Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une photo réveillant les vrais clivages

Imprimer Pin it!

Simone Veil, la manif pour tous, IVG, contraception, loi Veil, société, politique, amaury watremez

 

 

 

Depuis quelques jours circule sur les réseaux sociaux une photo de Simone Veil à « la Manif pour tous » . Je l'ai moi-même relayé et les réactions -diverses- ne se sont pas fait attendre :

 

Il y a les personnes que cela choque sincèrement, des « purs », car elles se sentent solidaires de la famille de madame Veil pour qui celle-ci était en état de faiblesse à ce moment-là, souffrant d'Alzheimer. Les enfants de la mère de la loi sur l'IVG étaient allés jusque porter plainte pour harcèlement contre entre autres Frigide Barjot. On peut après tous les comprendre, ils avaient le souci de leur mère. Et quand sa mère est malade et fragile il est normal de la protéger.

 

Il y a aussi ceux beaucoup plus nombreux que cela dérange de voir une de leurs icônes prétendûment libertaires défiler pour une cause qu'ils ne supportent pas. Je me demande ce qu'il en aurait été si madame Veil eût défilé pour une autre cause, plus « acceptable » ?...

 

On touche ici au coeur d'un des deux ou trois réels clivages profonds agitant ce pays car les clivages sont encore bel et bien présents. Il existe une toute petite classe de nantis (décideurs, politiques, intellectuels, journalistes) profitant de leurs privilèges matériels leur permettant de consommer à haute dose les biens et les personnes tant que cela leur est physiquement possible, et tant que la pharmacopée moderne les y aide. Ils n'entendent absolument pas que cela change, et ne supportent pas que l'on remette en question cette perception. Ils disposent encore de toutes les manettes du pouvoir et n'ont aucun désir de les partager.

Ils sont automatiquement dans le vrai, ils ont raison, tous les autres se trompent, à commencer par ces salauds de pauvres qui voudraient bien un peu plus d'équité sociale et non que des privilégiés leur expliquent qu'ils doivent faire des sacrifices pour sauver l'économie et les dividendes des copains.

 

Ils sont parfaitement amoraux et cyniques, le savent et ne voient pas le problème. Cela les gêne quand même quand on leur rappelle ce qui les amène à se doter de figures tutélaires à leurs yeux inattaquables. Simone Veil est l'une d'elle. Ils se fichent de la vérité, de savoir qu'elle a édicté cette loi sur l'IVG pour des cas bien particuliers et non comme moyen de contraception ultime. Ils jouent parfois la comédie de l'affrontement verbal, de la polémique musclée, certains se prétendent « politiquement incorrects ».

 

Mais ils sont irrémédiablement liés et solidaires de par leurs intérêts de classe, le souci de préserver leurs réseaux et bien entendu leur magot. Ils s'opposent également pleinement au reste de la nation qu'ils méprisent copieusement, s'en cachant à peine.

 

Je me souviens pour ma part de toutes les épithètes injurieuses dont on affublait les personnes ayant défilé pour « La Manif pour tous », ceux-ci se défendant généralement bien mal, clamant qu'ils n'étaient pas de droite ni réacs alors qu'en face on les classait déjà comme l'un et l'autre. L'auteur de ces lignes a été soupçonné un temps d'être à la fois homosexuel et homophobe, sexiste, nostalgique des ordres noirs, j'en passe et des pires.

 

Pour moi pourtant ne serait-ce que l'homosexualité n'a jamais été une question, une problématique, cela fait juste partie intégrante des personnes la vivant. Et cela les concerne. Je n'ai aucun jugement de morale dans un sens ou un autre à en faire. Et cela ne m'a jamais arrêté dans mes amitiés. La plupart de ceux que je connais appellent d'ailleurs les adeptes du mariage entre personnes du même sexe des « nappy gays » comme les « gays » anglais pour qui c'est juste un truc d'homosexuels en somme « honteux ».

 

Je ne précipiterai pas non plus les femmes ayant subi un avortement dans les flammes de l'enfer étant moi-même faillible de toutes façons. Chaque cas est différent, chaque femme a son histoire et parfois sa détresse. On ne peut régler cela en un ou deux phrases définitives sans risquer d'être soit inhumain soit grotesque...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration retouchée par mes soins

 

Aussi sur Agoravox

Commentaires