Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le harcèlement dont personne ne parle

Imprimer Pin it!

sexualité, féminisme, balancetonporc, harcèlement, amaury watremezSur Agoravox

 

L'auteur de cet article ne nie pas une seconde que les hommes de sa culture, de son pays se soient mal comportés avec leurs compagnes au cours des siècles. J'ai particulièrement horreur des vanités de « mâles alpha » que l'on peut constater dans tous les milieux. J’exècre les vantardises de gorilles excités, tous ces comportements grossiers se prétendant irrésistibles, de tous ces types qui ont un besoin maladif de prouver leur virilité comme si ils n'en était pas convaincus.

 

Il ne prétendra même pas s'être toujours conduit en gentilhomme...

 

Mais le harcèlement sexuel depuis l'affaire Weinstein semble à entendre les commentateurs et les amateurs, amatrices de dénonciation l'apanage exclusif des mâles blancs de culture occidentale, et, ou judéo-chrétienne. Les féministes, les éditorialistes distingués semblent très discrets sur les rumeurs autour du comportement de Tariq Ramadan. Alors que le pire harcèlement depuis des années est plutôt dans nos rues le fait des hommes dits « issus de la diversité ».

Dans les « inrocks » l'année dernière on avait bien essayé d'en parler mais attention pour préciser assez rapidement qu'il y avait 40% de « français » parmi les harceleurs, sous entendu donc, 40% d'européens, car là dans ce cas précis « français » voulait dire blanc et chrétien...

 

Dans l'hebdomadaire ils évoquèrent même ce court métrage montrant des harceleurs le moins définis possible (voir à ce lien). Pourquoi aller chercher une œuvre de fiction grands dieux, alors qu'il existait déjà ce témoignage accablant d'une étudiante belge ? Témoignage vite soigneusement rangé sous le boisseau,(voir à ce lien), assorti de considérations sur le racisme, la violence aussi des insultes xénophobes qui contrebalanceraient cette violence verbale abjecte envers les femmes.

 

On nous balance des statistiques globales, on dit tout et son contraire mais personne n'ose aborder cette question qui a pour conséquence que dans la plupart des « cités » les filles n'osent plus porter de jupes ou être juste féminines préférant soit se masculiniser soit se voiler pour avoir la paix et montrer qu'elles ne sont pas des filles faciles. Quand elles aiment, elles doivent absolument s'en justifier voire parfois le cacher. Ne parlons pas de celles qui ne veulent pas se marier, qui ne veulent pas d'enfants. Et pire pour leurs familles, qui veulent choisir leur mari...

 

Je m'étonne aussi que l'homophobie pourtant tangible de ces milieux ne soit jamais dénoncée à grands coups d'indignations médiatiques alors qu'elle se manifeste tous les jours.

 

C'est d'ailleurs logique en soi, le comportement de ces hommes venant du Sud de la planète, de la Méditerranée, avec:les femmes. Il provient de leur culture, de leur religion. Cela vient également de leur éducation, de la séparation des garçons et des filles lors de leur enfance et adolescence, de l'exacerbation des désirs en résultant, de tous ces fantasmes accumulés derrière ce mur de frustration du à la bêtise islamiste. Les fous de Dieu ne voient pas le blasphème qu'ils font en conchiant, en reniant avec autant de colère le corps des femmes pourtant création divine dans le Coran.

 

Le fait d'opposer ici la phallocratie supposée de la Bible et du Talmud ne changera pas cette évidence...

 

Cela signifie donc également que pour les islamistes une part de la création est maléfique...

 

Quand on évoque celui subi par les femmes Porte de la Chapelle à Paris ou dans de nombreuses villes allemandes, je ne parle même pas de ce que certaines journalistes ont subi au moment des révolutions arabes, les féministes finissent elles-mêmes par conseiller aux femmes de s'habiller de manière moins séduisante, reprenant les arguments des violeurs pour qui ce sont leurs victimes trop provocantes qui ont commencé. Elles en viennent même à trouver que finalement le voile est très féministe...

 

Bientôt elles nous prouveront que ce genre d'aliénations est une libération...

 

On fait comme si tout cela n'arrivait pas, comme si tout cela n'avait pas lieu, c'est plus simple, moins risqué. La lâcheté domine en somme.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration , capture d'écran du reportage

en caméra cachée de Sophie Peeters

Commentaires