Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Nouvelle Librairie

Imprimer Pin it!

Nouvelle librairie, société, politique, amaury watremez, littératureRien de tel que les vacances pour sortir dans les endroits où l'on n'a pas le temps d'aller habituellement, découvrir des niches au trésor, des lieux cachés qui n'ont pas besoin d'être révélés aux autres. Ceux-là logiquement je ne devrai pas en parler à tous les passants sur mon blog ou ailleurs...

 

Je suis allé aujourd'hui dans une librairie, « la Nouvelle Librairie » (voir à ce lien) 11 rue Médicis. Des « antifas » en ont déjà fait la pub efficacement -a contrario- avant moi quand Éric Zemmour y est allé signer son dernier livre (voir ici), une librairie de fâââchiiistes, d'estrème droaaate...

 

Quand l'époque est troublée, quand on ne sait plus trop à quel saint se vouer, quand toutes les solutions semblent inefficaces et que la politique ne peut pas grand-chose, après tout, quoi de mieux que de faire comme Montaigne et d'aller dans une bibliothèque, ou une librairie, après une promenade dans les jardins du Luxembourg à admirer les parterres et la statuaire, humer les parfums des fleurs et des arbres, en apprendre les noms, apprécier le soleil déclinant d'automne avant l'hiver qui va venir rapidement....

 

...Autant vivre intensément le moment présent tel qu'il vient.

 

Cette librairie a l'avantage de ne pas être groupusculaire comme le sont de nombreuses librairie de droite où l'on trouve des incunables d'auteurs étant des génies forcément méconnus, et ce souvent à juste titre, des traités interminables d'antisémites rassis sur la Shoah ou le fameux gouvernement secret des « illuminatis » qui c'est bien connu est caché trois-cent mètres sous terre au pôle Nord. On y croise souvent des vieux types grincheux, des excentriques persuadés que la terre est plate, ou creuse, et de beaucoup d'autres théories délirantes.

 

Ils lisent, ou plutôt ne lisent pas vraiment, Céline surtout à cause de son antisémitisme et Drieu la Rochelle de par sa collaboration avec l'occupant allemand ou Henry de Montherlant pour son mépris de l'épaisse sottise démocratique, sa misogynie. Ce genre de clients n'est pas préoccupés du style de ces deux auteurs, ils aiment ce qui entretien leur détestation de l'humaine espèce. Ils ont la même conception utilitariste des Lettres que des militants de gauche, des histoires simplistes avec des personnages archétypaux pour démontrer la viabilité d'une cause et non dans le respect de la littérature.

 

Alors que le style c'est quand même l'essence de leur talent pour ces hommes de lettres avant leurs prises de position parfois déplorables. J'ai évoqué Drieu, j'aurais pu parler de Jacques Laurent qui fit voter Mitterrand...

 

Rien de tout ça dans « la Nouvelle Librairie ». Les livres présentés témoignent de cet éclectisme dont la droite a toujours fait preuve quand elle parle de culture, après tout c'est Léon Daudet de l'Action Française qui a découvert Marcel Proust, sans se soucier des clivages ou des mots d'ordre (ce que la gauche est le plus souvent incapable de faire à de rares exceptions) et sans s'émouvoir de l'homosexualité notoire de l'auteur de « Du côté de chez Swann ». J'y ai même vu des ouvrages d'auteurs ni d'extrème-droite, ni antisémites obsessionnels, voire même un peu à gauche mais intellectuellement intéressants. Vous chercheriez en vain dans d'autres librairies parisiennes les livres d'écrivains « mal vus ». Et j'y ai trouvé le souci de parler de littérature ce qui pour le coup est excessivement réactionnaire dans une société où la lecture est considérée au mieux comme une perte de temps, une distraction en somme...

 

Bien entendu, ce n'est pas une librairie de droite de plus ou de moins, la lecture de tel ou tel auteur qui changera le monde. Mais pour qui veut se cultiver sans subir les diktats culturels habituels, ce lieu peut être précieux, un genre de refuge.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

photo par l'auteur de l'article (TM°)

Commentaires