Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plus jamais de « Vel d'Hiv » ?

Imprimer Pin it!

Vel d'hiv, Emmanuel macron, histoire, politique, mémoire, amaury watremezAussi sur Agoravox

 

Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, deux visions de l'attitude des français durant cette période dominent, une angéliste : les français étaient tous résistants de cœur, une à l'inverse : ils étaient tous collabos. La vérité se situe sans doute entre les deux. Selon Robert Paxton qui écrivit un ouvrage de référence sur Vichy, il semble qu'il n'y ait eu que 100 000 résistants tout au plus et autant de collaborationnistes de conviction. Et quarante millions d'attentistes, quarante millions de personnes songeant surtout à sauver leur peau, quitte pour cela à oublier toutes valeurs morales, toute humanité.

 

Et parmi eux quelques héros méconnus dont on ne parle jamais. Quand il arrivve que l'un d'eux soit connu, il avoue généralement qu'il ne voit pas d'héroïsme dans ce qu'il a fait, et que cela lui semblait aller de soi. De tels êtres humains sont rares, voire rarissimes...

 

Il y en eut pendant la rafle du « Vel d'hiv ».

 

Il y en eut en effet parmi les policiers français pour prévenir les familles juives allant être raflées la veille et leur éviter un sort funeste. Beaucoup ne purent le croire et furent déportées.

Las ! selon la « doxa » officielle les français furent tous antisémites pendant la Seconde Guerre Mondiale, tous complices. Et il convient d'entretenir ce masochisme mémoriel insupportable de manière constante encore et encore et encore. Les présidents désireux de laisser une trace, de passer pour humanistes de tous y aller de leur petite phrase sur la culpabilité indubitable selon eux de notre pays dans son ensemble. Et l'ensemble de la nation doit porter ce joug sur ses épaules. A une ou deux exceptions près dont les français dits « issus de la diversité ».

 

La haine antisémite grave, profonde, abjecte littéralement que l'on peut trouver parmi des groupes musulmans, au nom de l'antisionisme, au nom aussi d'une compétition mémorielle chacun voulant « son » génocide, n'a rien à envier à la haine antisémite existant dans les années 30, celle qui rappelle les fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire. Ils sont rejoints dans « l'antisionisme » par quelques français qui voient là un moyen croient-ils très malin de camoufler leur judéophobie profonde. D'autres encore se justifient par leur anticolonialisme

 

Cette haine, ce ressentiment, sont toujours excusés, toujous minimisés par contre quand un taré bas du front trace une croix gammée sur la porte d'une synagogue l'incident est monté en épingle très vite. Les ordres noirs, Vichy et tout le saint frusquin habituel sont convoqués pour se faire peur...

 

Les premiers à subir cette haine sont les enfants juifs de familles de cette confession, les moins aisées, vivant dans les « quartiers ». « C'est pour rigoler » prétendent ensuite les insulteurs, « c'est pas sérieux », « on les aime bien » (quand ils se laissent racketter) etc...

 

Curieusement, alors que par ailleurs les pseudo antisionistes se plaignent à grands fracas de ne jamais être écoutés, que personne ne leur laisse la parole, mais dés qu'ils s'agit littéralement d'assumer leur antisémitisme curieusement ils sont beaucoup moins péremptoires. Courageux mais pas téméraires. Et ils desservent plus qu'autre chose la cause palestinienne qu'ils prétendent défendre...

 

Et finalement, ils ne font que justifier ces commémorations hypocrites, diverses et variées. Celles-ci sont surtout le fait d'opportunistes, de malins, qui savent très bien qu'un travail médiocre sur la question mais larmoyant et dans le sens du vent permet de se mettre en valeur sans risques. Les autres n'oseront rien dire de peur de se faire assimiler aux « fââchiistes ». Les instigateurs de devoirs mémoriels biaisés passeront pour « humanistes » et auront toutes les excuses des gardiens idéologiques du temple. Dans ce cas précis, ils ne verront aucun problème à faire un amalgame abusif entre tous les français et les nazis...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici

 

(édition de la « Charente libre » d'hier)

Commentaires