Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bouvard et Pécuchet de toute éternité

    Imprimer Pin it!

    bourgeoisie, macron, société, politiqueLe problème de notre société c'est la bourgeoisie et ce depuis le début. Pas la bourgeoisie au sens marxiste du terme, les créanciers de Léon Bloy, les accusateurs de Flaubert ou Baudelaire, les donneurs de leçons, les sinistres positivistes et d'autres Bouvard et Pécuchet de tout obédience. Sans parler de la bourgeoisie des "versaillais" de 1871 ceux qui ont écrasé le petit peuple dans le sang avec la complicité des prussiens. Je n'ai aucune sympathie pour l'idéologie de la "Commune", j'en ai encore moins pour les bourgeois "versaillais", leur absence totale d'humanité, leur égoïsme, leur cruauté quand ils se sentent attaqués. C'est là qu'ils sont le plus dangereux, et j'espère qu'on ne le constatera pas encore demain à l'acte IV des "gilets jaunes".

     

    Quand j'étais plus jeune l'épithète "petit bourgeois" que je lançais parfois aux camarades qui m'agaçaient était dans mon esprit la pire des insultes. Bien entendu, j'oubliais que l'on est toujours le bourgeois d'un autre, que comparé à un salarié d'usine textile roumaine je suis un nanti, un privilégié. Ce n'est pas une raison, l'esprit bourgeois existe bel et bien même s'il a évolué depuis le personnage du père dans la nouvelle de Marcel Aymé, "la Canne", prototype du bourgeois à mes yeux. Marcel Aymé est toujours une mine sur l'observation moqueuse mais jamais malveillante des pauvres êtres humains peuplant cette planète...

     

    Un monsieur respectable s'achète une canne qui lui fait envie et qui lui semble-t-il le met en valeur et lui permet de prendre le dessus sur sa virago d'épouse, avant de la casser...

     

    Cependant, j'ai toujours haï cet esprit bourgeois qui aime l'apparence, les paravents, faire semblant, l'hypocrisie morale la plus abjecte en quelque sorte. Le bourgeois se donne en spectacle, il veut se montrer sous son meilleur jour. On me dira c'est humain, personne n'aime qu'on le perçoive négativement mais les bourgeois sont prêts au mensonge pour maintenir les apparences. Ils sont prêts à jouer les pères la pudeur alors qu'amoraux, les généreux alors que pingres au dernier degré, les ouverts alors qu'ils sont étroits d'esprit. Pour leur perception de la culture, c'est la même chose, il ne s'agit pas d'être réellement cultivé mais de donner le sentiment de. Autant acheter Voltaire ou Chateaubriand au mètre, pas besoin de les lire. Voire, la couverture seule suffit. exposer des livres factices aussi...

     

    Depuis "Soissantuite", je parle du "Soissantuite" étudiant, quand leurs "héritiers" ont chahuté l'institution, car ce n'était que ça, un chahut, ils ont abandonné une bonne partie de leur moralisme de façade pour le remplacer d'ailleurs par une autre moraline mais au fond ce sont toujours les mêmes privilégiés jaloux de leur magot, soucieux surtout de conserver le plus longtemps possible leur argent. Quand ils sentent leurs privilèges en danger, il n'y a plus de progrès, plus d'humanisme qui tienne ou de libéralisme libertaire. Il n'y a plus que l'argent et le pouvoir, leur pouvoir.

     

    Sic Transit Gloria Mundi, Amen

     

    Amaury - Grandgil

     

    illustration prise ici