Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Billet d'été : haro sur les bermudistes

Imprimer Pin it!

bermuda.jpgEn été il est d'usage de traiter des sujets plus légers, moins prise de tête, ce qui permet généralement à nos gouvernements déjà depuis longtemps de passer en loucedé des lois et décrets qui susciteraient des tollés abominables à d'autres moments de l'année. Je m'étonne que personne ne songe à traiter du thème gravissime des porteurs adultes de bermudas, j'ai nommé les « bermudistes ».

 

Il est devenu d'usage pour des hommes adultes, majeurs et vaccinés depuis quelques années déjà quand il fait un peu chaud de se mettre en bermuda et polo ou ticheurte pastel, à motifs enfantins voire infantiles, bref de s'habiller en gamins de douze ans retrouvant sans doute ainsi ce qu'ils pensent être l'innocence idéalisée de leur pré-adolescence pré-pubertaire.

 

(voir illustration ci-contre, photo de l'auteur).

 

Parmi eux on trouve des pères de famille, des patrons, des cadres moyens et supérieurs, le fléau « bermudiste » touche malheureusement tout les milieux sans aucune exception. Il faut bien en avoir conscience.

 

Ce fléau est socialement universel. Je m'étonne qu'aucun lanceur d'alertes ne le dénonce, ne s'en indigne...

 

Le « bermudiste » semble tenir de l'être humain, il a des bras, des jambes, une cervelle a priori d'un volume utile, des yeux, des oreilles enfin bref tout l'attirail. C'est cependant un être nuisible, tout comme l'est le trottinettiste ou le patin à roulettiste sans parler de la minorité agissante et toute aussi dangereuse des mono-cyclistes électriques. Ces trois groupes de « bermudistes » circulent tous sur les trottoirs, sur les quais de gare comme les gamins qu'ils ont été quand ils s'amusaient à provoquer les grandes personnes, avant que de se faire parfois gronder.

 

Grondés ils réagissent d'ailleurs alors en grands gamins...

 

Malheureusement l'autopsie de sujets vivants « bermudistes » est encore interdite par des esprits chagrins ce qui empêche toute confirmation de ces théories qui ne sont pour l'instant que des hypothèses audacieuses de ma part...

 

Ils sont heureux et béats, ils ont enfin régressé définitivement, ils ne veulent pas de toutes ces responsabilités qu'ont les adultes, ils ne veulent pas réfléchir par eux-mêmes, faire le moindre travail intellectuel, se cultiver, regarder des films incompréhensibles au-dessus de quatorze ans. Ils aiment la gentillesse « über alles », la sensiblerie la plus mièvre. Ils trouvent que la maturité c'est ennuyeux, se vautrent sur leur canapé pour jouer aux mêmes jeux vidéo de leur jeunesse, ils sont en quête des mêmes boissons sucrées de cette époque de leur vie par eux bénie, des mêmes plaisirs sucrés, dessins animés, feuilletons etc...

 

Ils refusent leur virilité également, et avec force. S'ils ont des plaisirs masculins, ce sont des plaisirs de cours de récréation :

 

Jouer avec des fusils et flingues « Nerf » (TM°), tirer les nattes des filles, se tirer dessus avec des pistolets à eau, foncer sur leur vélo tout terrain en ne craignant pas de se salir etc...

 

Ils ne se feront plus priver de dessert en rentrant chez eux.

 

Toute personne émettant la moindre critique, la moindre remarque ironique, est considérée comme jalouse, aigrie, méchante. Ce n'est pas que le porteur de bermuda en ait quelque chose à faire de l'autre, il veut juste être tranquille pour régresser en toute tranquillité. En attendant de pouvoir rentrer dans une matrice je suppose...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

Commentaires