Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le retour des heures les plus sombres de notre histoire

Imprimer Pin it!

Aussi sur Agoravox 

Je me disais qu'ils avaient compris fort naïvement :

 

présidentielles 2017, société, politique, marine le pen, emmanuel macron, amaury watremezLes journalistes, les éditorialistes comme il faut, les politiques, les militants, les citoyens z-engagés, les bons apôtres....

 

Je me disais qu'ils allaient entendre réellement l'expression démocratiques des électeurs sans les injurier...

 

Je pensais qu'ils n'allaient pas refaire le coup des refrains habituels moralisateurs, des couplets entendus depuis des décennies dés que quelqu'un s'avise d'être de droite sans barguigner car ce genre de moralisation est une des raisons de la progression du vote FN. J'avais tort. Si pendant quelques jours, on ne les entendit pas beaucoup, ils étaient comme éteints. Depuis ce qui s'est passé à « Whirlpool » à Amiens, c'est le concert à tout va et dans tous les sens, l'affolement. Comme des fourmis dont un coup de pied a secoué le refuge ils courent partout sans même penser encore au pique-nique.

 

Je pense aussi que Macron a raison de dire qu'il y a une « clarification » de la vie politique française, excepté que j'y vois une signification toute autre. Il y a maintenant deux France, celle des nantis, le pays dit « légal », des très nantis aux encore un peu nantis, et celle dite « pérphérique », le pays dit « réel » en voie de précarisation, d' «überisation »accélérées voire de paupérisation ; la France des ravis de la mondialisation et celle de ceux en subissant douloureusement les conséquences.

 

Christophe Guilluy il y a déjà quelques mois dans une interview à « Marianne » avait souligné l'absolue nécessité pour cette France des riches de faire son « aggiornamento » quant à son mépris des classes moyennes, des précaires « indigènes ». Il soulignait également qu'ils n'allaient pas le faire...

 

...Mais qu'ils soient aveugles à ce point sur leur responsabilité majeure dans la catastrophe actuelle, amphigouriquement vaniteux à ce point, qu'ils rajoutent autant de prétentions à poser en guides progressistes des peuples sans leur demander leur avis, cela me surprend encore malgré tout et me sidère à m'en décrocher la mâchoire.

 

Il fallait entendre cet après-midi dans le train de banlieue, dans le métro, tous ces militants se proclamant avec emphase « anti-fââchiistes ». L'un évoquait Hitler, l'autre prétendait que Marine le Pen était nazie, allait nous y mener et que les foules qui la suivaient étaient uniquement composées de racistes et xénophobes indécrottables violents, et en plus ce n'était rien que des ploucs affreux. Le tout en parlant de leur achat prochain d'une maison de vacances, rêve inaccessible de nombreux français plus assez riches pour s'en sortir, pas assez pauvres pour avoir le droit aux aides sociales.

 

 

présidentielles 2017, société, politique, marine le pen, emmanuel macron, amaury watremezOn parlait bien sûr du risque de retour des fameuses z-heures les plus sombres de notre histoire, les z-ordres noirs qui allaient se déverser sur la France tout en scandant de temps en temps mais sans grande conviction le slogan « Ni Macron, ni le Pen » qui s'entendait plutôt comme « ni le Pen, ni le Pen ».

 

En clair, ça ne trompait personne...

 

Il fallait voir tous ces petits jouvenceaux et jouvencelles étant convaincus qu'il suffit de porter un sweat à capuche pour faire populaire et fraterniser avec les « lascars » de banlieue qui eux étaient venus pour rigoler aux dépens de ces fils et filles à papa et se faire deux ou trois smartphones sans effort. Il fallait eux aussi les écouter anoner sans trop trébucher sur les mots ce qu'on leur demandait de crier et de balancer. On voyait le rouge d'excitation monter aux joues de ces petits jeunes gens, de ces jeunes filles délicates. Tous ne perdaient pas le Nord et prenaient régulièrement un « selfie » avantageux au sein du cortège. Comment entretenir son narcissisme à peu de frais tout en feignant de vivre un moment historique...

 

...Et en plus Papamaman sont d'accord.

 

Tout cette condescendance imbuvables envers les petites gens votant le Pen, tout ce mépris social abject affichés sans complexes, tous ces slogans grandiloquents sur le retour des dictatures des années 30, dont celui du régime de Vichy me donne furieusement envie sans que ce ne soit en quoi que ce soit un vote d'adhésion de mettre un bulletin bleu marine dans l'urne. Je ne serai d'ailleurs pas le seul (voir à ce lien ce que dit monsieur Brighelli de cette hystérie).

 

Bien entendu, toutes ces belles « manifs » pacifiques, respectueuses de la démocratie (tu parles) se sont terminées un peu partout en France en heurts de « casseurs » et de « lascars » avec la police...

 

Ce n'est qu'un vœu pieux, mais comme il serait bon d'être débarassé une bonne fois pour toutes de ces bourgeois, de ces nantis qui nous gouvernent sans aucun souci du Bien Commun, on peut rêver.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration prise ici

capture d'écran facebook

 

Commentaires