Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Deux poids, deux mesures

Imprimer Pin it!

politique, ZAD, Notre dame des landes, société, utopistes, amaury watremezJe ne suis pas exactement de gauche, je sais c'est le moins que l'on puisse dire. Les pseudo-utopistes de mes deux qui veulent décider du bonheur universel des peuples à leur place, cela part sans doute d'une bonne intention mais personnellement je préfère qu'on laisse les personnes décider en toute conscience. Cependant, je trouve que la manière dont l'expulsion des zadistes de Notre Dame des Landes est conduite a quelque chose de profondément écœurant.

 

Épisode montrant aussi en passant que ce qui compte le plus finalement dans notre société c'est encore et toujours le droit de propriété puisque ce qu'on leur reproche est de ne pas être propriétaires des terrains occupés.

 

Ces gens ont eu également au moins le mérite même si c'est de manière brouillonne et intempestive de chercher à atteindre autre chose que le triste, très triste, idéal matérialiste actuel. Car notre monde ne repose sur rien d'autres que l'argent et même si évidemment il est préférable d'en avoir pour vivre confortablement, le fric aliène. Il enferme dans un égoïsme de plus en plus fort des individus sans histoire, sans passé, en "phase" totale avec un présent perpétuel et spectaculaire, que plus rien ne relie aux autres excepté leur avidité commune.

 

Ceux à qui cela convient, pour qui cela ne pose pas question, ceux-là ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Et finalement ce sont des esclaves aimant leur servitude.

 

Pendant quarante ans, ils ont tenté bon gré mal gré de construire quelque chose d'autre que cet esclavage, de se libérer de cette aliénation. Ils ont bâti des fermes, des maisons, des refuges, bien souvent des petites exploitations permettant à de nombreux précaires de vivre et de se nourrir. Ils ont sans doute réappris de vieux gestes que leurs ancêtres connaissaient intimement, se sont rapprochés de la nature. Et on les vire à coup de bulldozer, avec des gendarmes armés qui ont pour certains été blessés car sans doute leur a-t-on dit d'éviter un nouvel "Malik Oussekine" ? Cela serait désastreuse pour la com d'Emmanuel Macron vous pensez bien qui vient faire le spectacle dans un petit village de l'Orme où ne vivent plus que des retraités.

 

Je ne suis pas naïf, je sais très bien que jamais la force publique ne sera utilisée contre des entreprises pourtant largement plus criminelles que ces pauvres fous de zadistes, que jamais l'on n'enverra les gendarmes au domicile de politiques ayant trahi leur pays sans aucun scrupules dans certaine affaire de frégate : "Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés" disait la Fontaine. On met des zadistes en prison, c'est quand même plus facile et moins compliqué que d'y envoyer d'autres assassins autrement plus coupables mais mieux protégés.

 

"Que vous soyez puissants ou misérables" comme disait également ce vieux courtisan de Jean de la Fontaine...

 

Enfin la joie manifestée par certains face au spectacle des ces gueux ma chèère que l'on envoie à la rue dans les faits me paraît excessivement malsaine, une joie d'ilotes, de larbins...

 

Image empruntée ici

 

Sic Transit Gloria Mundi,

 

Amaury -Grandgil

Commentaires