Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La spiritualité comme un S.A.V

Imprimer Pin it!

argentine-une-femme-demande-lapostasie.jpgAttention, je ne veux pas ici dire que l'on n'a pas le droit d'être incroyant ou de vivre une spiritualité en dehors de l'Église. Parfois il est des chrétiens, des catholiques qui feraient mieux de s'inspirer du comportement d'athées ou d'agnostiques beaucoup plus capables de charité qu'ils ne le sont, l'oubliant une fois passé le parvis de l'église après la messe du dimanche. Contemplant le scandale du Mal qui dans ce monde touche d'abord les plus petits, les plus faibles, les plus pauvres, contemplant la souffrance je comprends parfaitement que l'on puisse se dire que si un dieu existe il a un drôle de sens de l'humour.

 

Un chrétien ne se posant pas cette question de la Croix oublie deux ou trois éléments fondamentaux...

 

Cependant, je trouve que ces personnes ayant décidé de se faire débaptiser après les déclarations du Pape sur l'homosexualité confondent la Foi et la spiritualité avec un S.A.V. ou une association comme une autre. Elles sont tellement libres qu'elles suivent le discours ambiant actuel ans un bel ensemble grégaire assez contradictoire. Elles voient Dieu et, ou le Pape comme une sorte de "chairman manager", comme un chef d'entreprise dont on peut démissionner quand on ne s'y retrouve plus, un président de syndicat. On voudrait choisir ce qui arrange, ce qui n'implique aucune responsabilité vis à vis du voisin, du prochain.

 

 D'ailleurs on ne veut plus le voir dans le métro, le train, on préfère regarder l'écran de son smartphone....

 

On engueule les employés (les prêtres) au téléphone, ou à l'église. On leur reproche aussi le fait que les bébés n'ont pas le choix quand on les baptise. Je m'étonne toujours que l'époque soit tellement incapable de comprendre que des parents aient le désir de transmettre quelque chose à leurs enfants. Ce quelque chose n'étant ni quantifiable ni réductible à des statistiques, étant de plus lié à des valeurs morales solides, à une nécessaire altérité, il est incompréhensible par nos temps troublés. On voudrait pouvoir se soumettre complètement à ses appétits, ce que beaucoup appellent leur liberté. Ceux se faisant débaptiser obéissent sans problèmes à des arbitraires largement plus puissants et violents que la foi catholique, ils s'habillent comme les autres, pensent comme tout le monde, pensent se singulariser en se comportant de la même manière que tout le troupeau.

 

Mais ils sont libres, ils n'aiment pas les dogmes et le clergé...

 

...Même si pour s'assurer encore quelques années de confort intellectuel ils sont prêts à se soumettre ou laisser faire une théocratie autrement plus contraignante. A ce moment là ils pourront s'ils le veulent rappeler les croisades et l'inquisition, les cathares et les dragonnades, ça ne changera pas grand-chose.

 

D'autres arguent du fait que l'Église actuelle est pourrie, appliquant à cette institution composée d'êtres humains faillibles et en ayant -théoriquement- conscience une sévérité morale qu'ils lui refusent ou lui reprochent. Là encore ce n'est pas sérieux. Et pour juger, et condamner dans le même mouvement, les autres, il faut être soi-même moralement irréprochable. Ce n'est pas la première fois qu'elle est blessée à vif. A une époque il y eut trois Papes, à une autre, Olimpia la maîtresse de l'un d'eux, dirigeait le Vatican etc...

 

De toutes les manières, du point de vue spirituel, lorsqu'on est baptisé c'est "ad vitam". Ce n'est pas comme se faire désinscrire d'une liste de diffusion. Et parfois même il suffit d'aller à la rencontre d'autres peuples pour comprendre que notre identité est, qu'on le veuille ou non, chrétienne, et catholique. Quand je vivais au Proche Orient, pour la plupart des musulmans rencontrés, tous les européens sont chrétiens, vivent selon des valeurs chrétiennes. Qu'ils l'acceptent ou non. Qu'ils se sentent binaire, non binaire, cisgenre, transgenre, etc...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration prise ici

Commentaires