Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La gauche et le réel

Imprimer Pin it!

Notre Dame des landes, société, écologie, politique, gauche, amaury watremezAussi sur Agoravox

 

A gauche, la seulement sociétale et ce qui reste de la vraie gauche, on pense depuis longtemps dur comme fer que l'on peut décider de réécrire le réel d'un trait de plume. Il suffit de le décider, c'est donc un genre de méthode Coué. De par mon expérience personnelle, elle n'est sûrement pas isolée, j'en doute très fortement. J'ai développé de ce fait une légère misanthropie qui n'est que rarement démentie par un comportement plus humain. Car c'est principalement de cela que nous manquons de plus en plus.

 

Cela fait des décennies par exemple que l'on évoque à l'église, à l'école, dans les temples, les mosquées, l'accueil de l'autre, l'amour de l'autre et de sa différence et ce quelle que soit la tendance politique. Il n'a pourtant jamais été aussi peu pratiquée, on se rassemble sur le net ou dans la vraie vie en communautés de « mêmes », sur la base parfois de critères extrêmement primaires :

 

La communauté de ceux qui n'aiment pas les rouquins, la communauté de ceux appréciant le fromage avant le dessert etc...

 

Et tous de se proclamer n'être qu'amour...

 

Cela touche tous les âges, tous les milieux. Le hors norme, le non standardisé est immanquablement rejeté. On aura beau pleurnicher à seaux de temps en temps, rappeler que c'est mal, très mal. On aura beau organiser des marches blanches, des lâchers de ballons, cela n'y changera rien. C'est principalement à cause du darwinisme social qui est la seule chose que tout le monde a vraiment en commun dans notre société. La loi du plus fort, du plus riche, du plus ceci, du plus cela domine, et les autres se doivent de s'aligner.

 

Ceux ne s'adaptant pas se disent que c'est forcément de leur faute, qu'ils devraient faire un effort. Celui qui se fait injurier parce qu'il sort du rang est automatiquement coupable, suspect de toutes les avanies. Ainsi que le dit la rumeur publique -la plus glauque- « il n'y a pas de fumée sans feu » mon bon meussieur.

 

A gauche si l'on décide qu'il ne faut plus rouler en voitures dans Paris, qu'il n'y a pas besoin d'un aéroport à Notre Dame des Landes, que les ZAC du Sud Ouest implantées illégalement sont indispensables pour protéger les petites fleurs et les petits z-oiseux, cela devient à chaque fois un dogme absolu que seuls des impies de droite ou hyper-capitalistes, ou fascistes remettront bien entendu en cause, des ennemis de classe. Cela fait le bonheur de petits bourgeois en rupture de milieu, de nostalgiques de leur folle jeunesse rimbaldienne.

 

Notons que la plupart de ces initiatives entraînent généralement encore plus de darwinisme sociale, par exemple une capitale encore plus peuplée de riches, encores plus coupés du reste de la France chaque jour.

 

Curieusement, la plupart ne rechigne jamais à demander l'aide financière de l'état ou des entreprises libérales-libertaires odieuses par ailleurs. C'est sans doute cela leur idée du collectivisme, planifier la révolution mais le plus tard possible tout en tondant le dos des autres brebis du troupeau. Il faut dire que celles-ci ne protestent que mollement...

 

A gauche on est malgré tout plus ou moins confusément conscient de tout cela bien qu'on ne l'admette pas. A gauche, on rêve, on imagine. On est le Bien contre le Mal, on se verrait bien en jedis contre plusieurs Dark Vador. Ce qui étonne le plus est le puissant dogmatisme des personnes se réclament de cette pensée. Ils ont raison, le reste du monde qui ne pense pas comme eux a tort. La démocratie, quand elle s'oppose à leurs certitudes, est forcément un truc de ploucs dégénérés. Quand ils votent « bien » c'est le petit peuple héroïque...

 

Et la plupart des militants sont persuadés que leur pensée groupusculaire triomphera bien un jour...

 

...Contre le réel.

 

Bien sûr je ne suis pas ici en train de faire une généralité, tous à gauche ne sont pas aussi déconnectés, il en est même qui sont parfaitement lucides sur ce qui arrive. Ce sont généralement ceux qui sont demeurés vraiment fidèles à leurs idéaux de jeunesse. Ils ne sont pas nombreux ainsi que ceux de droite il est vrai.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration prise ici

Commentaires