Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mythes éculés

Imprimer Pin it!

300px-Prise_de_la_Bastille-eb6eb.jpg"Vous n'allez tout de même pas remettre en cause les acquis démocratiques de la Révolution ?" puis-je lire d'un commentateur courroucé dans le fil d'un article sur un site politique. Il exprimait cela après avoir lu un affreux réactionnaire sans doute remettre en question le bien-fondé des différentes lois sociétales édictées dans notre beau pays depuis la loi Veil. Ces lois sont comme les pierres levées de Stonehenge, intouchables, immobiles pour l'éternité, juste attaquées par la lente érosion des siècles...

 

Vous n'allez tout de même pas faire une chose pareille ? semble-t-il (ou elle) dire  comme si son interlocuteur allait montrer son sexe à tous les passants ou faire quelque chose d'encore plus choquant. C'est pourtant un des mythes éculés sur lequel se fonde notre mythologie dite républicaine. On ne peut absolument pas remettre en question ce mythe voire le nuancer même du bout des lèvres sans prendre le risque de se faire aussitôt traiter de réac nostalgique de l'ordre moral, des fameuses heures les plus sombres, j'en passe et des meilleures.

 

Même à droite de la droite on n'ose pas trop le dire non plus même si on le pense par ailleurs alors que pourtant des historiens pour certains marxisants comme Braudel remettaient en doute la nécessité absolue d'une révolution en France, rappelant que celle-ci avait fait perdre cinquante ans au pays quant à son développement et sa modernisation.

 Las, lors de la Révolution Française, le peuple de France est passé de l'ombre à la lumière, c'est une chose entendue, point barre, fin de la discussion. Si l'on admet bien quelques massacres vite faits, entre deux avancées de géants, on en parle comme autant de dérives inévitables quand les temps changent, des morts sans conséquences. Il demeurerait donc quelques dogmes intangibles bien loin de notre liberté supposée si chèrement acquise ?

 

Les lois sociétales font progresser la société dans le bon sens, c'est aussi un fait entendu qu'il n'y a pas à discuter. Les femmes sont plus libres et plus égales aux hommes chaque jour, on le constate effectivement quant à l'égalité des salaires n'est-ce pas ? Même si sans doute il y a encore quelques menus petits progrès à faire (sic). Les filles tout comme les homosexuels ne sont plus du tout victimes de la violence des mâles alpha dans les "cités" ou ailleurs, c'est bien connu...

 

Il est des mythes politiques français qui transcendent les partis, mais qui demeurent des mythes, ainsi la figure de De Gaulle que tous tente de s'approprier. Parfois un peu rapidement. Il est des mythes de gauche, les "grandes" figures de révolutionnaires telles celle de Castro, du "Che", le vendeur de ticheurtes à son effigie, voire même Mao ou Pol Pot. Des vétilles les ethnocides dont ces tyrans objectifs sont coupables. Mais comme le reste de leur politique menée allait dans le "bon sens" du progrès, ils bénéficient encore d'une mansuétude certaine...

 

Il est aussi des mythes de droite, ou de droite plus à droite, je ne suis pas certain que tous soient intéressants. il en est qui sont un peu douteux. Exalter la figure de Céline juste de par son antisémitisme obsessionnel me paraît un peu douteux malgré tout. Exalter la figure de Bastien-Thiry également. C'est tout aussi douteux que pour les personnages évoqués ci-dessus...

 

Quant à moi, quelqu'un me dirait :

 

"Vous n'allez quand même pas faire ça ?" sur un tel ton scandalisé, non seulement cela me donne envie d'en rajouter dans la provocation mais d'insister encore un peu, de bien enfoncer le clou.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

 

Amaury - Grandgil

 

illustration empruntée ici

Commentaires