Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'impossibilité de la prévention du terrorisme en 2017

Imprimer Pin it!

Aussi sur Agoravox

politique, islam, société, attentat du london bridge, politique, société, amaury watremezA chaque nouvel attentat, à chaque nouvelle tuerie, excepté l'incapacité avérée de nos sociétés à réagir autrement que par une sensiblerie mal placée, sont évoquées les carences des services de renseignement et, ou de police. Il est d'usage également de réclamer encore plus de surveillance de la population, encore plus de policiers. Ce fut le cas après l'attentat de Manchester, cela a été le cas après celui du « London Bridge » (voir à ce lien). Mais ce serait en pure perte. Et ces récriminations sont idiotes car par essence il est strictement impossible de prévoir ces actes abominables.

 

Certains éditorialistes ont parlé « d'überisation » du terrorisme, c'est exactement ça mais cela n'explique pas les causes de leur passage de « l'autre côté »....

 

Ces « nouveaux » terroristes sont généralement des individus frustrés, pleins de rancœur et de haine contre l'Occident pour diverses raisons. Ils n'ont pas trouvé dans nos pays cet El Dorado qu'ils pensaient y dénicher, ce rêve de réussir matériellement et tout recommencer. Ils restent campés le plus souvent sur leur culture originelle, ou un fantasme en tenant lieu, une idéalisation. Ils sont encouragés dans ce masochisme mémoriel constant d'un autre genre par les éducateurs de nos contrées qui adorent quant à eux cette forme d'auto-flagellation.

 

 

Ce sont nos institutions qui en rajoutent et les encouragent à mépriser un peu plus chaque jour nos valeurs, notre culture, notre mode de vie, notre histoire.

 

Il y a aussi toutes ces jalousies ethniques et religieuses importées dont personne n'a jamais songé à s'occuper. Celles-ci s'exacerbent profondément chez nous à commencer par l'antisémitisme le plus radical naissant de l'antisionisme. Est toujours évoqué celui de « skins » bas du front à l'extrème-droite, jamais celui tout aussi virulent au sein des populations d'origine maghrébines ou africaines. Ces haines expliquent tout, les échecs personnels et collectifs, la difficulté à s'intégrer. Elles sont perçues comme un genre de complot contre les personnes d'origine étrangère pour les empêcher de s'épanouir socialement...

 

...A leur décharge, il faut dire aussi que la méritocratie n'est plus qu'un mythe, qu'il est quasiment impossible de ne plus compter que sur son travail :

 

Les relations, les réseaux, la capacité à l'obséquiosité, l'appartenance aux « bons » milieux sociaux comptent beaucoup plus.

 

Le tout mijote depuis des décennies, et de temps en temps déborde de la marmite....

 

Auparavant, cela se traduisait par quelques actes de violence, ce que l'on appelait déjà des « incivilités », une religion soudain pratiquée de manière beaucoup plus extrème et rigoureuse que dans le pays d'origine. Se rajoute à cela depuis quelques années l'usage généralisé du net qui permet aux théories les plus abjectes, à la sottise de métastaser beaucoup plus rapidement qu'auparavant (c'est certainement cela le progrès technique). On peut les enrober dans des images-choc, trafiquer les vidéos, raconter ce que l'on veut, ce sera toujours largement plus séduisant qu'un travail de réflexion plus complexe...

 

Et un de ces types frustrés, fasciné par toutes ces fables de gloire retrouvée, de masculinité soudain restaurée grâce à la haine exprimée librement, franchira le pas et décidera de tuer quelques uns de ces occidentaux le brimant dans ses désirs à ses yeux hautement légitimes...

 

...Une fois engagé dans cette spirale haineuse, il est beaucoup trop tard et quasiment impossible de ramener ces personnes du côté de l'équilibre et de la raison, ils sont devenus des « initiés » lucides sur les secrets de ce monde, sachant eux très bien ce qui est caché aux autres, ce que le reste du monde ignore.

 

Ces individus pris au piège de leurs manques, de leurs ressentiments, sont des terroristes dont rien ne pouvait laisser deviner leur destin funeste bien que souvent ils aient fréquenté des groupuscules radicaux. Ils peuvent être n'importe qui.

 

Des petits français dits de souche, des petits européens, peuvent également y trouver ce qu'ils estiment être une forme d'équilibre. En se convertissant à cet Islam dévoyé, en souscrivant à une vision violente et antagoniste des rapports humains, simple à comprendre car simpliste, en laissant de côté leur libre-arbitre, ils peuvent croire retrouver leur équilibre, des personnes se souciant plus d'eux que leurs géniteurs occupés à jouir au maximum et consommer d'autant, éternels « adulescents » post-pubertaires incapables d'envisager de mûrir et se soucier de leurs enfants dans notre société.

 

Certains penseurs, comme monsieur Finkielkraut, parle avec raison de nouvelle banalité de l'horreur du terrorisme (voir à ce lien). Mais il y a déjà fort longtemps que dans notre société le Mal est largement plus banal que le Bien. L'être humain s'habitue très rapidement à l'horreur, à la sottise triomphante, il en a hélas l'habitude et l'appétence...

 

...jusqu'à maintenant du moins.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici

 

Commentaires