Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le piège Macron

Imprimer Pin it!

Emmanuel Macron, société, politique, présidentielles 2017, amaury watremezAussi sur Agoravox

 

Macron est dangereux pour la France, bien plus que Marine le Pen qui représente somme toute une droite traditionnelle et non cette extrême-droite fantasmée qui de renoncements en compromis a conduit nos gouvernants à détricoter soigneusement les services publics ce que le candidat de "En Marche" compte bien parachever. Ce sera les plus précaires, les plus fragiles socialement qui en pâtiraient bien sûr le plus. Tous ceux qui ont besoin du soutien de la collectivité sans qui ils seraient à la rue, le pire étant que certains parmi ses déshérités ont voté pour Macron se laissant prendre au piège de ses beaux discours, de sa belle image.

 

Macron est économiquement libéral, voire hyper-libéral. Grâce à l'aide bienvenue pour lui d'idiots utiles de la droite dite républicaine, thuriféraires du libéralisme le plus débridé, pour qui la France c'est la Corée du Nord, un pays communiste, il passe encore pour de gauche ce qu'il n'est pas et n'a sans doute jamais été. Il est seulement libertaire concernant les mœurs. Il préconise sans doute quelques progrès sociétaux réputés indispensables dans les salons bourgeois, bourgeois pédagogues bien sûr. Ces progrès sont toujours des justifications pour coucher à droite à gauche sans trop de scrupules, consommer les corps et les cœurs sans culpabilité inutile.   

Se sentir responsable ? Se sentir coupable ? Quelle horreur ! Quelle entrave à jouir sans remords de sa situation ! Quelle honte !

 

C'est d'ailleurs ici que se situe l'autre coupure. Macron est le candidat d'un milieu de plus en plus restreint mais qui disposent de tout le pouvoir et de la plupart des relais de transmission. C'est la France des centre-villes dorénavant inaccessibles aux plus précaires, sauf ceux que les riches se choisissent (ils ont "leurs" pauvres), la France des CSP ++ qui se fichent de la méritocratie, qui n'ont cure de la solidarité sociale. On y profite des réseaux, de son argent. On joue au maximum sur le clientélisme à tous les niveaux.

Pourquoi se gêner après tout ? L'essentiel c'est la préservation des intérêts des favorisés. Le reste importe peu, même si cela implique la disparition progressive de ce vieux pays qu'on appelait la France.

 

Pour se prémunir de toute contradiction, les réseaux médiatiques et politique insistent au maximum, martèlent constamment que le FN est un parti raciste, xénophobe et sans doute fasciste, qu'il interdirait au pouvoir la liberté d'expression et abolirait la démocratie. Ses électeurs sont assimilés à des "ploucs" incultes et peu éduqués, des "péquenots" mal dégrossis. Toute manière de voir en disant long sur le mépris social abject envers la "France dite périphérique", cette France largement oubliée de l'ancienne classe moyenne qui disparaît comme peau de chagrin.

 

La plupart des électeurs, certes de moins en moins, sont dans la terreur de déplaire à  cette classe de favorisés, de nantis qui dictent ses anathèmes en n'admettant aucune contradiction. On peut donc encore leur obéir, ou s'abstenir, ou voter blanc, on peut, c'est un droit. Mais cela revient à voter Macron et cautionner tout le reste...

 

Sic Transit gloria Mundi, Amen

 

Amaury -Grandgil

 

illustration empruntée ici

Commentaires