Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les catholiques "uberisés"

Imprimer Pin it!

politique, foi, société, religions, christianisme, pape FrançoisAussi sur Agoravox

 

"Koztoujours", alias Erwann le Morhedec, dans une réfutation brillante comme à son habitude d'un de ces affreux catholiques identitaires dont sans doute je fais aussi partie à ses yeux, a souligné pour asséner un coup fatal à son interlocuteur que de toutes façons ces méchants, ces malveillants n'étaient pas beaucoup "likés" sur "Facebook" (TM°) de toutes façons. A le lire, cela voulait tout dire, un discours valable ou réputé tel se doit d'être "liké", sinon c'est qu'il n'a que peu d'intérêt, un article se doit d'être repris un maximum sur les réseaux sociaux, et un pape populaire a un discours forcément plus pertinent qu'un pape l'étant moins.

 

Je me demande à ce moment de ma lecture si Barbey d'Aurevilly, Georges Bernanos, Léon Bloy, la petite Thérèse de Lisieux ou Charles Péguy eussent été "likés" eux qui avaient un discours brûlant qui était tout sauf "rassembleur", tout sauf démagogique et flattant les peuples dans le sens du poil et de leur orgueil.

 

Barbey, rien que lui, paraîtrait trop élitiste, trop aristocratique, et un catholique avec des exigences morales élevées ce n'est pas dans le vent du progrès. Notre société tellement ouverte eût détesté Bernanos qui vomissait les tièdes. Elle trouverait Léon Bloy pas "lol" du fait de la charge satirique qu'il fait peser sur les préjugés bourgeois qui ont essaimé dans toute la société. Elle conchierait Péguy qui n'a pas un discours favorisant l'intégration de la "diversité" avec tous ces textes rappelant à n'en pas douter les "heures sur les plus sombres de notre histoire".

 

 Et vas-y que j'évoque la petite bergère de Domrémy, et vas-y que je parle de la cathédrale de Chartres ! Trop clivant tout ça ! Est-on certain que Péguy n'était pas d'extrême-droite ? (je préviens le lecteur nourri aux différentes réformes pédagogiques qu'ici je fais de l'ironie)

 

Notre époque, et les catholiques "uberisés" comme René Poujol ou Koz, tellement admirateurs du pape François, devraient absolument relire le "journal d'un curé de campagne". Le pauvre petit curé d'Ambricourt, naïf, innocent ne comprenant pas les mondains, les cyniques, n'est pas bien vu de ses paroissiens. Seules deux ou trois vieilles bigotes viennent à ses messes. Il ne part pas dans des envolées grandioses comme ses confrères, il ne s'enthousiasme guère pour la politique. Il ne se pose même pas la question. Il n'y a que le Christ, son calvaire, sa souffrance et aussi sa résurrection et le mal n'ayant même pas besoin de l'obscurité. Le petit curé, vrai mystique, est plus proche du divin que tous ces prêtres adulés car "en phase" avec l'époque et prenant toutes les précautions afin de surtout ne pas remuer les consciences assoupies.

 

On chercherait vainement en 2017 de ces catholiques ardents capables d'envoyer aux orties renommée et carrière confortable dans les rails de la bonne pensée et des bonnes mœurs politiques. Il doit y en avoir. Ils sont de suite mis sous le boisseau car un catholique ardent est forcément un intégriste. Et leur avantage est que lorsqu'on les injurie, ils sont censés se laisser faire voire tendre la joue gauche. Et aucun catholique ne songerait à tirer à la mitraillette sur ses insulteurs, ou poser des bombes...

 

Il arrive que l'un d'eux arrive à émerger mais la pression est alors telle que bien vite la plupart rentre dans le rang. Il dénient très rapidement l'ardeur de leur foi. "Ils ne sont pas intégristes, même pas traditionalistes et couchent à droite, à gauche, c'est dire". On aimerait pourtant à chaque fois qu'ils fassent preuve de courage, mais la déception est souvent là hélas...

 

Il y en aura qui un jour n'auront plus peur. Quand il n'y aura que cela à faire, quand ce sera la seule alternative...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury - Grandgil

 

illustration empruntée ici

Commentaires