Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les arbitres des élégances politiques comme des morpions

Imprimer Pin it!

knoll.jpgIl existe dans ce pays de France une catégorie de la population qui en déteste les valeurs, l'histoire et la culture. Bien entendu, c'est le droit de celle-ci après tout, mais dans ce cas pourquoi ne pas être cohérent ? Mais par contre à l'inverse personne n'a le droit de le dire, ou de se le donner, car l'influence des arbitres des élégances politiques est encore excessivement importante. Dans les milieux favorisés par les études ou l'argent, on a encore une peur bleue de les choquer, ou de les contredire. Même et surtout s'ils disent des sottises.

 

Surtout dans ce cas.

 

Il convient de continuer à s'obstiner dans le masochisme mémoriel et l'autoflagellation collective. Les français surtout s'ils ne sont pas des « bonnes » familles sont forcément des salauds. Les électeurs de la « France insoumise » sont des jaloux, des aigris, des anciens fonctionnaires passéistes, ceux du « Front National, rien que des ploucs infréquentables...

 Il faut dire que que quiconque se hasarde à contredire ces bons apôtres risque la judiciarisation (un dépôt de plaintes), des injures, de perdre curieusement toute capacité à réaliser des projets professionnels ou à faire son chemin dans le journalisme. L'évocation du risque de retour des fameuses z-heures les plus sombres, des ordres noirs, fââchiistes, des discours forcément pareils de tous les extrêmes, fuse tout de suite. Les deux meurtriers de Mireille Knoll sont d'origine maghrébines, certainement musulmans et la justice a bel et bien retenu la haine des juifs comme mobile du crime (voir à ce lien).

 

Qu'importe plutôt que de parler de la montée d'un antisémitisme marqué, c'est le moins que l'on puisse dire, dans les groupuscules fondamentalistes, on préfère encore rappeler combien chez Mélenchon ou Marine le Pen, et toute leur ascendance politique, on est judéophobes depuis longtemps de père en fils voire même, ou en fille, que cela a toujours été le cas dans la droite bien de droite ou la gauche bien de gauche, que oui bien sûr il y a l'islamisme mais il y a eu aussi l'Inquisition, les Croisades, les Cathares, etc...

 

Que s'il y a l'intégrisme musulman il y a aussi celui de toutes les autres religions...

 

C'est toujours le même refrain paniqué. Ceux qui s'y adonnent sont le plus souvent tétanisé qu'on puisse croire qu'ils sont de droite bien à droite les malheureux, et puis les mondanités c'est quand même bien sympathique et ils ne voudraient pas les abandonner. Ce sont des larbins de leurs privilèges, des fayots professionnels, parmi eux on trouve beaucoup de nos éditorialistes distingués.

 

Cet argument en lui-même est complètement idiot. Car en quoi cette comparaison change-t-elle quoi que ce soit au problème posé ? En quoi pose-t-elle question à part dans sa volonté évidente de minimiser la montée d'un Islam rigoriste très dur, très violent. Il faut dire que les donneurs de leçons de morale n'habitent pas dans les quartiers dits « difficiles », ils ne sont pas fous, ils ne peuvent pas être partout ma pauvre dame, mon bon meussieur...

 

Pour verrouiller, ou tenter de le faire, la montée du mécontentement et du ras le bol des moralisateurs, on édicte une loi sur les « bobards » ou « fake news », on éloigne les journalistes de l’Élysée capables pour certains d'indocilité minimum il est vrai ainsi qu'on peut le lire dans le « Canard Enchaîné » de cette semaine. En un sens c'est bon signe les moralisateurs s'affolent, ils prennent peur...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici

Commentaires