Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La vie du rail des usagers SNCF de banlieue

Imprimer Pin it!

panne électrique Montparnasse, société, politique, pepys, sncf, amaury watremezAussi sur Agoravox

 

Dans les médias, journaux et télévision, sur les sites « institutionnels », on parle beaucoup de la « panne électrique » de la Gare Montparnasse, un fil dénudé dans un placard électrique à Meudon semble-t-il, et de son impact sur les vacanciers au moment du week-end le plus chargé de l'année en départs. Mais personne n'évoque vraiment les désagréments pourtant quasiment quotidiens que les usagers de banlieue subissent Cela intéresse-t-il réellement nos journalistes on ne se le demande même pas...

 

Le traitement de cette ahurissante situation de crise par la SNCF fut comme à l'habitude déplorable, les voyageurs n'ayant visiblement pas le droit à l'information, juste celui d'être patient jusqu'à l'absurde.

 

Leurs sont envoyés des « gilets rouges » (voir à ce lien qui ils sont) mais aussi bleus ou encore oranges, des gosses dont c'est un job de vacances. Eux non plus n'ont aucune information à donner. Ils sont juste là pour faire « tampon » et subir la colère des personnes souffrant parfois de retards inexpliqués de plus d'une heure. Ils se font enguirlander à la place des vrais responsables qui eux ont soigneusement évité de descendre dans l'arène, ils ne sont pas fous il faut dire. Au moins aura-t-on trouvé une occupation saine pendant deux mois à des jeunes des « quartiers » ?

 

Ainsi Guillaume Pepys a-t-il attendu la fin de « l'enquête », cela ne lui aura pas éviter de se faire recadrer par le président jupitérien et le premier ministre : On parie que c'est encore de la com et que rien ne sera fait ensuite. Ce sont d'ailleurs des gens qui ne sont « rien » qui attendent désespérément les trains dans les gares on le sait depuis peu....

On nous dit que la situation est aujourd'hui revenue à la normale quant à la circulation des trains, mais à Montparnasse car à Saint Lazare cet après-midi un train sur dix est parti à l'heure. Ironiquement il était conseillé aux franciliens d'en emprunter les lignes pour compenser les désagréments causés par la (roulements de tambours) « panne informatique » de Montparnasse...

 

Il paraît que le tout est causé par des pannes de matériel, souvent hors d'âge il est vrai, wagons, motrices et aiguillages. Il est vrai que tous les gouvernements successifs et tous les dirigeants de la SNCF ont investi systématiquement dans les TGV et LGV (ligne à grande vitesse) en négligeant les lignes de banlieue...

 

Et bien souvent, ce sont de toutes autres raisons qui depuis des mois sont invoqués par la S NCF elle-même dans les annonces faites au compte-goutte aux hauts-parleurs. Bien souvent, il arrive qu'un jeune qui n'a pas de billet tire l'alarme pour s'enfuir, ou juste pour rigoler. Cela devient un genre de sport.

 

Et en plus on peut se filmer sur « instagram », le pied !...

 

Ou alors ce sont d'autres gamins qui descendent sur la voie et se baladent au milieu des rails, sachant très bien qu'ils gênent tout le monde. Une manière de faire savoir qu'ils existent en somme. Un autre jeu est de grimper sur un aiguillage ou une passerelle au-dessus de la voie et narguer les contrôleurs et les policiers...

 

Il est aussi d'autres raisons moins avouables certes pour l'entreprise ferroviaire publique. A de nombreuses reprises, la plupart des usagers de toutes les gares parisiennes ont pu entendre cette pudique annonce : « Par suite de difficultés d'acheminement du personnel, le train de telle heure ne pourra pas partir ». Une autre manière de dire que le conducteur et, ou le personnel de bord ne se sont pas réveillés, sont partis trop tard de chez eux, se sont laissés engluer dans les embouteillages. Cela non plus ne suscite que très peu de questionnements.

 

Mais de cela non plus nous ne nous étonnerons pas...

 

Il conviendrait également de ne pas tomber le piège qui voudrait que ce bazar encourage à la privatisation de la circulation des trains en France, ce qui est déjà entamé. La privation accentuerait encore le fossé entre les voyageurs des TGV et les usagers des trains de banlieue...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration prise ici sur le site de Sud Ouest

Commentaires