Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De la lâcheté ordinaire des français de 2019

Imprimer Pin it!

inrocks.jpgUn journaliste des z-inrocks, le « Télérama » des branchouilleux, s'est fait agresser dans un parc. Il raconte dans un premier temps sur les réseaux dits sociaux son histoire pour finir par la retirer par pure lâcheté, dés fois qu'il passerait alors pour un séide de Marine le Pen. Il a vu le réel du pseudo multiculturalisme, il a constaté et comment ce que ça fait, l'impression que ça donne, la rencontre avec la diversité, une rencontre de près (voir à ce lien). Trois jeunes se sont approchés de lui sous prétexte de lui réclamer des clopes puis lui ont demandé une gâterie en somme. Et autres vulgarités.

 

Il se fait ensuite casser la gueule, et de belle manière...

 

Une histoire hélas multi-quotidienne...

 

Et pourtant il a enlevé son témoignage par peur d'être assimilé aux éventuels fâââchiiistes qui pouvaient non seulement le lire mais déplorer ce qu'il racontait, qui « stigmatiseraient » les « populations issues de la diversité » pour reprendre le terme bien hypocrite pour désigner de jeunes maghrébins. Il est donc d'une lâcheté abjecte, d'une veulerie méprisable, mais finalement pas plus pas moins que la grande majorité des français actuellement qui n'osent dire ce qu'ils pensent de l'Islam entre autres et de ce que les gouvernants se succédant depuis quarante nomment pudiquement des « incivilités » à savoir un refus violent, marqué, net et compréhensible me semble-t-il de s'intégrer à notre pays, d'en accepter les valeurs...

 

Et aussi le désir de profiter le plus largement possible de ce qui reste encore de notre système de redistribution des richesses avec toujours dans le crâne cet esprit de vengeance envers des humiliations subies surtout imaginaires.

 

Comme je le disais il y a peu sur ce blog, les bien-pensants refusent catégoriquement le réel même quand ils se le prennent littéralement dans la figure. Curieusement, (sic!) ces bien-pensants feront tout, à quelques exceptions notables sans doute, pour ne pas mettre leur gosse dans les mêmes écoles que cette fameuse « diversité ». Oui, c'est curieux non?

Mais il n'y a pas qu'eux...

 

Où sont-ils dans la vie de tous les jours ces « va-t-en guerre » ces gueulards qui râlent toujours virtuellement quand des voilées, des barbus investissent une piscine, un bus, un quartier entier ?

Où sont-ils quand un gosse se fait racketter car blanc et, ou chrétien, et, ou juif dans les banlieues ?

Où sont-ils quand des gamines se font agresser violemment par des brutes car portant une jupe ou un short ? Ou un bikini ?

Où sont-ils quand des « jeûûûnes » (comprendre des maghrébins ou des africains des « quartiers dits sensibles pour reprendre là encore le terme bien pudique des médias) s'amusent à déféquer dans les piscines municipales ?

 

S'ils étaient aussi acerbes et combatifs qu'ils le sont virtuellement ils le seraient en vérité dans la vraie vie et il n'y aurait strictement aucun problème de communautarisme. Seulement voilà, ils sont tout aussi pleutres que les bien-pensants sur ce sujet, là encore évidemment à de -très- rares exceptions. Combien de fois poussés dans leurs retranchements beaucoup en viennent à se justifier fort maladroitement sachant très bien qu'ils n'ont strictement aucun courage face à des populations qui nous haïssent dans tout ce que nous sommes. D'aucuns ne voient que l'apocalypse en somme, une fin de monde inéluctable à les entendre contre laquelle rien ne peut être fait excepté se soumettre également.

 

C'est que c'est difficile de sortir de sa zone de confort même quand on se prétend politiquement incorrect.

 

D'ailleurs entre parenthèses, pour la plupart des musulmans, quel que soit le discours que nous adoptons sur la religion, quelle que soit notre position, athée, croyant un peu beaucoup, pas du tout, consumériste spirituel ou pas , syncrétiste de bon aloi ou pas, nous sommes tous chrétiens, je dis bien tous. Eux savent souvent mieux que nous d'où viennent les valeurs sur lesquelles nous vivons. Elles ne sont pas nées « ex nihilo » il est vrai...

 

Illustration empruntée ici

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

PS : Certains font remonter nos valeurs aux paganismes anciens récusant l'influence chrétienne par antisémit...sionisme (comme ils le prétendent). Leur conviction s'explique souvent très bien par la psychologie, ce serait finalement les « tabous » judéo-chrétiens qui les empêcheraient de faire l'amour autant qu'ils le voudraient donc il conviendrait de revenir au paganisme réputé plus laxiste sur la question (ce qui est faux)...

Commentaires