Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Minorités visibles

    Imprimer Pin it!

    immigration, société, politique, gilets jaunes, amaury watremez

    Ce texte aborde un sujet éminemment tabou, on trouvera en fin de billet toutes les références statistiques sur lesquelles je m'appuie. Qu'on aille les voir avant de me traiter de "raciste nauséabond".

     

    Il y a un sujet qui n'a été abordé que timidement par les "gilets jaunes", par peur de déplaire encore aux arbitres des élégances politiques et aux médias. Par timidité aussi, car finalement et malgré les nombreux actes des manifestations, les "gilets jaunes" restent encore bien timides face aux bourgeois pédagogues qui eux savent ce qui est bon pour le peuple, pour les précaires, et pour ceux qui n'ont pas la chance insigne d'être comme eux des spectateurs des pièces du "Rond Point". Je l'ai déjà dit je ne comprends pas cette timidité, car de toutes façons les "gilets jaunes" sont de toutes façons catalogués.

     

    Le joug idéologique bien-pensant est donc encore tellement puissant ? Cela m'effraie personnellement. Ils font donc peur à ce point là les Trissotin bobos ?

     

    Afin d'évoquer les arabes, les africains et les asiatiques présents dans la région parisienne, on évoque généralement les "minorités visibles". Pourtant, lorsque l'on prend le métro, ou le train de banlieue, ou le RER, ce serait plutôt les français de type caucasien ces fameuses minorités.

    Il suffit de regarder autour de soi, et de compter. Bien souvent il y a deux ou trois français, pas plus, environné de commères africaines, de mères de famille voilées et de leurs familles nombreuses...

    Mais chuut...

    ...il ne faut surtout pas prononcer cette évidence comme Richard Millet ou d'autres.

     

    Ce ne sont pas ces populations que l'on peut accuser de quoi que ce soit. Eux viennent dans un pays à leurs yeux de cocagne, où ils pourront manger à leur faim, exprimer une opinion même contre le mode de vie de leur pays d'accueil sans se faire jeter en prison. Ils y obtiennent des aides et autres subsides pour un toit et de quoi travailler.

     

    Pourquoi s'en priveraient-ils alors que crevant de faim et vivant terrorisés chez eux ?

     

    Comme bien entendu, ils arrivent également de société le plus souvent très archaïques, certaines relèvent du néolithique, ils ne peuvent pas réellement s'adapter à un pays dont ils se sentent rejetés immanquablement. D'où leur désir pour beaucoup de retrouver des coutumes par eux fantasmées, idéalisées, un mode de vie traditionnelle rêvé. Et qui n'a jamais vraiment existé en réalité. Ils ne vivent qu'entre eux, ne se tolèrent qu'entre eux, à peine constate-t-on quelques exemples très mineurs de mixité sociale, ce sont d'ailleurs toujours les mêmes qui sont mis en avant pour promouvoir la diversité.

     

    Au sein de celle-ci on feint de croire que les asiatiques ne posent aucun problème car il est vrai qu'ils n'expriment aucune revendication quant à leur religion et ne posent guère de difficultés de délinquance. Mais ils ne s'intègrent pas, le refusent, vivant dans un mépris complet de nos coutumes, de ce qui reste de notre culture. Ils ont aussi une autre manie, ils achètent progressivement des pans entiers des grandes villes françaises en procédant comme au jeu de go. Ils jouent sur les faiblesses de notre système, sur notre laisser-faire eux aussi.

     

    La seule différence avec les autres "divers" est que le racisme à leur encontre n'est jamais puni, jamais relevé, voire encouragé. Il suffit pour cela de regarder les comédies des "vedettes" étant "issues de la diversité". Il y a dedans toujours une bonne blague bien abjecte sur les chinois ou les japonais.

    Bien entendu, ne serait-ce qu'évoquer une toute partie de ces sujets c'est risquer de se faire traiter de raciste, de pire encore ? Ce dont l'auteur de ces lignes se fout complètement, il faut bien dire. Comme de sa première chaussette...

    Se mettre la tête dans le sable n'y changera rien.

     

    NB : ci-dessous les références précises sur lesquelles je m'appuie

    Références de l'INSEE sur les statistiques ethniques et la répartition géographique des minorités (voir à ce lien)

    Références de l'APUR (voir à ce lien)

    Et l'atlas des fractures sociales (voir à ce lien)

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration empruntée ici