Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Macron aime l'autoflagellation

Imprimer Pin it!

Aussi sur Agoravox

 histoire,emmanuel macron,société,politique,algérie,amaury watremezLa France a un rapport particulier avec l'Algérie qui fit partie intégrante du territoire national. Il existe encore une blessure ouverte entre les deux pays. Et l'histoire réelle de la Guerre d'Algérie, nuancée, argumentée, étayée, est encore à faire. Des jeunes français qui étaient sans doute loin d'être tous des « fachos » bas du front étaient prêts à beaucoup de chose pour défendre ce que l'on appelait « l'Algérie française ». Si l'on évoque en 2017 complaisamment la torture et les exactions certes indubitables commises par l'armée française pendant ces « évènements ».

 

On glose à qui mieux mieux sur la « manif de Charonne » mais on ne parle jamais de la fusillade de la rue d'Isly ou des massacres de « harkis » et de « pieds noirs » parqués pour les survivants « rapatriés » dans des camps de rétention dans le Sud de la métropole sans le confort moderne...

 

...Et ce pendant trente ans pour certaines familles. Au mieux on minimise. Cela aurait été des dérives inévitables après une guerre d'indépendance...

 

Tant qu'à s'indigner pourquoi ne pas le faire pour ces harkis eviscèrés, écharpés, brûlés vifs ? Ils ne le méritent pas ? Ils étaient du mauvais côté ? Le nôtre d'ailleurs. Et pourquoi ne pas le faire pour tous ces innocents qui n'étaient pas tous de l'OAS tant s'en faut sur lesquels les soldats ont tiré le 26 mars 1962 ?

 

 

Emmanuel Macron est allé en Algérie où il a prononcé quelques phrases un tout petit peu, un chouïa exagérées disons, sur le « crime contre l'humanité » qu'est pour lui la colonisation française en Algérie (lire par ici). Il a précisément le même discours de masochisme mémoriel pénible que tous les autres à quelques exceptions. C'est de notoriété publique à les entendre, la colonisation fût une période atroce, horrible, particulièrement en Algérie c'est bien connu.

 

Les canalisations, les rues, les immeubles, l'eau courante, l'électricité, l'éducation, la laïcité, la plantation de vignobles par les alsaciens émigrés au Maghreb suite à la perte de l'Alsace-Lorainne ?...

 

...Horrible, odieux, atroce.

 

N'oublions pas aussi la description solaire qu'Albert Camus fait des filles « en cheveux », sans voile absurde, dans les rues d'Alger, dans « l’Étranger », dans des quartiers où sévit ainsi que dans trop nombreux endroits de notre pays la sottise religieuse la plus crasse.

 

Il n'y aurait cependant pas à revenir là-dessus. Les français étaient des tortionnaires,, des exploiteurs, des salopards un point c'est tout. Cela aussi on le serine sur tous les tons depuis des décennies. Les français, lorsqu'on entend non seulement Macron mais la plupart des politiques en général, devrait s'autoflageller pour les siècles des siècles « ad vitam æternam ». En définitive ils ont exactement la mème rhétorique que les « indigènes de la République » de la joviale (sic) Houria Bouteldja sur la question.

 

Tant qu'à dénoncer Emmanuel, dénonce tout, fais un « packaging ». Cela sera plus efficace même de ton point de vue ultra-libéral.

 

Quel était l'intérêt d'une telle déclaration ? Draguer les vieux barbons FLN pour leur arracher des avantages commerciaux dans la vente de leur pétrole ? Ou pour qu'ils tiennent chez eux les impétrants à l'immigration en France ? Plaire aux « banlieues »? C'est à se demander si finalement Emmanuel ne suit pas comme Hollande avant les recommandations « terranovistes » sur l'électorat populaire. Puisque les précaires et les petites gens votent ailleurs qu'au PS (FN) il convient d'aller trouver de nouveaux électeurs parmi les français de deuxième, troisième ou quatrième génération...

 

Notons que c'est aussi à cela que sert la politique douteuse d'attribution des logements dits sociaux de la plupart des municipalités de gauche. Et leur danse des septs voiles auprès des fondamentalistes musulmans n'a rien d'étonnant. Ceux-ci auraient un rôle compensatoire important à jouer dans les « cités » où ils remplacent déjà et de plus en plus les institutions républicaines pour la Justice, la Sécurité, l'Education. Je songe en particulier à l'exemple de Trappes chez monsieur Hamon.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici

 

manifestations « spontanées » de la foule en liesse sur le passage du messie cosmoplanétaire Emmanuel...

 

PS :

"Pardon d’avoir débarqué en 1830 à Sidi-Ferruch pour chasser le colonisateur ottoman qui affamait depuis plusieurs siècles les ancêtres du mafieux président algérien devant lequel il envisage de se prosterner, pillant leurs maigres biens et les réduisant à la famine et à la maladie ?
Pardon d’avoir libéré les esclaves chrétiens européens, ravis sur les bateaux croisant en Méditerranée, entassés dans des bouges pour satisfaire les bas plaisirs des potentats locaux ?

Pardon d’avoir défriché, drainé, asséché et fertilisé un sol à l’abandon depuis des siècles et d’avoir perdu à l’époque 106 « colons » sur 450, morts de maladie en Mitidja ?

Pardon d’avoir construit des villes modernes là où il n’y avait rien ?

Pardon d’avoir créé une agriculture prospère et exportatrice, alors qu’aujourd’hui l’Algérie doit importer des produits de la terre ?

Pardon d’avoir créé une industrie métallurgique là où il ne se trouvait que des cailloux ?

Pardon d’avoir construit 12 grands barrages ?

Pardon d’avoir implanté un immense réseau de postes et de télécommunication ? …… d’avoir développé l’hôtellerie et le tourisme ? …… d’avoir créé une industrie chimique, développé le gaz et l’électricité ?

Pardon d’avoir installé un réseau ferroviaire considérable et 54000 kilomètres de routes (non compris les pistes) ?

Pardon d’avoir construit 23 ports, 34 phares, 23 aéroports, …… ?

Pardon d’avoir livré des gisements de gaz et de pétrole, installations d’exploitation comprises, à un pays qui ne s’était jusque là jamais intéressé au Sahara ?

Pardon d’avoir apporté aussi la médecine, les nombreux dispensaires et hôpitaux et d’avoir permis à 2 millions d’autochtones qu’ils étaient en 1872 d’avoir 9 millions de descendants en 1962 ? …… d’avoir éradiqué la peste, le choléra, la variole, le typhus et bien d’autres joyeusetés du même acabit ?

Pardon d’avoir apporté l’enseignement ? …… ce qui fit dire à Belkacem Ibazizen, fils d’un instituteur kabyle : « La scolarisation française a fait faire aux Arabes un bon de mille ans ! » ?

ET PUIS QUOI ENCORE ?

Sur un million de Pieds Noirs, 20000 seulement étaient des « colons » dont 40% exploitaient moins de 10 hectares. Les 12000 autres (45000 en comptant leurs familles) ne représentaient que 4,5% du total de la population Pied Noir ! …… Les 95,5% restants étaient des ouvriers, des employés, des techniciens, des fonctionnaires, des commerçants, souvent bien moins payés qu’en métropole !

Si le prétendant socialiste à la magistrature suprême lisait autre chose que des fiches résumées, …… comme par exemple les livres de l’écrivain algérien Boualem Sansal, il pourrait, tout comme vous, découvrir qu’il a écrit :

« En un siècle, à force de bras, les colons ont, d’un marécage infernal, mitonné un paradis lumineux. Seul l’amour pouvait oser pareil défi, … Quarante ans est un temps honnête, ce nous semble, pour reconnaître que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous, qui sommes ses enfants. »

C’est également lui qui écrivait déjà avec lucidité :
« Trente ans après l’indépendance, nous voilà ruinés, avec plus de nostalgiques que le pays comptait d’habitants et plus de rapetoux qu’il n’abritait de colons. Beaucoup d’Algériens regrettent le départ des Pieds Noirs. S’ils étaient restés, nous aurions peut-être évité cette tragédie. »

Il rejoint en cela la journaliste Malika Boussouf qui écrit également :
« Si les Pieds Noirs n’étaient pas partis en masse, l’Algérie ne serait peut-être pas dans l’état désastreux dans lequel elle se trouve. »

Dans les fiches résumées du prétendant, lui en a-t-on seulement glissé une qui lui aurait permis d’apprendre par exemple, au hasard, que :
¤ Ferhat Abbas, président de la république algérienne, du temps du G.P.R.A., avait reconnu :

« La France n’a pas colonisé l’Algérie. ELLE L’A FONDÉE. »

¤ C’est le 14 octobre 1839, et par décision du ministre de la guerre, que le nom ‘’Algérie‘’ fut attribué pour la première fois à cette partie de l’Afrique du Nord. Il n’y a jamais eu auparavant dans l’Histoire de pays ainsi nommé !" Bernard Beaudet (2012)

Commentaires