Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A quand l'abolition des passe-droits ?

Imprimer Pin it!

nuit du 4 aout, société, politique, ptibilèges, amaury watremezLa pédagogie est absolument nécessaire pour faire entrer quelques idées dans la tête des gens, changer les mentalités et les présupposés, et surtout détruire les mythes complètement éculés (bande d'éculés) sur lesquels notre société se fonde encore un peu. Personne ou presque ne semble vouloir mettre en question ceux-ci comme si ils étaient vraiment intangibles. Je n'ai jamais compris cette intangibilité obligatoire. Et il ne faut surtout jamais évoquer tout ce qui pourrait remettre en question cette vision tronquée de l'Histoire faisant commencer la France en 1789 en somme...

 

La pédagogie c'est répéter, donc répétons une ou deux choses même s'il n'est de pire sourd qui ne veut pas entendre..

 

La nuit du août 1789 la France est censée avoir aboli les privilèges. Je dis bien censée. Par « privilèges » on entendait surtout à l'époque les spécificités juridiques propres à chaque province royale et non les privilèges d'une classe sociale sur les autres. Donc il s'agissait d'une mesure affirmant la centralisation de l’État et non d'autre chose. D'ailleurs comment peut-on penser que l'on élimine d'un trait de plume des comportements finalement profondément humains ? Hélas. Ceux qui poussent à l'avidité, à l'égoïsme individuel et collectif et autres travers...

 

C'est comme penser qu'un décret mettra fin à quelque sorte de harcèlement que ce soit d'un coup de baguette magique...

 

Las ! La légende demeure, et le bon peuple depuis cette date est persuadé que tout le monde est réellement à égalité en France au moins devant la loi et qu'il n'y a pas de passe-droits, pas de réseautage, pas de copinage, pas de puissants qui cooptent leurs larbins selon leur capacité à plier l'échine. Ne serait-ce qu'une affaire récente impliquant un garde du corps du président de la République montre qu'il n'en est en fait rien du tout.

 

Parenthèse à ce sujet, on a vu circuler des caricatures montrant Macron en Louis XVI avant la Révolution à ce moment là. Mais ces caricatures se trompaient lourdement sur un point. Louis XVI ne se serait jamais permis un tel mépris du peuple, un tel dédain des règles.

 

Des Benalla, il n'y en a pas qu'un, ni deux, mais plusieurs milliers un peu partout dans les institutions de la République, des malins, des ambitieux qui ne voient pas pourquoi ils devraient se plier aux règles de la méritocratie qui n'ont plus cours du tout, l'ascenseur social étant en dérangement depuis fort longtemps déjà. Ils ne sont pas tous issus de la diversité, ils sont dans tous les milieux. On les comprend presque ces Benalla, pourquoi se contenter de peu alors qu'on peut obtenir beaucoup plus en flattant l'un ou l'autre ?

 

On glose encore sur les bienfaits de la nuit du 4 Août alors qu'il n'y a jamais eu autant de différences entre les milieux. Sur tous les plans : le langage, la culture, l'éducation, le mode de vie, etc...

 

Ce sont des planètes aux orbites parallèles qui ne se croiseront jamais. Elles sont parfois sur une ligne proche mais ça ne dure pas longtemps. Les habitants de ces astres respectifs ne se comprennent plus du tout, ne veulent pas de toutes façons se comprendre en quoi que ce soit.

 

Les uns ont les codes pour réussir, les autres non.

 

Pourquoi faire ?

 

Ils sont profondément conditionnés à s'estimer heureux de leur sort. De temps en temps les plus riches choisissent un précaire « méritant » à leurs yeux pour se donner bonne conscience. Ledit gros gâté adopte très rapidement un comportement odieux qu'il croit devoir être le sien alors qu'il a changé de milieu.

 

Il n'y a pas pire que ces « cooptés » volontairement sourds eux à la pauvreté contrairement à d'autres privilégiés chez qui c'est inconscient...

 

On nous parle encore de cette nuit du 4 Août alors que les fractures sociales en France n'ont jamais été aussi flagrantes, aussi marquées sur le territoire. Il faudrait commencer à ouvrir les yeux.

 

Illustration empruntée ici

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

Commentaires