Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ce que deviennent les cathos

Imprimer Pin it!

religions, société, christianisme, politique, catholicisme, versailles, amaury watremezJe défendrai toujours la foi catholique et l'Evangile contre vents et marées. Elles me sont chevillées au corps et à l'âme bien que ma foi est sans doute loin d'être aussi grande qu'un grain de moutarde. Et c'est petit un grain de moutarde. Tout comme je défendrai malgré eux les catholiques qui sont pour la plupart pourtant indéfendables.

 

Mais j'ai du mal, de plus en plus.

 

J'ai vécu trois ans à Versailles qui est le cœur de ce qui reste du catholicisme en France, enfin celui dont on parle le plus, celui qui va à l'Emmanuel en été et à saint Cast, La Baule ensuite. Je m'étais dit naïvement que de par ma proximité apparente d'idées avec la plupart, de ma par mes croyances, cela serait facile. Je pensais que c'était à moi de faire des efforts pour m'intégrer et rencontrer du monde. Il y avait aussi ce désir de ne plus être l'électron libre, le trublion, le caillou dans la chaussure...

 

 Je ne prétends pas généraliser, il existe encore de ci de là des couples et des célibataires vivant en vérité les valeurs chrétiennes, ressemblant à ces anciens versaillais souvent militaires ou serviteurs de la Nation d'une autre manière, ils sont malgré tout une denrée rare.

 

Je ne prétend pas non plus décerner des brevets de bonne catholicité ou pas, je ne suis pas assez bon chrétien moi-même mais quand il y a des abîmes entre les bonnes intentions affichées et les actes concrets il me semble que l'on est quand même en droit de le dire...

 

Pour la plupart le catholicisme est un moteur de conservation sociale, un moyen de rester entre soi en singeant des pratiques traditionnelles, qu'elles soient religieuses ou politiques. Ce n'est pas qu'ils n'aient pas la foi ou qu'ils ne soient pas politiquement sincères, mais cela ne les empêche de s'arranger avec la morale commune par ailleurs, ou avec la charité. Je pense par exemple à ce charmant couple du quartier saint Louis prétendant louer sans y voir malice une cabane de jardin comme logement pour un étudiant ou un professionnel. Leur chien n'en aurait pas voulu pour niche.

 

J'ai aussi une pensée pour cette propriétaire louant une ancienne loge de concierge insalubre et non isolée à prix d'or sans penser à quelque problème que ce soit. Dans les deux cas, ils n'y mettraient pas leur chien, mais c'est assez bon pour un locataire dont on ne sait pas grand chose, peut-être n'a-t-il même pas de certificat de bonne vie et mœurs. Je pense également à ces bons paroissiens faisant refaire leur maison par des ouvriers n'étant pas payés dans les règles, des "envahisseurs" en plus venus piller notre pays. Tant qu'ils n'habitent pas les beaux quartiers quelle importance...

 

Cela ne les empêche pas dans le même mouvement de se considérer comme bons chrétiens. Quel est le problème ? Tant que cela reste entre soi tout va bien. Et finalement je trouve ça très bien d'être le caillou dans la chaussure, j'ai gagné à ces trois ans versaillais de surtout demeurer indépendant de toute coterie, quelle qu'elle soit.

 

Et c'est ainsi que Zoroastre est grand (avec lui je ne risque pas de passer pour un stigmatisateur)..

 

Sic Transit gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration prise ici

Commentaires