Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignage de prof trouvé dans une bouteille rejetée par la mer

Imprimer Pin it!

marquise.jpgJ'ai trouvé ce témoignage dans une bouteille rejetée par la mer.

Je le publie tel que...

#pasdevague

J'ai été professeur en Lettres-Histoire en ZEP de 2001 à 2014, j'ai vu croître et prospérer le problème chaque année un peu plus. Je me suis aperçu à quel point c'était devenu grave le jour où j'ai tenté de passer "Rabbi Jacob" à mes élèves. Des réactions violentes, haineuses d'une abjection sans bornes et ce malgré tout les litres de guimauve déversés depuis des années par l'administration.

 

Des profs réellement idéologues j'en ai vu finalement très peu, ce n'est qu'une minorité folklorique, la plupart n'ont en fait pas d'idées. La légende du prof gauchiste forcément m'exaspère. En fait ils ont la trouille pour des raisons prosaïques (tu comprends si j'interdis le voile dans mon cours on me crève les pneus ce qui en 2002 quand il a commencé à y en avoir était faux). On pourrait évoquer aussi l'ignorance totale de l'Islam et de la religion musulmane. Le manque de culture religieuse est un grave problème, car il entraîne des réactions toujours inappropriés.

 

Je crois également surtout que la plupart des collègues suivent le mouvement. Il serait faux de dire que la hiérarchie n'est pas derrière nous, à Evreux au moins elle l'était toujours. Je me souviens de cette fois où ayant envoyé valser la casquette d'un gamin celui-ci avait obtenu 48h d'ITT d'un médecin complaisant, un de ceux voulant s'assurer une clientèle dans les "cités", ma direction m'avait soutenu à fond sans barguigner. 

 

Je me rappelle également de cette coordinatrice de matière nous faisant un superbe discours sur l'intégration par la culture, le savoir, tout ça, puis sincèrement surprise ensuite (j'avais déjà une réputation de malpensant) que je prenne des classes à majorité maghrébine sans me poser plus de questions. Sans parler de l'hypocrisie totale autour des filières dites techniques ou professionnelles où les collègues envoient toujours les gosses "par défaut". Curieusement les profs n'y mettent jamais leurs gosses. Étrange, non ?

 

Le problème du corps professoral il est :

- dans le recrutement, on recrute des gens qui n'ont aucune autorité. L'autorité on l'a ou pas. Point

- dans la formation, assurée souvent par des gens n'ayant pas vu une classe depuis belle lurette. 

 

Je suis maintenant dans un "bon" lycée mais c'est rigoureusement la même chose. Esprit consumériste des gosses et des parents face au savoir, mépris des profs, dédain envers leur boulot pédagogique, rejet de l'excellence, de l'idée d'effort, de travail, que tout don se cultive...Et l'atmosphère de se dégrader progressivement chaque collègue jouant sa partition de son coté. Et tout le monde fermer les yeux songeant qu'avec un peu de méthode Coué ça s'arrangera peut-être tout seul ?

 

Mais tout va très bien madame la marquise...

image empruntée ici

 

                                                                         Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

Commentaires