Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'auteur du "Grisbi" parle du "mitan"

Imprimer Pin it!

Aussi sur Agoravox

A propos de "Lettre ouverte aux voyous" de Albert Simonin aux éditions Arléa

simonin.jpgAlbert Simonin avec son accent parisien et ses manières de "titi" m'est proche en soi même si je ne l'ai pas connu car il me rappelle de mes grand mère, oncles et grands oncles ayant le même vocabulaire et le même sens de la formule incisive. Car les "titis" avaient cela pour eux, le sens de la vanne qui tue en trois quatre mots sans coup férir, et la même façon de placer les accents toniques comme il convenait de le faire, comme dans "J'Me casse".

 

Bien sûr, le sens de la formule ne rend pas automatiquement spirituel mais c'est déjà mieux que rien, que le néant servant de cervelle à des amuseurs actuels persuadés que dire des saloperies donne forcément l'air canaille.

 

Albert Simonin est souvent le grand oublié de la mémoire des films noirs des années 50, 60, des polars à la Papa. On évoque surtout Michel Audiard. Et comme lui on le réduit surtout à un aimable connaisseur de l'argot et du "milieu", un voyou divertissant que l'on invitait ou qu'on lit pour se donner des frissons et le genre "affranchi" bien qu'il s'évertua déjà à décevoir les attentes des mondains, des petits garçons et petites filles sages par esprit de contradiction ou juste pour leur "scier la rondelle".

Anecdote dans le coin en passant pour appuyer mes dires. Invité à une soirée kulturelle pour procurer ce genre de secousses aux dames et messieurs présents, voilà qu'Albert se met à parler de François Villon et Furetière, Vaugelas et Rabelais, ou Stevenson décrivant les bas-fonds de Londres, décevant les attentes superficielles de ces bourgeois cherchant déjà à tromper leur ennui, ignares car n'ayant jamais lu aucun des auteurs qu'il citait. Ils en furent pour leurs frais, ce qui était totalement volontaire de la part de l'arsouille originaire du XVIIIème. Il s'était bien payé leur tête et s'en était donné une bonne tranche.

 

Ce qu'il fait aussi dans ce livre où il tente une démystification rigolarde mais tendre du voyou.  Il l'affirme tout comme Audiard d'ailleurs, le voyou ne parle pas aussi bien dans la vie que dans les films. Il a l'esprit plus fonctionnaire, plus tendance à préférer le costume de l'honnête homme à celui du gangster, le tweed aux rayures. Il vit dans le même genre de routine que la plupart des français, se souciant autant de son magot pour sa retraite que les autres. Pour un peu il placerait son butin dans les assurances sociales.

 

Simonin connaît bien le milieu ou "mitan" non pas parce qu'il en faisait partie mais parce que la plupart des ses copains de Résistance y ont fini, incapables de se réadapter après la guerre à une bête vie civile. Pour eux il est quand même un "cave" mais un cave introduit, un cave qui sait écouter en tenant son rang sans chercher à se pousser du col, un discret qui n'avait pas la racontouze. Il se fiche de la légende truande et lui préfère la réalité, même chez eux on a des pudeurs de rosière, des vapeurs de jeune fille sur les actes que l'on commet et que la morale réprouve.

 

Il en parle affectueusement tout en demeurant lucide sur eux car finalement il préfère largement ses milieux interlopes aux bourgeois persuadés de la légitimité de leurs vanités. C'était aussi une époque où l'on ne se souciait que modérément de manger cinq fruits et légumes par jour, de se ménager une hygiène de vie bien pépère, car les "hommes" savaient vivre sans freins, toutes voiles dehors sans l'angoisse du lendemain qui déchante en se moquant des certitudes, celles qui rendent fous, et sots.

 

illustration empruntée ici

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

Ci-dessous : la "Radioscopie" d'Albert Simonin par Jacques Chancel en 1973

Commentaires