Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les blasphèmes des fanatiques

    Imprimer Pin it!

    religions, société, laïcité, politique, amaury watremezOn notera qu'à dessein je ne cite aucun dieu particulier, aucune religion définie, aucune doctrine, je me contente de faire quelques remarques me semblant de bon sens. Ce petit avertissement liminaire ne servira strictement à rien je le sais, on me soupçonnera très vite des pires intentions mais je n'en ai cure...

     

    Je m'étonne que personne ne s'en soit jamais fait réellement la réflexion alors qu'elle est toute simple. Les prescriptions alimentaires obligatoires tout comme celles obligeant au port de tel ou tel vêtement et ou accessoire sont en eux-mêmes des blasphèmes. Ils incitent à cacher le corps des femmes, à refuser d'ingérer tel ou tel fruit, légume, animal. Ils suggèrent donc par essence que la création divine est mauvaise en elle-même, que leur dieu a raté quelque chose puisqu'il faut soit le cacher soit l'éviter.

     

    C'est donc que le corps des femmes, création divine, tout comme le cochon, entre autres, sont maléfiques et que donc c'est un dieu mauvais en lui-même.

    Lire la suite

  • Arsène, un grand monsieur

    Imprimer Pin it!

    A propos de « Arsène Lupin une vie » aux éditions Hélios par Xavier Mauméjean ( voir à ce lien )

     

    lupin.jpgcouverture empruntée ici

     

    Je ne suis pas très objectif en lisant cette biographie historique, historique car chacun sait que Lupin était un personnage historique tout ce qu'il y a de plus réel. Dans ce livre il est confronté à d'autres personnages tout aussi historiques que lui comme Sherlock Holmes, Hercule Poirot ou l'aventurier anglais Raffles. Que je n'attende pas plus pour le dire, comme beaucoup d'enfants des années 70 qui regardait le feuilleton avec Georges Descrières (de la comédie française !) Lupin est le héros de mon enfance, je l'ai toujours préféré à tous les autres héros. Je voulais parler comme lui, alterner le registre très soutenu puis soudain mettre les pieds dans le plat de la bienséance avec un ou deux mots d'argomuche bien placés.

     

    Car si Arsène rend la plupart du temps la justice, allant jusqu'à tutoyer les grands de ce monde avec gouaille et insolence, il se fiche complètement de respecter la morale commune et les lieux communs des bons bourgeois. Il les envoie promener avec finesse et ironie. Il déteste la fatuité, les vanités...

    Lire la suite

  • Une certaine petite bergère...

    Imprimer Pin it!

    politique, sociéte, jeanne d'arc, orléans, catholiqkues, amaury watremezA Orléans pour célébrer sainte Jeanne d'Arc cette année, l'organisme chargé d'organiser les fêtes en son honneur a choisi cette année une jeune femme métisse, bonne catholique et méritante, capable d'altérité : Mathilde Edey Gamassou. Que je sois bien claire, sa couleur de peau n'a aucune espèce d'importance dans ce que je vais écrire, et elle n'est responsable en rien des confusions des uns ou des autres autour de son choix. Mais que l'on ne nous fasse pas croire qu'elle n'a pas été choisie car métisse alors que c'est précisément pour cela qu'elle est censée incarner Jeanne cette année...

     

    C'est une célébration de ce que beaucoup, dont l'auteur de cet article (voir à ce lien), nomment les valeurs que Jeanne représente : le sens de l'autre, le sens du service, le courage, le dévouement...

     

    C'est une Jeanne très intellectualisée que voilà, une Jeanne schématique coupée de sa réalité historique, une Jeanne ripolinée, aseptisée. Alors oui, pour représenter cette Jeanne, cette jeune femme est somme toute parfaite comme symbole, seulement voilà :

    Lire la suite

  • Le mètre étalon du politiquement correct depuis plus de quarante ans

    Imprimer Pin it!

    jean-marie le pen, front national, société, politique, amaury watremezJean-Marie le Pen sort ses mémoires (voir à ce lien). Les journalistes en ont révélé quelques bonnes feuilles en feignant d'être surpris par leur contenu. Comment ? Quoi ? Le Pen est de droite ? Il est anti-gaulliste ? Il ne dit pas de mal de Pétain ? Il réhabilite sa figure ? Il a encore de la nostalgie pour « l'Algérie française » ? A une époque où il est de bon ton d'afficher son masochisme mémoriel constant, de s'autoflageller sans cesse sur notre histoire, que les enfants des enfants des enfants des français de 40 supposés tous collabos expient encore les « crimes » de leurs aînés, évidemment ça fait tâche.

     

    Et en déboulonnant la statue du commandeur de la Vème République, celle de mongénéral, alors que tout le monde actuellement se prétend gaulliste, c'est un genre de cerise sur le gâteau....

    Lire la suite

  • La gérontophilie des pauvres petites choses

    Imprimer Pin it!

    femmes, féminisme, laeticia hallyday, société, politique, sexe, amaury watremezC'est un fait entendu depuis le début de l'affaire Weinstein, les femmes sont toutes de pauvres petites choses soumises à des hommes qui seraient tous des maniaques en puissance. Caroline de Haas n'a rien vu quand elle travaillait à l'UNEF de toutes les atteintes au femmes, terrorisée on n'en doute pas par les mâles (voir à ce lien). Ainsi, Laeticia Hallyday est une pauvre petite chose victime de la méchanceté des gens qui suggèrent qu'elles en avaient surtout après le magot de son mari maintenant décédé. Toute sa famille est aux postes clés de la gestion du patrimoine du chanteur, même sa mère, sans doute « femme de paille » pour d'autres.

     

    Ce n'est pas moi qui le dit mais un journaliste, sans doute une mauvaise langue, un mauvais esprit... (voir ici).

     

    Je trouve ça très drôle pour ma part que les féministes relaient constamment cette image de la jeune femme en détresse forcément et ne valorisent pas des figures plus fortes comme Yourcenar. Non, les femmes sont des victimes, forcément.

    Lire la suite

  • Les Dalton se rachètent, remake islamiste

    Imprimer Pin it!

    Rappelez vous ce vieil album de Lucky Luke (voir à ce lien)....

     

    islamisme, jawwad, société, lâcheté, politique, amaury watremezUn sénateur idéaliste mais hors de toute réalité sociale imagine qu'on puisse laisser à des criminels endurcis la possibilité de se racheter, de se rédimer. Et pour cela, il choisit les Dalton que Lucky Luke doit surveiller et aider pendant un mois de test. Les bandits décident de jouer la comédie de l’honnêteté et de faire semblant pour pouvoir mieux s'échapper ensuite et tuer leur vieil ennemi. Au début ils effraient considérablement la population qui mise au courant de l'expérience se comporte lâchement et mesquinement avec les quatre frères.

     

    Une foule se comporte toujours ainsi quand elle a le dessus par le nombre. Je soupçonne Goscinny d'être un petit peu misanthrope par endroits...

     

    Quand ceux-ci sauvent la ville de quatre truands minables les imitant, les voilà intégrés à la société. Mais jouant toujours la comédie, se dissimulant le soir pour s’entraîner au tir. Ils deviennent des modèles de vertu aux yeux de toute la population. Mais finalement c'est aussi que celle-ci est toujours aussi veule, ne cherchant au fond que sa tranquillité et son petit confort. Si on se comporte très gentiment avec des « desperados » qui dit qu'un jour ils ne seront pas très très gentils à leur tour par imitation ?

    Lire la suite

  • Les fonctionnaires façon puzzle

    Imprimer Pin it!

    fonctionnaires, société, politique, amaury watremez, castanerChristophe Castaner, le délégué général de "La République En Marche", alias "la voix de son maître" l'a dit concernant la réforme de la fonction publique, en particulier l'enseignement, et des statuts assimilés, dont la SNCF : "Rien n'est tabou". Et il insiste bien encore aujourd'hui mettant en exergue la non rentabilité de ces services publics qu'il "faudra être courageux" (tout à l'heure sur RTL). Cela implique donc une casse en profondeur desdits services sous prétexte de diminution de leurs déficits, ou de générer plus d'efficacité, ainsi concernant la réforme des lycées en cours (voir à ce lien). Je n'évoque même pas l'annihilation progressive du système hospitalier public...

     

    Le but en est de répondre efficacement aux critères de convergence budgétaires européens, de mettre en place en toute conscience et sans aucuns scrupules une société hyper-élitiste, bien séparée entre très riches et précaires.

    Lire la suite

  • Saint Valentin politique

    Imprimer Pin it!

    saintvalentin.jpgJ'ai passé une bonne partie de ma journée d'hier, la saint Valentin, en galante compagnie. J'étais en effet de par mes obligations professionnelles à échanger -toute une après-midi- avec une jeune femme dont les opinions étaient strictement à l'inverse des miennes. J'étais même, je peux le dire, avec une gardienne du temple tout ce qu'il y a de plus orthodoxe, tout ce qu'il y a de plus dure. Je commis plusieurs gaffes, bien malgré moi, tu me connais ami lecteur, et malheureusement pour moi cela ne se termina pas aussi romantiquement que cela aurait pu.

     

    Certes, pour être tout à fait de bonne foi, considérant les diverses névroses dont cette pauvre femme semblait atteinte, je dois avouer bien sincèrement que je n'avais pas d'intentions libidineuses ou sentimentales avec elle...

    Lire la suite

  • Karnaval

    Imprimer Pin it!

    carnaval de dunkerque,société,carnaval,humour,politique,amaury watremezLa tradition du Carnaval, du Charivari, du Tohu bohu, remonte au Moyen Age. C'était une période où tout était inversé, les rapports entre les hommes, les femmes, les rapports de pouvoir, les riches laissaient entrer les mendiants, les prêtres étaient raillés, le blanc devenait le noir et inversement. C'était un joyeux bazar. Il y a encore quelques années les adolescents, les écoliers se déguisaient et défilaient en ville arrosant généreusement les bourgeois qu'ils croisaient, qui n'osaient pas répliquer quoi que ce soit ou en appeler aux forces de l'ordre.

     

    Votre serviteur, mézigue l'auteur de ces lignes, l'a fait quand il était lycéen, il adorait ces journées où l'indocilité devenait la norme pour une fois...

     

    Depuis quelques temps, cette joyeuse coutume s'est plus ou moins perdue au profit de Halloween, en partie, car même dans ce dernier cas on ne se déguise plus tellement pour s'amuser au XXIème siècle. Et l'on pourrait croire aussi que le goût de l'irrévérence a été abandonné en route.L'époque actuelle serait même on ne peut plus révérencieuse, s’aplatissant devant ceux ne le méritant aucunement. Les nantis, les donneurs de leçon ayant sans doute des problèmes de foie, les bourgeois pédagogues ont donc repris du poil de la bête. Ils se pensent vainqueurs...

     

    Et n'importe quel imbécile par le miracle technique des réseaux sociaux de réclamer le respect qu'il estime indispensable pour ses raisonnements abscons (on le comprend, au fond il sait très bien qu'il est stupide), et de judiciariser ou menacer de le faire dés qu'il ne l'obtient pas, de faire planer sur tout et n'importe quoi leur pénible esprit de sérieux...

    Lire la suite

  • De l'abbé Bethléem aux bourgeois pédagogues

    Imprimer Pin it!

    littérature, bibliothèque, société, censure, bêtise, culture, amaury watremezL'abbé Bethléem était cette figure pittoresque de prêtre de choc qui pendant plusieurs décennies pensait expurger la littérature de tout ce qui était mauvais pour le peuple (voir à ce lien). Il s'est systématiquement trompé sur le talent des auteurs qu'il censurait, y compris les catholiques, et portait aux nues une littérature toute en exemplarité sans couleur, sans saveur, sans odeur. Il était un genre de boussole à l'envers, de celles indiquant toujours le Sud. Il était sincèrement persuadé de faire le Bien en évitant aux âmes de se pervertir. On ne peut véritablement l'en blâmer après tout.

     

    Parfois certaines voies sont pavées de bonnes intentions dit-on.

     

    Il est de ces personnages permettant aux bien-pensants d'évoquer l'ordre moral d'antan, un ordre noir réputé arbitraire et insupportable. Il était un Don Camillo "réac" en somme. Ledit ordre noir était pourtant tout relatif ainsi que le rappelait Marcel Aymé dans un texte sur la libération sexuelle, les enfants et les grandes personnes, y compris à Paris, avaient quotidiennement tout autour d'eux des animaux, animaux de trait, de labours, chevaux, s'ébattant librement voir se reproduisant sous leurs yeux. Ils avaient des leçons de chose -de "la" chose- en vrai. Le joug moralisateur était donc tout relatif.

    Lire la suite

  • En cas de crise ne brisez pas la glace

    Imprimer Pin it!

    neige, crise, politique, société, civisme, hypocrisieLe "vieux schnock" que je suis maintenant se souvient très bien de l'hiver 1982, de celui de 1984 aussi. Ils étaient à chaque fois bien plus rigoureux que celui que nous traversons en 2018. Les services publics fonctionnaient malgré tout à peu près ainsi que les transports et les services. La solidarité aussi n'était pas encore un vain mot. Et il est effarant de voir tous ces gens le nez rivé à leur téléphone sous la neige, ne se souciant que rarement de ce qu'ils peuvent faire pour aider non pas un correspondant lointain mais leur voisin, leur prochain tout à côté d'eux...

     

    Bien entendu, rien n'était parfait, mais une situation de crise n'effrayait pas autant les responsables, ne leur collait pas cette panique évidente doublé d'un profond mépris des précaires et des petites gens ne pouvant se permettre de rater une journée de travail.

     

    Pourquoi les informer ? Pourquoi prévoir de quoi les héberger en urgence ?

    Lire la suite

  • Témoigner de sa foi catholique en 2018

    Imprimer Pin it!

    Foi, catholiques, église catholique, société, politique, religions, amaury watremezLorsque l'on évoque la Foi chrétienne, en particulier catholique, en 2018, la plupart du temps votre interlocuteur soit condescendant soit carrément hostile vous répond que la Foi n'est pas un concept rationnel et que toute croyance relève de la superstition. Cette réponse est stupide puisque la Foi, par définition, ne relève pas de la rationnalité, sinon cela ne s'appellerait pas ainsi Notre société se croit beaucoup plus raisonnable. Elle a inventé le Smartphone, cet outil censé développer les communications et utilisé pour surtout les éviter, et l'on n'a jamais autant vu de pseudo-coachs de vie mélanger tout et son contraire dans ce qui reste des spiritualités, sans parler des horoscopes dans la plupart des journaux.

     

    Je dis bien, lorsque l'on évoque la Foi chrétienne car lorsqu'un musulman ou un juif, ou un bouddhiste, évoque ce en quoi il croit, cela devient soudainement beaucoup plus respectable. Étonnant, non ?

     

    Dans le meilleur des cas, l'interlocuteur répliquera qu'il respecte les croyants mais pas les dogmes et pas toutes leurs croyances et qu'il refuse qu'on lui impose des valeurs ou quoi que ce soit. Notons que le simple fait d'en parler est vécu comme totalement arbitraire et insupportable, comme l'obliger à y croire. Il faut dire que la Foi, comme tout idéal de vie, implique des devoirs envers les autres, une morale. Pour couper court à toute argumentation mesurée, on n'oubliera pas de renvoyer le chrétien à l'Inquisition, aux cathares, aux "dragonnades" comme si tous les catholiques, y compris ceux de maintenant devaient encore et toujours porter la faute de leurs ancêtres.

    Lire la suite

  • Les gros sabots du rapport Bergé

    Imprimer Pin it!

    citoyenneté, société, éducation, école, politique, bergé, descamps, profs, amaury watremez Aurore Bergé, député LREM, et Béatrice Descamps, UDI ont toutes deux rendu des recommandations sur ce que devraient être selon elles les rapports des enseignants avec les parents (voir à ce lien). Rappelons pour situer son niveau culturel que madame Bergé a déjà fait parler d'elle par sa comparaison entre l'enterrement de Johnny et les funérailles de Victor Hugo. Elle reproche donc aux profs, ainsi que sa co-rapporteuse, d'être déconnectés des enfants et de leurs géniteurs, et de la société en général. Comme à l'habitude quand il s'agit d'évoquer l'Education Nationale quelques vérités sont entremêlées avec quelques énormités déjà lues ailleurs.

     

    Avec ce qu'elles écrivent, elles jouent sur du velours, dans une société où les salariés du privé sont de plus en plus précarisés, les fonctionnaires sont perçus comme des chanceux, des gâtés. Quand le gouvernement suggère de les payer au mérite il flatte le bon peuple dans le sens du poil. Il faut que les fonctionnaires, à commencer par les profs, "y faut qu'y soyent comme tout le monde ma bonn'madame Michu".

    Lire la suite