Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le retour de la France black-blanc-beur

Imprimer Pin it!

coupe du monde, mondial, France, politique, société, amaury watremez

On devrait dire maintenant le retour de la France racisée, non racisée, genrée, cisgenrée...

 

Enfin je ne sais plus...

 

 

« L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels. »

attribué à Günther Anders dans "L’Obsolescence de l’homme", 1956 alors qu'il s'agit de serge Carfantan.

 

Je songe aussi à ce que disait Bernanos sur la conspiration contre toute espèce de vie intérieure qu'est la vie moderne.

 

Un homme politique français ancien militaire, un certain De Gaulle, l'a déjà dit : les français sont des veaux »...

 

...Rien ne change.

 

En 1998 on nous avait fait le coup, la victoire de la France c'était celle d'une France black-blanc-beur, une France multi-Q, une France diverse. Durant quelques temps l'euphorie avait un peu fait son œuvre. Certains voulaient faire des câlins à tout le monde dans les magasins, « parce qu'on avait gagné en Finale contre le Brésil ». On s'est vite aperçu pendant les vingt ans s'en étant suivis qu'il n'y avait pas de France « bbb » mais une société complètement atomisée et de plus en plus communautarisée. Si les « souchiens » côtoient encore un peu les « divers » c'est surtout pour aller acheter de l'herbe à Aubervilliers ou Pantin, ou Bondy.

 

Et c'était quand même profondément insultant pour les populations diverses de laisser entendre que le seul moyen pour elles de s'en sortir c'était de faire des études, travailler, s'investir et non seulement taper dans la baballe et courir après.

 

En 2018 on s'apprête à nous refaire le coup, gouvernement, médias et politiques. Il est question de liesse populaire, de joie pure partagée par tous sans distinction d'origines. Comme si le fait de se fondre dans un grand tout grégaire, dans un maelstrom de bons sentiments parce que « il faut pas gâcher la fête » était une obligation. C'est quand même « positif », faut se réjouir, on est un peu dans l'inverse de la minute de la haine de « 1984 » mais dans la minute « bisounours » dont on a pris l'habitude pour saluer la mémoire des victimes du terrorisme...

 

...Ce qui à coup sûr fout une peur bleue aux terroristes, les bisous, les câlins, les bougies et les « marches blanches ».

 

Pour se rassurer beaucoup parmi les bourgeois pédagogues font dans la méthode Coué, les femmes qui ont un foulard elles ont un foulard, ce sont pour reprendre leurs termes des « musulmanes conservatrices » (pour le moins) mais comme elles sont pour certaines très très gentilles ça exempte de toute réflexion, de tout travail de nuances en quelque sorte. Alors qu'entre une musulmane conservatrice et un ou une islamiste il n'y a que l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarettes idéologique. Mais c'est pas grave, elles sont patriotes (puisqu'on vous le dit) et elles se réjouissent pour la victoire de la France en demie-finale.

 

Une victoire pas franchement éclatante d'ailleurs, mais le storytelling a fait son œuvre pour en faire carrément un exploit héroïque. Et le retour de la France « black-blanc-beur » ça vient à point pour Macron qui dégringole dans les sondages et qui a besoin de faire passer encore quelques pilules amères comme la fin de la prime d'activité pour les personnes invalides... (voir à ce lien). Mais il faut dire que vous étiez trop occupés à klaxonner pendant que déboulait cette saloperie objective. Vous vous en foutez il faut convenir, en plus ces éclopés ils nous emmerdent déjà avec les places de parking obligatoires...

 

Après la Finale, la plupart des moutons reviendront docilement dans leur enclos pour soit se faire tondre, soit continuer à brouter tranquillement, en chœur...

 

Tout ce conformisme béat me rappelle la main « Touche pas à mon pote », c'était le début des grands mouvements grégaires et mièvres, bien mièvres. Même si cette main ne signifiait en rien que la personne le portant n'était pas raciste, il était quasiment obligatoire de la porter sous peine de relégation sociale. Déjà à l'éppque ça me faisait une belle jambe. Alors en 2018...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration circulant sur les réseaux dits sociaux

Commentaires