Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Avec Sibeth et Brune non à la clownophobie !

Imprimer Pin it!

brune poirson, sibeth ndiaye, clowns, nadine morano, politique, société, amaury watremezMadame Nadine Morano dans un tweet qu'elle ne regrette pas a exprimé le fait que Sibeth N'Diaye était souvent habillée de tenues de cirque, suggérant qu'elle était un clown finalement (voir lien ici). Pour Brune Poirson, ministre de la transition écologique, c'est du racisme (voir lien), madame N'Diaye a renchéri là-dessus. Pour elle aussi c'est du racisme.

Cela ne fait aucun doute.

 

Avec elles je dis aussi :

Non à la clownophobie ! Non à ce racisme atroce rappelant les heures les plus sombres de notre histoire ! Non à la stigmatisation des clowns blancs et des « augustes » !

 

Certains mauvais esprits diraient que qualifier un contradicteur de racisme c'est le procédé rhétorique paresseux habituel employé par les bien-pensants pour faire taire, croient-ils, qui les contredit. Cela marchait il y a quelques années encore en effet pour terroriser le trublion. Mais je ne suis pas de ceux-là, tu me connais ami lecteur. Je suis certain que ces deux dames sont capables de répondre autre chose, ont des arguments beaucoup plus étayés, construits...

 

Tout comme je ne dirai pas que traiter quelqu'un de raciste juste parce qu'on n'a pas le courage d'argumenter un tout petit peu, se fouler la cervelle un minimum, c'est ni plus ni moins que de la diffamation. Mais ces « bien-pensants » ont tellement l'habitude de sermonner et lancer les malédictions en toute impunité qu'ils ne réfléchissent pas toujours avant de le faire.

 

D'autres mauvais esprits, je n'en suis pas non plus, feraient remarquer que madame Morano subit constamment depuis qu'elle fait de la politique le mépris de classe des politiques issus du sérail, des « héritiers » et « héritières », petits bourgeois ou larbins ayant bien ciré les bottes. Elle les gène car elle, elle vient vraiment directement du peuple dont les autres se réclament. Elle vient d'un milieu populaire, elle en a gardé l'expression. Quel dédain de tous ces petits bourgeois journaleux ou éditorialistes de bas étage ! Pour eux c'est une plouc, ils ne le disent pas mais tout dans leur attitude le crie.

Elle dit ce qu'elle pense. Et même si ce n'est pas toujours très subtil elle ne s’embarrasse pas de toutes les préventions qu'à droite on croit bon d'avoir pour se justifier de l'être.

 

Surtout, toujours bien insister sur le fait que l'on n'a rien à voir avec le RN, crime abominable en 2019 comme le font tous les journalistes pseudo néo-réacs que l'on peut voir à la télévision ou entendre à la radio, à une ou deux exceptions qui d'ailleurs étrangement ne passent plus tellement ensuite sur les ondes...

 

Mais c'est un racisme en effet insupportable envers les clowns ce peuple qui a beaucoup souffert au cours des siècles depuis la naissance du cirque. Les petits enfants ne cessent de rire d'eux, les adultes les encouragent à le faire sans vergogne. Un nez rouge, des chaussures trop grandes, des habits de toutes les couleurs, et c'est encore pire. C'est l'hilarité générale, même quand le clown est triste. L'auteur de ces lignes faisaient partie de ces enfants sans vergogne adorant ce spectacle même. Comme d'autres gamins, il aurait bien consolé « l'auguste » embarrassé dans son pantalon immense qui pleurait sur l'écuyère qui ne voulait pas de lui comme amant...

 

Ce racisme anti-clowns s'exacerbe depuis quelques années avec cette mode des « clowns terrifiants » que l'on voit sur le net, de faire des représentants de ce peuple des individus forcément inquiétants, des « serial killer », des psychopathes, ou pire encore des monstres millénaires dévorant les petits enfants comme dans « Çà » de Stephen King et les films en étant adaptés. Voilà qui ne va pas arranger le « vivrensemble » entre nous et les clowns. Aidons les à se sentir bien parmi nous, acceptons les pointures 50 et le blanc de cérulyse !

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration prise ici

Commentaires