Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ces enfants tellement dociles

Imprimer Pin it!

greta.jpgToutes les idéologies ont besoin d'embrigader les gosses, les plus fragiles, les plus malléables. Les grandes personnes si raisonnables portant ces grandes théories mortifères savent bien ce qui est bon pour eux, savent bien que les enfants n'ont pas besoin de vivre leur vie d'enfant. Ils les poussent à la violence, à la haine, mais -attention !- pour leur bien.

 

Toutes les dictatures, toutes les théocraties extrémistes ont pris soin par des techniques appropriées de faire des jeunes les gardiens de la bonne parole. On les parque ensemble, on les oblige à la promiscuité de tous les instants, ils ne doivent jamais être seuls, ils mangent peu, sont privés de sommeil. Et simultanément on leur répète les dogmes de la « bonne parole » en boucle.

 

Au bout d'un moment de ce matraquage qui peut revêtir des formes plus douces, il est certain que les gosses sont complètement dans le moule, des petits animaux réduits à leur état de nature, poussés à n'exprimer que des émotions primaires, basiques et sans réflexion personnelle.

 

Gare à l'individu qui sort des modèles imposés, il lui en cuira.

 

Il y eut les enfants qui avaient pour charge d'assassiner les prisonniers politiques sous le régime de Pol Pot, tous ces enfants soldats à qui l'on met un fusil dans les mains dés qu'ils sont en âge de pouvoir le tenir, et, ou le Coran. Je songe aussi à "l'effusion" dans les communautés dites nouvelles (où l'on joue sur les privations sensorielles pendant trois quatre jours afin de permettre aux enfants de "sentir" l'Esprit Saint ce qui évidemment arrive à la suite d'un tel traitement) Ceci, on me rétorquera que cela concerne surtout les pays pauvres, les pays où la misère pousse certains vers le pire. Mais il existe aussi dans nos contrées tellement développées le matraquage des jeunes esprits à qui l'on inculque dés les plus petites classes la haine et le mépris de sa culture, de son histoire, de ses origines.

 

Tout est prétexte à l'encourager dans le refus de son identité. Y compris l'écologie et la protection de la nature. Je ne nie absolument pas ici que ce sont deux causes respectables et urgentes. Il y a des idées de simple bon sens en dehors de toute autre considération intellectualisante à appliquer, des façons de faire anciennes, un rythme de vie à réapprendre. Mais on ne soigne pas le mal par un mal encore plus grand. Je pense à la petite Greta Thunberg (voir à ce lien).

 

J'avais l'intention au départ de faire d'elle un portrait au vitriol, et puis en me documentant sur elle, j'ai appris qu'elle était autiste tendance Asperger, qu'elle avait vécu un épisode dépressif petite et que finalement son militantisme était une manière de sublimation dont profite quelques salopards adeptes du discours habituel de culpabilisation de l'homme blanc, ce salaud insigne à les croire, responsable de tout ce qui va mal sur cette terre. Sans parler de l'idéalisation du mode de vie des peuples anciennement « sauvages » dont on sait pourtant depuis Lévi-Strauss qu'ils sont tout autant marqués par l'humaine nature et ses travers que l'Occident.

 

Me dira-t-on, depuis que les parents n'ont plus le droit d'éduquer leur progéniture comme ils l'entendent, de lui transmettre des valeurs (quel mot grossier en 2019!) ladite progéniture revient également lentement mais sûrement au même état primaire que les sauvages, un troupeau indistinct où l'individualisme et le désir d'indépendance sont les pires crimes. La plupart se conduisent exactement comme les élois d'H. Wells, du bétail pour les extrémistes de tout poil pour les charlatans, des proies faciles telle la petite Greta que l'on nous monte en épingle comme exemple pour la jeunesse

(voir à ce lien), celle qui ne voit pas la contradiction qu'il y a à défendre la protection de la nature tout en prenant l'avion régulièrement pour parcourir le monde pour les vacances ou donner des conférences comme la jeune fille citée plus haut.

 

Elle doit avoir maintenant une vacheté d'empreinte carbone cette petite qui trouve que Asperger est un cadeau...

 

Elle est tellement docile, ne se pose aucune question sur la légitimité de son opinion portée par des cyniques voulant surtout promouvoir un capitalisme dit vert, une nouvelle façon hypocrite de faire des affaires en définitive tout en justifiant la précarisation des salariés de nos pays par une économie « verte » alors que tout cela reste encore destructeur...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration prise ici

Commentaires