Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ils sont pas méchants ils veulent jouer

Imprimer Pin it!

politique, société, cités sensibles, ZEP? France, saint sylvestre, nuit, amaury watremez

Aussi sur Agoravox

 

1031 voitures incendiées en France la nuit du Nouvel An (voir à ce lien). Tout le monde a l'air de trouver ça normal, de ne pas s'en formaliser. « C'est comme ça que voulez-vous... ». On attend juste le chiffre le matin du 1er janvier. Le pire là-dedans est que ce sont des personnes aussi précaires socialement que les incendiaires qui en sont victimes. 1031 est le chiffre que le ministère avoue, on peut donc penser que c'est plus...

 

Mais ce n'est pas bien grave pour nos responsables et journalistes graves et compassés et progressistes distingués, ces jeunes ils sont pas méchants, ils veulent jouer....

 

Une jeune policière a été lynchée à Champigny alors qu'intervenant dans une cité sensible. Elle a été frappée à terre de nombreux coups (à terre précisons le encore une fois, voir à ce lien). C'est de la barbarie, ni plus, ni moins. Il n'y a aucune excuse à un tel déchainement de violence aussi lâche. Il n'y a pas de circonvolutions de langage à avoir, il serait temps d'être clair. Et aussi contre tous les salopards s'en réjouissant sur les réseaux sociaux...

 Mais ces jeunes ne sont pas méchants mon bon monsieur, ils veulent jouer....

 

Dans la plupart des « cités » les pompiers, les force de l'ordre, les ambulances ne peuvent pas rentrer sans risque. C'est tout de suite le jet de pierres et autres projectiles. Tous ceux qui représentent la France en général sont accueillis avec agressivité et violences. (un exemple, Cergy, voir à ce lien sans parler des pompiers caillassés à Stains). Ces quartiers pour la plupart de leurs habitants ne sont plus la France depuis longtemps. Ils le disent avec force d'ailleurs :

 

« On est chez nous ».

 

Y mûrit une profonde haine de nos valeurs, de notre mode de vie, une rancœur aussi. Ce n'est pas nouveau. Tout cela serait justifié selon nos pseudo-élites, nos éditorialistes distingués par le « racisme d'état » et bien entendu celui des français dits de souche. Il conviendrait de laisser faire gentiment en attendant le métissage universel. Ils sont tous en effet, pour employer le terme de Sylvain Tesson dans son excellent journal dans la rhétorique du « frottement », de la « pénétration » de l'Occident par toutes les autres cultures.

 

A chaque exemple de tragédie due à l'obscurantisme, à la haine, à la bêtise fanatique, ils ont des mots excessivement prudents, justifiant l'injustifiable la plupart du temps. Ils ont des pudeurs de rosière à parler de l'antisémitisme issu de l'Islam. Beaucoup de judéophobes ont cru trouver la parade depuis quelques temps en parlant d'antisionisme, travestissant la cause qu'ils prétendent défendre...

 

Ces bourgeois pédagogues déplorent bien quelques dérives mais elles sont inévitables à leurs yeux en attendant le « grand tout » final. Et puis il faut dire qu'ils habitent très loin des zones difficiles, ils peuvent donc en parler avec ce détachement et cette indifférence que personnellement je trouve abject. Ils se disent aussi qu'en étant très gentils avec ces gens, peut-être qu'en échange ils le seront aussi, on ne sait jamais...

 

Il faudrait pour cela que nous renoncions à tout ou partie de nos traditions, encore un peu plus dont la Nativité qui est le socle de nos réjouissances à Noël...

 

Je songe aussi à ces deux gamines entendues dans un train de banlieue. Entendant les annonces dans le haut-parleur, elles s'étonnaient sincèrement que celles-ci ne soient pas en arabe. « On est les plus nombreux en banlieue pourtant » se justifiaient-elles. Je croyais pourtant naïvement à entendre le discours officiel seriné depuis des lustres qu'elles étaient aussi françaises que moi ? Alors que visiblement elles ne se sentent pas du tout l'être. Elles n'étaient ni agressives ni provocatrices, elles énonçaient une évidence selon elle...

 

Partout dans les administrations, au sein des institutions même, ces populations demandent un traitement différent, des faveurs, de vivre selon leurs coutumes et leur foi. Les exemples se multiplient chaque semaine...

 

On m'opposera sans doute quelques contre-exemples, il doit bien y en avoir, ils ne font pas une généralité. Le fait est que ce pays est au bord de l'implosion sociale...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration prise ici

Commentaires