Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Les écrans et les enfants d'abord"

Imprimer Pin it!

addictions, smartphone, ordinateurs, internet, amaury watremezBien sûr, dénoncer l'addiction aux écrans sur internet a quelque chose d'ironique. C'est un peu comme un drogué qui clamerait qu'il faut dire "non" aux drogues tout en se faisant une ligne de "coke". L'auteur de ces lignes l'avoue aussi bien humblement, comme beaucoup il est "addict" au net. Ce qui m'amuserait ici est que des lecteurs m'accusent sous ce billet d'être accroc au web, ne voyant pas la contradiction dedans.

 

Internet est un outil, et seulement un outil, comme l'est le livre, un outil permettant l'accès à la culture mais bien entendu tout le monde sait que ce n'est pas la culture qui intéresse réellement les internautes, y compris ceux se récriant, mais le porno et le défouloir virtuel que le réseau permet, dans une pseudo impunité...

 

 Ces derniers temps une enquête sur les addictions, et surtout sur les addictions électroniques fait beaucoup parler d'elle. elle inquiète à juste titre dénonçant l'omniprésence des écrans en particulier pour les jeunes (voir à ce lien) qui passent plus de cinq heures par jour devant. Comme l'indique un des responsables de celle-ci ce qui frappe est la différence de perception entre les adultes et les enfants. Pour les parents leur progéniture ne regarde pas de trop des vidéos sur internet, dont du porno à haute dose pour un sur cinq parmi eux. Grande découverte des enquêteurs, le porno sur le net est très facilement accessible et la plupart des filtres sont inefficaces.

 

De plus dans la cour de récré les jeunes en verront sur l'appareil d'un camarade que l'on se passera en douce.

 

Pour les parents de toute façon, les mauvais éducateurs ce sont les autres parents, tout comme pour les mauvais conducteurs le chauffard ce n'est jamais soi-même. Ou alors leurs gosses sont victimes d'une mauvaise influence. Ils justifient toujours l'achat d'un "smartphone", parfaitement inutile pourtant à un ado, par le fait qu'ainsi leurs petits chéris sont joignables tout le temps et que si jamais il arrive quelque chose vous voyez, ils seront avertis. "On se demande bien comment on faisait auparavant mon bon meussieur". Alors qu'au fond cet achat dispendieux et inutile est effectué par lâcheté, faiblesse et, ou instinct grégaire car tout le monde le fait n'est-ce pas...

 

Il faut dire que les parents eux-mêmes et les grandes personnes en général sont totalement accros à leurs gadgets électroniques également. Et entourés d'écrans toute la sainte journée y compris sur leurs lieux de détente au café où il faut absolument une ou plusieurs télévisions bruyante allumée montrant un match de foutebôle ou de tennis ou une chaîne d'info. J'ai trouvé cela fort amusant que les profs invoquent pour se justifier de pouvoir garder leur smartphone dans les établissements scolaires strictement les mêmes raisons fallacieuses que les ados.

 

En entendre ce matin à la radio se justifier de leur addiction fait beaucoup rire. Alors que selon leur rôle d'éducateurs, il eût été plus avisé qu'ils y renoncent au moins dans les salles de cours et dans les lieux tels le CDI. Mais il faut bien "qu'on puisse les joindre à tout moment si jamais il leur arrivait quelque chose"...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration prise ici

Commentaires