Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les "matheux" et les autres

Imprimer Pin it!

Cédric Vilani, assemblée nationale, législatives 2017, politique

Aussi sur Agoravox

 

En France, on n'aime pas les "intellos". Les "intellos" sont prétentieux. Ils sont en plus des empêcheurs de dire des bêtises en rond même s'ils en disent autant voire plus que d'autres. Il y a par exemple tous ceux qui ont été maoïstes, la plupart l'ont oublié. Les "intellos" lisent des livres, parlent tout le temps de bouquins poussiéreux, cette purge ! Sans compter de ceux qui évoquent la poésie ou la philosophie. Ils en écrivent même ! Certains vendent encore leurs œuvres, sans être forcément lus. Il y a ceux qui sont les méchants que le public aime détester, ceux qui sont des "bons clients" médiatiques, tous dans leur "emploi" de comédie.

 

En plus, cerise sur le gâteau, les "intellos" collent des complexes, culpabilisent les ignares....

 

Un intello on lui oppose "l'école de la vie", ce cliché fumeux excuse de l'inculture chez beaucoup d'imbéciles, on lui oppose qu'il était sûrement bourgeois et favorisé, qu'il n'a donc aucun mérite particulier...

Et il y a les scientifiques, les mathématiciens, les tenants de l'esprit de géométrie. Les scientifiques sont comme les sorciers des temps anciens. Ce sont des personnages devant lesquels il est de bon ton de se soumettre. Sans que cela ne suppose pour autant que l'on se cultive plus en sciences. On tolère tout d'eux, à commencer par leurs petites et grandes excentricités. Ils disent pourtant autant de sottises que les "intellos", certains expliquant tout par leur spécialité, de la métaphysique à l'amour en passant par la culture des carottes en Basse Bretagne.

 

Ainsi il en est de Cédric Vilani expliquant tout par les maths...

 

Il a un côté "bon client médiatique" évident avec sa lavallière et sa coupe de cheveux "Jeanne d'Arc" et sa voix un peu blanche. Diplômé de la médaille "Fields" et autres récompenses prestigieuses, il est respecté dans son domaine. On se dit un temps qu'on aimerait l'avoir eu comme prof de maths quand on s'ennuyait au collège, et puis on comprend que comme tout chercheur centré sur ce qui l'intéresse, il doit être assez peu magnanime avec quiconque ne le suit pas dans sa passion. On le voit partout, que ce soit dans les suppléments dévédé de films de Science fiction, nous expliquant doctement que la SF ce n'est pas réel, ce n'est pas scientifique -heureusement qu'il est là pour nous le dire (sic)-, dans des émissions "d'infotainement" dites "de société" où sa présence est un peu plus surréaliste.

 

Ils sont alors la caution intellectuelle de la télévision...

 

Les scientifiques, les matheux comme Vilani, personne ne les coupe, personne ne leur oppose la fameuse "école de la vie".  Il est de bon ton de les écouter respectueusement jusqu'au bout. Il est de bon ton de se sentir humble face à eux, mentalement à genoux. Ces "géomètres" finissent toujours par vouloir tout expliquer avec leur spécialité, sombrent tous dans l'écueil de la théorie globalisante qui permettrait à les entendre de tout comprendre. Et en plus, autre avantage. Ils font de bons militants politiques, dociles aux leaders, capables de justifier les pires des idéologies politiques par la science. Et encore une fois si d'aventure ils sont de "bons clients" médiatiques c'est encore mieux.

 

Et au fond, bien que très intelligents, intellectuels et brillants, ce ne sont aussi que des êtres humains que l'on mène par leur vanité sans trop de difficultés...

 

Sic Transit gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration empruntée à sciences et avenir

Commentaires