Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'humour potache devant la justice

Imprimer Pin it!

adolescents, cordes, société, politique, dérision, amaury watremezOn vit vraiment une époque médiocre marquée par un déplorable esprit de sérieux, ce qui suit en est la preuve. Il interdit la dérision, la vraie, souvent confondue avec la haine et les insultes, l'esprit d'irrévérence qui fût un temps une des plus grandes gloires de ce pays, une terre où l'on pouvait encore dire son fait à l'imbécile, au fanatique, au débile sans risquer de judiciarisation express pour "irrespect" de convictions ou comportements abscons (comme la lune).

 

Je viens donc de lire cette information dans "le Canard enchaîné" d'aujourd'hui, elle me stupéfie et m'attriste profondément. Des collégiens de Cordes dans le Tarn avaient réalisé un petit journal sur des copies doubles, et se l'échangeaient dans la cour pour bien sûr se moquer des profs et des grandes personnes de l'établissement. Ce n'était pas bien méchant et ils avaient pris soin de ne pas en faire de la publicité. Ils n'avaient rien mis en ligne, n'avaient pas créé de groupe haineux de réseaux dits sociaux. C'est plutôt sympathique ce rapport direct à l'écrit, ça donne de l'espérance.

 

Il ne contenait ni injures au physique, ni racistes, ni quoi que ce soit d'ambigu ou de calomnieux, juste de l'humour potache, de la causticité adolescente...

 

 Ils ont été dénoncé par un surveillant (quel con) qui s'est empressé de photocopier les pages par lui "incriminées" et de les communiquer à sa direction et aux enseignants concernés (c'est pas beau de cafter). Les gendarmes avaient fait aux gosses un petit sermon en riant sous cape puis croyaient en rester là. Le responsable de la publication avait écrit une lettre d'excuses aux grandes personnes dont il s'était moqué. Mais les gosses sont très sérieusement convoqués devant un juge ces prochains jours juste avant le Brevet des Collèges.

 

Voilà qui est intelligent...

 

Je me souviens quant à moi d'un petit poème dans la même veine caustique écrit avec les élèves dans un collège où j'étais surveillant il y a une vingtaine d'années. Les gosses l'avaient lu, ravis bien entendu, et en mettant le ton, sur la radio dudit bahut. Des dents avaient quelque peu grincé parmi les adultes mais globalement ils avaient été beaux joueurs et s'étaient amusés de ce que nous avions produit. Rétrospectivement, nous l'avons échappé belle. Je frémis à l'idée de ce qui aurait pu arriver maintenant. Je suis à peu près certain de l'avoir malgré tout payé mais en douce.

 

Ce mur auquel s'oppose la dérision, l'humour c'est la raison première du conformisme moral et intellectuel frileux dans lequel ils croient bon de sombrer depuis quelques temps pour avoir la paix, pour qu'on les laisse tranquilles. Je m'étonne de ces réactions violents face à ce petit journal alors que les enseignants et les éducateurs se plaignent constamment de l'analyse premier degré des jeunes, de leur frilosité à exprimer leurs opinions. Ils avaient sous la main des ados qui contredisaient tout cela, seulement voilà ces ados étaient également indociles, ce qui est malgré tout un autre facteur d'espérance.

 

Rien n'est perdu ?

 

Et c'est ainsi qu'Allah est grand...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration prise ici

Commentaires