Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Déjà minoritaires, déjà soumis ?

Imprimer Pin it!

politique, islamisme, société, islam, terrorisme, apathie, politique

Aussi sur Agoravox

 

Les réactions au terrorisme, au fanatisme me semblent en France être déjà celles de minoritaires, qu'elles soient de droite ou de gauche, bien-pensantes ou se voulant politiquement incorrectes. Charb dans sa lettre sur les escrocs de l'islamophobie relue ces jours-ci parlait d'ailleurs très bien de ces bourgeois planqués qui terrifiés par la montée d'un certain fondamentalisme musulman acceptent tout afin de conserver la paix civile et leur mode de vie libertaire, croient-ils.

 

A droite ce n'est guère mieux.

 

On dirait par tous ces articles anxiogènes, toutes ces déclarations de fin du monde, de résistance que nous sommes d'ores et déjà dans la position de communautés opprimées. Relayer tout ça sert le dessein des fanatiques en plus faisant d'eux les seuls interlocuteurs musulmans.

Comme si nous avions déjà perdu contre les fanatiques, comme si nous étions déjà des « dhimmis » ou la France de « Soumission » de Houellebecq...

 

C'est une chose de relayer des dizaines d'articles relatant des faits divers impliquant l'islamisme arrivant tous les jours. C'est une chose de signaler que l'on aime ou que l'on déteste, que l'on est en colère. C'est une chose de mettre des « je suis l'armée », « je suis la France ». C'en est une autre de faire réellement quelque chose, d'agir, de restaurer la confiance que nous devrions toujours avoir dans nos valeurs, dans notre culture, dans notre histoire et notre civilisation, confiance que pour beaucoup d'entre nous nous avons perdu. La plupart d'entre nous a perdu ses repères, ne sait plus ce qu'elle doit penser...

 

Et même les plus « réacs » ou qualifiés de tels, fussent-ils médiatisés ou pas, ont du mal à renoncer à vivre selon des critères somme toutes libertaires. Ils ont même toujours tendance à continuellement se justifier. Ils ne sont pas si réacs, ils ne sont pas si nationalistes, ils ne sont pas si prudes. On se demande ce qui leur reste d'authentiquement réac à la fin ? On se demande s'ils croient en quoi que ce soit ? Et leurs pauvres excuses ne servent à rien puisqu'ils sont déjà catalogués comme nostalgiques des ordres moraux.

 

C'est bien de s'emporter, de se mettre en colère virtuellement, cela signifie que vous avez conscience de ce qui ne va pas, mais dans la vie vous vous engagez quand une loi scélérate est prise ? Que faites-vous quand une décision se promettant de détricoter le service public est édictée ? On chercherait vainement les délégations aux ministères ou à la commission de Bruxelles. On attendrait longtemps les manifestations, les grèves de l'impôt comme nos arrière grands-pères le faisaient, à quand de la désobéissance civile pour que ce vieux pays ne soit plus oublié.

 

Mais l'apathie domine excepté des initiatives ridicules d'identitaires qui sont autant d'idiots utiles afin de ridiculiser toute opinion nationaliste et, ou juste patriote. A croire qu'ils le font exprès...

 

C'est pourtant encore notre pays, c'est encore notre histoire, ce sont encore nos valeurs, notre culture. Cela changera seulement si nous restons passifs. J'ai beaucoup de mal à comprendre ces électeurs qui ne vont pas voter, qui ne s'engagent pas mais qui râlent ensuite contre les politiques élus. Comment comprendre aussi ceux qui arguent que leur vote blanc n'est pas négligable alors qu'il n'est même pas comptabilisé dans notre système électoral ? Tout leur discours sonne comme une justification très maladroite de leur passivité, et aussi de leur fainéantise à réagir pour de bon, à se comporter en citoyens responsables et adultes.

 

C'est une chose de vouloir défendre notre culture et d'y être indifférents dans la vie de tous les jours, de ne plus lire, de ne plus s'intéresser le moins du monde à l'histoire de cette nation, d'en avoir une vision très vague, très imprécise.

 

Nous sommes majoritaires, nos valeurs dominent, notre histoire et notre culture bien qu'un peu dédaignées n'en sont pas moins encore tangibles. Il faudrait juste que nous nous réveillions et que nous agissions...

 

Sic Tranit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illiustration empruntée ici

Commentaires