Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Où sont les lanceurs d'alerte antifascistes ?

Imprimer Pin it!

politique, emmanuel macron, marine le pen, antifascisme, société, hypocrisie, amaury watremez

Aussi sur Agoravox

 

Emmanuel Macron et ses séides tous libéraux libertaires, tous oligarques opportunistes, ont surfé sur la vague des alertes à l'antifascisme, sur le risque de retour des fameuses heures les plus sombres de notre histoire qu'aurait incarné Marine le Pen. A les entendre le parlement aurait été muselé, la presse méprisée et le dialogue avec le peuple dédaigné. Marine le Pen n'aurait gouverné que par ordonnances. Toutes choses on le voit inimaginables avec Macron (ceci est de l'ironie ami lecteur) :

 

Macron va disposer d'un parlement servile à sa botte à l'exception d'une petite centaine de députés d'opposition qui n'arriveront pas à s'unir.

 

Macron va gouverner par ordonnances pour hâter le détricotage de notre modèle social. Cela va avoir un impact sur les plus précaires, les chômeurs, les personnes handicapées, les petits retraités.

On ne compte pas depuis les quelques semaines où le mari de Brigitte est au pouvoir les incidents impliquant la presse et son service de communication qui verrouille toutes les déclarations et qui refuse les journalistes ne portant pas la "bonne parole" exactement et précisément selon les termes choisis par les thuriféraires du président marcheur.

 

Et contre tout cela, contre cette prise de pouvoir à grande échelle d'une nouvelle génération d'oligarques, ils sont où les lanceurs d'alerte antitotalitaires, antifascistes ?

 

Dans les librairies, avant les présidentielles et ce depuis deux ans, on ne comptait pas les bandes dessinées, les romans d'anticipation politique, les films z-engagés, et autres pensums pontifiants sur l'air du "plus jamais ça", sur l'assimilation de la droite "lepèniste" au nazisme, au musollinisme. les éditorialistes officiels y compris les réputés politiquement incorrects enjoignaient d'un air grave et pénétré les électeurs, ces ploucs, à voter Macron pour empêcher le risque totalitaire. On évoquait longuement devant les enfants les horreurs de la collaboration et du pétainisme, l'antisémitisme du régime de Vichy. On voyait le candidat ni de droite ni de gauche bien au contraire chuchoter avec une horreur un peu sur jouée "des enfants" au mémorial de la Shoah à Paris.

 

Il n'y avait pas de mots assez durs contre les citoyens s'apprêtant tous à voter en masse pour l'héritière le Pen qui pour le coup a parfaitement joué son rôle d'épouvantail à moineaux...

 

L'heure était à l'urgence pour sauver la démocratie. Après, on pourrait discuter et s'occuper de son programme. Après on pourrait lui aussi le moraliser et lui faire la leçon et comme c'est un gentil garçon scolaire et docile il écouterait sans faillir.  La Patrie était en danger ainsi que lorsque toutes les monarchies européennes faisaient la guerre à la France durant la Révolution et sous Napoléon. Les souverainistes, les réacs ayant leur rond de serviette dans les médias, ceux qui prétendaient qu'ils allaient s'abstenir et ceux qui affirmaient qu'ils allaient voter Macron mais avec des pincettes, ont l'air fin maintenant, quoi qu'ils disent ils ne sont plus crédibles.

 

Tous ces pseudo lanceurs d'alerte ridiculisés par l'élection d'Emmanuel Macron, ce qui s'est ensuivi, ce qui va continuer à suivre, contrairement à leurs affirmations ne voulaient pas défendre la démocratie qu'ils nient, puisque conchiant le vote de 16 millions de citoyens. Ils ne l'avoueront pas mais il s'agissait surtout pour eux de défendre les intérêts de leur classe sociale, de bons bourgeois nantis à prétentions culturelles et politiques. Ils font tous partie de la caste, tous ont profité des réseaux de leur milieu, de son argent. Si vous ne l'avez pas encore compris, c'est sans espoir pour vous...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration empruntée ici

Commentaires