Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Benalla heureux et soulagé ? Et le peuple ?

Imprimer Pin it!

benalla.jpgCe qui stupéfie dans l'affaire Benalla et ses multiples rebondissements c'est qu'il y a de quoi mettre le peuple normalement très en colère, beaucoup plus qu'il ne l'est. Elle montre que l'oligarchie au pouvoir méprise copieusement la nation, qu'elle dédaigne les lois sans scrupules, les règles les plus élémentaires de la démocratie. Il y a de quoi aller chercher toutes ces belles dames et ces beaux messieurs dans leurs bureaux dorés, il y a de quoi se révolter. Mais dans l'histoire, tout le monde, y compris les « gilets jaunes » demeurent d'une timidité que je trouve absolument effarante. Je pense également à toutes ces dénégations maladroites face aux accusations de fââchiisme, face à cette stratégie pourtant grossière de fascisation des contradicteurs.

 

Qu'est-ce qu'on attend nous le peuple pour se mettre vraiment en rogne ?

Ce n'était que des échauffements toutes ces manifestations le samedi, rassurez moi ?

 

Parmi les groupes de « gilets jaunes » sur les réseaux dits sociaux, on s'indigne, on s'étonne avec dépit, on se scandalise de la libération des deux nervis de Macron comme si l'on pensait qu'ils n'allaient pas quitter leurs cellules, on découvre visiblement que le droit s'applique différemment « que vous soyez puissant ou misérable ». Quelle découverte en effet ! Et là encore, vous attendez quoi de plus pour montrer à l'oligarchie et aux bourgeois pédagogues à qui appartient vraiment le pouvoir dans une démocratie ? Il vous faut quoi pour vous rebeller contre cette collusion des pseudo élites, contre cette comédie farce qui se joue sous vos yeux ? Car ce n'est que cela, et en plus elle est très mal jouée.

 

Alexandre Benalla et Vincent Crasse sont sortis de taule. Le premier a dit qu'il était « heureux et soulagé » (voir à ce lien) aux journalistes pas du tout serviles c'est évident qui l'attendaient à la sortie de la Santé. Tu ne vas pas me dire ami lecteur que ça t'étonne ? L'ancien garde du corps a des dossiers sur tous les petits secrets honteux de ses anciens patrons, toutes ces petites saloperies intimes, ces habitudes douteuses, toutes les petites saletés qu'ils pensent bien cachées, bien camouflées, le deuxième aussi doit en savoir long sur ces messieurs-dames du nouveau monde se prenant tellement au sérieux.

 

Et sont finalement très ancien monde, juste des nantis qui tiennent à profiter encore longtemps de leurs prébendes payés par vous, amis lecteurs. Et par moi, par nos impôts, ainsi que toute la cohorte de larbins prêts à ramasser toutes les miettes qui tombent des bonnes tables.

 

Bizarrement depuis quelques temps, ils ne se souvenaient plus l'avoir croisé quelque part. Une sorte d'amnésie politique antérétrograde étrange, de vrais poissons rouges ces notables « en Marche » (comme chacun sait le poisson rouge a une mémoire de très courte durée ainsi il ne s'emmerde jamais en tournant en rond dans son bocal).

 

Il est permis de penser, enfin je ne sais pas, je ne demande pas la permission je ne vais pas m'en priver, que ces quelques jours en prison était une sorte d'avertissement le concernant et qu'il a donné des gages pour garder motus et bouche cousue, au moins tant que ça l'arrange. On peut se poser des questions sur les contrats russes qu'il a signé avec son comparse (voir ici). Finalement, Benalla ne travaille-t-il pas pour Poutine finalement ? Il y a des bruits qui font de lui un agent marocain également (voir source). Pourquoi n'aurait-il pas mangé à tous les râteliers ? Tant que la cantine est bonne et le salaire mirobolant pourquoi se gênerait-il ? Et ils fascinent tous ces premiers de la classe, tous ces fils de famille tellement sages tellement dociles. On note souvent chez les « héritiers » cette appétence pour fréquenter des voyous des « affranchis » comme pour compenser d'avoir été si raisonnable, comme si également toute cette bonne éducation, ce phrasé délicat n'étaient que du vernis qui se craquelle vite.

 

Image empruntée ici

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

Commentaires