Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Aux flics de la pensée

    Imprimer Pin it!

    Dédié aux indics, aux délateurs, aux commissaires politiques qui s'ignorent, aux bourgeois pédagogues en général...

    Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement voir ci-dessous

     

    censure, société, politique amaury watremez

  • La marionnette et les pantins

    Imprimer Pin it!

     

    écologie, greta thunberg, société, politique, assemblée nationale, amaury watremez

    Je plains plutôt qu'autre chose la petite Greta Thunberg. La pauvre jeune fille est la marionnette de ses parents et de quelques adultes qui profitent d'elle :

     

    Elle est une manière pour sa mère de regagner un peu de célébrité qu'elle a eu étant jeune comme actrice médiocre et pour son père de promouvoir le capitalisme dit « vert » (celui-ci consiste vendre des produits dits « bio » d'ailleurs c'est marqué dessus, sic) en ayant une figure de proue, un symbole vivant, en l'occurrence sa fille. Sur la photo controversée où l'on voit la petite manger de la bonne bouffe bien industrielle, les marques sont bien visibles. Cela s'appelle du placement de produit (voir à ce lien).

     

    Celle-ci y trouve son compte en étant au centre de l'attention suite à une ou deux pathologies psy. Son « Asperger » lui permettrait de voir le CO2 à l’œil nu, lui donnerait des pouvoirs magiques selon sa génitrice. Elle n'a plus à craindre de rencontrer d'autres personnes ce qui lui cause tellement d'inconfort n'allant plus en cours, elle est constamment le point de mire des médias depuis quelques mois, pour un temps...

     

    ...L'oubli viendra vite. Il vient toujours. Le bruit médiatique finit toujours par s'éloigner de ceux qui en font, et cela va de plus en plus vite. Et Greta redeviendra ce qu'elle est, une pauvre jeune fille inadaptée et souffrante.

     

    La gamine, incapable de contacts humains normaux de par son affection, est l'idole des bourgeois pédagogues, de tous ceux qui adorent faire la leçon au bon peuple, pour montrer combien les privilèges dont ils bénéficient matériellement parlant sont justifiés. Elle est une de ces « jeûûûnes » concernés selon leurs vœux. Quand elle est venue en France la première fois les gosses étaient quasi obligés d'aller à la manifestation contre les dérèglements climatiques (rien que l'énoncé de la manif fait rire, jaune...), la fameuse marche POUR le climat (voir à ce lien).

     

    A quand une marche pour la paix, contre la guerre et la violence parce que c'est très mâââl ?

     

    Les ados qui ne voulaient pas venir, qui préféraient, je ne sais pas, travailler pour leurs diplômes, étaient sévèrement tancés, sermonnés, raillés.

     

    Ils y sont venus en trottinettes électriques (batteries produites en Chine et en Afrique par des gosses esclaves) en ont parlé abondamment sur leurs smartphones et tablettes (je ne vous dis pas l'empreinte carbone) et sont sans doute allés fêter ça dans des magasins de nourriture « poubelle » franchisés style « Mac Do » ou « Starbeurks » (qui vend du café dont on retrouve les gobelets un peu partout dans Paris et les grandes villes ensuite...).Ensuite ils sont revenus pour recommander à Papamaman de bien acheter des produits « bio » ou prétendument éco-responsables.

     

    Mais de là à mettre en place des solutions de bon sens qui existaient il y a quelques décennies déjà, comme par exemple la consigne pour les bouteilles en verre que l'on rapportait au magasin, ne pas consommer des fruits et légumes hors saison, on en est encore très loin.

     

    Quant à percevoir les ravages du CETA qui a été signé en même temps que la venue de Greta (le même jour que son discours à l'Assemblée Nationale), on peut toujours rêver. On va en avoir de la bouffe poubelle pas de saison, de l'agriculture plus du tout équitable et, ou éco-responsable, de l'élevage intensif etc...

    La marionnette Greta a d'ailleurs bien répété sa leçon, elle n'a pas d'opinion sur le sujet (voir lien)...

    Ce qui veut tout dire sur la réel profondeur de son engagement...

     

    J'espère juste pour elle que son retour à l'obscurité se fera sans trop de dommages sur elle...

     

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • Avec Sibeth et Brune non à la clownophobie !

    Imprimer Pin it!

    brune poirson, sibeth ndiaye, clowns, nadine morano, politique, société, amaury watremezMadame Nadine Morano dans un tweet qu'elle ne regrette pas a exprimé le fait que Sibeth N'Diaye était souvent habillée de tenues de cirque, suggérant qu'elle était un clown finalement (voir lien ici). Pour Brune Poirson, ministre de la transition écologique, c'est du racisme (voir lien), madame N'Diaye a renchéri là-dessus. Pour elle aussi c'est du racisme.

    Cela ne fait aucun doute.

     

    Avec elles je dis aussi :

    Non à la clownophobie ! Non à ce racisme atroce rappelant les heures les plus sombres de notre histoire ! Non à la stigmatisation des clowns blancs et des « augustes » !

     

    Certains mauvais esprits diraient que qualifier un contradicteur de racisme c'est le procédé rhétorique paresseux habituel employé par les bien-pensants pour faire taire, croient-ils, qui les contredit. Cela marchait il y a quelques années encore en effet pour terroriser le trublion. Mais je ne suis pas de ceux-là, tu me connais ami lecteur. Je suis certain que ces deux dames sont capables de répondre autre chose, ont des arguments beaucoup plus étayés, construits...

     

    Tout comme je ne dirai pas que traiter quelqu'un de raciste juste parce qu'on n'a pas le courage d'argumenter un tout petit peu, se fouler la cervelle un minimum, c'est ni plus ni moins que de la diffamation. Mais ces « bien-pensants » ont tellement l'habitude de sermonner et lancer les malédictions en toute impunité qu'ils ne réfléchissent pas toujours avant de le faire.

     

    D'autres mauvais esprits, je n'en suis pas non plus, feraient remarquer que madame Morano subit constamment depuis qu'elle fait de la politique le mépris de classe des politiques issus du sérail, des « héritiers » et « héritières », petits bourgeois ou larbins ayant bien ciré les bottes. Elle les gène car elle, elle vient vraiment directement du peuple dont les autres se réclament. Elle vient d'un milieu populaire, elle en a gardé l'expression. Quel dédain de tous ces petits bourgeois journaleux ou éditorialistes de bas étage ! Pour eux c'est une plouc, ils ne le disent pas mais tout dans leur attitude le crie.

    Elle dit ce qu'elle pense. Et même si ce n'est pas toujours très subtil elle ne s’embarrasse pas de toutes les préventions qu'à droite on croit bon d'avoir pour se justifier de l'être.

     

    Surtout, toujours bien insister sur le fait que l'on n'a rien à voir avec le RN, crime abominable en 2019 comme le font tous les journalistes pseudo néo-réacs que l'on peut voir à la télévision ou entendre à la radio, à une ou deux exceptions qui d'ailleurs étrangement ne passent plus tellement ensuite sur les ondes...

     

    Mais c'est un racisme en effet insupportable envers les clowns ce peuple qui a beaucoup souffert au cours des siècles depuis la naissance du cirque. Les petits enfants ne cessent de rire d'eux, les adultes les encouragent à le faire sans vergogne. Un nez rouge, des chaussures trop grandes, des habits de toutes les couleurs, et c'est encore pire. C'est l'hilarité générale, même quand le clown est triste. L'auteur de ces lignes faisaient partie de ces enfants sans vergogne adorant ce spectacle même. Comme d'autres gamins, il aurait bien consolé « l'auguste » embarrassé dans son pantalon immense qui pleurait sur l'écuyère qui ne voulait pas de lui comme amant...

     

    Ce racisme anti-clowns s'exacerbe depuis quelques années avec cette mode des « clowns terrifiants » que l'on voit sur le net, de faire des représentants de ce peuple des individus forcément inquiétants, des « serial killer », des psychopathes, ou pire encore des monstres millénaires dévorant les petits enfants comme dans « Çà » de Stephen King et les films en étant adaptés. Voilà qui ne va pas arranger le « vivrensemble » entre nous et les clowns. Aidons les à se sentir bien parmi nous, acceptons les pointures 50 et le blanc de cérulyse !

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury – Grandgil

     

    illustration prise ici

  • Pas d'incident majeur (promis)

    Imprimer Pin it!

    finaleCAN.jpgLes médias télévisuels le répètent tous la bouche en cœur depuis hier soir et la victoire de l'Algérie en Coupe d'Afrique des Nations :

    Il n'y a pas eu d'incident majeur (voir à ce lien).

    Les petits journalistes jouvenceaux et jouvencelles en direct depuis les Champs Élysées appuyaient bien là-dessus, avec un sourire un peu crispé quand même, pas envie de se faire dérober son « ailphone ». Et ils n'ont pas l'habitude d'être en compagnie des « divers » comme ça...

    200 interpellations sur toute la France, ce n'est pas grave...

     

    Les voitures brûlées dont l'Intérieur et l'inénarrable Castaner ne nous dira pas le chiffre, c'est pas grave...

     

    Les riverains ne pouvant dormir jusqu'à 2 ou 3 heures du matin, les concerts de klaxon c'est pas grave, les rodéos en bagnoles dangereux pour les piétons, c'est pas grave...

     

    Ils ne vont certainement pas en parler ayant la trouille d'un embrasement généralisé des banlieues, qui arrivera de toutes façons un jour ou l'autre malgré leur lâcheté et toutes leurs préventions...

     

    En soi que des dizaines de milliers de « supporters » d'une équipe étrangère déferlent dans les rues bruyamment, sans aucun respect des autres personnes, quasiment en toute impunité, sous prétexte de célébrer une victoire de foutebôle mais aussi et surtout de compenser l'humiliation qu'ils ressentent à vivre pour la grande majorité des aides sociales est un incident majeur, gravissime même, une humiliation cuite et recuite et entretenue par tout les bons apôtres.

     

    En soi, que la seule catharsis possible, le seul avenir doré que des jeunes issus de la diversité aient ce ne soit que le football montrent tout l'échec des politiques d'intégration. Un échec total. Ils cherchent constamment la revanche, la revanche sur les salauds de colonisateurs qui ne le sont plus depuis soixante ans, mais c'est pas grave. Ils considèrent que l'aide sociale est un dû, qu'elle ne peut donner lieu à des devoirs civiques puisqu'ils clament à tout bout de champ que l'homme blanc ce salaud continue d'exploiter l'Afrique...

     

    Quel salaud en effet que cet ancien colonisateur qui a construit des infrastructures, mis en place l'eau courante, l'électricité, le tout à l'égout, et des transports dans tout les pays du Maghreb !

     

    Quel salaud que cet homme blanc qui accueille sur son sol et de plus en plus toute la misère du monde et qui lui fournit le gîte et le couvert sans presque rien demander en retour ! Et qui en plus s'accuse de tous les crimes dont on le charge ! Quel salaud dégueulasse vraiment !

     

    Quel salaud que cet homme blanc que l'on englue dans un masochisme mémoriel constant et qui devrait s'autoflageller encore et encore et encore, dont l'histoire n'est censée être qu'une longue suite de massacres et d'horreurs, de racismes et de guerres ...

     

    (Sic) et (Soupirs)

     

    Que des gamins dits « issus de l'immigration » n'aient comme perspective d'avenir comme rêve que de taper dans la baballe, c'est bien triste aussi. Ils ne seraient donc capables que de ça ? Taper dans la baballe ? Ils se considèrent donc comme trop bêtes pour briller dans les études ? S'élever dans leurs ambitions ? Il me semble pourtant que dans d'autres « communautés » présentes en France, parfois socialement précaires, je songe aux asiatiques, beaucoup de jeunes réussissent brillamment dans les études (même si l'intégration de leurs parents posent tout autant de questions). Là encore le pouvoir ne les encourage qu'à s'en sortir que par la baballe, les méprisant au fond...

     

    Ne parlons pas des français dits de souche à qui l'on a martelé depuis des décennies combien ils ne valent rien, incapables de se défendre, de porter la contradiction, tétanisés par la peur de se faire traiter de racistes...

     

    On ne veut pas voir le volcan qui bouillonne mais il bouillonne bel et bien et à un moment, il explosera...

     

    Et c'est ainsi qu'Allah est grand.

     

    Amaury – Grandgil

     

    image empruntée ici

  • Soutien total au Sénégal

    Imprimer Pin it!

    Ce soir sur ce blog on soutient à fond le Sénégal ...

    Les victoires de cette équipe n'ont donné lieu à aucun débordement, aucun geste de haine, de violence, aucun pillage...

    Et puis ça emmerde les bien-pensants un peu plus.

    Ne seraient-ils pas un peu racistes au fond ?

    Finale-total-Egypte-2019.jpg

  • Les électeurs amnésiques de Macron

    Imprimer Pin it!

    sociéété, vote macron, macron, le pen, Le Pen, amaury watremezIl y a en France depuis le 10 mai 1981 un gros problème de santé publique sur lequel personne ne se penche vraiment. En effet, les électeurs souffrent rapidement d'amnésie sévère antérograde. Dés 1982, 1983, des électeurs de gauche ne se souvenaient pas avoir voté François Mitterrand à la fin de « l'état de grâce » une fois l'euphorie dissipée. Soient ils s'étaient abstenus, soient ils avaient voté autre chose. En 2002 suite au vote Chirac au deuxième tour de la présidentielle, on assista au même phénomène préoccupant, peu de gens se souvenaient avoir obéi aux injonctions anti-fâââchiistes (car le fâââchiisme était à nos portes déjà rappelez vous).

     

    Depuis l'élection d'Emmanuel Macron sur la base des mêmes grosses ficelles, cette amnésie a pris de l'ampleur. Ce ne serait donc qu'une infime minorité qui aurait voté pour lui. De très mauvais gré, mais là encore il s'agissait de faire barrage au fââchiisme incarné forcément par Marine le Pen en 2017 :

     

    Sous sa présidence, la police républicaine aurait éborgné, écharpé, tabassé le peuple manifestant son désaccord, c'est certain. Sous sa présidence, des lois censées nous protéger auraient restreint la liberté de la presse et une oligarchie insupportable autant qu'arriviste serait arrivée au pouvoir.

    Et les banlieues dites « diverses » seraient dans les rues dans une ambiance insurrectionnelle à chaque prétexte possible (match de foot etc...).

    Sans parler de la montée d'un communautarisme provoqué bien entendu « par la haine » des français...

     

    Ouuuf, grâce à l'élection de Macron on sait bien qu'on a évité tout cela, que rien de ce que je décris n'est arrivé...

     

    (pour les lecteurs mal comprenant je mettrai bien un émoticône pour bien signifier qu'il s'agit ici d'ironie)

     

    Je songe aussi à ces grands esprits qui nous expliquent doctement qu'avec l'abstention en fait Macron a été élu par une minorité d'électeurs. Arithmétiquement ils ont raison. Mais quand on considère la règle démocratique ils se trompent lourdement...

    Ils oublient toujours deux choses :

     

    En France l'abstention ne compte pas, ne comptent que les suffrages exprimés des citoyens qui ont fait l'effort certes surhumain d'aller voter. C'est ainsi, c'est injuste. Pas de place pour les fainéants du bulbe qui refusent de s'impliquer « a minima » et qui se donnent pour cela des justifications toutes plus nobles les unes que les autres de n'avoir su faire quelques dizaines de mètres pour aller déposer leur bulletin dans l'urne.

    Je songe en particulier aux enseignants, une des CSP qui a le plus voté Macron, deux fois plus que les autres, et qui maintenant se scandalise de la réforme de l’Éducation Nationale : « Ah oui mais tu sais il fallait faire barrage, on avait pas le choix »...

    Re-sic...

    Je songe à tous ceux qui entre les deux tours n'en pouvaient plus d'évoquer la montée du nazisme et tout le saint frusquin masochiste mémoriel habituel.

     

    La minorité qui vote à chaque élection c'est celle des privilégiés. Ils ne sont pas fous, ils votent pour le candidat qui défendra au mieux leurs intérêts à eux. Ce que s'emploie à faire Macron. Il suffisait de lire son programme, effort sans doute là encore surhumain pour les glorieux antifâââchiistes qui voulaient arrêter la montée d'un totalitarisme dans notre pays. Eux connaissent la valeur de l'expression démocratique, ils ne la méprisent pas contrairement à tous ces enfants gâtés qui somme toute chipotent sur leur liberté, voire sont prêts à les abandonner sous prétexte que si l'on n'a rien à se reprocher l'on n'a rien à craindre.

     

    Le pire dans tout cela c'est qu'en 2022 les mêmes risquent de re-voter pour Macron ou quelqu'un d'équivalent, exactement pour les mêmes raisons...

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

     

    Amaury - Grandgil

  • La chute d'un petit marquis

    Imprimer Pin it!

    #rugydemission

    politique,société,rugy,homards,assemblée,s&verine,amaury watremezFrançois de Rugy a fini par annoncer sa démission. Il faut dire qu'il ne pouvait plus tenir, Médiapart s'apprêtant à faire des révélations fracassantes sur l'utilisation qu'il faisait de son indemnité de parlementaire. (voir à ce lien et aussi ce lien les sources de ce que j'avance). « On » l'a sûrement encouragé à démissionner pour ne pas faire trop de vagues...

     

    Je ne ressens pas de sympathie particulière pour Edwy Pleneln le fondateur de « Médiapart », il a certainement eu un « commanditaire » pour ces enquêtes. Et il est en quelque sorte l'inquisiteur bien-pensant en chef, tellement laxiste avec les islamistes et les « indigènistes » comme Houria Bouteldja, mais quand un médiocre se fait prendre la main dans le pot de confiture on ne peut que se réjouir :

     

    Un de moins !

     

    Ils le font presque tous certes en dehors de Jean Lassalle ou de quelques autres très minoritaires, tous sont des profiteurs, tous profite du clientélisme, de leurs réseaux, de leurs copinages . Ils placent les copains et les coquins, leurs gosses, leurs compagnes voire leurs maîtresses. Mais que d'autres le fassent n'est en rien une excuse et on leur pardonnerait presque si de temps ils œuvraient réellement pour le peuple.

     

    Je suis toujours étonné de la sottise objective de ces gens qui croient dur comme fer que leur avidité ne se verra pas ni leur indécence à se goinfrer sur le dos des contribuables.

     

    Entendons nous bien, que ce soit la rue et en particulier la rue virtuelle qui pousse un ministre à la démission, aujourd'hui François de Rugy, montre à quel point notre démocratie, ou ce qu'il en reste, est en mauvaise santé. Car normalement, c'est le rôle du président ou de son premier ministre de se rappeler que c'est le peuple qui délègue son pouvoir aux politiques afin qu'ils assurent au mieux le Bien Commun. Ceci c'est bien entendu dans l'absolu, car Macron tout comme ses prédécesseurs flatte surtout son électorat et celui qu'il chasse, à savoir les immigrés de troisième ou quatrième génération, toujours selon les recommandations de « Terra Nova ».

     

    politique, société, rugy, homards, assemblée, s&verine, amaury watremezMais enfin, que ce soit un troisième ou quatrième couteau qui tombe est quand même un bon moment. On ne va pas bouder notre plaisir malgré tout. En voilà un qui ne se gobergera plus sur notre dos à nos frais. A voir les photos de madame de Rugy (voir document ci-joint pour constater toute sa classe batifolant sur le lit de l’hôtel de Lassay, à voir les homards géants, les bouteilles de champagne, on sentait bien les deux parvenus pressés d'avoir leur part du gâteau et « d'en croquer ». On percevait mal leur souci de faire vraiment de la politique au sens noble du terme.

     

    Que la seule défense que ces braves gens se soient trouvés soit d'invoquer une « intolérance » aux fruits de mer fait mourir de rire. Représentant l'État et donc le peuple, la nation, les français ils auraient été tenus de passer outre de telles intolérances contredites d'ailleurs par un « tweet » de l'ancien ministre quelques années auparavant.

    De Rugy parle aussi de « lynchage médiatique », il a la larme à l’œil, pour un peu il serrerait ses petits poings de colère, mais faut-il lui rappeler qu'il aurait fallu faire attention dans les goûts de luxe, les vanités, et demeurer un minimum décent, appliquant les conseils de vertu que l'on a bien compris il donnait pour les autres (voir le petit rappel ici)...

     

    Il aura sans doute un successeur, voire une succeseuse, tout aussi compétent, compétente que lui (rires), peut-être pire encore, peu importe, on l'assaisonnera aussi aux petits oigons...

     

    Images empruntées ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • Débordements qu'ils disent

    Imprimer Pin it!

    CAN, 1/4 de finale algérie, débordements, france, champs elysées, amaury watremezIl y a combien de pays dans le monde en dehors de la France acceptant qu'à la moindre occasion, au moindre prétexte, hier les quarts de finale de la Coupe d'Afrique des Nations (voir ce lien), des populations dites issues de l'immigration, hier soir des algériens, expriment leur haine profonde de ce pays et son mode de vie, des gens que bien souvent ce pays porte à bout de bras avec son système social...

    Curieusement, on n'entend jamais parler de CAF pillée ou brûlée...

     

    On tremble en songeant au 14 juillet bientôt, qui sera le jour de la demie-finale de cette coupe d'Afrique...

    Enfin on ne tremble pas on se doute bien de ce qui va arriver...

    Comme chaque année.


    Les dirigeants accusés sur les réseaux dits sociaux tant et plus ont bon dos, les français dans ensemble sont bien amorphes. La plupart se laisse insulter voire justifie les insultes en rappelant qui la colonisation, qui l'exploitation que l'homme blanc, ce « salaud »,continuerait à exercer en Afrique. Les oligarchies maghrébines et africaines qui confisquent le pouvoir et les ressources c'est pas grave, c'est la faute des européens qui doivent s'auto flageller jusqu'à la fin des temps...

     

    Je songe à ce type pâle comme un cachet d'aspirine dans le RER E entouré d'africains qui n'avaient de cesse que de provoquer vulgairement sur la France, ses monuments, ses valeurs, passant devant le Sacré Coeur j'entendis parler de la « sale église de merde ». Je le revois encore souriant -bon de manière un peu crispé quand même, avec les trois autres racailles.


    Les journalistes parlent pudiquement de "débordements" (voir à ce lien) mais c'est à chaque fois, tout est bon. On attendrait vainement les mêmes débordements dans les pays d'origine de ces personnes qui sont autant de régimes dictatoriaux et, ou théocratiques.

    On parle pudiquement de « fête gâchée » mais la fête pour qui ?

     

    Pour les propriétaires de magasins pillés ?

     

    Pour les femmes agressées sexuellement comme à Roubaix ? (voir ici cette pauvre jeune fille en jupe insultée par des dizaines de crétins).

     

    Ne parlons pas de ce « supporter » fauchant toute une famille en voiture à Montpellier...

     

    Ne parlons des injures contre les « sales français » dans le métro ensuite...

     

    Ne gâchons pas « la fête »...

     

    Les journalistes comme la plupart des observateurs sont étrangement beaucoup plus prudents dans leur expression qu'avec les « gilets jaunes » forcément soient séditieux soient populistes, nostalgiques des fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire...

     

    D'ailleurs on ne note aucun emploi de LBD ou autres armes « non létales » incapacitantes avec les « supporters » algériens. C'est bizarre non ? La France dite périphérique on peut en dire ce que l'on veut, les insulter, les traiter de ploucs, c'est pas grave, peu importe. Les populations « issues de l'immigration » de toutes façons c'est pas de leur faute c'est à cause de la colonisation nous expliqueront doctement l'un ou l'autre spécialiste de tout et de rien à la télévision.

     

    Illustration empruntée sur le site de 20 minutes

     

    Et c'est ainsi qu'Allah est grand...

     

    Amaury - Grandgil

  • Les femmes fusibles en politique

    Imprimer Pin it!

    politique, femmes, attachées parlementaires, dircab de rugy, amaury watremezL'histoire de la dir'cab de de Rugy est symptomatique (voir à ce lien), virée comme fusible à la place de son patron par son patron, car elle a gardé un logement de la ville de Paris douze ans comme pied à terre dans la capitale pour ses gosses. (Nicole Klein semble l'exemple type de ces femmes qui gravitent autour des politiques, progressivement se « masculinisant », se tannant le cuir...)

     

    Cela m'a remis en mémoire celle de quelques camarades de fac qui sont devenues attachées parlementaires après une maîtrise de sciences po et souvent des années de militantisme de gôche, de tractage dans le froid, de nombreuses tâches ingrates, etc


    L'esprit de sérieux parfaitement insupportable dominait chez ces demoiselles déjà...

     

    Je me souviens du mémoire de maîtrise de l'une d'elles en histoire antique qui prétendait donner des mœurs gauloises une vision féministe. On y parlait des guerriers gaulois qui « souillaient » les pures jeunes filles ce qui dénotait sans doute chez sa rédactrice un fantasme de viol inavoué.


    Toutes ces filles étaient bien entendu féministes progressistes et tout, toutes également issues de milieux hyper-favorisés, certaines avaient un « nom ». Toutes avaient quelques névroses très chic de pauvres petites filles riches, bien sûr, mais elles ont très vite compris en quoi consistait réellement le glorieux boulot d'attachée parlementaire :

     

    Bien porter la minijupe,

    Préparer tous les dossiers sans le dire surtout, le patron s'assurant de la « représentation »,

    Accepter de temps en temps un "furtif" "vite fait tout debout" sur un coin de bureau,

    Faire un joli sourire quand le patron parle, ne jamais l'interrompre, toujours être d'accord avec...


    Elles se disaient toutes que c''est le prix à payer pour leur ambition et rongent leur frein en fayotant le plus possible pour faire carrière quand même.
    La plupart des femmes ministres viennent de ce petit milieu d'ailleurs.

    Elles ont fayoté mieux que les autres en somme...

     

    Bien entendu depuis qu'il est considéré comme moderne, progressiste et tout le tintouin de faire son « coming out » chez les parlementaires et représentants du peuple, ça s'est un peu complexifié. Parfois ce sont des attachés parlementaires mâles qui jouent le même rôle.

    Il leur faut bien porter le costard, se faire discret, organiser des petits plans discrets « back room » de temps en temps tout en espérant un « bon » mariage eux aussi, sous les feux de la rampe.

     

    Ou alors le patron est une femme qui curieusement oublie son féminisme avec ses subordonnés...

     

    Les parlementaires femmes sont parfois encore plus « machistes » curieusement, ou pas, que les hommes. On dirait qu'elles prennent leur revanche sur un passé d'obséquiosité. Il y aurait tellement à dire sur ce microcosme d'une telle hypocrisie.

     

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi Amen,

     

    Amaury-Grandgil

  • La foule qui décide qui doit vivre ou mourir

    Imprimer Pin it!

    Je déteste la foule.

     

    eutha.jpgEnfant la foule était une forêt de jambes d'adultes ne faisant pas attention aux petits enfants, se déplaçant dans un sens puis dans l'autre sans regarder autour de soi. Ne voyant pas de l’œil gauche la foule m'est physiquement inconfortable. Je me cognais aux autres sans le vouloir. Et puis j'ai trouvé mes « stratégies » pour me protéger. Je songe aussi ces grandes personnes qui s'arrêtaient pour dévisager sans vergogne ce gosse « avec les yeux bizarre »...

     

    La foule est toujours pour moi un fléau de l'esprit humain. Je hais cet instinct grégaire qui peut pousser des citoyens apparemment équilibrés aux pires des violences, à scander les mots d'ordre les plus cons, cet instinct grégaire entraînant les gens à se perdre et s'égarer juste parce qu'ils ont eu peur de sortir du rang, préférant hurler avec les loups que d'être libres. C'est parfois à mourir de rire, jaune, comme cette foule de voyageurs que je vis s'engouffrer dans un tunnel que je savais sans issue pour trouver une sortie gare saint Lazare.

     

    Sans doute y errent-ils encore maintenant ?

    Il paraît que c'est une caractéristique des « anars de droite » purs et durs ce dégoût de la foule de « l'épaisse sottise démocratique »...

     

    Je ne reviendrai pas sur l'affaire Vincent Lambert, suffisamment douloureuse pour exprimer encore une opinion ici alors que je ne suis pas partie prenante, alors que je n'ai pas tous les tenants et aboutissants en main. C'est toujours complexe, et il est malgré tout délicat d'être trop péremptoire, de condamner l'un et absoudre l'autre. Personne n'est tout blanc ou tout noir, il existe dans le fond de l'âme humaine une infinité de gris. Ce qui est effrayant quand on les lit la quantité d'articles écrits dessus, ce sont les réactions des gens, leurs commentaires absolument effrayants de sottise satisfaite, ne réfléchissant pas une seconde aux conséquences de leurs paroles.

     

    Beaucoup semble croire avoir la faculté de décider de qui doit vivre ou mourir. Ils savent, ils en sont certains. Vincent doit mourir. Ses parents sont de très mauvais parents que certains verraient bien euthanasiés également. Mais qui sont ces gens qui se parent d'une telle autorité morale pour émettre des jugements d'une telle dureté, d'un tel manque d'empathie et d'altérité ? Ce qui m'effraie quand je les lis est de savoir que ces gens ont le droit de vote, et donc d'influer sur la vie publique. J'ose espérer qu'aucun parmi eux n’accédera jamais à des responsabilités, ne disposera pas de pouvoir quel qu'il soit.

     

    Toujours quand on les pousse un peu dans leurs retranchements on comprend finalement que ce qui choque les gens est que notre société prenne en charge les plus faibles, les plus démunis, il faudrait que ce soit les parents qui supportent seuls la charge de garder en vie leur fils...

     

    Tous ces bonn'gens, comme dans la chanson de Brassens (« la mauvaise réputation ») n'aiment pas que l'on suive « une autre route qu'eux ». Et ils s'arrogent donc le droit de vie ou de mort sur leurs semblables. Les mêmes quand on évoque avec eux l'eugénisme des régimes totalitaires, comme le nazisme, ou les staliniens, poussent les hauts cris, s'indignent vertueusement. Le darwinisme social c'est horrible, mais dans les livres d'histoire. Confrontés à celui de notre époque, à un eugénisme d'une férocité n'ayant rien à envier aux dictateurs du début du XXème siècle ils acquiescent, ne voient pas le problème, se récrient, raillent en évoquant les fameux « points Godwin ».

     

    Mon petit doigt m'a dit que placés dans les mêmes circonstances ils seront beaucoup moins durs, beaucoup moins péremptoires....

    C'est ce qui est arrivé à un promoteur de la loi Léonetti il y a quelques années. Proches de la mort, les médecins lui suggérèrent de faire ce qu'il préconisait pour les autres, à savoir l'aider à mourir dans la dignité. Ils n'avaient pas compris que le personnage parlait pour les AUTRES, que lui évidemment c'était pas pareil, il tenait à sa vie...

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury – Grandgil

     

    illustration prise ici

  • La France d'Audiard et la nôtre

    Imprimer Pin it!

    Audiard, Littérature, cinéma, société, politique, amaury watremez"Valeurs Actuelles" a sorti un "hors série" sur Michel Audiard, sa vie, son œuvre, ses films et tout le toutim. L'acheter c'est commettre un acte doublement politiquement incorrect.

    C'est bien entendu du commerce, le moyen de faire du bénéfice à peu de frais.

     Et pourtant je me suis laissé avoir. Il faut avouer...

    J'ai mes compulsions littéraires : Bernanos, Marcel Aymé, Philip K. Dick, et Audiard et d'autres. Je m'attendais à des articles torchés à la va-vite, et ô surprise tout est bien écrit. C'est tellement bien écrit que les textes mettent à nu le mystère Audiard mieux que d'autres livres hagiographiques écrits sur le "petit cycliste" qui en rajoutent dans la nostalgie à deux centimes, celle des photos de Doisneau entre autres.

     

    Ceux-ci me font horreur, et je pense lui auraient fait horreur aussi. Comme tous ces livres où l'auteur se place en disciple, en héritier de...

     

    On suit son parcours, du journalisme au cinéma, en passant par le "Vel d'Hiv" et sa passion pour la littérature, ses amitiés, les auteurs et acteurs avec lesquels il entretient des liens, un genre de "communion des saints" en somme.  Curieusement alors qu'il écrivait pour tout le monde, Audiard est devenu un genre d'icône élitiste pour petits enfants sages qui n'osaient pas être insolents ou indociles et qui trouvent dans son cinéma et son sens de la jactance une compensation bienvenue à leur servilité intrinsèque.

     

    A l'époque un gamin des rues comme lui pouvait avoir de l'ambition sans pour autant cirer les bottes des uns ou des autres, sans avoir des réseaux, ni de nom. En 2019 les grossiums et leur progéniture se sont arrangés pour que seuls leurs rejetons et leurs obligés puissent avoir accès au cinéma ou à l'édition. De temps en temps on monte en épingle un cas parmi des milliers d'autres pour bien montrer que l'ascenseur social fonctionne encore alors qu'il est au point mort depuis des décennies.

     

    Audiard a son moment fondateur comme chacun d'entre nous, et lui il le vit à la Libération quand il passe devant le corps supplicié d'une jeune fille brutalisée par des résistants de la dernière heure (car elle cachait un allemand). Les abrutis l'avaient dénudée, puis s'étaient amusés à lui balancer des pavés jusqu'à ce que la mort s'ensuive. Le futur scénariste découvre à ce moment là que la très grande majorité des gens ne vaut rien, pas un fifrelin. Ce qui rend les amitiés et les amours avec des personnes de qualité d'autant plus précieuses qu'elles sont rares.

    Et avec elles les moments de convivialité, de partage, qui ne sont pas juste de la bouffe pour la bouffe sans souci de l'hygiène de vie, concept inédit en ces temps là. Le plaisir de bien manger, nos hygiénistes l'oublient. il faudrait s'auto flageller tout le temps.

     

    Les personnages d'Audiard parlent mieux que les vrais truands, les petits voyous et les gens du peuple de la "vraie" vie, lui-même l'avouait, ses gangsters ont plus d'esprit, plus de cervelle et de classe. Il invente une langue qui est plus littéraire que réelle, excepté peut-être le sens de la formule que l'on trouve, ou plutôt que l'on trouvait partout dans le vieux pays de France. Si on savait vivre dans le temps d'avant, on savait aussi parler et pas pour ne rien dire. On savait lire aussi, sans pour autant se laisser prendre à l'esprit de sérieux qui maintenant envahit tout.

     

    Et Audiard a beaucoup lu, les "classiques", les "modernes", en particulier les "Hussards", et les "infréquentables" aux yeux des beaux esprits. Dans les articles on retient surtout Céline, de par son aura de diable des bibliothèques, mais Audiard aimait aussi beaucoup Marcel Aymé et Antoine Blondin, le "jardinier" de la rue Mazarine (un soir après une bonne cuite au bar Bac, Blondin et ses copains sont allés acheter des fleurs au quai aux fleurs non loin et ont fleuri toute une rue).

     

    Quand on fait le compte des différences entre cette France et la nôtre on a un peu le tournis. Pour beaucoup la France d'Audiard, c'est la "France rance", une France où l'on n'avait pas peur de dire clairement les choses, et en particulier aux cons. Forcément, on comprend qu'ils n'aiment pas. Quand on traite quelqu'un de con ce n'est d'ailleurs pas une injure, juste un diagnostic, et un sévère. Les trois quarts et demie des propos qu'Audiard tenait, ce qu'il écrivait, tomberait sous le coup de la loi de la députée "mordeuse" qui en est l'auteur-e (Laetitia Avia).

     

    Elle comme d'autres de son parti, de son idéologie, ne peut pas aimer la France d'Audiard, elle sait très bien qu'elle n'en fait pas partie, qu'elle n'en sera jamais. Elle et ses semblables préfèrent donc essayer, vainement, d'en effacer toute trace dans les mentalités et d'en interdire l'évocation, sous des prétextes divers.

    Mais quelle importance ? On va se gêner...

    Image empruntée ici

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

  • Un nouvel être humain sur le marché

    Imprimer Pin it!

    PMA.jpgLa PMA, ou procréation médicalement assistée, va être discutée au Parlement et donc sans doute légalisée pour tout le monde de par l'arithmétique, LREM étant majoritaire. On n'a pas le droit d'être contre, de s'y opposer, c'est prendre le risque immédiat de se faire qualifier de réac, de rétrograde, voire pire encore de "tradi" catho : islamiste bon c'est grave, mais tradi catho s'opposant aux lois sociétales, ça l'est visiblement encore plus dans la doxa bien-pensante. Qu'un islamiste fasse péter des bombes, finalement c'est dans l'ordre des choses en somme. Et sa radicalité est assimilée à la foi de tous les musulmans en somme.

     

    Ce qu'il y a derrière la PMA c'est "le droit à l'enfant", comme si l'enfant finalement était un bien comme un autre que l'on puisse se payer quand on en a envie, au moment de sa carrière, de sa vie où on le désire, du sexe que l'on souhaite bientôt quand on ne choisira pas la couleur des yeux, des cheveux sur catalogue, ou mieux encore le caractère et les dons. Voire pourquoi ne pas étudier un moyen de garantir la réussite scolaire des enfants sans que les parents n'aient quoi que ce soit à faire ? On aurait plusieurs options, plusieurs packs. Tout serait déterminé d'avance.

     

    Ce serait donc un combat d'arrière-garde.

    Tout comme de rappeler que derrière la PMA il y a la GPA, ou Gestation pour autrui, terme valise pour désigner finalement les mères-porteuses, ces femmes qui "loueront" leurs corps donc à leurs semblables plus riche plus favorisées ne voulant pas avoir un corps déformé par les grossesses, ne voulant pas s'arrêter pour attendre leur enfant, et l'éduquer, ne seront pas les femmes de milieu aisé on s'en doute bien. En attendant la conception des enfants "in vitro" de A à Z en laboratoire dans de jolis éprouvettes puis dans des incubateurs tellement performants.

     

    "Mon papa  c'est l'incubateur ZX 47 !" diront fièrement les futurs enfants qui rêveront de travailler en laboratoire comme leur géniteur.

     

    Car il y a aussi derrière tout cela une haine profonde de la paternité.

     

    Pour les couples désirant des enfants et ne pouvant en avoir pour des raisons physiologiques, personne ne s'opposera à la PMA, à cette aide médicale en somme. Ce sera eux qui seront d'ailleurs certainement mis en exergue dans des représentations bien lacrymales dans les semaines à venir.

    Ce n'est pas ça les questions soulevées par la PMA mais tout ce que j'aborde ci-dessus. Des questions graves dont la "réification" du corps humain, sa "chosification" et sa mise sur le marché comme n'importe quel bien. Mais le dire ce doit être aussi un combat d'arrière-garde je suppose....

     

    C'est devenu l'argument-massue cliché pour éviter toute discussion un peu sensée...

     

    Image empruntée ici

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil