Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plus de Causeur pour Grandgil

Imprimer Pin it!

Causeur, amaury-grandgil, société, politique, droite, gauche, bourgeois pédagogues, amaury watremez

Aussi sur Agoravox

 

D'un correspondant sûr, m'ayant lui soutenu sans faillir, j'ai appris hier la raison de mon éviction "de facto" de Causeur. Des lecteurs arguant de mon style "prétendument relâché" (je reprends l'expression de mon correspondant) ont menacé appelant la direction du magazine de se désabonner si mes articles continuaient à être repris. Je pense que beaucoup étaient des admirateurs de certaines vieilles marquises dont j'ai raillé la prétention à écrire selon un style "classique". Il faut dire aussi que je l'ai bien cherché me moquant sans discontinuer depuis maintenant dix ans ne serait-ce que sur mon blog des ridicules, des prétentions, des vanités des bourgeois pédagogues fussent-ils de gauche ou de droite.

 

Mon correspondant me suggère d'en prendre mon parti, certes, comment faire autrement ?

 

Quant à laisser passer sans réagir, il n'en est pas question. Il ne s'agit pas de faire à mes calomniateurs l'aumône de mon mépris ou de ma colère, j'ai juste l'intention de continuer à me payer leur tête dans les grandes largeurs sans me priver d'aucun sarcasme.

 

Je les ai en horreur et je ne veux surtout pas me compromettre à adoucir de quelque manière que ce soit ce que je pourrais en dire. Bien au contraire, cela me donne envie de rajouter quelques grosses caisses et cuivres à mon petit concert personnel.

 

Voilà qui me conforte dans mon "anarchisme de droite", mon mépris de "l'épaisse sottise démocratique" de cette bourgeoisie ne changeant pas depuis Louis-Philippe malgré quelques transformations cosmétiques. Ils souhaiteraient la dictature des brav'gens, ceux qui dans Brassens n'aiment pas que l'on suivre une autre route qu'eux. « On paye des impôts nous meussieur ! On le droit à de la considération et du respect nous meussieur ! ». Ils rajoutent dorénavant à leurs prétentions matérielles des prétentions politiques, sociales et culturelles.

 

Quand ils sont de droite, ils prétendent défendre les valeurs morales et traditionnelles en votant Fillon tout en envoyant leurs gosses en "prépa" HEC, quand ils sont de gauche, ils célèbrent la mixité sociale tout en prenant soin de scolariser leur progéniture dans les "bonnes" écoles.

 

Ils pratiquent "l'entre-soi" à tous les niveaux. « Restons entre nous ma chèèère, restons entre gens de bonne compagnie ». C'est un peu comme le parti communiste chinois cette bourgeoisie post-moderne, on peut penser tout ce que l'on veut à condition de continuer à prêter allégeance au parti. Finalement pour les bourgeois pédagogues, tous ces nantis, il s'agit surtout de se soumettre à un impératif supérieur à tous les autres, la défense des intérêts des privilégiés quel qu'en soit le coût moral. Ils singent l'ancienne aristocratie, c'est le triomphe apparent des mesdames et messieurs Verdurin postmodernes, de la médiocrité étroite.

 

J'écris bien apparent, car au fond ils se caractérisent surtout par leurs ridicules, dont leur peur panique de l'esprit de dérision. On le comprend, cela remettrait en question leur confort matériel.

 

Et finalement leur hargne à mon égard ne montre qu'une chose, mes petites taquineries portent, elles ne ratent pas leurs cibles. Ils en deviennent mauvais, malveillants, commères. C'est ainsi de toute éternité.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury – Grandgil

 

illustration empruntée ici (blog du lorgnon mélancolique)

 Pourquoi pourquoi plus de Causeur pour Grandgil ?

Commentaires