « rapatriés » dans des camps de rétention dans le Sud de la métropole sans le confort moderne...

     

    ...Et ce pendant trente ans pour certaines familles. Au mieux on minimise. Cela aurait été des dérives inévitables après une guerre d'indépendance...

     

    Tant qu'à s'indigner pourquoi ne pas le faire pour ces harkis eviscèrés, écharpés, brûlés vifs ? Ils ne le méritent pas ? Ils étaient du mauvais côté ? Le nôtre d'ailleurs. Et pourquoi ne pas le faire pour tous ces innocents qui n'étaient pas tous de l'OAS tant s'en faut sur lesquels les soldats ont tiré le 26 mars 1962 ?

     

    Lire la suite

  • La maternité c'est supêêr

    Imprimer Pin it!

    Femmes, ménagères desespérées, Société, politique, féminisme, amaury watremez

    Sur Agoravox aussi

     

    Dans Versailles où j'habite on croise plein de mamans avec les poussettes et tout, des mamans socialement favorisées pour la plupart. Précisons que Versailles est constitué de plusieurs quartiers, selon les revenus, et que normalement l'on ne doit pas se mêler. Il y a même près de la gare des « Chantiers » un quartier plus « populaire ». Par contre on rencontre de ces mamans partout. Et dans les parcs et petits jardins les milieux se côtoient grâce aux mères. Une jeune femme « moderne » peut ainsi échanger sur son expérience avec une jeune femme « voilée » en « hijab » et se trouver des points communs.

     

    Cela a des côtés plaisants tous ces enfants surtout pour un misanthrope comme moi qui ne s'entend facilement qu'avec les tout petits gosses et les animaux. Les gosses ont ceci pour eux qu'ils ne sont pas encore trop marqués par les préjugés des grandes personnes, les conformismes, les lieux communs. Ils leurs arrivent, pas toujours, d'être plus ouverts, plus sensibles aux autres bien que souvent la nature humaine étant ce qu'elle est, ils sont loin d'être tous idéalisables. Une cour de récréation peut être un endroit tout aussi cruel que « l'open space » d'une grande entreprise.

    Lire la suite

  • Complexe d'infériorité littéraire

    Imprimer Pin it!

    littérature, culture, société, politique, amaury watremezAussi sur Agoravox

     

    J'ai remarqué que lorsqu'un scientifique ou présumé tel parle de son domaine, ou un quelconque philosophe improvisé et que parfois il en tire des conclusions délirantes n'ayant plus rien à voir avec un raisonnement équilibre, la plupart des gens se taisent respectueusement et écoutent. Voire mettent en pratique les recommandations dudit penseur. Ils s'inclinent. Lorsqu'un « littéraire » parle de littérature, l'attitude change, elle est alors beaucoup plus agressive. Les interlocuteurs sont alors sur la défensive, prêts à mordre comme si leurs manques de culture allaient en devenir criants et exposés sur la place publique. Cela ne les empêche pas dans le même temps, sans qu'ils n'y voient de contradiction, de proclamer l'inutilité de la littérature comme savoir...

     

    On en vient dans 90% des cas à ressortir le lieu commun éculé de « l'école de la vie » qui serait infiniment supérieure à toutes les autres....

    Lire la suite

  • La construction fantasmée de la diversité

    Imprimer Pin it!

    politique, diversité, nation, société, amaury watremez, renan, qu'est-ce qu'une nationLa diversité est une idée qui séduit de moins en moins d'électeurs et de citoyens un peu lucides. Elle a encore ses adeptes, et fait encore très peur à la droite. Il convient d'être adepte du multiculturalisme, voire de l'identité réputée multiple de la France. Or, un pays est comme un individu, sa personnalité est une et indivisible, si elle est multiple c'est soit qu'il n'en a pas, soit qu'il est schizophrène. L'idée de diversité imprègne l'enseignement de l'histoire, le discours sur la citoyenneté. Elle terrorise encore la plupart de nos politiques qui n'osent que timidement encore parler de culture française, bien timidement par peur de passer pour des séides de Marine le Pen, des nostalgiques des fameux z-heures les plus sombres de notre histoire.

     

     

    Oser critiquer la diversité montrée toujours comme inéluctable c'est risquer de se faire traiter de raciste sans plus de jugement. On ne voit pas tellement en quoi il est raciste de revendiquer une culture française dans la multiplicité des accents, des régions, des traditions ce que d'autres peuples font sans que les bourgeois pédagogues ne s'en émeuvent.

     

    Cette idée pénètre y compris à l’extrême de l'extrème-droite où certains microcéphales et « minus habens » de la pensée sont persuadés dur comme fer, convaincus mordicus que la France serait née du mélange de peuples celtes, gallo-romains et païens. Le « juif Jésus » ainsi qu'ils disent a perverti tout cela avec une religion considérée comme une foi de faibles (oui, parfois l'antisémitisme, pardon « l'antisionisme » va jusque là).

    Lire la suite

  • Le choeur des vierges effarouchées, Trump et l'Islam

    Imprimer Pin it!

    Sur Agoravox aussi

     

    Il se trouvera sans doute des vierges effarouchées afin de prétendre que le petit billet ci-dessous naît surtout de mon « islamophobie » ou de mon racisme supposés. Cela évite tout questionnement raisonnable ce genre d'attaques personnelles et, ou d'injures. Peu m'importe...

     

    Donald Trump, société, politique, immigration, société de classes, Amérique, amaury watremezTrump le nouveau président américain a pris un décret bannissant « de facto » les musulmans de nombreux pays du territoire des États Unis. Donald Trump est le président élu de ce pays, il a été élu tout à fait légalement ce qu'oublie tous ses détracteurs. Il n'a pas pris le pouvoir, ne le vole pas. Il l'a été car il a su répondre, que l'on soit ou non d'accord avec lui et les solutions qu'ils proposent, aux angoisses des électeurs quant aux multiples coups de canif dans les contrats sociaux des pays occidentaux dont la laïcité. Et il applique son programme.

     

    Une des plus fortes et des plus légitimes également parmi ces angoisses est induite par la question de l'intégration de l'Islam et de ses croyants au sein des sociétés occidentales. Lucidement, quel que soit le camp auquel on appartient, quelles que soient les raisons que l'on invoquera, il est évident que ce n'est pas précisément une réussite brillante.

     

    Les conséquences en sont connues :

    Lire la suite

  • Ces cathos fascinés par l'Islam radical

    Imprimer Pin it!

    Aussi sur Agoravox

     

    Dialogue de fois avec un terroriste ?

     

    religions, spiritualités, politique, société, christianisme, islam, amaury watremezIl paraît que Salah Abdelslam, l'unique survivant du commando meurtrier des attentats du Bataclan, ce salopard n'ayant manifesté aucun remords, reçoit du courrier abondant de nombreux catholiques qui souhaitent dialoguer avec lui sur leurs fois religieuse respectives. Je connais bien ce genre de croyants. Ils sont persuadés de l'universelle bonté du genre humain à condition d'être gentils tout plein, de faire des beaux sourires à celui qui est différent. Ils sont convaincus que c'est ainsi que ça fonctionne.

     

    Ils ont des initiatives se voulant bénéfiques mais qui légitiment la montée en puissance de la frange la plus radicale des musulmans. On note que sur ce site la jeune femme en page d'accueil est voilée...

     

    Ce n'est pas qu'ils me soient forcément antipathiques. Leur côté illuminé mais gentil les humaniserait. Mais ce genre de discours se voulant contre vents et marées positif m'agace par sa candeur, sa naïveté et parfois sa sottise. Mais ces catholiques sont aussi pour certains, pas tous, simplement de ces pauvres d'esprit dont parlent les Béatitudes. Pour les autres, je crois que cette volonté de dialogue en lui-même impossible dés le départ avec Salah Abdelslam est symptomatique de plusieurs choses :

    Lire la suite

  • Simplismes

    Imprimer Pin it!

    politique, société, en marche, simplisme, démocratie, amaury watremez

    Aussi sur Agoravox

     

    Pour se convaincre que le suffrage universel est une vaste blague, une fumisterie, il suffit de prendre le bus (ou le métro, ou le train de banlieue) et d'observer, et d'écouter, les discussions éventuellement politiques. Il suffit aussi de lire les journaux, les articles de fond, les éditoriaux des analystes officiels qui font leur job, en restant dans leur case, en collant à leurs étiquettes. Il convient donc d'être simpliste afin d'amuser le peuple. Pas trop non plus, il faut que ça reste crédible, pas trop gros, mais simpliste quand même, ça marche toujours et cela permet de mieux manipuler les masses.

     

    Le simplisme du discours politique actuel se résume facilement et concerne tous les camps sans distinction, sans que l'un ou l'autre n'en ait l'apanage. Il est toujours préférable de s'attaquer aux personnes, à ce que l'on suppose d'elles, plutôt qu'à leurs idées, leurs propositions condensées en deux ou trois slogans débiles, mais plus simple à comprendre certes et facilement partageables en « statuts » facebook. Je grossis un tout petit peu le trait bien sûr mais ce que l'on peut lire se réduit plus ou moins à ces quelques phrases :

     

    « A caca Hollande, a pas beau Sarkozy, a fâââchiiste le Front National,

     

    Il est méchant Fillon, Macron au moins il est neuf,

     

    Les étrangers faut tous les accueillir,

     

    les étrangers précipitent le grand remplacement etc... »

    Lire la suite

  • L'avenir de la culture

    Imprimer Pin it!

    culture, littérature, livre, bibliothèque, politique, amaury watremez

    Sur Agoravox aussi

     

    Je suis toujours très agacé quand j'entends le chœur des pleureuses déplorer le manque de culture des jeunes, leur peu d'appétence pour la littérature et les arts. Car ce sont ces mêmes pleureuses qui n'ont pas su transmettre quoi que ce soit en ce domaine à leurs enfants et petits enfants. La plupart n'ont d'ailleurs pas de bibliothèques chez eux ou sinon quelques « ouvrages de table basse » faisant « bien » quand il y a des invités, et ne vont pas plus au concert ou au théâtre que leur progéniture.

     

    Lorsqu'on leur en fait la remarque, leur premier réflexe est d'incriminer bien vite l'école et l'Éducation Nationale, aux enseignants si mal formés, aux différentes réformes. Ce serait la faute à leurs professeurs qui ne les aimaient pas, qui ne les comprenaient pas, les pôvres...

     

    Comme si la culture ne s'apprenait que dans une classe, comme si elle ne devait naître d'un apprentissage fastidieux. On ne sait d'ailleurs plus très bien définir la culture, on pense souvent que chacun a sa propre « culture » selon ses propres critères alors que celle-ci n'a rien de relatif. On est cultivé ou pas, c'est une réalité -cruelle pour certains.

    Lire la suite

  • La vieille gauche et la jeune droite

    Imprimer Pin it!

    droite, gauche, sociét"é, clivage, jeune droite, caution de gauche, michéa, amaury watremezSur Agoravox aussi

     

    J'ai de la sympathie pour ces jeunes auteurs de plus en plus nombreux se réclamant de la "Réaction", se réclamant de maîtres de gauche comme de droite. C'est il est vrai déjà courageux en soi à une époque où le cadavre de la gauche bourgeoise pédagogue bouge encore et est encore nuisible et puissant. Il faut bien entendu savoir ce que l'on entend par ce que cela signifie être réactionnaire, et ce n'est pas seulement souhaiter le retour des 'hussards noirs", des instituteurs à manches de lustrine, ou de l'autorité perdue de la République. Ils évoquent une "common decency" selon le terme d'Orwell qui me semble rêvée et idéale, magnifique et utopique ontologiquement.

     

    Ils semblent oublier également que l'idée d'un progrès continu est consubstantielle aux idées issues de la Révolution française, que ces idées ont mené  tout à fait logiquement à la crise morale et de Raison que ce pays traverse en ce moment, crise morale où d'autres voient une crise de transition vers une société selon leurs vœux progressistes. La jeune droite n'ose pas d'ailleurs remettre réellement cette Révolution mythifiée en perspective. C'est leur droit le plus strict. Mais réclamer le retour de l'autorité dans la République est déraisonnable puisque cette autorité était en somme une survivance de l'Ancien Régime qui a tout à fait disparu depuis que les dernières scories de la Monarchie se sont évaporées en France.

    Lire la suite

  • De plus en plus primaires

    Imprimer Pin it!

    politique, primaires de la gauche, sciences, homme, politique, hypocrisie, amaury watremez, amaury-grandgilIl paraît que l'être humain atteint en ce moment ses limites physiologiques. Il paraîtrait même que selon certains scientifiques son intelligence régresserait à en croire cet article du Monde. En cause on trouverait son environnement, ses nouvelles habitudes et addictions toxiques. Personnellement, je n'avais pas besoin de ça pour en être convaincu, il suffit de considérer le nombre de spectateurs quotidiens de « Touche Pas à Mon Poste » sur C8 pour s'apercevoir de cette grave régression de la culture dont au sujet duquel j'aimerais vous entretenir dans ce billet.

     

    Je reviens vers vous du coup pour évoquer en fait ces étranges « passions tristes » que sont les primaires : en ce moment celles de la gauche, enfin de la gauche sociétale, la gauche bourgeoise pédagogue. Je vais lutter moi également contre cette régression ayant employé depuis quelques phrases beaucoup trop de « clichés » de langages actuels ce qui est un symptôme notable de risque de baisse du QI...

    Lire la suite

  • Chronique du pays réel – Mère et fille tellement complices

    Imprimer Pin it!

    Vu à la télévision lors d'un zapping paresseux et somnolent un soir d'esseulement m'ayant ôté l'envie de regarder des trucs intelligents...

     

    Sur Agoravox aussi

     

    politique, société, porno, sexe, amaury watremez, abjection, saloperieJ'aurais pu zapper immédiatement certes de peur que mon cerveau ne m'en coule par les oreilles mais j'ai tenu à voir jusqu'où cela allait, jusqu'à quel abîme intersidéral, jusqu'à quel néant intellectuel.

     

    Melissa est une « quadra » encore appétissante malgré ses pattes d'oie charmantes et quelques plis coquins. Elle porte un pull blanc moulant et transparent sur un soutien-gorge blanc compensant l'affaissement naturel de son buste. On la voit dans une salle de sport quelques secondes en train de s'auto-torturer sur des machines de supplices volontaires. C'est une « maman » dynamique mais tellement seule hélas. Musique nostalgique et gros plan sur le visage triste, et en sueur après du « step », de Melissa la « MILF » parfait fantasme de geek post-pubertaire.

    Lire la suite

  • Charb était-il réac ?

    Imprimer Pin it!

    À propos de « Petit traité d'intolérance » de Charb 1 et 2 parus en Librio chez Flammarion

     

    Sur Agoravox aussi

     

    Charb, charlie habdo, hypercahser, denis robert, amaury watremez, société, politique, islamismeAu premier anniversaire de la tuerie de « Charlie Hebdo », on pouvait trouver dans les FNAC et les « bonnes » librairies des stands dédiés à « Charlie » et ses dessinateurs. Le lecteur avait la chance insigne, je dis bien insigne, de redécouvrir les textes et les dessins des types assassinés. Certains éditeurs opportunistes -pardon citoyens- en profitèrent pour rééditer plusieurs opus des morts afin de profiter du bon « buzz ». Cette année par contre les stands étaient moins nombreux et le « petit traité d'intolérance » de Charb était relégué aux étagères devant les caisses, comme un genre de babiole que l'on s'achète en bonus.

     

    L'heure n'est plus à la dérision même citoyenne mon bon monsieur, ma bonne dame, encore moins à l'humour de résistance. L'heure est à la révérence la plus basse, la plus grossière, la plus abjecte envers les icônes frelatées de ce temps. Et l'heure est aux bougies et aux petites fleurettes déposées devant icelles.

    Lire la suite

  • Le plaisir démodé de la lecture

    Imprimer Pin it!

    lecture, société, écriture, bibliothèque, plaisir démodé, amaury watremezSur Agoravox aussi

     

    J'ai trouvé la technique parfaite pour avoir de la place dans le train de banlieue. J'ouvre un livre et je lis. Un lecteur semble plus suspect aux yeux des autres voyageurs qu'un type le regard rivé sur son Smartphone. On le regarde avec circonspection. Il en inquiéterait presque. Comment peut-il se couper de "sa communauté" ne serait-ce que le temps du trajet ? Car je pousse le vice à éteindre mon téléphone portable. Mais enfin pour tout vous avouer moi je m'en fiche un peu car comme ça j'ai de la place et je suis tranquille. Alors certes, je ne suis pas le seul dans un train à lire des livres mais nous sommes de plus en plus rares. Il y en a aussi certainement quelques uns lisant sur leur tablette, sur une liseuse ou leur téléphone.

     

    Cela ne veut pas dire d'ailleurs que la lecture demeure au même niveau qu'auparavant, ceux qui lisent sur écran lisant déjà avant ces inventions. Celles-ci n'amènent et n'amèneront jamais aucun nouveau lecteur à l'exemple des livres à deux euros en particuliers "Librio" "inventés" il y a une vingtaine d'années...

    Lire la suite

  • Jacqueline Sauvage ou la victoire de la pleurniche

    Imprimer Pin it!

    jacqueline sauvage, dictature de l'affectif, grâce présidentielle, société, Amaury WatremezLe propos de mon petit texte n'est pas de demander à remettre Jacqueline Sauvage en prison. Je ne me donne aucune autorité morale. Dans le meilleur des mondes personne ne devrait avoir à subir l'enfermement pour protéger la société, personne ne devrait avoir à souffrir de vivre dans une cellule de 9m2, j'écris bien dans le meilleur des mondes, donc certainement pas dans le nôtre. Dans un monde débarrassé des travers de la nature humaine, on pourrait envisager de se passer de moyens de coercition afin d'empêcher les pitoyables primates que nous sommes de faire le mal. Mais hélas, c'est surtout la « peur du gendarme » et celle de la punition qui les empêchent encore de commettre des fautes, des délits, des crimes, l'irréparable.

     

    Jacqueline Sauvage a donc reçu la grâce présidentielle et a donc été libérée de prison. François Hollande n'ayant plus de souci électoraliste fait ce qui lui chante se soumettant pour se faire plaisir à la dictature de l'affectif, de l'émotion, à la pleurniche qui domine dans notre société dés que l'on aborde un sujet sensible. C'est un peu comme si la plupart des français, en particulier sur internet, étaient devenus incapables de réflexion, incapables de nuances et dans le même temps des spécialistes judiciaires. Ils sont également incapables de se libérer de l'instinct grégaire virtuel consistant à pleurnicher à seaux dés qu'on leur en intime l'ordre.

    Lire la suite

  • Les catholiques et les « cathos »

    Imprimer Pin it!

    jcathos.jpgCe sont deux groupes très différents. Un catholique n'est pas forcément un « catho » et un « catho » n'est plus très catholique. C'est Fabrice Hadjaj, philosophe chrétien, qui a évoqué en premier les « cathos » les assimilant à une nouvelle forme de pharisianisme. Ce sont ces croyants, pratiquants qui vivent selon une logique minoritaire, communautaire et qui ont oublié depuis longtemps le sens du mot catholique.

     

    Il est censé nous rappeler que la Foi chrétienne doit tendre vers l'universel et non uniquement vers ceux qui nous ressemblent socialement. Or bien souvent la foi catholique n'est plus qu'un prétexte permettant la mise en place d'un conservatoire social dans lequel on se retrouve entre personnes réputées bien élevées, de milieu semblable.

     

    La définition de ce milieu souvent dit « bourgeois » est de plus en plus restreinte. Elle désigne maintenant surtout des familles disposant de revenus conséquents et rien d'autres.

    Lire la suite

  • L'info aux ordres

    Imprimer Pin it!

    à propos de « Main basse sur l'information » de Laurent Mauduit aux éditions Don Quichotte, sorti en septembre 2016

     

    politique, société, presse, liberté d'expression, liberté de la presse, démocratie, amaury watremez, Ce que l'on pourrait reprocher à cet ouvrage ainsi qu'à la plupart des ouvrages et sites internet s'affirmant « politiquement incorrects » c'est qu'ils ont parfois tendance à redécouvrir l'eau tiède. Et Mauduit n'y échappe pas. Il expose des faits que tout citoyen éclairé ou un peu lucide, toute personne du « pays réel », connait depuis longtemps. Mais que ce soit lui qui le fasse donne de la solidité à son propos et permet de mettre en lumière le scandale de la censure et l'auto-censure, encore pire, de la chape de plomb idéologique s'exerçant sur la presse en France.

     

    On ne peut pas soupçonner Laurent Mauduit d'être un fasciste, un réac amer, un jaloux tenant un blog caustique pour se défouler car extérieur au « système » des médias. Du moins est-ce que ce que l'on dit d'eux dans les médias traditionnels. Mauduit a travaillé à « Libé », au « Monde », et a été un des fondateurs de « Médiapart ».

     

    Encore une fois, cela fait tout l'intérêt de son livre car c'est dire s'il connaît son sujet de l'intérieur.

    Lire la suite

  • Les nouvelles de jeunesse de Truman Capote

    Imprimer Pin it!

    à propos de « Mademoiselle Belle » de Truman Capote et autres nouvelles de jeunesse chez Bernard Grasset

     

    littérature, truman capote, nouvelles de jeunesse, société, nostalgie, amaury watremezIl avait été question de ce recueil à la fin d'un documentaire sur l'écrivain faisant suite au long-métrage évoquant la rédaction de « In cold blood » où il est incarné par Philip Seymour Hoffman. J'étais un peu sceptique, cela ressemblait fort à une tentative des ayant-droits afin de gagner encore un peu quelque argent, à de la marchandisation grossières. Comment des nouvelles rédigées par un gamin de onze ans pouvaient-elles être intéressantes ? Feuilletant le livre, je compris que même s'ils demeurent bien quelques scories, elles sont minimes. L'auteur met par exemple « première partie » au début d'un récit de douze pages, « deuxième partie » à la troisième page etc...

     

    Cependant, l'on retrouve déjà toute la puissance de son écriture, toute son empathie pour ses personnage, même une très vieille dame. Capote est trop souvent réduit à son personnage de ludion zézayant avec une voix de petit garçon n'ayant jamais mué, un homosexuel mondain et ragoteur distrayant les jolies femmes-trophées d'hommes « importants », en particulier Babs Pailey. Le même sort est généralement réservé à Oscar Wilde ramené à ses petites phrases spirituelles, ses provocations mondaines, ses amours interdites et on oublie soigneusement ses livres. Dans les deux cas, on oublie de fait la Littérature. C'est pourtant elle qui rend Capote réellement différent, tout comme Wilde.

     

    Et non leur homosexualité flamboyante et jamais camouflée pour Truman...

    Lire la suite

  • D'un charnier à l'autre

    Imprimer Pin it!

    Il m'arrive depuis quelques jours de me demander si je suis bien le seul à me rappeler que la plupart des « rebelles » syriens sont dans les faits des islamistes ?

     

    Alep, syrie, islamistes, hypocrites, société, politique, amaury watremezOn nous fait le coup régulièrement depuis le pseudo-charnier de Timisoara, les serbes plus féroces que les SS, leurs camps de concentration : dés qu'un bien-pensant pense avoir déniché le scandale absolu du siècle (ça l'est toujours selon sa vanité). Il a déterminé avec certitude qui sont les bons qui sont les méchants, distribué les bons points sans coup férir. Il le sait. Et le public se doit d'être submergé par la dictature de l'affectif, de ne plus réfléchir et de pleurer de bonnes grosses et chaudes larmes. Même si c'est sur des mensonges éhontés...

     

    ...Le pire est que ça fonctionne encore, un peu, surtout dans les médias et parmi les politiques. En effet gràce à « facebook » et « touitteure », cela passe de moins en moins au sein du pays réel. Ainsi pour Alep et la Syrie. A Alep pour la bien-pensance, les victimes sont les pseudo-rebelles syriens complaisamment montrés dans les émissions de télévisions et magasines complaisants, les méchants sont Bashar el Assad et ses soutiens. Que les pseudo-rebelles soient clairement identifiés comme des islamistes n'y change rien. Le bien-pensant parlera, comme pour lui ce sont des gentils il en est convaincu, « d'islamistes modérés ».

    Lire la suite

  • Mythes éculés

    Imprimer Pin it!

    300px-Prise_de_la_Bastille-eb6eb.jpg"Vous n'allez tout de même pas remettre en cause les acquis démocratiques de la Révolution ?" puis-je lire d'un commentateur courroucé dans le fil d'un article sur un site politique. Il exprimait cela après avoir lu un affreux réactionnaire sans doute remettre en question le bien-fondé des différentes lois sociétales édictées dans notre beau pays depuis la loi Veil. Ces lois sont comme les pierres levées de Stonehenge, intouchables, immobiles pour l'éternité, juste attaquées par la lente érosion des siècles...

     

    Vous n'allez tout de même pas faire une chose pareille ? semble-t-il (ou elle) dire  comme si son interlocuteur allait montrer son sexe à tous les passants ou faire quelque chose d'encore plus choquant. C'est pourtant un des mythes éculés sur lequel se fonde notre mythologie dite républicaine. On ne peut absolument pas remettre en question ce mythe voire le nuancer même du bout des lèvres sans prendre le risque de se faire aussitôt traiter de réac nostalgique de l'ordre moral, des fameuses heures les plus sombres, j'en passe et des meilleures.

     

    Même à droite de la droite on n'ose pas trop le dire non plus même si on le pense par ailleurs alors que pourtant des historiens pour certains marxisants comme Braudel remettaient en doute la nécessité absolue d'une révolution en France, rappelant que celle-ci avait fait perdre cinquante ans au pays quant à son développement et sa modernisation.

    Lire la suite

  • Le grand Charles

    Imprimer Pin it!

    politique, histoire, société, de gaulle, mon général, seconde guerre mondiale, amaury watremezLes icônes indéboulonnables sur leur piédestal m'ont toujours fait largement suer. L'adulation excessive m'emmerde. Quand j'entends des louanges dithyrambiques sur tel ou tel personnage, quels que soient ses mérites, cela me donne envie de provocation ou de dire exactement le contraire. Cela ne m'empêchera pas évidemment d'être capable d'admiration ou d'enthousiasme pour une personne. Ce que j'admire le plus ce sont surtout ceux qui se comportent comme tout le monde le devrait sans ressentir le besoin d'être en pleine lumière. Comme tout le monde le devrait, car nous sommes capables du meilleur bien que nous laissant le plus souvent aller au pire.

     

    Dans ce petit texte, point n'est mon intention de diminuer l'importance des actes du général de Gaulle. Je ne veux pas non plus minimiser son courage durant la Seconde Guerre Mondiale ni même critiquer la constitution de la Vème République qui nous a donné une stabilité politique. Mais le "grand Charles" que l'on évoque tout le temps, à tout propos pour se justifier, pour s'auto-apitoyer, par nostalgie d'une époque pour toujours enfuie, j'ai du mal  à comprendre et cela m'agace profondément.

    Lire la suite

  • Chroniques du pays réel – les courses de Noël

    Imprimer Pin it!

    noèl, société, égoïsme, politique, fête matérialiste, nostalgie, amaury watremezNoël il y a encore quelques années avait encore un sens un petit peu spirituel pour la plupart des français. On allait à la « messe de Minuit », on attendait d'en être rentrés pour réveillonner et que les gosses ouvrent les cadeaux, quand il ne les ouvrait pas le lendemain matin. Se réjouir ensemble en partageant de bonnes choses, offrir des présents à ceux que l'on aime c'est une forme de louange toute aussi importante que la prière pour un croyant. Contrairement à ce que j'ai pu entendre au sein de certaines communautés dites nouvelles, ce n'est pas du matérialisme. Il y a des familles où l'on aimerait bien l'être juste un peu, à commencer par le soir de la Nativité.

     

    En 2016, Noël n'a plus aucune signification profonde, il s'agit de bouffer quitte à en être malade. « Qu'est-ce qu'on va se mettre, hein ! Nous on prévoit un vrai gueuleton avec du foie gras, des zuitres, et tout ! » se vantait un couple d'âge mûr face à moi dans le bus. Il s'agit d'avoir acheté à ses gosses tout ce qu'ils se doivent d'avoir dans leur chambre d'enfant décorée comme dans une pub.

     

    Je l'ai souvent entendu cette phrase bien grasse cet après-midi en me promenant dans Paris où tout était ouvert, c'est normal, nous sommes deux semaines avant Noël. Il faut bien que le commerce fasse du chiffre, et c'est la meilleure période de l'année. Car Noël n'est plus que cela, du commerce. Les personnes ressentent comme une quasi-obligation le fait de consommer, acheter, dépenser même si c'est progressivement interdit à tout ou partie de la classe dite moyenne de plus en plus précarisée et même si de plus en plus de monde fait les achats via le net. Et puis l'instinct grégaire est plus fort que tout le reste.

    Lire la suite

  • Caustiques mais avec style

    Imprimer Pin it!

    absolutely fabulous, cinéma, société, mode, frivole, politique, société, amaury watremezSi l'on n'aime pas les films à grand discours, moralisateurs et creux au fond...

     

    Il y a quelques années, en 2001, les français avaient tenté sur grand écran une adaptation signée Gabriel Aghion de la série britannique « Absolutely Fabulous » de Jennifer Saunders où elle jouait également en duo avec Joanna Lumley. C'était une catastrophe presque comparable au 11 septembre. Le film avec Balasko et Baye était complètement nul, vulgaire et sans intérêt. Aucun rythme, aucun humour, aucune finesse. Il faut avouer que les anglais ont un avantage très net sur les français en matière d'élégance, ils arrivent à être très excentriques et provocateurs sans en perdre un atome. Et ils cultivent et pratiquent l'humour à froid de façon largement plus brillante que nous.

     

    Dans le long-métrage sorti le 7 décembre dans notre beau pays, on retrouve Edina Moonsoon, Jennifer Saunders, son assistante un rien « à l'ouest » « Bubble », Jane Horrocks, la fille d'Edina, Saffron, Julia Sawalha, Patsy Stone, Joanna Lumley, égales à elles-mêmes, toujours largement irresponsables, toujours passionnés de rester « in » fût-ce en adoptant des modes débiles ne convenant plus en théorie à leur âge. Patsy et Edina sortent tous les soirs, boivent trop, en particulier du « Bollinger ». « Where's the Bollinger sweetie darling ? » est dans la série originelle et dans le film une question existentielle cruciale.

    Lire la suite

  • Réac ou réac ou pas réac

    Imprimer Pin it!

    alexandre devecchio, société, réacs, révolution, république, droits de l'homme, amaury watremezDans la nouvelle livraison de "Causeur" j'ai lu avec beaucoup d'intérêt, non feint, l'entretien que mène Élisabeth Lévy avec Alexandre Devecchio au sujet de "les nouveaux enfants du siècle" par icelui. Il y décrit le "retour de balancier" de la politique au sein de la jeune génération vers des opinions de droite décomplexée sur le plan collectif ou personnel, sur celui de la morale individuelle ou collective. L'auteur de l'ouvrage se dit lui-même réac, assume, ce qui me  le rend instinctivement sympathique bien sûr. J'apprécie que l'on sorte des rails volontairement. J'ai des faiblesses et beaucoup de lubies que l'on connaît bien hélas. Mais c'est sur la définition de "réac" que nous divergeons grandement.

     

    Selon lui, être réac c'est souhaiter le rétablissement de l'autorité de la République et de ses valeurs, de la "Common Decency" y étant donc liée. Il oublie quand même une chose. Les valeurs issues de la Révolution Française sont par essence progressistes. Ce n'est pas un jugement de valeur de ma part, mais juste une constatation objective. Elles impliquent une évolution inéluctable de la société dans son ensemble et donc la disparition de l'Ordre ancien, moral et politique, pour le remplacer par un ordre, ou désordre, nouveau réputé émancipateur.

    Lire la suite