Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Viva Salvini

Imprimer Pin it!

salvini.jpgEn France on a Marine le Pen, « meilleure ennemie de droite » des bien-pensants. Elle est politiquement nulle et passe son temps comme tous ceux qui ne sont pas de gauche en France à chercher la justification de ses convictions face aux arbitres des élégances politiques. Elle est le meilleur repoussoir qui soit pour que les fameuses z-élites justifient leur haine des petites gens, des milieux précaires. Les « ploucs » rien que des fachos ! Évoquer sans la condamner, avec ne serait-ce que quelques nuances le vote Front National et les raisons y encourageant, c'est risquer de se faire « anathèmiser » immédiatement, rejeter dans les limbes extérieures de la vie politique, celles des fameux « nostalgiques » des z-heures les plus sombres et pire encore...

 

Elle permet de parquer les mécontents tout en niant leur colère pourtant légitime, en l'assimilant à tous les maux de l'histoire possible. Tout comme à l'opposé de l'échiquier politique Mélenchon a le même rôle pour les électeurs de gauche.

 

On rêve d'une alliance entre la France insoumise et le RN mais je crois que l'on peut toujours rêver. Les interdits imposés par les oligarques sont encore beaucoup trop profondément ancrés. Et aucun d'eux ne les dépassera, ne surmontera un clivage qui n'est plus dans ce sujet mais dans la séparation entre des privilégiés mondialisées et des populations de plus en plus précarisées, écrasées...

 

En Italie ils ont Matteo Salvini, vice-président du conseil italien. Il est arrivé au pouvoir suite à une alliance évidente de bon sens entre souverainistes et citoyens en ayant marre de la politique « austéritaire » désastreuse de l'UE. Celui-ci se paie la tête des moralisateurs le traitant de xénophobe, le comparant à Mussolini (voir à ce lien). Et il reste ferme sur sa politique quant aux migrants (voir ici). C'est totalement contraire à la dogmatique mondialiste et européaniste actuelle, les européens ne doivent même pas réfléchir, ils doivent accueillir tous les migrants, ceci même au risque de faire entrer n'importe qui. Il est normal que les bourgeois pédagogues le détestent. Ils n'ont pas de mot assez durs contre lui, accumulant les poncifs habituels (voir à ce lien).

 

Comment ? Quoi ? Un peuple a repris son destin en main ? Mais où iront-ils passer leurs vacances prochaines en se demandant qui sont les plus voleurs, les italiens du Sud ou du Nord ? (oui là les préjugés les plus rances sont permis).

 

Mais fort heureusement, il s'en fout complètement, ces sermons n'ont aucune prise sur lui. Voire même il va plus loin. Il transgresse le tabou ultime. La famille dite nucléaire, la famille traditionnelle, un père, une mère, des enfants, est devenue le mal absolu dans notre société. Attaquée de toute part, il convient qu'elle soit recomposée, multi ou mono parentale mais pas autre chose. Elle est forcément suspecte de cacher quelque chose. Alors qu'il y a quelques temps les vocables « père » et « mère » avaient disparu des sites officiels au profit de « géniteur1 », « géniteur 2 » , il vient de les remettre sans craindre les foudres des gardiens du temple libéraux libertaires (voir à ce lien). Il faut les voir s'étranglant d'indignation surjouée sur les chaînes d'info continue ou ailleurs, rotant leur quinoa en distribuant les mauvais points à ce salaud suspecté de toutes les turpitudes...

 

Là toutes les calomnies les plus abjectes sont non seulement permises mais encouragées (voir à ce lien). En Allemagne il semblerait qu'ils aient des politiques inspirés par Salvini comme la Mélenchon locale aussitôt suspectée des pires pensées car s'opposant à une immigration incontrôlée (voir à ce lien). On me dira que les calomnies les plus basses des bien-pensants sont bon signe, ils s'affolent, ils perdent leurs nerfs. Mais cela prouve qu'ils sont toujours là hélas, et bien là. En France la petite Marion, nièce de Marine le Pen, rassemble des jeunes dynamiques autour d'elles, des auteurs de droite réellement décomplexés quant à eux. Mais elle attire également quelques anciens perdreaux de l'année de divers groupuscules qu'elle gagnerait à reconduire gentiment au plus proche EHPAD.

 

Ceux-ci prennent leur pied à être ultra-minoritaires, ils n'ont pas envie de vraiment contrer la bien-pensance, tout comme les milliers de participants à Twitter ou Facebook qui s'excitent sur les réseaux dits sociaux et ferment leur bouche dans la vie quotidienne face au désastre. Je m'étonne toujours de cette lâcheté de tous les jours face aux « incivilités » couvertes par les bons apôtres. Nous sommes encore les plus nombreux. Mais non, dans les faits on plie l'échine.

 

Jusqu'à quand ?

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici

Commentaires